Articles

Accueil > Actualités > Stéphane Salord : « Je peux vous dire qu’on ne sera pas prêt de revoir un (...)

 

Stéphane Salord : « Je peux vous dire qu’on ne sera pas prêt de revoir un consulat des Comores à Marseille »

17 juin 2010

En mai 2008 sa nomination à la tête du consulat des Comores de Marseille avait suscité de nombreuses polémiques et divisé la diaspora comorienne marseillaise, forte d’une communauté de plus de 70 000 âmes. Le 24 avril dernier Stéphane Salord, consul honoraire des Comores depuis un an et demi, a été démis de ses fonctions. Une éviction qui intervient dans un climat de controverse aux Comores où le président Ahmed Abdallah Sambi a fait voter un prolongement de son mandat malgré un gouvernement d’opposition en exil à Marseille. Si cette crise politique n’est pas la cause de son limogeage, Stéphane Salord, ancien élu UMP de la ville d’Aix-en-Provence qui avait obtenu l’annulation des élections municipales de 2008, dit avoir été évincé pour s’être opposé au gouvernement comorien. Que s’est-il réellement passé ? Quel est l’avenir du consulat des Comores à Marseille ? Stéphane Salord revient sur cet épisode dont on connaitra réellement l’issu vendredi. Interview.


 

Quelles sont les raisons pour lesquelles vous avez été évincé du poste de consul honoraire des Comores à Marseille ?

Officiellement on ne m’en a donné aucune. J’ai reçu un simple courrier d’un ministre (ministres des affaires étrangères des Comores Ahmed Djaffar, ndlr) dans lequel il m’a dit : « merci pour tout ce que vous avez fait. Votre mission s’arrête là ». C’était en avril dernier. Ce ministre a été limogé depuis dans le cadre des remaniements constitutionnels, ça ne lui a pas porté chance.

Bon, après, quand on fait l’anatomie de la situation, c’est sûr que l’on peut trouver un certain nombre de raisons. Moi, j’en évoque toujours deux. La première c’est que je reste mordicus pour le blocus de la compagnie Yemenia tant que l’enquête internationale n’est pas terminée dans l’affaire du crash et je suis effectivement et je le dis, en désaccord avec le gouvernement comorien sur le fait qu’on redonne le droit de vol à cette compagnie qui avait fait 152 morts et puis les circonstances de l’accident n’ont toujours pas été élucidées. Donc je ne comprends pas la position du gouvernement comorien.

Deuxièmement, la communauté comorienne de Marseille est extrêmement importante. 80 000 sur Marseille, plus de 120 000 sur la région PACA. J’ai toujours demandé l’application des lois votées en 2006 par le parlement comorien donnant la possibilité aux comoriens et au franco-comoriens de la diaspora de participer aux élections nationales, de voter pour les élections comoriennes, comme le fait l’ensemble des pays du monde. J’ai demandé cela et je ne l’ai jamais obtenu. Je pense que ça a dû jouer. En réalité, il y a une très grande hypocrisie au sein des institutions comoriennes car les Comores vivent réellement de leur diaspora qui représente quasiment la moitié du produit intérieur brut du pays et c’est l’occasion de leur donner une véritable reconnaissance politique. Créer des postes de députés pour les comoriens de l’étranger et leur permettre simplement de voter pour les élections nationales parce que le pouvoir préfère probablement s’intéresser aux populations locales qui sont, on va dire, beaucoup plus maîtrisables que la diaspora, qui est plus complexe. A partir de là, je pense que c’est aussi un deuxième point de désaccord.

Je vous avoue aussi que je pouvais difficilement continuer à m’opposer au vol de la yemenia et difficilement m’opposer aussi à ce que la communauté ait une véritable représentation politique. Je veux dire à partir du moment où on a un consulat, donc un consul, on a quelqu’un qui est là pour tout porter une voix objective sur des intérêts que l’on voit et que l’on évalue au quotidien. Voilà moi ce que je retiens de la généalogie de cette crise.

Le problème ce n’est pas Stéphane Salord. Moi j’ai été limogé. Je vais vous dire, je fais autre chose et de toute façon le poste de consul honoraire est bénévole. Le problème c’est la communauté. Je n’ai pas été remplacé. Le gouvernement comorien a proposé un remplacement que l’administration française a rejeté pour des raisons de formalisme. Aujourd’hui, il n y a plus de consul. Le consulat va fermer. Ce sont des postes de consuls honoraires et dans la mesure où vous n’avez pas de titulaire du poste, le bâtiment ferme et disparaît. Donc dans les jours qui viennent, c’est une communauté de 120 000 personnes qui sera privée d’un soutien administratif et qui devra effectuer toutes les démarches administratives liées à l’état civil au pays ou auprès de l’ambassade de Paris. C’est une sanction pour toutes ces personnes et c’est une énorme bévue du gouvernement comorien d’avoir supprimé un consul honoraire. Ma foi ! J’ai peut-être démérité. J’ai peut-être fait des bêtises, je n’en sais rien c’est à vous de me dire. Mais honnêtement, c’est quand même moi qui ait crée ce consulat alors qu’il n’existait pas depuis 35 ans d’indépendance des Comores. Je n’ai pas demandé un centime à l’Etat comorien. Je l’ai fait de mes frais et avec le soutien total du maire de Marseille Jean-Claude Gaudin. Mais bon, je ne vois pas en quoi j’ai démérité. Il y a toujours eu des détracteurs qui auraient préféré un consul comorien. Peut-être. Moi j’aurai bien voulu passer la main à un consul comorien. Pourquoi pas ! Je ne suis pas propriétaire du poste. Ce que je vois c’est qu’aujourd’hui c’est 35 ans d’effort et deux ans de travail en ce qui me concerne, qui sont réduits à néant et une communauté de 120 000 personnes qui va se retrouver dans des problèmes insurmontables.

Quel est votre sentiment aujourd’hui ?

Je ne supporte pas ce gâchis. Je suis vraiment écœuré, dégoûté de ce qui est fait, pas contre moi, parce que moi je vais vous dire j’en ai eu d’autres, comme vous devez peut-être le savoir, mais c’est surtout une insulte pour la communauté. Ce sont des petits travailleurs, ce sont des gens qui ont une existence difficile. Avec le consulat ils avaient un soutien juridique qu’ils n’ont plus. Les voilà sanctionnés alors qu’ils n’ont rien fait. On ne m’enlèvera pas le fait que c’est moi qui suis le consul fondateur de ce consulat et franchement j’en veux vraiment à ce ministre farfelu qui était le ministre Djaffar, qui le paie d’ailleurs très cher puisqu’aujourd’hui tous les blogs du pays s’acharnent sur lui. Je ne supporte pas ces gens qui ont des fonctions politiques importantes et qui les agitent de n’importe quelle manière. Vous vous rendez compte, la dernière décision qu’il ait pris (ministre des affaires étrangères et de la diaspora, ndlr) avant de quitter son ministère c’est de supprimer le principal outil de la diaspora. C’est complètement fou ! S’il veut me virer, à la limite c’est son problème mais au moins qu’il me remplace. C’est d’une très très grande perversion que de prendre son propre peuple dans l’étau et de lui faire du mal.

Concrètement, quelles ont été les actions du consulat en faveur des familles comoriennes victimes du crash de l’A 310 ?

On a mis en place une cellule de crise, on a fait de l’assistance et du soutien aux familles. On a aidé au relogement de 107 personnes. On a fait de l’assistance et du soutien juridique. C’est permanent et ça continue de toute façon. Mais qui va s’occuper d’eux maintenant ?

Avez-vous eu des soutiens ?

Oui j’ai énormément de soutiens individuels, de soutiens associatifs et même de gens qui ne m’aimaient pas et qui disent aujourd’hui : « lui au moins il a fait le boulot et lui au moins il était là. Et maintenant on n’a plus rien ».

Quelle a été la réaction de la communauté comorienne ? Avez-vous eu des retours ?

Ils ont peur. Ils ont très très peur. Et ils vont se sentir extrêmement seuls. Vous savez, je ne me suis jamais mêlé de l’organisation de la communauté comorienne parce qu’elle est complexe et elle est basée sur des traditions. Je me suis surtout occupé d’homogénéiser l’action administrative à son profit. Les structures associatives c’est bien, mais ça ne fait pas tout. Le consulat était là pour vraiment donner le cadre d’une organisation administrative culturelle qui serait capable de pérenniser et de donner vraiment la visibilité d’une forte identité ; et moi j’étais content parce qu’en 2009 on a eu entre la télévision française et les télévisons d’Europe, une quinzaine d’émissions, des moyens et des longs métrages sur la communauté de Marseille. C’était en train de donner un nom à la force de l’identité de cette communauté. C’était un exemple qui était de toute façon lié à l’action du consulat en termes de reconnaissance culturelle. Vous savez un marseillais sur dix est comorien. Je ne sais pas si vous vous imaginez. C’est une communauté qui est restée longtemps dans l’anonymat. Elle en est sortie par le drame du crash de la Yemenia et elle commençait aussi à avoir une véritable reconnaissance de ses traditions, de sa culture et de son patrimoine dans Marseille. Et là je pense à la fermeture du consulat, qui n’est pas inéluctable mais enfin je veux dire que si le nouveau ministre des affaires étrangères que j’ai eu en ligne hier ne me prolonge pas dans mes fonctions, sous 48 heures, le consulat sera fermé.

Vous aurez donc une réponse définitive dans 48 heures (vendredi) ?

Non. Dans 48 heures le consulat ferme définitivement, c’est sûr. Par contre, j’ai eu hier le nouveau ministre des affaires étrangères qui est un monsieur qui m’a l’air extrêmement cohérent, qui est à l’écoute et qui est inquiet de la situation à Marseille. La seule solution pour ne pas que ce poste disparaisse, c’est qu’effectivement je sois prolongé dans mes fonctions, soit jusqu’à mon remplacement, soit plus. Si ce n’est pas le cas, vendredi midi, l’aventure st terminée. Je peux vous dire qu’on ne sera pas prêt de revoir un consulat des Comores à Marseille.

Quels sont les projets que vous avez pu développer au cours de votre mandat consulaire ?

Aujourd’hui je reste attaché indépendamment de mon rôle de consul à trois domaines sur lesquels j’ai maintenant une expertise après un an et demi au poste de consul. Le premier domaine c’est la question de l’illettrisme à Marseille qui m’inquiète beaucoup. Je compte continuer ce combat à travers un certain nombre de structures que je soutiens ou que j’ai créées. Le deuxième combat c’est que je garde la présidence du club de foot qui est le club de football des jeunes comoriens et franco-comoriens de Marseille. On à pas de regret c’est une formidable aventure humaine. Et enfin la troisième aventure à laquelle je suis tout aussi attaché, la question médicale. Aujourd’hui j’ai des contacts qui sont plus qu’avancés avec un grand hôpital marseillais et une clinique privée aux Comores pour mettre en place une opération de télémédecine de très grande envergure dans l’année qui vient. A l’origine, ce sont trois projets qui ont été portés par le consul et moi j’estime qu’aujourd’hui en matière de valorisation des droits humains et en matière de responsabilité personnelle, il faut que je continue à mener ces combats. Et indépendamment du fait que je ne suis plus consul, j’ai tout à fait aujourd’hui l’ambition et assez d’amis en France et dans la communauté pour continuer ces trois combats

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins (...)

     

  • 11 septembre

     

    Préavis de grève lycée Saint Charles Marseille

    Les enseignants du lycée Saint-Charles de Marseille ont déposé un préavis de grève pour ce lundi 11 septembre. Ils sont remontés contre une série de dysfonctionnements au sein de l’établissement parmi lesquels des problèmes d’emploi du temps et des règles de sécurité trop strictes.

     

  • 11 septembre

     

    Ouragan Irma : Air France accusée de gonfler ses prix pour quitter Saint-Martin et Saint-Barthélemy

    Une pétition signée par plus de 40 000 personnes dénonce les prix des billets d’avion d’Air France pour quitter l’île dévastée de Saint-Martin. La compagnie réfute ces accusations et explique à France info avoir mis en place un tarif spécial rapartiement.. http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-air-france-accusee-de-gonfler-ses-prix-pour-quitter-saint-martin-et-saint-barthelemy_2365898.html#xtor=CS1-746

     

  • 11 septembre

     

    Prestations sociales : bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager. Le rapport précise que la lutte contre la fraude aux prestations sociales – qui se distingue de la fraude aux cotisations sociales des entreprises (non traitée dans ce rapport) – s’est considérablement développée depuis la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l’assurance-maladie. : Le journal Le Monde le précise : « Selon la Délégation à la lutte contre la fraude, la (...)

     

  • 8 septembre

     

    Pôle emploi, est aussi en difficulté avec la baisse des Contrats aidés

    Le serpent qui se mord la queue... Selon FO-Pôle emploi, 2 000 contrats aidés seraient supprimés au sein même de l’opérateur public. Le syndicat réclame une pérennisation de leurs emplois.

     

  • 6 septembre

     

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier La ministre a tranché. Le périmètre classé de l’ancienne carrière grecque découverte à Marseille sur le site de la Corderie ne sera pas modifié par la loi, a annoncé, le 04/09 par communiqué la ministre de la Culture Françoise Nyssen, alors que plusieurs élus et riverains lui demandaient de...

     

  • 6 septembre

     

    La campagne d’Emmaüs pour dénoncer le drame vécu par les migrants

    Un clip et une traversée à la nage pour interpeller sur le sort des migrants morts en Méditerranée Emmaüs lance une campagne pour dénoncer le drame vécu par les migrants. Outre un clip, une traversée du détroit de Gibraltar est organisée en hommage aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée .Emmaüs a lancé jeudi 31 août une pétition et un nouveau clip intitulé "Article 13 : pour que sur terre aucun être ne soit illégal". Une référence explicite à un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui garantit la liberté de circulation pour toutes et tous. Ce droit est refusé aux migrants qui tentent de venir en Europe, selon l’association fondé par l’Abbé Pierre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard