Articles

Accueil > Actualités > Speed-dating politique à la Bellevilloise, pour la semaine anti-coloniale

 

Speed-dating politique à la Bellevilloise, pour la semaine anti-coloniale

13 mars 2012

Une question de militant par thématique, des face-à-face tirés au sort, et quatre minutes de temps de réponse pour chaque personnalité politique. C’est le principe du speed-dating politique. Il s’agissait davantage d’une confrontation que d’un débat avec la salle, n’en déplaise aux militants old school présents en masse dans la salle. Mais le speed-dating a l’avantage de réclamer des réponses concises, immédiates, sur une multitude de sujets précis. Ça passe, ou ça casse. Notons que Philippe Poutou est le seul candidat à la présidentielle qui ait joué le jeu en personne. Les autres partis étaient représentés par un porte-parole. Retour dans le détail sur chacune des problématiques abordées.


 

JPEG - 55.2 ko

- EDUCATION

La première question est pour Ayoko Mensah, du magazine Afriscope. Elle concerne l’école et la valorisation de la diversité ethnique et culturelle de tous les élèves.
Philippe Poutou, candidat du NPA, pointe du doigt « le manque de moyens de l’institution scolaire en France », en appelant à davantage de postes d’enseignants. Il exige aussi « la suppression de la loi sur le versant positif de la colonisation » et veut que les manuels scolaires mentionnent « les horreurs que la France a commises au nom de la République ».
Pour Patrick Lozès, candidat du parti « Allez la France ! », la priorité est d’attirer les professeurs les plus chevronnés dans les établissements classés ZEP.
Lorsque Camille Bedin, représentante de l’UMP, prend la parole, les huées s’élèvent déjà. Elle tente (avec bravoure) de défendre l’autonomie des établissements : « Le collège, l’école, le lycée auraient des chefs d’établissements qui développeraient un projet pédagogique, en parallèle avec les milieux associatifs. Ensemble, ils établiraient un cursus cohérent pour les élèves ». La salle est hostile, les insultes fusent. Ayoko Mensah est obligée d’intervenir pour calmer le jeu.

JPEG - 55.4 ko
- Camille Bedin, Ayoko Mensah, Ahmed Nadjar, Philippe Poutou, Patrick Lozès

- REPRESENTATIVITE POLITIQUE

Le round continue avec une question d’Ahmed Nadjar, de Med’in Marseille, concernant la représentativité politique des minorités. « Comment proposez-vous de faire avancer la diversité du côté des politiques ? ».
Pas réellement d’avis côté Philippe Poutou, le NPA n’a d’ailleurs pas d’élus. Accord de principe.
Camille Bedin, elle, pointe du doigt l’abstention dans les quartiers populaires, « problème de fond si on veut parler de représentation politique des minorités ». Pour elle, « si on ne vote pas, on n’est pas représenté ».
De son côté, Patrick Lozès propose d’interdire le cumul des mandats : « Le seul moyen de favoriser une plus grande diversité en politique est de se limiter à un mandat unique, renouvelable une fois ».

JPEG - 39.3 ko

- EMPLOI

C’est Marc Cheb Sun, directeur de la rédaction de Respect Mag, qui aborde la cruciale question de l’emploi. Evoquant les 16 propositions « pour une France métissée » élaborées avec Terra Nova (voir encadré), il affirme que la question du chômage dans les quartiers populaires est intrinsèquement liée à celle des discriminations sociales et raciales. «  Systématiquement, en France, on oppose la république au communautarisme. Il y a des alternatives en matière de lutte contre les discriminations racistes ». Il évoque par exemple l’idée d’un bilan public annuel, obligatoire pour les entreprises, de lutte contre les discriminations. D’autres questions dérangent davantage : celle de la diversité au sein même des administrations publiques, et plus encore celle des statistiques ethniques. Comment agir sans mesurer le problème ?

Geneviève Reimeringer, de Lutte Ouvrière, commence par souscrire à l’obligation de transparence des grandes entreprises en matière de diversité. Avant d’en souligner les limites : « PSA, par exemple, détient le label diversité. Mais il suffit de rentrer dans l’usine d’Aulnay pour constater que c’est sur la chaîne de production que sont les jeunes des quartiers. Pas dans les bureaux de cadres ». Regarder l’organigramme donc, pas la photo de famille. « La loi seule ne peut rien faire. Seules les luttes font avancer les choses » relance-t-elle, avant d’aborder la question des statistiques ethniques en faisant la moue : « Statistiques ethniques, c’est trop flou. Qui mesure quoi ? Est-ce un outil de lutte pour les travailleurs qui démontrent leur discrimination, sont-ils au cœur du processus, où est-ce un fichage imposé d’en haut ? »

Danielle Obono, du Front de Gauche, prend le relai. Plutôt que d’équité, elle préfère parler d’égalité. «  Il faudrait refonder une HALDE, avec un réel pouvoir de sanction. Et en parallèle créer un ministère de l’égalité pour articuler les politiques d’emploi, d’éducation, de logement... » Mais pour quelle politique d’emploi dans les quartiers ? « La défiscalisation des zones franches n’a pas suffit à créer de l’emploi localement. L’Etat doit rendre obligatoire l’embauche de proximité. La sous-traitance, elle, doit être strictement encadrée ». Par ailleurs, l’Etat aussi doit rendre des comptes. « Il emploie plus de 800 000 précaires : ils doivent être titularisés. Les travailleurs sans-papiers doivent être régularisés, et les postes de fonctionnaires ouverts à tous les travailleurs compétents ».

- IMMIGRATION

Anas Jaballah, du collectif « La France que nous voulons », s’empare du micro pour aborder l’épineuse question de la politique française d’immigration. « En France, en matière d’immigration, on semble toujours opposer de manière manichéenne une politique de gauche généreuse mais irresponsable, à une politique de droite responsable mais inhumaine ». Mais la population française n’échappe pas au vieillissement occidental. Quand on parle de maîtrise des flux migratoires, quelles conséquences ici, et là-bas ? Condamne-t-on les jeunes d’Afrique à un avenir morose ? Doit-on aller jusqu’à s’ingérer dans les affaires de certains pays pour « leur garantir un meilleur avenir » ?

Danielle Obono, du Front de Gauche, réagit illico. « Il faut arrêter de fantasmer ! La grande majorité des flux ont lieu entre les pays du Sud. Les immigrés qui viennent voler notre pain, c’est une invention de la droite. D’un point de vue purement économique, les immigrés apportent plus qu’ils ne reçoivent ». Pour elle et son candidat, l’immigration n’est pas un problème. Elle a participé à la construction de la France. « Nous sommes contre une Europe forteresse, et pour la libre circulation des personnes. Nous réclamons l’égalité des droits pour les travailleurs immigrés ». Par rapport à la question de l’ingérence, elle taille dans le vif : « En Afrique, la France est la moins à même d’intervenir, elle qui a toujours soutenu les régimes autoritaires via sa politique néo-coloniale. Les armées françaises doivent dégager du continent. Ce sont aux populations de ces pays de prendre en main leurs luttes. »

Geneviève Reimeringer, de Lutte Ouvrière, rebondit sur cette question de l’ingérence : « Parler d’ingérence française pour combattre la corruption en Afrique, c’est une aberration. S’il y a de la corruption dans certains pays africains, c’est justement parce que la France s’y est ingérée ». Elle critique la droite bien sûr, mais ne fait pas de cadeaux à la gauche non plus : « Depuis De Gaulle jusqu’à Sarkozy, la françafrique ne s’est pas arrêtée, ni sous Mitterrand, ni sous Jospin ». En toile de fond, toujours la même question de l’impérialisme. Elle suit sa collègue du Front de Gauche sur la question des militaires français en Afrique, mais ajoute : « Dans ces pays, il y a surtout Boloré, Bouygues, Total. Au Gabon, l’écrasante majorité de la population vit sous le seuil de pauvreté, mais Total fait des profits indécents. Quid de l’idéal de développement des peuples ? L’impérialisme dévaste la planète. Et ce qui est en jeu réellement, c’est la lutte économique pour les ressources ».

- LAICITE

JPEG - 42.9 ko
Anas Jaballah, Danielle Obono, Geneviève Reimeringer, Marc Cheb Sun

Aux Indivisibles, en la personne de Gilles Sokoudjou, d’aborder la question. Il revient sur la loi, passée le 17 janvier par le Sénat – à gauche-, qui interdit aux nounous voilées d’exercer leur métier. « Sans faire de misérabilisme, cette loi renvoie à certaines heures sombres de notre histoire, où l’on devait déjà déclarer sa religion pour prétendre accéder à un emploi ».

Esther Benbassa, d’EELV, se souvient du passage de la loi au Sénat. « Ce soir-là, à 23h40, nous n’étions que deux à voter contre. L’article 3 de cette loi oblige les assistantes maternelles à déclarer leur neutralité religieuse dans le contrat de travail. C’est totalement interdit en France ! ». Elle ironise : « Qu’est-ce qui est religieux ? Le voile, les boulettes dans la cuisine, la photo de la Mecque au mur ? En 1905, la laïcité signifiait le respect de toutes les religions, pas l’exclusion des unes par rapport aux autres. Cette loi relève plus de l’islamophobie que de la laïcité ».

Georges-Pau Langevin, du PS, affirme que si son parti a laissé passer la loi au Sénat, le scénario ne se reproduira pas à l’Assemblée : « Dans les écoles et même les crèches publiques, je soutiens l’interdiction de signes religieux. En revanche, il est absurde d’imposer aux gens d’être neutres chez eux ». Pour elle, les polémiques autour du voile viennent substituer un prisme religieux au prisme social de lecture de la réalité. « Chacun a sa religion, son background. La montée des affichages religieux ne me semble pas utile ».

Fadila Mehal, du Modem, veut situer ce débat autour de la laïcité dans notre contexte politique actuel. « La laïcité est aujourd’hui utilisée pour construire des boucs-émissaires, des ennemis intérieurs. Mettre en avant ce qui nous différencie, plutôt que nos convergences ». Pour elle, la défense de la laïcité devrait plutôt mener à une lutte pour l’égalité de traitement de toutes les religions, en se posant par exemple la question des carrés musulmans dans les cimetières.

- POLITIQUE DE LA VILLE

Farid Mebarki, de « Presse et Cité », met les pieds dans le plat de la politique de la ville. Il évoque le coup de force d’ACLEFEU qui, avec son « ministère de la crise des banlieues », a récemment réussi à faire rentrer par effraction la question des quartiers populaires dans le débat présidentiel. Car le constat est amer. Avec l’ANRU, l’Etat a drastiquement reculé sur l’accompagnement social, pour prioriser le bâti. Loin des habitants, avec des collectivités endettées, la dynamique « espoir banlieue » a été un échec cuisant. Aujourd’hui, quelles mesures prendre ?

Pour Fadila Mehal, du Modem, « cela fait 25 ans que l’on fait de la politique de la ville, à gauche comme à droite. 750 quartiers en France, 600 millions d’euros. Et une fracture sociale, territoriale, ethnique, religieuse qui se creuse ». Les dispositifs s’empilent, les inégalités se creusent. « Et à chaque élection, on nous propose un nouveau plan Marshall. Ce qu’il faut, au lieu d’une politique spécifique, c’est que tous les ministères reviennent dans leur mission régalienne dans ces quartiers ». C’était bien l’idée de Fadéla Amara, « mais elle est trop restée dans la communication, elle a mis deux ans avant de consulter les habitants ».

Esther Benbassa, d’EELV, affirme vouloir « faire de l’égalité une réalité ». Au-delà du slogan, une mobilisation concrète : « Les contrôles d’identité abusifs, au faciès, sont une souffrance quotidienne pour de nombreux jeunes des quartiers. Le 16 novembre 2011, j’ai déposé une proposition de loi pour instaurer un récépissé lors de chaque contrôle d’identité ».
Autre idée, fonder un « Parlement des banlieues », qui serait en contact avec les conseils municipaux, et qui instaurerait un processus de décision plus démocratique concernant les politiques menées dans les quartiers populaires. Sur la question scolaire, Esther Benbassa propose des jumelages entre écoles de banlieue et de centre-ville, avec sorties communes et échanges de classes, une véritable éducation populaire pour les parents, et davantage de bourses au mérite.

Georges-Pau Langevin, du PS, affirme que « ces quartiers sont sous-équipés et sous-considérés. Il faut donc rattraper la donne, pour simplement parvenir à l’égalité, surtout en termes de logement et d’emploi ». Mais comment, alors que l’ACSE (agence pour la cohésion sociale et l’égalité des chances) n’est plus habilitée à lutter contre les discriminations, et que la Halde a disparu au profit du défenseur des droits, moins indépendant ? « C’est justement parce que la Halde fonctionnait, parce qu’elle commençait a rendre visible la notion de discrimination et ses conséquences, qu’on l’a noyée dans une grande structure un peu creuse. Le processus a été le même avec la CNDS (commission nationale de déontologie de la sécurité). Ce qui manque aujourd’hui, c’est de la volonté politique ».

JPEG - 69.3 ko
Esther Benbassa, Fadila Mehal, Georges-Pau Langevin

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

  • 4 mai

     

    Les trois grandes autorités juive, protestante et musulmane appellent ensemble au vote Macron, pas les catholiques

    Les trois grandes autorités juive, protestante et musulmane appellent ensemble au vote Macron. Aucun responsable catholique ne s’est joint à cette initiative inter-religieuse. Les trois principales autorités juive, protestante et musulmane, le grand rabbin de France Haïm Korsia, le pasteur François Clavairoly et le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Anouar Kbibech appellent jeudi 4 mai "au vote républicain pour Emmanuel Macron" pour le second tour de l’élection présidentielle, dans une déclaration "d’une même voix". (...)

     

  • 24 avril

     

    #SansMoiLe7Mai

    le Hashtag #SansMoiLe7Mai, Décider de ne pas voter au second tour Avec #SansMoiLe7Mai, de nombreux internautes ont décidé de ne pas voter le 7 mai prochain. Pour des raisons diverses. Comme cet internaute, "on nous demande de choisir entre la haine des étrangers ou la haine des pauvres. Ou un autre "Ce score de Macron marque l’immaturité politique des Français totalement manipulés par les médias", ou d’autres mécontents/"Certains semblent répondre à Jean-Luc Mélenchon, qui a déclaré dimanche soir, qu’il demanderait l’avis de ses militants par vote électronique en vue du second (...)

     

  • 24 avril

     

    Le PS appelle à voter Emmanuel Macron au 2ème tour

    Le Parti socialiste appelle "à battre l’extrême droite" et donc "à voter" pour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, a déclaré lundi Jean-Christophe Cambadélis. "Nous appelons à battre l’extrême droite, Marine Le Pen, et donc nous appelons à voter Macron. Cette prise de position a été unanime au sein du bureau national du PS et c’est suffisamment rare pour que ce soit souligné", a déclaré le premier secrétaire du PS au micro de BFMTV.

     

  • 24 avril

     

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix "La candidate du Front national a réalisé un score historique avec plus de 7,5 millions de voix. Mais Marine Le Pen n’est pas pour autant populaire dans toutes les villes de France. Il existe même 56 communes où le Front national n’a obtenu strictement aucune voix. Il s’agit de petits villages avec moins de 100 inscrits sur les listes électorales. La majorité de ces bourgs se situe dans le sud-ouest de la France." http://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/carte-ces-56-communes-ou-marine-le-pen-n-a-fait-aucune-voix_2159674.html#xtor=CS1-746

     

  • 4 avril

     

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms Le 8 avril symbolise l’union des Roms, qui se sont choisis en 1971 un hymne, un drapeau, une fête internationale : le « Romano Dives ». Pour sa 10ème édition, Latcho Divano célèbre cette journée phare à la Friche Belle-de-Mai, en proposant au public de découvrir l’action de terrain de chaque association militante et culturelle oeuvrant pour les Roms à Marseille, des activités pour tous, et un grand concert gratuit. Friche La Belle de Mai 41 rue Jobin - 13003 Marseille

     

Articles récents

Articles au hasard