Articles

Accueil > Actualités > Six heures de concerts pour les enfants de Gaza entre nostalgie et (...)

 

Six heures de concerts pour les enfants de Gaza entre nostalgie et émotion

13 octobre 2009

Les associations Aix Solidarité et l’ATMF organisaient samedi un concert qui avait pour objectif « d’apporter un soutien matériel et moral » aux enfants de Gaza, « premières victimes innocentes des bombardements » de l’armée israélienne en décembre dernier. C’est entre nostalgie, émotions et recueillement que les artistes, les citoyens Aixois et Marseillais se sont réunis autour de chants de tous les pays pour susciter « un esprit de dialogue et de rencontres des cultures ». Une manifestation qui s’inscrit également dans le cadre de la Marche Mondiale pour la paix et la non violence.


 

JPEG - 99.5 ko
Le groupe vocale féminin Svetlana Bodega

Les citoyens n’ont pas failli à leur devoir de solidarité. Samedi soir, ce ne sont pas moins de 300 personnes qui ont fait le déplacement, direction la salle des fêtes Roger Baudun aux Platanes à Aix pour assister au concert de 32 artistes venus chanter pour les enfants de Gaza et pour une paix juste au Moyen-Orient. « Nous sommes satisfaits de cette journée de solidarité. Les citoyens du département ont répondu présent » se réjouit Nacer El Idrissi, président de l’ATMF.

JPEG - 68.2 ko
La chorale Les Polyphonies Bourlingueuses

C’est dans une ambiance conviviale, chaleureuse et autour d’un repas que les citoyens ont assisté à des performances vocales originales chargées d’émotion. La Chorale aixoise, «  Les Polyphonies bourlingueuses », ont étonné avec leurs pratiques vocales et musicales centrées sur les chants du monde. En canon ou à plusieurs voix, ils ont fait voyager les citoyens présents à travers la pratique des langues (yiddish, occitan, catalan, brésilien, zoulou) et ont offert « un pas vers le chant dans ce qu’il a d’universel et de réconciliateur ». Etaient également de la partie le rappeur Marseillais Daymone et le groupe vocal féminin « Svetlana Bodega » dont les performances « ont coupé le souffle ». Le chanteur et joueur de luth marocain « Jamal Agoussal » a tenu à participer à cette journée de solidarité, ainsi que le chanteur palestinien et joueur de oud, « Moneïm Adwan » venus soutenir ses « frères palestiniens ». Pour cela, cet artiste à la voix puissante a rendu hommage à Mahmoud Darwich, une des figures de proue de la poésie palestinienne, profondément engagé dans la lutte de son peuple. Une poésie qui se concentre essentiellement sur la nostalgie de la patrie perdue. Avec sa voix mélodieuse, Moneim Adwan a ainsi capté l’attention de l’assistance. Le public ému a été « charmé, bouleversé, transporté » par la force des vers déclamés. Un rendez-vous empreint de « nostalgie et de mélancolie ». Car tous ont gardé en tête les images « du massacre » de décembre dernier. « Plusieurs mois après les bombardements de Gaza, la population civile qui a déjà subi de véritables massacres, vit toujours dans le dénuement le plus extrême, dans une prison à ciel ouvert » soulignent les associations organisatrices de la manifestation. « Comme toujours dans les conflits, les enfants sont les premières victimes innocentes. Il nous a paru important de nous mobiliser en priorité en leur faveur pour leur apporter un soutien matériel et moral » explique Nacer El Idrissi qui fait également savoir que la recette sera versée aux familles nécessiteuses à hauteur de 100 euros. Le SMIC à Gaza se situant entre 70 et 80 euros. Une somme nécessaire qui permettra aux familles de subvenir à leurs besoins élémentaires à l’heure où elles subissent les effets dévastateurs de la colonisation israélienne. Comme en témoigne Myriam Khelfi, militante associative ayant effectué au mois d’août dernier un voyage en plein cœur des villes palestiniennes et de ces camps de réfugiés où les palestiniens vivent dans des conditions de vie extrêmes.

JPEG - 92.3 ko

Face à un public attentif, Myriam Khelfi, visiblement émue, à évoquer l’histoire de ces familles vivant dans le quartier arabe de Jérusalem et expulsées sans scrupules. « Ces palestiniens sont nés dans ces maisons » souligne-t-elle. « Nous avons alors occupé ses maisons avec eux » poursuit la militante un brin nostalgique. Le récit de son passage à Tulkarem, ville arabe de Cisjordanie inquiète et interroge. « Dans cette région tout est sous contrôle israélien. Les terres des paysans palestiniens sont annexées pour la production des cultures israéliennes. Il y’a des palmeraies à perte de vue, cultivées sur des terres volées, violées. Les Palestiniens, eux, sont limités en accès en eau. Les israéliens cimentent même les puits des paysans et le droit de construction est délivrée par l’armée ». D’ailleurs, ces dernières années les constructions n’ont cessé de se multiplier. « Il y’a des grues de partout. Israël refuse le gel de la colonisation. On peut alors se demander : qui veut la Paix ? ».

JPEG - 65.7 ko
Moneim Adwan

Son passage dans les camps de Djéni et de Balata à Naplouse fût révélateur des conditions de vie difficiles dans lesquelles vivent ces familles. « Les enfants ne savent pas d’où ils viennent, et d’où leurs parents sont originaires. C’est dur pour un enfant de 10 ans qui n’a jamais vu la ville de ses grands-parents » souligne la militante.

« C’est un peuple qui résiste avec très peu de moyens même si leurs premières préoccupations n’est pas de résister mais de manger. Les occupants ont soumis ce peuple. Un peuple devenu dépendant. Avant, les Palestiniens n’avaient pas besoin des aides internationales. Les paysans produisaient de l’huile d’olive de qualité. Aujourd’hui, l’économie est asphyxiée ».

JPEG - 58.5 ko
Myriam Khelfi

Ce qu’elle retient de ce voyage « passionnant mais très dur », c’est cet « accueil chaleureux ». « Ils sont heureux de nous recevoir. J’invite tout le monde à y aller ».

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard