Articles

Accueil > Actualités > Saïd du Ministère des Affaires Populaires : « On a le droit de ne pas aimer la (...)

 

Saïd du Ministère des Affaires Populaires : « On a le droit de ne pas aimer la France »

31 mai 2010

C’est en réaction au débat sur l’identité nationale qu’un rap au titre provocateur : « Nique la France. Devoir d’insolence » est sorti au mois d’avril dernier. A l’origine du projet « Zone d’expression populaire » (ZEP), il y a Saïd du groupe lillois engagé et révolutionnaire « Ministère des Affaires Populaires », accompagné par Alee. L’ouvrage du même titre réunissant un album photo accompagné de texte du sociologue Saïd Bouamama dénonce « cette France paternaliste aux discours racistes ». Accompagné d’un album musical de 12 titres, cet ouvrage a suscité de nombreuses critiques, polémiques et interrogations à l’égard de la « ZEP » qui « prône l’insolence et l’irrévérence ». Présent à Aix-en-Provence pour un concert de soutien à la marche des sans-papiers, nous avons pu rencontrer le rappeur Saïd qui a bien voulu nous accorder en exclusivité une interview.


 

JPEG - 92.2 ko

Comment est né ce projet « Zone d’expression Populaire » ?

C’est un projet qui s’est monté un peu dans l’urgence. Il n’était pas question qu’on monte ce projet mais on était en plein débat sur l’identité nationale. C’est un débat qu’on a subi. On a été des objets « parlés » et pas des « parlants ». Il est vrai qu’un moment on s’est dit : « où est notre place dans ce débat là. Est-ce ce que ce monde, cette société, cette France appartiennent qu’aux blancs qui nous regardent avec hauteur et qui parlent de nous ? Est-ce que nous, minorités noires, arabes, musulmanes stigmatisées avons droit de cité ? Est-ce qu’on a droit à la parole ? Est-ce qu’on a des espaces à nous ? Evidemment on s’est rendu compte que dans les médias de masse, les micros ne nous sont pas ouverts. On a donc pas eu le choix de créer nos propres espaces, c’est pour cela qu’on a crée une maison d’édition qui s’appelle Darna Edition. On s’est dit : « désormais on ne demande l’autorisation à personne et personne a le droit de censurer ce qu’on a envie d’écrire. Avec le sociologue Saïd Bouamama, on a donc eu l’idée de travailler sur cette maison d’édition. Le premier projet de la maison d’édition, c’est un album photo accompagné de textes de Saïd Bouamama et un album musical ZEP que j’ai fait dans l’urgence au mois de janvier dernier. Tout est dans le même bouquin et c’est distribué en librairie. Cela s’appelle « Nique la France. Devoir d’insolence ».

Le titre « Nique la France » a choqué un grand nombre de citoyens français. Quel est le message que vous avez souhaité faire passer à travers ce titre provocateur ?

Ce qui est choquant ce n’est pas l’expression « Nique la France ». Ce qui est choquant c’est qu’il y ait des gens qui le disent. Finalement il faut analyser les causes. Quelles sont les causes qui amènent des gens à dire « Nique la France » ? Ça veut dire quoi « nique la France » ? Ça veut dire je rejette la France, c’est ça qui va me choquer. « Nique la France » c’est une expression souvent utilisée dans les cités, les quartiers populaires par les gens issus de l’immigration aussi. Ça veut dire quoi ? Au diable cette France qui ne nous respecte pas. Au diable cette France qui ne nous donne pas cette dignité. Au diable cette France où l’égalité et la justice n’existent pas pour tout le monde. Evidemment nos élites, nos intellectuels ne donneront aucune légitimité à notre sémantique et à la manière dont nous parlons.

Cette expression est aussi une réponse adressée à Sarkozy quand il dit : « la France tu l’aimes ou tu la quittes ». Quand des blancs, des punks vont être très offensifs envers la France on va les traiter de gauchistes, de retardés mentaux, de marginaux tandis que nous, si on a des paroles ou un regard très critiques sur la France on va encore nous faire un chantage à l’intégration, un chantage au vivre ensemble et au final nous dire qu’on a un problème d’intégration et qu’on n’aime pas la France. Mais on a le droit de ne pas aimer la France. On a le droit d’être blanc, français et pas aimer la France ; on a aussi le droit d’être noir, français et pas aimer la France.

Vous n’aimez donc pas la France.

La France comme elle est aujourd’hui ? Absolument pas. A partir du moment où l’on ne peut pas accéder à la même chose que tout le monde je ne vois pas pourquoi je devrais aimer un pays dans lequel je suis sous catégorisé et considéré comme un sous-citoyen. Comment peut-on aimer un environnement aussi hostile ? Il y a beaucoup de blancs qui n’aiment pas la France aussi, c’est vrai, mais bon ça dérange moins.

La polémique suscitée autour de ce titre n’est-il pas du pain béni pour l’extrême droite ?

L’extrême droite ? On n’en a rien à cirer. L’extrême droite ce n’est pas spécialement notre combat, c’est le combat des gens qui sont au pouvoir et s’ils ont envie d’agir contre l’extrême droite ils le peuvent. Si les blancs, les français de souche avaient mauvaise conscience et s’ils avaient vraiment honte que l’extrême droite existe dans ce pays, ils feraient tout pour qu’elle n’existe plus. En l’occurrence ce n’est pas le cas. Je crois finalement que ça ne dérange pas grand monde. Au nom de la démocratie l’extrême droite a le droit de cité à la télévision, avec des discours puants, racistes, nazis et finalement ça ne choque pas tant que ça. Et ben nous aussi au nom de cette démocratie on prend la parole et ceux qui ne sont pas content c’est pareil.

Nous, on parle de ce qui nous concerne. On vit aujourd’hui dans une société postcoloniale. Moi, je suis presque de la troisième génération ici en France, où finalement on représente toujours l’ennemi intérieur. Nous qui sommes des noirs, des arabes, des musulmans anciennement des colonies, on nous rappelle tous les jours que nous sommes encore sous catégorisés. Comment ça se traduit ? Par des discriminations massives, systémiques à tous les étages de cette société. Posons les choses clairement sans rester dans le déni. Les noirs, arabes et musulmans issus des colonies gardent une forme de statut d’indigène comme à l’époque colonial. Evidemment ce n’est pas tout à fait la même chose mais finalement cette discrimination et cet apartheid continuent. Est-ce qu’on doit l’accepter ? Est-ce qu’il est question qu’on nous dise un jour que ce ne soit pas notre pays et qu’on soit obligé de rentrer chez nous. Parce que c’est peut être ce que de gens imaginent. La décolonisation reste encore en travers de la gorge de beaucoup de personnes en France. Mais ça, nous, on en a rien à cirer. Nous on leur dit, soyez cohérent. Vous vivez soit disant dans le pays des droits de l’homme, pays de la démocratie, de la république ... et ben va falloir faire avec nous. On se bat clairement sur le terrain, on mobilise autour de nous pour décoloniser ce pays et les mentalités et on n’a pas le choix. Après, si les gens dans leur tête se sentent toujours colons, je n’en ai rien à cirer. Je n’ai pas envie que mon petit frère, mes gosses, ma sœur, ma famille, les gens qui ont les mêmes origines que moi soient sous catégorisés dans ce pays. Qu’à un moment un mec me déteste c’est son problème. Mais il n’est pas question qu’il ait plus de droit et de privilège que moi. Ça, c’est inadmissible.

JPEG - 111.5 ko

Dans le clip « Nique la France » se sont deux français de souche, Busta Robert & Mc Jean Pierre qui chantent ce titre. Pourquoi ? Est-ce une manière de légitimer votre discours ?

Non. Je n’ai pas besoin de légitimer mon discours par des français de souche privilégiés. Quand on a mis ça sur internet, c’était plutôt pour faire un buzz. C’est comme si on demandait aux palestiniens si leur lutte était légitime. Pour que leur lutte soit légitime, faut-il mettre des israéliens anticolonialistes et anarchistes ? Non. Pour moi leur lutte est légitime tout court. Ils n’ont pas besoin d’un JT de juifs, d’israéliens anticolonialistes pour légitimer leur lutte. Nous, c’est pareil. On n’a pas besoin de mettre deux blancs pour légitimer notre lutte. Le truc c’était de faire du buzz sur internet et ça a marché..

Et les médias, ont-ils été nombreux à vous solliciter afin de répondre aux polémiques suscitées par le titre « Nique la France » ?

On a eu beaucoup de médias qui nous ont contactés au début de la sortie du clip « Nique la France ». On a refusé toutes les demandes d’interviews parce qu’en réalité, ils nous demandent de nous justifier. Il est hors de question qu’on se justifie. Les médias on les connait. Quand ils invitent Tariq Ramadan c’est pour se justifier. Quand ils invitent Dieudonné c’est pour qu’il se justifie. Quand ils posent une question à un arabe ou à un noir c’est pour qu’il se justifie. Il nous raconte qu’il aime la France, qu’il est bien intégré et qu’il aime le pays des droits de l’homme c’est ce qu’on attend en réalité d’un Abdel Malik et des enfants de l’immigration. Donc quand on a un discours en rupture par rapport à cela, ils ne veulent pas de toi évidemment. Les médias on les connait c’est la culture dominante. Certains ont beau se dire à gauche c’est du baratin.

Que pensez-vous de la polémique suscitée par le film Rachid Bouchareb ?

La France moisie revient en force avec toujours cette peur de nous. D’imaginer que leur belle France « Justin bridou » se transforme, c’est ça leur trouille. Ils vont donc essayer de se mobiliser. Moi, le film je ne l’ai pas vu. Je vous avoue que le film « Indigènes » m’avait posé un peu problème. On a vu les indigènes être content d’aller faire la guerre pour la France comme on le voit au début du film, ça c’est du baratin. Pour avoir questionné mes parents et mes grands oncles, je ne connais pas d’indigènes ayant été heureux d’aller combattre pour la France. Ça m’a très dérangé. Par contre le nouveau « Hors la loi », je n’en sais rien peut être qu’il sera critiquable et de voir la mobilisation des nazis, des réacs de droite, ce n’est pas une surprise pour moi, évidemment c’est le climat. Ce qui va le plus me déranger, c’est le fait qu’on n’entende pas l’extrême gauche prendre position là-dessus.

C’est une évidence pour vous d’être aujourd’hui à Aix-en-Provence pour soutenir la marche Paris Nice des sans-papiers ?

On fait de la musique populaire avec des gens avec qui on partage des visons, des projets de vie, des projets de société et avec qui on partage des colères. Etre aujourd’hui avec les sans papiers c’est pour nous une évidence. Si on fait cette musique c’est uniquement en réalité pour ça. La musique doit s’inscrire dans un contre pouvoir, dans une contre culture et on est vraiment là dedans. Ce sont des gens qui se battent pour leur dignité et finalement c’est là où notre musique a du sens. Les sans papiers sont arrivés avec cette énergie, en dansant ...., attention ce n’est pas du folklore c’est de la résistance. Une jeune palestinienne m’a dit un jour : « je ne laisserai jamais l’oppresseur imaginer qu’il a réussi à m’enlever ma joie de vivre. Alors pour cela je danserai, je chanterai, je fêterai les mariages, je fêterai les naissances, c’est ça ma résistance » et là pour les sans papiers c’est la même chose. Ils viennent de Paris, ils ont fait presque mille bornes à pied, 40 bornes par jour, ça c’est de la classe. Chapeau ! Nous, à côté d’eux on est rien, on est juste des saltimbanques.

Pour plus d’informations : http://zep-lesite.com

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard