Articles

Accueil > Agenda > SUR LES TRACES DE NOS PAS par la Compagnie Mémoires Vives

 

SUR LES TRACES DE NOS PAS par la Compagnie Mémoires Vives

19 décembre 2013

La compagnie Mémoires Vives présente vendredi au théâtre Toursky le spectacle « Sur la trace de nos pas ». Pluridisciplinaire, ce spectacle prend source dans un projet de trois ans mené avec des jeunes artistes de la Busserine. Il puise son inspiration dans les mémoires de l’immigration, dans l’histoire souvent occultée ou enfouie des migrants qui ont construit Marseille et la France. Aujourd’hui leurs petits fils et filles, sous l’impulsion du metteur en scène Yan Gild, donnent à voir une partie de cette mémoire.


 

Le projet de création « Sur Les Traces de Nos Pas », relate les mémoires des différentes communautés présentes à Marseille, de la colonisation française de leurs trajectoires migratoires et de leur enracinement dans la ville et son destin, à travers un art pluridisciplinaire. Il rassemble une vingtaine d’artistes professionnels ou amateurs. Débutée en 2011, l’aventure s’achève vendredi par une ultime représentation au Toursky. Au départ, le metteur en scène Yan Gild, dont les créations ont été souvent données dans les quartiers nord et notamment à la Busserine, a lancé un appel à participation auprès de jeunes habitants du quartier. Et une quinzaine a répondu à l’appel. Le sujet n’était pas, au préalable, arrêté, même si le travail de Yan Gild avec sa compagnie Mémoires Vives traverse les thèmes de l’immigration. L’écriture a été commune avec les jeunes qui ont découvert par ce biais une partie de l’histoire de leurs parents ou grands-parents qu’ils ignoraient. Le metteur en scène a, en effet, proposé, avant toute création, une semaine de recherche sur l’histoire. Au final, ils ont créé un spectacle en trois parties.

Mon armée à moi, c’est l’Afrique !

Farouk, animateur culturel et directeur du centre de loisir de la Busserine et est également comédien dans la pièce, explique la genèse du projet : « La première fois que l’on s’est rencontré, on a cherché le thème ensemble, on a vu les spectacles de Yan qui travaille beaucoup sur le thème de l’immigration. Nous avons effectué de nombreuses recherches sur l’immigration, nous avons appris beaucoup de choses. D’où venait l’immigration et pourquoi les immigrés sont-ils arrivés en France. Nous avions des vidéos, des livres, nous avons fait des recherches sur internet. A partir de là, nous sommes tombés sur une date, comme point de départ du spectacle, celle de la conférence de Yalta en février 1945, le partage du monde. A cette époque, la France était occupée par les Allemands et n’avait pas forcément de poids parmi les trois grands. Dans le spectacle, nous avons fait intervenir de manière fictive De Gaulle dans la conférence qui face aux trois autres puissances l’accusant de n’avoir aucune puissance militaire déclare : « Mon armée à moi, c’est l’Afrique ! », et le spectacle démarre là-dessus. On parle notamment des soldats d’Afrique qu’on a appelés pour libérer la France. »

La première phase du spectacle présentée en mars 2012 au théâtre de la Criée, après une résidence au Centre social Agora, aborde l’histoire des tirailleurs africains. La seconde partie relate la reconstruction de la France après la guerre et l’immigration, la présentation publique a eu lieu fin 2012, dans le cadre de la programmation culturelle de l’Espace Culturel de la Busserine. La dernière parle d’aujourd’hui, de la descendance des immigrés et sera donnée au Toursky, vendredi.

On appuie là où ça fait mal

Pour Abou, d’origine comorienne, qui est comédien dans le spectacle « Etant issu de l’immigration, c’est un thème qui m’a touché. On pointe du doigt certaines choses, on appuie là où ça fait mal, mais on le fait avec humour. » Pour Rania, d’origine tunisienne, comédienne dans le spectacle et qui a travaillé pendant cinq ans au collège de la Busserine, comme assistante d’éducation, ce spectacle porte un message sur le présent : « On aborde le problème du racisme, de l’exclusion, de la ghettoïsation, du fait que les habitants du quartier ne sortent pas vraiment du quartier. Ce projet est une manière de dire ce qu’on a envie de dire, que les immigrés ne sont pas arrivés ici par hasard, que nous aussi, nous avons notre place en France, que nous aussi, nous sommes Français et que même si on a l’apparence africaine, nos codes, nos cultures, nos valeurs sont français. » Le spectacle a, également été, pour elle, l’occasion de découvrir une histoire qu’on ne lui avait pas transmise : « J’ai vu que les Tunisiens avaient été colonisés par les Français, même si on parle de protectorat français, pour moi c’est de la colonisation. Avant je ne m’y étais pas forcément intéressée, alors qu’avec ces recherches, j’ai posé la question à mes parents. Or pour eux, ils se sentent petits par rapport à l’Europe, parce que pour eux l’Europe est supérieure à eux, ils ont encore l’esprit colonisé. »

Construction politique du racisme

« A Mémoires Vives, nous travaillons à produire et diffuser des œuvres spectacles vivants sur l’histoire et la mémoire des immigrations », résume Yan Gild, directeur artistique et metteur en scène, auteur et interprète de la compagnie. Militant associatif et artiste, il lutte contre les discriminations. Sa réflexion l’a amenée à s’interroger sur la construction des situations discriminantes et du racisme, dans notre pays. « Je me suis rendu compte qu’il y avait une vraie construction politique du racisme, parce que la France a besoin de cela pour expliquer les bienfaits civilisateurs de la colonisation. Quand Jules Ferry déclare à la chambre des députés, à la fin du XIXème siècle, « Il est du devoir des races supérieures d’aller coloniser les races inférieures, sinon comment pourrions nous justifier la colonisation ? », nous sommes bien dans le problème de savoir comment la SFIO, ou les progressistes ont trouvé une justification à ces conquêtes territoriales et à la soumission d’autres peuples. Pour expliquer cela, il faut adhérer aux thèses eugénistes, racistes ou de hiérarchisation des races, culturelles, intellectuelles, sociologiques, biologiques, anthropologiques…. »

Déconstruire les stéréotypes par l’art

Selon lui, il est nécessaire, et il le fait à travers ses spectacles, de déconstruire cette pensée coloniale. « Nous essayons de déconstruire les stéréotypes par l’art. Les psychés ont été atteintes, car souffrir d’un complexe d’infériorité est aussi grave que souffrir d’un complexe de supériorité. Nous, les Français, nous portons ce poids de l’histoire colonial et les immigrés également. A Mémoires Vives, nous avons envie de transcender cela, de le dépasser. Nous nommons les faits, les crimes et la culpabilité de l’Etat français. Je n’accuse pas la France, ni la République, mais j’accuse l’Etat français d’avoir, pendant 130 ans ,pris Marianne en otage pour des intérêts économiques et politiques. En France, nous n’arrivons pas à assumer les périodes sombres de notre histoire. Et cela crée de purs fantasmes sur lesquels les nouvelles générations se construisent. Les mythes nationaux qu’on a construits sont des mythes exclusifs et discriminants. Moi, j’attends toujours qu’un chef d’Etat français reconnaisse les crimes coloniaux, reconnaisse que la colonisation a été une erreur fondamentale. » Il est convaincu que ce lourd héritage pèse toujours sur la situation actuelle : « Cette pensée se transmet de générations en générations, cela se fait par la philosophie, l’éducation. Il faut que le peuple français soit conscient de cela. Au lendemain de la décolonisation, il n’y a pas eu de déconstruction de cela, la France n’a pas décolonisé les institutions et les esprits. Quand on jette des bananes à Christiane Taubira, on est dans l’héritage colonial pur et simple. De même pour le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy. Nous sommes toujours dans les mêmes clichés. Dans les publicités, ces clichés racistes ont encore cours aujourd’hui. Je ne pense pas que le racisme soit inné, c’est un racisme acquis ».

Son travail est aujourd’hui compliqué, même si sa compagnie continue à être subventionnée : « Je joue de moins en moins mes spectacles, parce que ça dérange les gens. On m’accuse d’attiser les haines et les rancœurs et de déstabiliser la République. Or, je pense que c’est dans les silences et les non-dits que les vieux démons rejaillissent. Beaucoup de salles sont aliénées, elles bénéficient de subventions publiques, on préfère le silence sur ces questions. », déplore-t-il.

Par l’art, il invite tous les Français à reprendre « Notre destinée commune en main, de se réapproprier nos histoires passées et présentes pour en faire le ciment des lendemains à construire … ensemble, inéluctablement ensemble. » Et le mot de la fin reviendra à ses interprètes : « les gens issus de l’immigration ne sont pas ici par hasard. Ils ont leur place en France autant qu’un Français de pure souche », conclut Rania. Et Farouk, se projetant dans l’avenir, tient à préciser que « Nous ne sommes pas là pour mettre de la haine, à nous de jouer un rôle, à nous de montrer qu’on peut faire quelque chose. On peut s’en sortir tous ensemble. »

Sur la trace de nos pas, direction artistique et mise en scène Yan Gilg Théâtre TOURSKY vendredi 20 décembre 2013 à 20H

 

par Claire Robert - Dans > Agenda



 

 

Autres articles Agenda

 

Brèves Agenda

  • 15 septembre

     

    Journées Européennes du Patrimoine Marseille

    Jeunesse et patrimoine : tel est le thème choisi pour cette 34e édition des Journées Européennes du Patrimoine. Une édition résolument tournée vers le jeune public et sa sensibilisation au patrimoine, à l’histoire de la Nation et à l’histoire de l’art, ou encore aux métiers du patrimoine. Avec cet objectif majeur : mieux le comprendre et mieux le connaître, dans son contexte historique et social. Ces enjeux seront déclinés à Marseille de façon aussi pédagogique que ludique. Cette année encore, vous êtes invités à découvrir gratuitement des lieux habituellement fermés au public. Rendez-vous ces 16 et 17 septembre . Par ici le programme : (...)

     

  • 14 septembre

     

    préavis de désordre Urbain

    du 13 au 24 Septembre 2017 FESTIVAL INTERNATIONAL DE PERFORMANCE. 2dition 2017, sous le signe de l’hospitalité, à travers la ville de Marseille. Pendant 2 semaines le festival de performance met la ville sous tension créatrice avec un dispositif entièrement conçu pour expérimenter 5 manières de vivre ensemble. : Traduire, Oracle, Festoyer, Identité, et Veiller. Cette année, Redplexus vous invite pour 12 jours de partages d’expériences artistiques dans un dispositif particulier : une installation nomade et immersive dans l’espace urbain inspirée du mythe de la Tour de Babel. Le Programme, c’est par ici (...)

     

  • 4 septembre

     

    Mémoires des Aygalades, Comme une résurgence

    A l’occasion de la journée du patrimoine, exposition photo, "Comme une résurgence" Quartier portes Ouvertes, cité des Aygalades. Cette mise en lumière des photos de familles de la cité des Aygalades est l’occasion de faire ressurgir des récits de vie, des témoignages et des patrimoines enfouis. C’est aussi révéler les valeurs des lieux et des personnes pour les ériger en patrimoines constitutifs de l’histoire de la ville. Le 16 après midi, exposition photos issue de ce travail et le site internet dédié. Les habitants vous accueillent pour en témoigner. Cet événement est associé à la présentation des fresques réalisées à la cité de la Visitation avec l’association We Records pour les Journées (...)

     

  • 4 septembre

     

    Festival international du dessin de presse

    Le Festival international du dessin de presse de l’Estaque se déroulera du 18 au 24 septembre avec des dessins, expositions, concerts, rencontres, débats dans tout le quartier de l’Estaque. L’affiche (nouvelle version) de cette édition 2017 est illustrée par Marilena Nardi, lauréate du prix du public l’an dernier. https://www.instagram.com/fidepofficiel/ FB

     

  • 4 septembre

     

    Cette exposition est une invitation au voyage...

    Cette exposition est une invitation au voyage et à l’aventure, symboles de la vie et de l’oeuvre de Jack London. Mettant en scène de nombreux objets et documents, certains souvent présentés au public pour la première fois, elle donne à revivre l’un des paris les plus audacieux de l’écrivain : son voyage dans les mers du sud entre 1907 et 1909. La présentation s’articulera autour des archipels traversés par l’écrivain : Hawaï, les îles Marquises, Tahiti, Fidji, Samoa, Vanuatu, les îles Salomon..Une sélection d’oeuvres majeures, issues des collections du MAAOA et de grands musées spécialisés dans les Arts Premiers, sera présentée aux côtés des objets rapportés par Jack London lui-même. La scénographie mêlera (...)

     

  • 4 septembre

     

    L’Ombre qui se déplace en faisant des bruits, création Belsunce. La Compagnie

    L’Ombre qui se déplace en faisant des bruits, est une exposition proposée apr La Compagnie, lieu de création et d’exposition artistique situé à Belsunce. La Compagnie propose des situations de créations collectives avec les habitants de Belsunce, enfants et adultes. Art, culture et lien social travaillent avec une équipe constituée d’artistes, privilégiant un travail de reprise de ses perceptions, d’élaboration des représentations. En 2016-2017, La Compagnie a ainsi continué l’articulation et l’ancrage de son projet dans Belsunce et le grand centre-ville, auprès des habitants et avec les structures associatives travaillant avec ces publics. Musique, moteur !, La Compagnie, lieu de création 19, Rue (...)

     

  • 4 septembre

     

    la 4e Biennale du Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires, RHMIT)

    Pendant les trois prochains mois, la 4e Biennale du Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires (RHMIT) révélera plus d’une centaine d’événements à travers toute la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Conférences, spectacles, ateliers, balades, colloques, expositions, projections de films... seront autant d’occasions de découvrir la diversité des acteurs régionaux, associatifs ou publics, leur dynamisme et leur engagement sur les questions fondamentales que sont l’histoire des immigrations et des territoires de notre région. Début, le 15 septembre. La photo est une image d’archives Une image d’archives, à deux pas du Vieux Port, fin XIXe siècle. L’hôtel de Jérusalem (traduit (...)

     

  • 1er août

     

    Fête du 4 août, à la belle de Mai, pour fêter la fin des privilèges

    Pour fêter l’abolition des privilèges, le collectif " Fête du 4 août " propose des rencontres avec les acteurs sociaux de terrain ( Eau Bien Commun, Médecins du Monde, Meus, Usagers. Des Transports), des syndicats et des collectifs de lutte ( Solidaires, Front Social 13) et les habitants de ce quartier de Marseille (entre autres, La Fédération des Associations Comoriennes de Marseille ) dans le cadre d’une fête populaire (groupes musicaux, balletti et paella géante). Le vendredi 4 août, la fête sera animée par le groupe Kilimandjaro, et ses rythmes africains, Susie, chanteuse de genre et le Dj. Pour célébrer l’abolition des privilèges de 1789 et appeler à l’abolition des nouveaux privilèges, un (...)

     

  • 30 juin

     

    2017 ça rime avec Africa Fête ! Du 30 juin au 8 juillet...

    Le Festival Africa Fête de Marseille aura lieu du 30 juin au 8 juillet 2017 pour cette édition 2017 (la numéro13) un menu copieux vous attend. Et ce, tant pour l’esprit que pour la fête, c’est ça Africa Fête ! Le programme complet est ici : L’Edito de notre Ami Victor Faye, histoire d’en comprendre les enjeux. En septembre 1956 se tenait à la Sorbonne le premier congrès des écrivains et artistes noirs qui avait comme but essentiel de rehausser aux yeux du monde entier le statut des civilisations noires au même titre que celles des autres cultures. À l’époque, cet événement était considéré comme un tournant décisif pour les peuples de cultures noires du monde entier. Qu’en est-il soixante ans après ce (...)

     

  • 10 mai

     

    HIP HOP : un âge d’or 1970-1995...Exposition MAC Marseille

    HIP HOP : un âge d’or 1970-1995... 13 mai 2017 – 14 janvier 2018 La culture Hip Hop ouvre les portes du musée d’Art contemporain à ceux qui aux États-Unis, en Europe et à Marseille incarnent un phénomène planétaire. Depuis les premières block parties du Bronx jusqu’à l’âge d’or marseillais retrouvez la fièvre qui s’est emparée du monde en trois temps et quatre mouvements : DJing, MCing, Graffiti & Bboying. La formidable énergie et l’inventivité des DJ, des maîtres de cérémonie, des graffeurs et writters, des break dancers et de leurs crews a pris la rue, les clubs et la jeunesse du monde. Émergeant dans le quartier du Bronx, qui connaît les pires conditions économiques, une jeunesse qui rêve d’exister (...)

     

Articles récents

Articles au hasard