Articles

Accueil > Agenda > SUR LES TRACES DE NOS PAS par la Compagnie Mémoires Vives

 

SUR LES TRACES DE NOS PAS par la Compagnie Mémoires Vives

19 décembre 2013

La compagnie Mémoires Vives présente vendredi au théâtre Toursky le spectacle « Sur la trace de nos pas ». Pluridisciplinaire, ce spectacle prend source dans un projet de trois ans mené avec des jeunes artistes de la Busserine. Il puise son inspiration dans les mémoires de l’immigration, dans l’histoire souvent occultée ou enfouie des migrants qui ont construit Marseille et la France. Aujourd’hui leurs petits fils et filles, sous l’impulsion du metteur en scène Yan Gild, donnent à voir une partie de cette mémoire.


 

Le projet de création « Sur Les Traces de Nos Pas », relate les mémoires des différentes communautés présentes à Marseille, de la colonisation française de leurs trajectoires migratoires et de leur enracinement dans la ville et son destin, à travers un art pluridisciplinaire. Il rassemble une vingtaine d’artistes professionnels ou amateurs. Débutée en 2011, l’aventure s’achève vendredi par une ultime représentation au Toursky. Au départ, le metteur en scène Yan Gild, dont les créations ont été souvent données dans les quartiers nord et notamment à la Busserine, a lancé un appel à participation auprès de jeunes habitants du quartier. Et une quinzaine a répondu à l’appel. Le sujet n’était pas, au préalable, arrêté, même si le travail de Yan Gild avec sa compagnie Mémoires Vives traverse les thèmes de l’immigration. L’écriture a été commune avec les jeunes qui ont découvert par ce biais une partie de l’histoire de leurs parents ou grands-parents qu’ils ignoraient. Le metteur en scène a, en effet, proposé, avant toute création, une semaine de recherche sur l’histoire. Au final, ils ont créé un spectacle en trois parties.

Mon armée à moi, c’est l’Afrique !

Farouk, animateur culturel et directeur du centre de loisir de la Busserine et est également comédien dans la pièce, explique la genèse du projet : « La première fois que l’on s’est rencontré, on a cherché le thème ensemble, on a vu les spectacles de Yan qui travaille beaucoup sur le thème de l’immigration. Nous avons effectué de nombreuses recherches sur l’immigration, nous avons appris beaucoup de choses. D’où venait l’immigration et pourquoi les immigrés sont-ils arrivés en France. Nous avions des vidéos, des livres, nous avons fait des recherches sur internet. A partir de là, nous sommes tombés sur une date, comme point de départ du spectacle, celle de la conférence de Yalta en février 1945, le partage du monde. A cette époque, la France était occupée par les Allemands et n’avait pas forcément de poids parmi les trois grands. Dans le spectacle, nous avons fait intervenir de manière fictive De Gaulle dans la conférence qui face aux trois autres puissances l’accusant de n’avoir aucune puissance militaire déclare : « Mon armée à moi, c’est l’Afrique ! », et le spectacle démarre là-dessus. On parle notamment des soldats d’Afrique qu’on a appelés pour libérer la France. »

La première phase du spectacle présentée en mars 2012 au théâtre de la Criée, après une résidence au Centre social Agora, aborde l’histoire des tirailleurs africains. La seconde partie relate la reconstruction de la France après la guerre et l’immigration, la présentation publique a eu lieu fin 2012, dans le cadre de la programmation culturelle de l’Espace Culturel de la Busserine. La dernière parle d’aujourd’hui, de la descendance des immigrés et sera donnée au Toursky, vendredi.

On appuie là où ça fait mal

Pour Abou, d’origine comorienne, qui est comédien dans le spectacle « Etant issu de l’immigration, c’est un thème qui m’a touché. On pointe du doigt certaines choses, on appuie là où ça fait mal, mais on le fait avec humour. » Pour Rania, d’origine tunisienne, comédienne dans le spectacle et qui a travaillé pendant cinq ans au collège de la Busserine, comme assistante d’éducation, ce spectacle porte un message sur le présent : « On aborde le problème du racisme, de l’exclusion, de la ghettoïsation, du fait que les habitants du quartier ne sortent pas vraiment du quartier. Ce projet est une manière de dire ce qu’on a envie de dire, que les immigrés ne sont pas arrivés ici par hasard, que nous aussi, nous avons notre place en France, que nous aussi, nous sommes Français et que même si on a l’apparence africaine, nos codes, nos cultures, nos valeurs sont français. » Le spectacle a, également été, pour elle, l’occasion de découvrir une histoire qu’on ne lui avait pas transmise : « J’ai vu que les Tunisiens avaient été colonisés par les Français, même si on parle de protectorat français, pour moi c’est de la colonisation. Avant je ne m’y étais pas forcément intéressée, alors qu’avec ces recherches, j’ai posé la question à mes parents. Or pour eux, ils se sentent petits par rapport à l’Europe, parce que pour eux l’Europe est supérieure à eux, ils ont encore l’esprit colonisé. »

Construction politique du racisme

« A Mémoires Vives, nous travaillons à produire et diffuser des œuvres spectacles vivants sur l’histoire et la mémoire des immigrations », résume Yan Gild, directeur artistique et metteur en scène, auteur et interprète de la compagnie. Militant associatif et artiste, il lutte contre les discriminations. Sa réflexion l’a amenée à s’interroger sur la construction des situations discriminantes et du racisme, dans notre pays. « Je me suis rendu compte qu’il y avait une vraie construction politique du racisme, parce que la France a besoin de cela pour expliquer les bienfaits civilisateurs de la colonisation. Quand Jules Ferry déclare à la chambre des députés, à la fin du XIXème siècle, « Il est du devoir des races supérieures d’aller coloniser les races inférieures, sinon comment pourrions nous justifier la colonisation ? », nous sommes bien dans le problème de savoir comment la SFIO, ou les progressistes ont trouvé une justification à ces conquêtes territoriales et à la soumission d’autres peuples. Pour expliquer cela, il faut adhérer aux thèses eugénistes, racistes ou de hiérarchisation des races, culturelles, intellectuelles, sociologiques, biologiques, anthropologiques…. »

Déconstruire les stéréotypes par l’art

Selon lui, il est nécessaire, et il le fait à travers ses spectacles, de déconstruire cette pensée coloniale. « Nous essayons de déconstruire les stéréotypes par l’art. Les psychés ont été atteintes, car souffrir d’un complexe d’infériorité est aussi grave que souffrir d’un complexe de supériorité. Nous, les Français, nous portons ce poids de l’histoire colonial et les immigrés également. A Mémoires Vives, nous avons envie de transcender cela, de le dépasser. Nous nommons les faits, les crimes et la culpabilité de l’Etat français. Je n’accuse pas la France, ni la République, mais j’accuse l’Etat français d’avoir, pendant 130 ans ,pris Marianne en otage pour des intérêts économiques et politiques. En France, nous n’arrivons pas à assumer les périodes sombres de notre histoire. Et cela crée de purs fantasmes sur lesquels les nouvelles générations se construisent. Les mythes nationaux qu’on a construits sont des mythes exclusifs et discriminants. Moi, j’attends toujours qu’un chef d’Etat français reconnaisse les crimes coloniaux, reconnaisse que la colonisation a été une erreur fondamentale. » Il est convaincu que ce lourd héritage pèse toujours sur la situation actuelle : « Cette pensée se transmet de générations en générations, cela se fait par la philosophie, l’éducation. Il faut que le peuple français soit conscient de cela. Au lendemain de la décolonisation, il n’y a pas eu de déconstruction de cela, la France n’a pas décolonisé les institutions et les esprits. Quand on jette des bananes à Christiane Taubira, on est dans l’héritage colonial pur et simple. De même pour le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy. Nous sommes toujours dans les mêmes clichés. Dans les publicités, ces clichés racistes ont encore cours aujourd’hui. Je ne pense pas que le racisme soit inné, c’est un racisme acquis ».

Son travail est aujourd’hui compliqué, même si sa compagnie continue à être subventionnée : « Je joue de moins en moins mes spectacles, parce que ça dérange les gens. On m’accuse d’attiser les haines et les rancœurs et de déstabiliser la République. Or, je pense que c’est dans les silences et les non-dits que les vieux démons rejaillissent. Beaucoup de salles sont aliénées, elles bénéficient de subventions publiques, on préfère le silence sur ces questions. », déplore-t-il.

Par l’art, il invite tous les Français à reprendre « Notre destinée commune en main, de se réapproprier nos histoires passées et présentes pour en faire le ciment des lendemains à construire … ensemble, inéluctablement ensemble. » Et le mot de la fin reviendra à ses interprètes : « les gens issus de l’immigration ne sont pas ici par hasard. Ils ont leur place en France autant qu’un Français de pure souche », conclut Rania. Et Farouk, se projetant dans l’avenir, tient à préciser que « Nous ne sommes pas là pour mettre de la haine, à nous de jouer un rôle, à nous de montrer qu’on peut faire quelque chose. On peut s’en sortir tous ensemble. »

Sur la trace de nos pas, direction artistique et mise en scène Yan Gilg Théâtre TOURSKY vendredi 20 décembre 2013 à 20H

 

par Claire Robert - Dans > Agenda



 

 

Autres articles Agenda

 

Brèves Agenda

  • 21 novembre

     

    On l’appelait « Chocolat »

    Cette exposition rend hommage au premier artiste noir ayant connu la célébrité sur une scène française. Jeune esclave cubain, vendu à un marchand espagnol, il arrive à paris en 1886, comme domestique d’un clown anglais. Foottit et Chocolat ont joué vingt ans ensemble. Ils ont inventé la comédie clownesque, le duo associant le clown blanc et l’auguste. Ils ont été aussi les premiers acteurs du cinéma muet. Haute figure de la vie parisienne à la Belle Epoque, lié à Toulouse-Lautrec, Debussy, Alphonse Allais, Firmin Gémier et bien d’autres, le clown Chocolat est tombé dans un injuste oubli après sa mort en 1917. A travers l’histoire de cet artiste, l’exposition aborde la question des discriminations et du (...)

     

  • 8 novembre

     

    La Palestine en Résistance, les 24 et 25 Nov. 2017 au Canopé Marseille 1er.

    C’est au 31 boulevard d’Athène, en bas des escaliers de la gare Saint-Charles, qu’auront lieu ces deux journées de réflexion, de connaissance et d’échanges en faveur de la Palestine, ce pays si injustement colonisé et martyrisé. Au menu, de copieux plats de "Résistance" vous seront servis. Et cela débutera vendredi 24 à 19 heurs avec la diffusion de l’excellent film de Maryse Gargour "La terre parle Arabe" un film d’histoire devenu historique et essentiel pour ceux qui veulent comprendre la tragédie de ce peuple. L’épuration ethnique que subissent les Palestiniens depuis des dizaines d’années ne sont pas sanctionné de façon coercitive par les nations unis, et les grande puissances. Pire, aujourd’hui des (...)

     

  • 8 novembre

     

    Financement participatif pour le film, Les Herbes Folles de Lucie Thierry, sur l’école bricabracs, une école créée par des parents à Marseille

    Le financement participatif du documentaire "Les Herbes Folles" de Lucie Thierry s’achève le 8 novembre. Ce documentaire suit l’aventure de la nouvelle école Bricabracs, dans les quartiers Nord de Marseille, école qui a été montée par des parents et un instituteur désireux de proposer à leurs enfants un autre système scolaire. Une aventure en constant mouvement et interrogation. « Raconter l’école, c’est raconter la société telle qu’elle est. Filmer l’école Bricabracs, c’est oser rêver à d’autres possibles », explique Lucie Thierry. La documentariste est également auteure du documentaire "Poussières de Femmes," diffusé sur la chaîne Arte qui relate le quotidien de trois femmes balayant les rues de (...)

     

  • 6 novembre

     

    Festival Les Instants Vidéo

    30e Festival Les Instants Vidéo Le Festival Les Instants Vidéo est une manifestation dédiée à l’art vidéo et la poésie électronique, sous toutes ses formes, monobandes, installations, performances, multimédias... "30 ans que nos désirs font désordre 30 ans que nous forçons les barrages culturels, sociaux et économiques 30 ans que nous dessinons avec les artistes des plans d’évasion 30 ans que nous tissons des réseaux de complicités internationales poétiques et politiques. Nous célébrons donc en 2017, 30 années d’agitations vidéo poélitiques intercontinentales en 30 événements sans frontières (Tunisie, Maroc, Palestine, Kirghizistan, Egypte, Argentine, Italie, France...) et de manière totalement (...)

     

  • 30 octobre

     

    L’Europe devient-elle fasciste ? "Mise en veille", la dernière création de la Compagnie Mémoires Vives

    La compagnie Mémoires Vives présente sa nouvelle création : MISE EN VEILLE. Le Jeudi 2 novembre 2017 à 20h00 et Vendredi 3 novembre 2017 à 14h30 et 20h00 Au Théâtre de l’Œuvre (1 rue Mission de France, 13001 Marseille) L’Europe devient-elle fasciste ? Elle qui s’était drapée des principes d’unité, de démocratie, de solidarité, d’harmonie et de paix entre les peuples… Elle qui, désincarnée, bafoue ces mêmes principes par des actes froids, technocratiquement pensés et exécutés…Dans quelle impasse est-elle en train de s’engouffrer ? Cette Europe qui devait se construire de nos rêves et qui finalement alimente nos peurs et se nourrit de nos cauchemars… Par des fragments de vie d’individus, ordonnés par la peur, (...)

     

  • 27 octobre

     

    Expo MUCEM : nous sommes foot

    En laissant entrer un ballon rond dans son enceinte, le Mucem rend hommage aux peuples et aux civilisations du football ainsi qu’aux pratiques culturelles et sociales qui l’accompagnent, en Méditerranée comme à Marseille. Défendue par son effectif de 300 œuvres, objets, photos et installations, « Nous sommes foot » met en jeu 11 séquences et, comme les règles sportives l’imposent, se visite en 90 minutes ! Mucem Nous sommes foot. Jusqu’au 4 fév 2018

     

  • 25 octobre

     

    Festival O.Q.P (Opération Quartiers Populaires)

    Festival O.Q.P (Opération Quartiers Populaires) Du 23 Octobre au 04 Novembre 2017, le Festival O.Q.P occupe le Théâtre de l’Œuvre, implanté en plein quartier de Belsunce, à la lisière de La Canebière et de Noailles… Les Lieux • C’est à partir du Théâtre de l’Œuvre, lieu passerelle participatif, endroit de rencontres et d’échanges artistiques, maison de théâtre ouverte sur son environnement et ses habitants que le Festival va essaimer sur d’autres lieux emblématiques du territoire… • Le Polygone Etoilé, nom du Cinéma International de Quartier, géré par le collectif Film Flamme au Quartier de la Joliette, une Maison d’Artistes au cœur du public où l’on rencontre un public sans quartier. • Le Cinéma Les (...)

     

  • 24 octobre

     

    Mercredi 25 octobre Journée Associative Crottes/Cabucelle à la rencontre des habitants chez Amazigh au marché aux puces

     

  • 17 octobre

     

    Festival Film Femmes Méditerranée

    Fictions / Documentaires / Courts métrages / Web séries / Débats / Leçon de cinéma / Expo photos ​ Si l’objectif premier reste prioritaire : la mise à l’honneur du cinéma des réalisatrices méditerranéennes, les Rencontres 2017 empruntent aussi résolument des pistes nouvelles. La jeunesse et l’énergie en sont les maîtres mots. Au cœur de la programmation, l’offre de découverte de jeunes talents issus de 20 pays de la Méditerranée et au-delà, récompensés souvent dans de prestigieux festivals. 40 films : longs et courts métrages, fictions et documentaires, des inédits, des avant-premières, échos de l’âpreté de notre époque, mais aussi porteurs d’espoir, de courage et d’humanité. Toujours à l’affiche, (...)

     

  • 28 septembre

     

    Week-en soutien aux réfugiés, Librairie La Réserve à Bulles

    A la librairie spécialisée dans la Bande dessinée, La Réserve à Bulles, auteurs-trices et illustrateurs-trices se mobilisent et proposent un weekend festif au profit de Osiris, association de soutien thérapeutique aux personnes exilées. Au programme : Vendredi 29 septembre à partir de 18h : Lancement du weekend par Reem Mansour, présidente de Osiris suivi de : Amour Paix et Révolution, un concert de Catherine Vincent et Mohamed Al Rashi. Un répertoire de chansons pop-rock en français, arabe et espagnol. À 19H Vente des originaux, sérigraphies et autres belles choses offerts par les auteurs et les illustrateurs. Petits prix de 10 à 100€ max. Samedi 30 septembre à partir de 10h : (...)

     

Articles récents

Articles au hasard