Articles

Accueil > Actualités > Rroms : passé, présent, futur

 

Rroms : passé, présent, futur

26 avril 2012 - Dernier ajout 28 avril 2012

C’est incontestable, la situation des Rroms en France, et notamment à Marseille, s’améliorera seulement lorsque les têtes politiques se renouvelleront et que la période des mesures transitoires sera abrogée. En attendant, ce sont les associations qui opèrent quotidiennement pour améliorer l’intégration de ces citoyens européens. Afin de faire émerger de nouvelles perspectives, l’association Rencontres Tsiganes et le Réseau Education Sans Frontières se sont réunis à l’Equitable Café pour une soirée-débat autour des alternatives à la situation des Rroms à Marseille. L’heure de dresser un bilan de ces dernières années et d’ouvrir le débat. Jean-Paul Kopp de Rencontres Tsiganes nous en a exposé les grandes lignes.


 

En janvier 2012, le ministre de l’Intérieur s’est targué d’avoir atteint le nombre de 32 000 expulsions d’étrangers en situation irrégulière pour 2011, dont un tiers concerne des ressortissants roumains. Des expulsions qui se sont enchaînées et déchaînées sur le territoire marseillais, notamment depuis la nomination du préfet de police Alain Gardère (le 29 août 2011), et qui n’ont donné ni répit, ni alternatives aux familles Rroms, si ce n’est un accueil dans les lieux d’hébergement d’urgence conditionné à l’acceptation de retour dans le pays d’origine : « quand elles sont expulsées d’un campement, on ne leur propose rien si ce n’est les quelques lits à l’UHU de la Madrague ville et à condition qu’elles acceptent le retour en Roumanie, ce n’est pas sérieux ! ». Désormais, la donne a changé puisque « l’on est passé du retour volontaire aux Obligations de quitter le territoire français (OQTF) systématique ». La seule solution, lorsque ces personnes sont démunies du peu qu’elles ont, restent les nuits d’hôtels financées par les associations : « surtout cet hiver avec le grand froid, on a pu mettre des femmes et des enfants en bas âge à l’abri ». Mais comment avancer sur cette problématique si les autorités en place, mairie et préfecture, ne tendent aucune oreille : « ce qui bloque en ce moment, ce sont beaucoup de choses qui relèvent des compétences de l’État et de la ville, et comme on se heurte à deux murs, on n’avance pas ». Il est de mise de rappeler la patate chaude évacuée par la mairie de Marseille depuis bientôt sept mois et réceptionnée par la préfecture, à savoir la tenue de la table-ronde, qui avait été récemment annoncée avant le 23 mars. Les échéances électorales ont dû avoir raison de cette date. Depuis que Raphaël Le Méhauté, préfet délégué pour l’Egalité des chances, a été missionné par le préfet de région pour la « mission Rroms » (étudier le sujet, rencontrer les collectivités, faire émerger de nouvelles solutions), les associations, pourtant premiers acteurs sur cette thématique, n’ont eu aucun retour.

Le principal obstacle dans le processus d’intégration de cette population, au-delà des préjugés, reste le maintien des mesures transitoires imposées lors de l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l’Union Européenne : « ces mesures les empêchent d’avoir un accès à l’emploi comme tout européen qui va dans un autre pays de l’Europe pour travailler ». L’emploi, la clé de l’insertion qui leur permettrait de construire les fondations de leur avenir. « Les personnes qui ont eu la possibilité d’avoir un emploi à Marseille avec un titre de séjour se sont parfaitement intégrées et se sont fondues dans la masse ». Si le bilan paraît bien sombre, des éclaircies laissent entrevoir des accalmies.

Laisser le temps au temps

« Par rapport à il y a deux ans, deux espaces d’hébergement ont vu le jour et ont permis de mettre une vingtaine de familles à l’abri » se félicite Jean-Paul Kopp. Effectivement, il y a d’abord eu l’Espace solidaire d’hébergement (ESH) à Plombières , inauguré le 1er septembre 2011 durant la vague d’expulsions de l’été 2011, où dix familles ont été logées : « grâce à la Région et la fondation Abbé Pierre, on a pu faire cet Espace solidaire d’hébergement ». Récemment, le 23 février 2012, l’archevêché de Marseille a mis à disposition de dix familles Rroms une bâtisse inoccupée située dans le quartier de St-Pierre : «  ça a permis de stabiliser dix familles mais qui sont sous le coup d’OQTF. Malgré le tollé que ça a fait au début, les choses se sont calmées puisqu’il ne se passe rien de particulier depuis que ces familles sont là. Il y a même des solidarités de quartier qui se sont créées ». Jean-Paul Kopp rappelle que « la position de l’archevêque, malgré tous les appels qu’il a eus pour que ça ne se fasse pas, a permis à beaucoup de citoyens de prendre conscience de la situation ». Ces deux lieux sont actuellement gérés par l’AMPIL.

JPEG - 113.4 ko
© A-A Morell

Si une légère amélioration est à relayer au niveau des structures d’hébergements, il est sans conteste notable que certaines consciences d’élus se sont réveillées : «  il y a quelques années, aucun élu n’était sur la question. Depuis quelques mois, ça a évolué d’une façon significative. Il y en a qui se sont complètement investis et qui essaient de faire bouger les choses comme Jean-Marc Coppola (PCF), Gaëlle Lenfant (PS), Jacques Lerichomme (PCF) et Patrick Menucci (PS) et d’autres (comme EELV) ». Est-ce parce que les Hommes politiques, modèle d’exemplarité, ont montré un intérêt et un investissement pour la question d’inclusion sociale et économique des Rroms qu’une partie de la conscience citoyenne s’est réveillée ? Toujours est-il que l’association Rencontres Tsiganes a dénoté « une réelle volonté de mieux connaître ces familles. On a pas mal été sollicités ces derniers mois pour aller faire des réunions, expliquer aux gens qui sont les Rroms. On est beaucoup dans ce travail de sensibilisation ». Une volonté qui a également émané du Conseil Régional qui avait, fin mars 2011, lié un partenariat avec huit associations, afin d’établir des actions concertées en direction de cette population : « avec le Conseil régional on opère auprès de lycées, qui se sont portés volontaires, pour faire un travail d’information et de sensibilisation. C’est la première année, c’est donc une expérimentation sur six lycées ».

Et maintenant ?

« Il n’y a aucune alternative au niveau de l’État et de la mairie » déplore Jean-Paul Kopp. Une lettre a alors été adressée le 25 avril 2012 au préfet de région et au maire les mettant face à leurs prérogatives. Celles de la loi de réquisition sur les logements vacants qui stipule notamment que « toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique et sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence. […] Toute personne accueillie dans une structure d’hébergement d’urgence doit pouvoir y bénéficier d’un accompagnement personnalisé et y demeurer, dès lors qu’elle le souhaite, jusqu’à ce qu’une orientation lui soit proposée […] ». « La Ville de Marseille et l’État possèdent suffisamment de terrains ou de bâtiments vacants pour trouver des solutions, durables, humainement acceptables et de manière inconditionnelle, pour ces familles. Puisque la loi, qui les oblige à héberger les gens qui sont sans abris, n’est pas appliquée, nous, on a décidé de le faire. On a donc prévenu qu’on ferait des réquisitions citoyennes. Lorsqu’il y a des expulsions par exemple, on va continuer à réquisitionner des terrains, des logements pour mettre les familles à l’abri ». A Château-Gombert, l’association avait réquisitionné un terrain qui a permis d’abriter deux familles et de réinscrire les enfants à l’école. La SEM (société des eaux de Marseille) a même proposé et installé un accès à l’eau : « c’est plein de petites choses pour lesquelles il faut se battre mais où l’on arrive à avoir des résultats malgré l’hostilité de la mairie ».

« Malheureusement, il n’y a pas d’autres alternatives que les réquisitions. Nous, en tant qu’association on est là pour défendre les droits, on ne va pas se mettre dans l’illégalité mais là, on est contraints et forcés devant un état d’urgence ». Voici à l’heure actuelle où en sont rendues les associations. Voici les retombées sociales et humanitaires engendrées par une politique stigmatisante que doivent porter les associations.

« La situation des Rroms ne pourra pas être pire que maintenant » mesure le militant. Tout va se jouer dans les semaines à venir, l’enjeu est décisif, les retombées conséquentes. « S’il y a un changement d’interlocuteur au niveau de la ville ou de l’État, ce sera plus facile. Même si la mairie reste en retrait, avec l’État on pourra agir ». Tout est dit ! Les projets pour l’avenir n’attendent plus qu’à être écoutés par une oreille prête à accepter. « La population est demandeuse de projets mais manque d’idée, d’aide logistique, d’ingénierie de projet. Tout ça demande, au plan local, à ce que toutes les collectivités travaillent ensemble, apportent leurs connaissances, leurs compétences, voir leurs moyens. C’est une question de volonté. Une fois qu’il y a la volonté politique, c’est plus facile. On peut le voir dans d’autres villes de France, donc il n’y a pas de raison qu’à Marseille on ne puisse rien faire de ce coté là ». Et ce n’est pas la peine d’aller si loin puisqu’à 64 km de Marseille, au Secours catholique de Toulon, des projets ont été mis en place dès 2004 avec une association en Roumanie pour permettre l’insertion de ces familles dans le pays d’origine. Jean-Paul Kopp réaffirme que pour les familles a qui l’on propose ce retour, « il faut que ce soit fait dans de bonnes conditions, en lien avec des structures en Roumanie pour qu’on puisse étudier des projets là-bas par lesquels elles pourront s’insérer et pas simplement avec 300 euros ».

L’association Rencontres Tsiganes, avec Caroline Godard et Jean-Paul Kopp, prévoit d’organiser des projections-débats autour des gens du voyage, des Rroms et des Tsiganes. Si ces actions peuvent permettre de changer le regard et les mentalités du citoyen Français sur ces citoyens européens, alors l’association ne veut pas passer à côté.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 24 avril

     

    #SansMoiLe7Mai

    le Hashtag #SansMoiLe7Mai, Décider de ne pas voter au second tour Avec #SansMoiLe7Mai, de nombreux internautes ont décidé de ne pas voter le 7 mai prochain. Pour des raisons diverses. Comme cet internaute, "on nous demande de choisir entre la haine des étrangers ou la haine des pauvres. Ou un autre "Ce score de Macron marque l’immaturité politique des Français totalement manipulés par les médias", ou d’autres mécontents/"Certains semblent répondre à Jean-Luc Mélenchon, qui a déclaré dimanche soir, qu’il demanderait l’avis de ses militants par vote électronique en vue du second (...)

     

  • 24 avril

     

    Le PS appelle à voter Emmanuel Macron au 2ème tour

    Le Parti socialiste appelle "à battre l’extrême droite" et donc "à voter" pour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, a déclaré lundi Jean-Christophe Cambadélis. "Nous appelons à battre l’extrême droite, Marine Le Pen, et donc nous appelons à voter Macron. Cette prise de position a été unanime au sein du bureau national du PS et c’est suffisamment rare pour que ce soit souligné", a déclaré le premier secrétaire du PS au micro de BFMTV.

     

  • 24 avril

     

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix "La candidate du Front national a réalisé un score historique avec plus de 7,5 millions de voix. Mais Marine Le Pen n’est pas pour autant populaire dans toutes les villes de France. Il existe même 56 communes où le Front national n’a obtenu strictement aucune voix. Il s’agit de petits villages avec moins de 100 inscrits sur les listes électorales. La majorité de ces bourgs se situe dans le sud-ouest de la France." http://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/carte-ces-56-communes-ou-marine-le-pen-n-a-fait-aucune-voix_2159674.html#xtor=CS1-746

     

  • 4 avril

     

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms Le 8 avril symbolise l’union des Roms, qui se sont choisis en 1971 un hymne, un drapeau, une fête internationale : le « Romano Dives ». Pour sa 10ème édition, Latcho Divano célèbre cette journée phare à la Friche Belle-de-Mai, en proposant au public de découvrir l’action de terrain de chaque association militante et culturelle oeuvrant pour les Roms à Marseille, des activités pour tous, et un grand concert gratuit. Friche La Belle de Mai 41 rue Jobin - 13003 Marseille

     

  • 4 avril

     

    Dernier sondage : Présidentielle : des électeurs intéressés par la campagne mais toujours indécis

    Présidentielle : des électeurs intéressés par la campagne mais toujours indécis Selon la dernière enquête du Cevipof pour « Le Monde », 66 % des électeurs ne savent toujours pas pour qui ils vont voter, et Jean-Luc Mélenchon perce. En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/04/04/presidentielle-des-electeurs-interesses-par-la-campagne-mais-toujours-indecis_5105345_4854003.html#TpeI6h4ctT21gdSc.99

     

  • 4 avril

     

    Une multinationale pétrolière poursuit l’Italie pour avoir protégé son littoral, oui les ravages des Accords de Libre échange

    Une multinationale pétrolière poursuit l’Italie pour avoir protégé son littoral "C’est au tour de l’Italie d’être trainé en justice par une multinationale pétrolière. Son crime : vouloir protéger son littoral des risques d’une marée noire. L’Italie est poursuivie devant un tribunal d’arbitrage international par Rockhopper Exploration, une compagnie britannique pétrolière et gazière qui lui réclame des dommages et intérêts. En cause : l’interdiction votée par le Parlement italien en janvier 2016 de toute nouvelle activité d’exploration et de production à moins de 12 mille marins de la côte, soit une vingtaine de kilomètres [1]." a lire sur Bastamag (...)

     

  • 4 avril

     

    Lâche agression du domicile du président de l’Espace Franco Algérien PACA

    Dimanche soir, un terrible drame a été évité parce qu’Hassen Guenfici et sa petite famille n’étaient pas à leur domicile quand une lourde pierre de plus d’un kilo a fait éclaté le double vitrage de l’appartement et a atterri dans le salon. Tout le monde peut imaginer ce qu’un pavé de cette importance aurait pu provoquer si par malheur il avait percuté un membre de la famille, notamment le tout petit de la famille Guenfici. C’est un acte de la plus haute gravité, il intervient juste après qu’une plainte a été déposé par l’Espace Franco Algérien contre un membre de l’OAS précise Hassan Guenfici sur compte FB. D’ores et déjà, de toute la France, des messages de soutiens appellent à ne pas en rester là. Une (...)

     

  • 3 avril

     

    Stop a l’impunité policière/ Vérité et justice...

    Stop a l’impunité policière/ Vérité et justice pour Morad, 7 avril Concert Hip hop repas Stop a l’impunité policière/ Vérité et justice pour Morad En soutien à la famille de Morad, 16 ans mort suite à une interpellation policière à Font Vert en Avril 2014, le temps est venu de la convergence solidaire. Pour demander justice et porter ensemble une famille en quête de vérité. Des militants, des artistes se réunissent et décident de mener de front des actions de solidarité pour accompagner la famille dans ses démarches juridiques, dans ses difficultés quotidiennes, dans ses aspirations à construire demain… vendredi 7 avril 2017 Dar Lamifa, 127 Rue d’Aubagne, (...)

     

  • 23 février

     

    Samy Debah met un terme à sa fonction de président du CCIF.

    Par un communiqué mail à notre rédaction et à de nombreux médias, partenaires et adhérent nous avons appris que Samy Debah quittait ses fonctions de président du Collectif Contre l’Islamophobie en France. Toutefois, l’ex leader du CCIF exprime dans une lettre signifiant son départ qu’il ne renonce pas à ses combats et qu’ils prendront, bientôt une nouvelle forme. Il profite de cette occasion pour dresser un bilan de 13 années de luttes : Chèr(e)s ami(e)s, Je voudrais vous annoncer mon prochain retrait de la Présidence du Collectif Contre l’Islamophobie en France. Il sera effectif à compter du 1er mars 2017. Mon départ s’engage dans la poursuite des engagements que j’ai porté (...)

     

  • Décembre 2016

     

    François Hollande : "j’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle"

    Voici le discours du 1er décembre : Mes chers compatriotes, Je m’adresse à vous ce soir pour vous faire connaître la décision que j’ai prise, dans la perspective de la prochaine élection présidentielle. Depuis mai 2012, c’est-à-dire la date à partir de laquelle je suis devenu Président de la République, j’ai agi avec les gouvernements de Jean-Marc AYRAULT et de Manuel VALLS pour redresser la France et la rendre plus juste. Aujourd’hui, au moment où je m’exprime, les comptes publics sont assainis, la Sécurité sociale est à l’équilibre et la dette du pays a été préservée. J’ai également voulu que notre modèle social puisse être conforté parce que c’est notre bien commun. Je l’ai même élargi pour permettre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard