Articles

Accueil > Actualités > Rroms : la Ville répond à l’urgence humanitaire par une nouvelle (...)

 

Rroms : la Ville répond à l’urgence humanitaire par une nouvelle expulsion

9 août 2011 - Dernier ajout 12 décembre 2012

Le cycle infernal des expulsions de Rroms continue à Marseille. Hier, suite à une réunion en préfecture, le maire déposait un arrêté préfectoral demandant l’évacuation des familles installées Porte d’Aix. Ce mardi, le tribunal administratif a statué. Verdict : on prend les mêmes et on recommence. Les Rroms ont 24 heures pour quitter les lieux après notification de la décision. Un énième refoulement que subiront ces 100 à 200 personnes ; la seule réponse dont la mairie soit semble-t-il capable, face à ce que les associations désignent pourtant comme « une crise humanitaire » majeure. Compte rendu d’audience.


 

Nouvel et tragique épisode dans le jeu du chat et de la souris - ou plutôt de la traque - à laquelle se livre la mairie de Marseille à l’encontre des quelque 1 500 Rroms que compte la ville. Plus d’une trentaine d’entre eux, installés provisoirement porte d’Aix, étaient convoqués ce mardi après-midi au Tribunal administratif, à la demande de la Ville de Marseille. La municipalité demandait en effet l’évacuation du terrain occupé illégalement. Raisons invoquées : « trouble à l’ordre public », et « insalubrité » relative aux conditions sanitaires imposées. Quelques Rroms et leurs enfants - que le juge ne prendra pas la peine de nommer, citant seulement le premier d’entre eux - étaient présents, soutenus par des militants associatifs vent debout contre la politique imprimée par la majorité présidentielle et parfaitement exécutée par son plénipotentiaire local Jean-Claude Gaudin. Dans les rangs, quelques politiques aussi, dont le conseiller régional Gauche Unitaire Jacques Lerichomme, symboliquement ceint de son écharpe, ou encore Jean Sicard, du Front de Gauche. Mais peu, voire pas d’élus locaux...

JPEG - 75.9 ko
Une trentaine de Rroms comparaissait mardi après-midi devant le tribunal administratif de Marseille. Ils étaient défendus par Me Cohen (à g.) ©AAM/Med’in Marseille

Caroline Godard, membre de la LDH et de Rencontres Tsiganes, première à relayer l’information de la convocation devant la juridiction administrative, se désespère : « déplacer le problème n’est pas une solution. Ils iront sur le trottoir d’en face. Et après ? » Pour Philippe Dieudonné, vice-président de la LDH 13, ce référé est la conséquence d’un nouvel abandon des collectivités locales : « la Ville de Marseille veut expulser des gens déjà à la rue. On demande depuis des années qu’ils aient au moins un lieu pour pouvoir se poser, qu’ils puissent vivre dans des conditions humaines. On a même proposé des endroits possibles, mais les pouvoirs publics refusent ».

 

 

Manque de volonté politique et/ou mauvaise foi qui se traduisent depuis des semaines par un bras de fer entre militants et mairie. Les associations ne savent plus à quel saint, ni collectivité se vouer. Ils exigent de longue date l’arrêt immédiat des expulsions et la mise à disposition de terrains publics... En vain.
Pour mémoire, Médecins du Monde soulignait fin juillet dans son rapport « le harcèlement policier » et la « sur-précarisation » d’une population déjà vulnérable. Une tendance qui risque donc encore de s’aggraver un peu plus dans les prochains jours avec cette nouvelle décision. Rappelons également qu’un émissaire français de l’ONG European Roma Rights Center s’est rendu ce week-end à Marseille afin d’évaluer la situation des Rroms et en faire état auprès des institutions européennes. En définitive, seul le premier édile de la commune ne semble pas s’alarmer !

Cachez cette misère qu’on ne saurait voir

Sans surprise et au moins fidèle à elle-même, la mairie de Marseille, représentée par Me Lombard, a donc plaidé pour l’évacuation d’un terrain occupé sans droit. Clameur dans la salle lorsque l’avocate traduit le cynisme absolu de l’institution publique en requérant une amende de 500 euros par personne pour frais de procédures. La présence de dizaines de personnes au pied de l’arc de triomphe - échouées là consécutivement à de précédentes expulsions - engendrerait selon la mairie des « troubles à l’ordre public », dans un « jardin  » ne supportant ni qu’on y « mange », ni qu’on y « dorme ». Attendez-vous à ce que tout pique-nique ou sieste sous le figuier soient interdits et réprimés dans les parcs Borély et Pastré...

JPEG - 45.3 ko
Me Lombard représentait la mairie de Marseille ©AAM/Med’in Marseille

Un argument que réfute Me Daniel Cohen, l’avocat représentant les familles. Pour lui, ce qui gêne avant tout les pouvoirs publics, c’est « le spectacle de la misère » qui a élu domicile et se donne chaque jour à voir non seulement en plein centre-ville, mais surtout à l’entrée de la cité, passage quasi obligé des touristes en goguette :

 

Me Cohen, « avocat en colère », n’a cherché à dissimuler ni son indignation, ni son émotion. Il a surtout joué sur les vices de procédures lors de son plaidoyer, faisant toutefois au préalable référence à la responsabilité de la Ville, apostrophant le juge et le maire au passage : « Nous ferions mieux de trouver des solutions au lieu de lancer une procédure. La mairie devrait plutôt trouver un hébergement : ce serait plus utile que de demander au juge d’aider la Ville à cacher, car c’est bien là l’objet du référé ! Bougez-vous Monsieur le maire, on attend autre chose de cette situation que l’intervention d’un juge administratif ! ». L’avocat a ensuite pointé du doigt le laps de temps très court entre la remise de la convocation et l’audience. Les Rroms n’ont, de surcroît, reçu qu’une convocation sans que la requête n’y soit adjointe. Le défenseur a rappelé que même si ces derniers vivaient dans la misère, leurs droits devaient être respectés comme les autres. Deuxième point d’achoppement des deux parties : la voirie, qui pour l’avocat fait partie du domaine de compétence de la communauté urbaine MPM et non de la municipalité. « La place d’Aix est gérée par la Communauté, la mairie n’a donc pas à agir, même si elle est propriétaire », a t-il plaidé.

« Urgence »... Pour les Rroms ou pour la Ville ?

Dernier point de démonstration de l’avocat : l’utilité et l’urgence du référé, c’est à dire de l’expulsion. « Est-ce urgent de les faire partir ? Non », répond Dany Cohen : « Si vous faites un référé vous devez justifier de circonstances particulières prouvant l’urgence et l’utilité de la mesure. Certes, il y a urgence sanitaire. Mais elle ne changera pas avec le départ vers un autre trottoir. Quant à l’utilité, pour les mêmes raisons, il n’y en a pas car il n’y a pas non plus de trouble à l’ordre public. Sauf à considérer que, comme le pense la mairie, c’est la visibilité de ces gens qui dérange », déclare ce dernier. « L’indignité ne vas pas cesser : si on les enlève, l’indignité ira juste à un autre endroit », lance t-il. S’il y a effectivement investissement «  illégal » du domaine public, « cette occupation ne suffit pas à caractériser l’existence d’une menace à l’ordre public ou l’urgence pour demander une expulsion », poursuit l’avocat.

La seule urgence pour la Ville ne consisterait-elle pas plutôt en une réponse structurelle et sur le long terme à la crise humanitaire que vivent les Rroms et qu’elle-même reconnaît ? La responsabilité morale ne semble cependant pas être à l’agenda de l’Hôtel de Ville. Devant ce nouveau refus de la mairie, avocat comme associations ne comptent plus désormais que sur la mobilisation citoyenne. Jean-Claude Gaudin expliquait vendredi qu’il y avait « trop de Rroms » à Marseille et qu’il serait bon de les voir partir « ailleurs ». Quant à savoir où ? Mystère...

Une chose est sûre, la destination ne semble pas être le problème de la municipalité, du moment que ces « indésirables partout » disparaissent. Et si possible dans leur pays d’origine. Un peu plus tôt, l’OFII venait « offrir » aux Rroms pouvant en bénéficier (soit ceux qui ne l’ont jamais perçue), l’Aide au retour humanitaire (ARH) d’un montant de 300 euros, en contrepartie de leur reconduite « volontaire » aux frontières. Destination la Roumanie, la Bulgarie, la Moldavie. Là où ils pourront crever de faim sans que ça nous crève les yeux.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard