Articles

Accueil > Actualités > Rroms : la Ville répond à l’urgence humanitaire par une nouvelle (...)

 

Rroms : la Ville répond à l’urgence humanitaire par une nouvelle expulsion

9 août 2011 - Dernier ajout 12 décembre 2012

Le cycle infernal des expulsions de Rroms continue à Marseille. Hier, suite à une réunion en préfecture, le maire déposait un arrêté préfectoral demandant l’évacuation des familles installées Porte d’Aix. Ce mardi, le tribunal administratif a statué. Verdict : on prend les mêmes et on recommence. Les Rroms ont 24 heures pour quitter les lieux après notification de la décision. Un énième refoulement que subiront ces 100 à 200 personnes ; la seule réponse dont la mairie soit semble-t-il capable, face à ce que les associations désignent pourtant comme « une crise humanitaire » majeure. Compte rendu d’audience.


 

Nouvel et tragique épisode dans le jeu du chat et de la souris - ou plutôt de la traque - à laquelle se livre la mairie de Marseille à l’encontre des quelque 1 500 Rroms que compte la ville. Plus d’une trentaine d’entre eux, installés provisoirement porte d’Aix, étaient convoqués ce mardi après-midi au Tribunal administratif, à la demande de la Ville de Marseille. La municipalité demandait en effet l’évacuation du terrain occupé illégalement. Raisons invoquées : « trouble à l’ordre public », et « insalubrité » relative aux conditions sanitaires imposées. Quelques Rroms et leurs enfants - que le juge ne prendra pas la peine de nommer, citant seulement le premier d’entre eux - étaient présents, soutenus par des militants associatifs vent debout contre la politique imprimée par la majorité présidentielle et parfaitement exécutée par son plénipotentiaire local Jean-Claude Gaudin. Dans les rangs, quelques politiques aussi, dont le conseiller régional Gauche Unitaire Jacques Lerichomme, symboliquement ceint de son écharpe, ou encore Jean Sicard, du Front de Gauche. Mais peu, voire pas d’élus locaux...

JPEG - 75.9 ko
Une trentaine de Rroms comparaissait mardi après-midi devant le tribunal administratif de Marseille. Ils étaient défendus par Me Cohen (à g.) ©AAM/Med’in Marseille

Caroline Godard, membre de la LDH et de Rencontres Tsiganes, première à relayer l’information de la convocation devant la juridiction administrative, se désespère : « déplacer le problème n’est pas une solution. Ils iront sur le trottoir d’en face. Et après ? » Pour Philippe Dieudonné, vice-président de la LDH 13, ce référé est la conséquence d’un nouvel abandon des collectivités locales : « la Ville de Marseille veut expulser des gens déjà à la rue. On demande depuis des années qu’ils aient au moins un lieu pour pouvoir se poser, qu’ils puissent vivre dans des conditions humaines. On a même proposé des endroits possibles, mais les pouvoirs publics refusent ».

 

 

Manque de volonté politique et/ou mauvaise foi qui se traduisent depuis des semaines par un bras de fer entre militants et mairie. Les associations ne savent plus à quel saint, ni collectivité se vouer. Ils exigent de longue date l’arrêt immédiat des expulsions et la mise à disposition de terrains publics... En vain.
Pour mémoire, Médecins du Monde soulignait fin juillet dans son rapport « le harcèlement policier » et la « sur-précarisation » d’une population déjà vulnérable. Une tendance qui risque donc encore de s’aggraver un peu plus dans les prochains jours avec cette nouvelle décision. Rappelons également qu’un émissaire français de l’ONG European Roma Rights Center s’est rendu ce week-end à Marseille afin d’évaluer la situation des Rroms et en faire état auprès des institutions européennes. En définitive, seul le premier édile de la commune ne semble pas s’alarmer !

Cachez cette misère qu’on ne saurait voir

Sans surprise et au moins fidèle à elle-même, la mairie de Marseille, représentée par Me Lombard, a donc plaidé pour l’évacuation d’un terrain occupé sans droit. Clameur dans la salle lorsque l’avocate traduit le cynisme absolu de l’institution publique en requérant une amende de 500 euros par personne pour frais de procédures. La présence de dizaines de personnes au pied de l’arc de triomphe - échouées là consécutivement à de précédentes expulsions - engendrerait selon la mairie des « troubles à l’ordre public », dans un « jardin  » ne supportant ni qu’on y « mange », ni qu’on y « dorme ». Attendez-vous à ce que tout pique-nique ou sieste sous le figuier soient interdits et réprimés dans les parcs Borély et Pastré...

JPEG - 45.3 ko
Me Lombard représentait la mairie de Marseille ©AAM/Med’in Marseille

Un argument que réfute Me Daniel Cohen, l’avocat représentant les familles. Pour lui, ce qui gêne avant tout les pouvoirs publics, c’est « le spectacle de la misère » qui a élu domicile et se donne chaque jour à voir non seulement en plein centre-ville, mais surtout à l’entrée de la cité, passage quasi obligé des touristes en goguette :

 

Me Cohen, « avocat en colère », n’a cherché à dissimuler ni son indignation, ni son émotion. Il a surtout joué sur les vices de procédures lors de son plaidoyer, faisant toutefois au préalable référence à la responsabilité de la Ville, apostrophant le juge et le maire au passage : « Nous ferions mieux de trouver des solutions au lieu de lancer une procédure. La mairie devrait plutôt trouver un hébergement : ce serait plus utile que de demander au juge d’aider la Ville à cacher, car c’est bien là l’objet du référé ! Bougez-vous Monsieur le maire, on attend autre chose de cette situation que l’intervention d’un juge administratif ! ». L’avocat a ensuite pointé du doigt le laps de temps très court entre la remise de la convocation et l’audience. Les Rroms n’ont, de surcroît, reçu qu’une convocation sans que la requête n’y soit adjointe. Le défenseur a rappelé que même si ces derniers vivaient dans la misère, leurs droits devaient être respectés comme les autres. Deuxième point d’achoppement des deux parties : la voirie, qui pour l’avocat fait partie du domaine de compétence de la communauté urbaine MPM et non de la municipalité. « La place d’Aix est gérée par la Communauté, la mairie n’a donc pas à agir, même si elle est propriétaire », a t-il plaidé.

« Urgence »... Pour les Rroms ou pour la Ville ?

Dernier point de démonstration de l’avocat : l’utilité et l’urgence du référé, c’est à dire de l’expulsion. « Est-ce urgent de les faire partir ? Non », répond Dany Cohen : « Si vous faites un référé vous devez justifier de circonstances particulières prouvant l’urgence et l’utilité de la mesure. Certes, il y a urgence sanitaire. Mais elle ne changera pas avec le départ vers un autre trottoir. Quant à l’utilité, pour les mêmes raisons, il n’y en a pas car il n’y a pas non plus de trouble à l’ordre public. Sauf à considérer que, comme le pense la mairie, c’est la visibilité de ces gens qui dérange », déclare ce dernier. « L’indignité ne vas pas cesser : si on les enlève, l’indignité ira juste à un autre endroit », lance t-il. S’il y a effectivement investissement «  illégal » du domaine public, « cette occupation ne suffit pas à caractériser l’existence d’une menace à l’ordre public ou l’urgence pour demander une expulsion », poursuit l’avocat.

La seule urgence pour la Ville ne consisterait-elle pas plutôt en une réponse structurelle et sur le long terme à la crise humanitaire que vivent les Rroms et qu’elle-même reconnaît ? La responsabilité morale ne semble cependant pas être à l’agenda de l’Hôtel de Ville. Devant ce nouveau refus de la mairie, avocat comme associations ne comptent plus désormais que sur la mobilisation citoyenne. Jean-Claude Gaudin expliquait vendredi qu’il y avait « trop de Rroms » à Marseille et qu’il serait bon de les voir partir « ailleurs ». Quant à savoir où ? Mystère...

Une chose est sûre, la destination ne semble pas être le problème de la municipalité, du moment que ces « indésirables partout » disparaissent. Et si possible dans leur pays d’origine. Un peu plus tôt, l’OFII venait « offrir » aux Rroms pouvant en bénéficier (soit ceux qui ne l’ont jamais perçue), l’Aide au retour humanitaire (ARH) d’un montant de 300 euros, en contrepartie de leur reconduite « volontaire » aux frontières. Destination la Roumanie, la Bulgarie, la Moldavie. Là où ils pourront crever de faim sans que ça nous crève les yeux.

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard