Articles

Accueil > Actualités > Revue en Guadeloupe, PerspekTives : donner un sens à l’information

 

Revue en Guadeloupe, PerspekTives : donner un sens à l’information

8 juillet 2010

PerspekTives, revue de débats et d’idées en Guadeloupe et ailleurs relève un défi, celui de décrypter, comprendre, chercher le sens des événements. Le tout nouveau site, en marge de l’information instantanée a opté pour le traitement de sujets décalés. Les continents se croisent dans les Caraïbes depuis longtemps. La diversité de cultures, de modes de vie, de couleurs est l’essence même de l’existence de la web revue. Découverte du média avec l’un des co-fondateurs, Didier Levreau, ancien journaliste marseillais.


 

JPEG - 15 ko

PerspekTives parle d’ici et d’ailleurs depuis mars dernier. Ici, la Guadeloupe et ailleurs parce que tout intéresse les protagonistes. Les Antilles vivent une histoire commune à tous les continents. L’Afrique, l’Asie, l’Europe et l’Amérique se mélangent dans cette partie du monde et vivent ensemble depuis des siècles. La société créole expérimente encore au fil de son Histoire, l’altérité, le métissage, le multiculturalisme, les sentiments paradoxaux entre défiance et attrait pour l’autre. La revue est née de cet état des lieux. « La société créole peut donner quelques enseignements aux vieilles société européennes. Le monde se créolise. Ici la population a une certaine expérience de cet entredeux permanent, de cette fragilité qui peut devenir force. Mais encore faut-il en connaître l’origine et trouver le sens ? » explique Didier Levreau. La ligne éditoriale repose sur cette réflexion.

Des sujets décalés

Pour atteindre cet objectif, rien ne sert de courir après l’actualité. « Puisque tout va vite, nous allons prendre le temps de traiter des sujets, peut-être décalés mais porteurs de sens » explique le co-fondateur. Le premier dossier donne le ton. Il oppose les destins parallèles de Vélo et Saint-John Perse. Tous deux sont nés à Pointe-à-Pitre et sont devenus des légendes du petit archipel. Le premier, Marcel Lollia était un musicien génial, un « tambouyé » (joueur de tambour) noir. L’autre, un aristocrate blanc fut poète et Prix Nobel de Littérature.

Le mois dernier, Théo Lacase abordait un événement méconnu, à Haïti : la résistance des paysans contre Monsanto. Un tremblement de terre fait se déplacer les médias du monde entier. Mais les haïtiens qui défendent leur maïs face au géant Monsanto ne trouvent que peu d’écho à leur mobilisation. Les autochtones ont manifesté contre la pression de la multinationale américaine, fabriquant des semences hybrides. Autre sujet, autre exemple avec l’histoire de mots créoles, « bawo », « veyatif » et « vandouvan ».

De Marseille à la Guadeloupe

Didier Levreau est installé depuis deux ans en Guadeloupe. Auparavant, il était sur la région. Pendant trente ans, il était journaliste dans la presse quotidienne régionale. Au cours de sa carrière, il a changé plusieurs fois de titres et d’entreprises pour enfin s’établir à Marseille. Il quitte La Provence en 2008 avec sa compagne guadeloupéenne dans le cadre d’une mutation. Il reconnaît volontiers avoir beaucoup appris, vécu de belles rencontres dans ce métier passionnant. Même s’il formule des regrets, « j’ai assisté à la dégradation progressive d’une qualité de travail. Le traitement de l’information s’est progressivement formaté, peopolisé, simplifié ». Pourtant, à 55 ans, l’homme n’est pas décidé à arrêter le journalisme. Il commence par faire des piges à son arrivée. Il écrit un livre sur l’histoire de Pacquam, une association marseillaise investie depuis deux décennies dans la réussite des enfants en difficulté scolaire et sociale –parution en décembre 2009.

Le site, « un lieu pour poursuivre le débat »

Puis, avec quelques amis, il a très envie de créer une revue. Ils se mettent autour d’une table pour en dessiner les contours. Les avis au sein du groupe peuvent diverger mais l’idée essentielle est partagée de tous : instaurer un dialogue, un débat d’opinions, une critique constructive, une écoute. A l’époque, la colère gronde aux Antilles : c’est le mouvement social de janvier à mars 2009. La grève fait réagir les guadeloupéens, les discussions sont animées. Aujourd’hui, « ce site très modestement peut être un lieu pour poursuivre le débat, en toute liberté » se persuade Didier Levreau.

En novembre 2009, il lance le projet avec Clairnita Lafleur. Durant neuf ans, en Guadeloupe, elle a dirigé le théâtre de l’Artchipel et la scène nationale de Basse-Terre. Trois autres personnes les ont soutenu dans le concept. Créée sous forme associative, la revue s’autofinance en attendant plus tard des aides à la création. Le nom de « perspectives » avec un « k » évoque le créole. PerspekTives résonnait bien : « le passé, l’histoire nous intéressent mais nous sommes ancrés dans le présent et pensons au futur » souligne le journaliste. L’équipe de rédaction se limite à deux personnes et quelques collaborateurs extérieurs. « Nous sommes dans l’artisanat, frais minimum, pas de locaux. Chacun travaille chez lui, des réunions au domicile de l’un d’entre nous ou à la terrasse d’un café. C’est minimaliste et tout à fait passionnant » s’enthousiasme Didier Levreau.

Et le résultat est plutôt étonnant : une liberté de ton, des sujets intéressants, bien sentis, une ligne éditoriale pertinente. Le site est accessible depuis mai 2010. La partie technique est réalisée à Marseille. Depuis juin, l’internaute peut s’inscrire à la newsletter. De nouveaux articles sont mis en ligne tous les dix jours. PerspekTives ne limite pas son champ d’action à la seule Guadeloupe, les évolutions du monde attisent sa curiosité et son sens critique.

En 2011, le journaliste espère pouvoir publier une à deux fois par an, une revue papier. Le partenariat avec d’autres associations fait aussi partie du développement du projet. L’objectif est de provoquer des rencontres, d’ouvrir des débats…de société.

« La société est traversée par la question de la couleur »

Depuis la Guadeloupe, Didier Levreau porte un regard sur les débats qui mettent à mal la métropole comme l’identité nationale, la burqa ou très récemment l’équipe de France de football. « Les résistances, les travers d’une société ont du mal à franchir un cap. Ici aussi, la société est traversée par la question de la couleur ». A la différence des Antilles où la réflexion est présente depuis longtemps, « la métropole fait semblant de la découvrir. Si la France s’était mieux occupée de son « outre-mer », elle aurait pu apprendre et éviter des erreurs ». Il lui paraît indispensable d’engager la discussion autour de la Diversité, « de croiser les mémoires, de se mettre à la place de l’autre pour s’apercevoir que l’identité n’est pas une mais multiple ».

La sagesse créole dit : « kouté pou tann, tann pou konpwann », écouter pour entendre, entendre pour comprendre…

Revue de débats et d’idées en Guadeloupe, Perspektives, site http://www.perspektives.org

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • Novembre 2017

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • Novembre 2017

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • Octobre 2017

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • Octobre 2017

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • Octobre 2017

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • Septembre 2017

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard