Articles

Accueil > Actualités > Révolution tunisienne, et après ?…

 

Révolution tunisienne, et après ?…

2 février 2011

Ce vendredi, nous étions à la Maison du Maroc, où se tenait une conférence/débat sur la révolution tunisienne.

Les intervenants, Vincent Geisser et Michael Ayari, ont fait le point sur la situation, et sur les enjeux actuels de la révolution tunisienne, ses causes, et ce à quoi on est en droit de s’attendre pour la suite des évènements ; après quoi ils ont répondu aux questions posées par les personnes présentes.


 

JPEG - 74.9 ko

Le choc fantastique de cette révolution tunisienne a submergé nos cœurs, tous autant que nous sommes, nous a subjugués. Le feu de joie dans lequel s’est finie la dictature de Ben Ali nous a éblouis, brillant si intensément de l’éclat de la Liberté, cet éclat si puissant qu’à chaque fois qu’on l’aperçoit on se dit « je ne me souvenait pas que c’était si fort ! ».

Comme il est vrai le slogan aperçu çà et là : Tunisiens, le Monde est fier de vous ! »

Pourtant, le panier de crabe politique est toujours là pour nous remettre les deux pieds sur terre, et, Dieu merci, nous avons des analystes à l’intellect aiguisé en Vincent Geisser et Michael Ayari pour nous résumer les enjeux de ce qui se trame actuellement en Tunisie, déjouant les pièges sémantiques dans lesquels on tombe trop souvent.

Et le mot d’ordre n’est décidément pas « clivage manichéen », c’est le moins que l’on puisse dire, et c’est important d’en prendre conscience. Car il est nécessaire de démasquer toute tentative de détournement de la révolution tunisienne, d’où qu’elle vienne ; tant la réussite de la transition démocratique a une importance majeure.

JPEG - 71.8 ko

Les causes

Les causes de l’insurrection libératrice étaient connues et Vincent Geisser a même précisé qu’il en était venu à la conclusion de l’imminence d’un renversement de régime en Tunisie, partant de simples constatations, sans avoir accès à aucune donnée secrète d’aucune sorte. Michael Ayari a ainsi évoqué la révolte du bassin minier de Gaffsa, en 2008/2009 (qui n’a pas eu autant de résonance chez nous que les derniers évènements) , qui, réprimée violemment, préfigurait le mouvement libérateur.

Le régime de Ben Ali, en bout de course, s’emballait, virant au tout sécuritaire, perdant le contrôle. La surprise vint surtout de la rapidité avec laquelle les évènements se sont déroulés.

Tout le monde fut pris de court par cette « révolution par le bas », partie du fin fond sinistré du pays, porté par de jeune diplômés au chômage, par des tunisiens excédés de subir un état mafieux gangrené par la corruption.

Ce ne furent pas des émeutes de la faim qui firent le lit de cette révolution, contrairement à ce que certains ont laissé entendre. Les visées étaient clairement politiques. Le départ de Ben Ali était le but de la manœuvre.

N’en déplaise aux conspirationnistes, il est d’ailleurs rigoureusement exclu selon Vincent Geisser et Michael Ayeri que la CIA ait orchestré ce renversement, mais il est indéniable, selon ces mêmes éclairés spécialistes, que les Etats Unis ont joué un rôle important, assurant l’armée tunisienne de son soutien, poussant par là le dictateur à précipiter son départ. Des mois de répression ont peut-être été évités, avec leur cortège de morts inutiles supplémentaires.

JPEG - 59.2 ko

Et après ?…

Après un renversement de situation si fulgurant, grande sont les craintes du peuple tunisien de voir se mettre en place une contre-révolution qui réduirait leurs efforts et sacrifices à néant.

De fait, deux tendances s’opposent, sans qu’il soit possible de clairement voir des « bons » et des « méchants ».

D’une part, nos analystes distinguent une tendance au « compromis sécuritaire », qui ferait de la Tunisie un état « raisonnablement démocratique », c’est notamment la solution qui trouve le plus grâce aux yeux de la France et des Etats Unis, car la plus à même de protéger les intérêts occidentaux. C’est aussi la plus probable.

D’autre part, une autre tendance se dessine, hétérogène elle aussi du point de vue de ceux qui la défendent, allant vers une démocratisation plus radicale, sans compromis avec l’ancien régime, qui impliquerait la formation d’une assemblée constituante. Cette solution, au grand dam des puissances occidentales, pourrait donner une place aux islamistes dans le processus démocratique.

Voici une fois de plus l’épouvantail islamiste qui pourrait être invoqué pour faire en sorte de ne pas laisser trop de liberté au peuple de Tunisie. Or c’est d’une profonde ignorance que vient cette attitude, qui fait penser à de nombreuses personnalités politique françaises, comme l’a ironiquement souligné Vincent Geisser, que « après tout, pour les arabes, un bon dictateur, c’est pas plus mal ! ».

Et c’est cette même ignorance crasse mêlée aux préjugés abjectes et paternalistes des responsables politiques français qui ont conduit aux prises de positions tièdes et indigne de la patrie des Droits de l’Homme que nous sommes censé être.

Vincent Geisser est très clair, la « bourde » de Michelle Alliot-Marie n’en était pas une, mais découle d’une politique française à l’égard des nations arabes, empreinte de mépris et de préjugés. Il s’agit d’une vision déconnectée de la réalité, d’un aveuglement idéologique, d’autant plus coupable qu’il est très certainement volontaire.

Quant à l’attitude de la région PACA face au régime Ben Ali, elle est encore plus coupable que celle du reste de la classe politique française, se perdant dans une collusion sans équivoque (Monsieur Guérini, nous rappelle Vincent Geisser, n’a-t-il pas insisté pour que le parti quasi unique de Ben Ali, le RCD, ne soit surtout pas exclu de l’internationale socialiste ?), caressant l’autoritarisme de Ben Ali dans le sens du poil. Que ce soit à gauche ou à droite, l’attitude des responsables politiques de la région fut profondément honteuse.

JPEG - 81.5 ko

« Ben Ali il est gentil, Ben Ali il a libéré la femme. »

Les prétextes invoqués en boucle sont toujours les mêmes : Ben Ali est un rempart contre l’islamisme, Ben Ali a libéré la femme, la Tunisie est un modèle économique…

Sur ce dernier point, Monsieur Geisser s’emporte : Certes, à l’échelle macroéconomique, la Tunisie est un exemple, mais au-delà du PIB et des indicateurs déshumanisés si chers au FMI et à la banque mondiale, à quel prix les tunisiens payent-ils ce « modèle économique » ? Au prix de leur liberté, au prix du chômage et des suicides de leur jeunes diplômés, et Vincent Geisser de souligner que beaucoup de jeunes tunisiens qui vivent du tourisme le font en vendant leur corps…

Nos politiques, toutes tendances confondues, ont volontairement sacrifié sur l’autel de l’économie de marché globalisée les libertés et les Droits de l’Homme en se rendant coupables de la collusion la plus abjecte avec le régime Ben Ali.

JPEG - 79.9 ko

Un exemple d’expression démocratique

Sur une note plus universelle, s’il faut tirer un enseignement de la révolution tunisienne, selon le chercheur, c’est en tous cas de « ne pas avoir peur », de ne pas abdiquer face aux tentatives d’intimidation, face aux tendances de plus en plus « tout sécuritaire » de nos gouvernements occidentaux. C’est en ayant peur que l’on se laisse enfermer par la dérive autoritaire. La vigilance concernant nos droits est notre devoir sacré de citoyen, quelque soit notre pays.

Les tunisiens viennent de brillamment nous démontrer qu’il n’y a pas de fatalité, et accessoirement que ce qui se passe dans un pays ne peut pas se réduire à une vision manichéenne, forcément biaisée et limitée.

Ne pas faire d’angélisme, ne pas diaboliser.

C’est à force de diaboliser, de s’enfermer dans une vision simpliste d’un islamisme unique que les puissances occidentales commettent de si graves erreurs.

Parmi les questions posées à Vincent Geisser et Michael Ayari, on notera particulièrement celle portant sur les médias français et leur attitude. Monsieur Geisser a tenu à signaler que bien qu’il y ait eu des dérapages (contrôlés ?), comme sur France 2, manifestement télécommandés de l’Elysée, la presse française a dans son ensemble gardé un minimum d’objectivité, étant depuis longtemps très critique vis à vis de la politique gouvernementale.

Ainsi, France 24, la voix de la France au Maghreb, rapportait quasiment en temps réel les événements au moment même où France 2 « dérapait ».

Par ailleurs, interrogé concernant Israël, Vincent Geisser a souligné que bien que l’état hébreu estime avoir perdu un allié en la personne de Ben Ali, l’ambivalence de l’attitude du dictateur, qui donnait volontiers régulièrement dans l’antisémitisme. Comme d’ailleurs nombre de dictateurs arabes sur lesquels s’appuie Israël, qui pense ainsi se prémunir contre l’islamisme, alors qu’il en fait le lit en appuyant des régimes autoritaires.

Au passage, Vincent Geisser a taclé les saoudiens, soulignant qu’ils représentaient l’islamisme, le « vrai » contre lequel il faut se battre, et avec lequel il ne faut pas faire de compromis, en ne les laissant pas financer des mosquées, par exemple.

Le Tiers-monde qui ne peut parler en son nom, celui qu’on plaint, c’est fini !

En conclusion, Michael Ayari a souligné que « le tiers-monde qu’on plaint, celui qui ne peut pas parler en son nom, celui à qui on envoie du riz, c’est bel et bien terminé ! » La Tunisie nous a donné une leçon magistrale de démocratie au sens étymologique du terme. Le peuple, le « Demos »(en grec) de « démocratie », a parlé, et a imposé jusqu’ici sa volonté ; bien que la vigilance et la prudence soient de mise quant à la suite des évènements, de nombreux acteurs ayant intérêt à voir capoter la révolution tunisienne.

Enfin, Vincent Geisser a tenu à souligner, en tant que citoyen, que la politique étrangère n’était pas, ne devait pas être la prérogative des gouvernements uniquement. Nous avons le devoir d’exprimer notre désapprobation, le devoir de manifester. Il faut que nous nous réappropriions en tant que citoyens la politique étrangère de notre pays.

Ne dit-on pas que la liberté d’expression (et par extension la liberté tout court) ne s’use que si l’on ne s’en sert pas ?

Puissions-nous entendre le message porteur de liberté et d’indépendance du peuple tunisien, et nous indigner, nous rebeller lorsque cela s’avère nécessaire. Puissions-nous ne pas laisser mourir nos belles idées, nos idéaux si précieux, pour lesquels nos aïeux révolutionnaires se sont battus et sont morts.

« Que ceux qui ont des oreilles entendent ! »

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard