Articles

Accueil > Actualités > Rétentions de droits

 

Rétentions de droits

28 avril 2008

Le rapport 2007 de la Cimade sur les centres et locaux de rétention administrative vient d’être rendu public. L’association œcuménique d’aide aux étrangers – seul truchement de la société civile dans ces tristes lieux aux allures de prison – dénonce une « course au chiffre » afin de satisfaire aux quotas fixés d’expulsions de sans-papiers, ainsi qu’une « réduction des droits » de ces derniers. Le CRA du Canet à Marseille ? Une « usine à reconduire »...


 

Avec le Réseau éducation sans frontières (RESF), la Cimade fait figure d’empêcheur d’expulser en rond. Et elle pourrait bien un jour en faire les frais. Son contrat avec l’Etat arrive en effet à terme à la fin de l’année et semble susceptible de ne pas être reconduit, si le service d’entraide à destination des migrants ne cesse pas très rapidement son vacarme. Le bruit médiatique de la semaine ? Le rapport 2007 sur les centres et locaux de rétention que vient de présenter à la presse, jeudi 24 avril, l’association. En substance, la Cimade y critique « une logique de course au chiffre », induite par les quotas imposés par le chef de l’Etat en matière d’expulsion du territoire de migrants illégaux. Un marathon qui a amené près de 35 000 sans-papiers à séjourner dans les « geôles » des centres de rétention administrative (CRA) dans le courant de l’année passée. Un effort musclé doublé de « la mise en place progressive d’un dispositif juridique qui tend à réduire les droits des étrangers ou à les priver de la possibilité pratique d’exercer ces droits ». Cependant, les rapporteurs notent une amélioration des conditions de rétention…
En pleine grève francilienne des travailleurs sans-papiers qui demandent leur régularisation, et après le décès de plusieurs clandestins – soit en voulant échapper aux forces de police, soit en se donnant la mort après s’être vu opposer à une demande d’asile une fin de non-recevoir – le rapport préoccupant de la Cimade tombe plutôt mal pour le pouvoir. Pour Patrick Peugeot, le président de l’organisation interrogé mercredi dernier sur France Inter, plus qu’un « Grenelle », il faut convoquer un « Matignon des travailleurs sans-papiers ». Le gouvernement ne paraît pas en prendre le chemin : Nicolas Sarkozy, dans son allocution télévisée anniversaire, n’a pas révisé d’un iota sa position de fermeté. « On ne devient pas Français parce qu’on travaille dans la cuisine d’un restaurant, aussi sympathique soit-il », a-t-il insisté. Sans appeler à une régularisation massive, que personne d’ailleurs ne revendique vraiment, et « indépendamment de l’opinion que l’on peut porter sur la politique d’immigration actuelle », la Cimade préconise un « changement » des « méthodes employées » qui « créent de la souffrance, des drames supplémentaires ». Afin de freiner une « fuite en avant alarmante ».

Marseille, la ville du soleil… Et des reconduites à la frontière

Quand le rapport aborde la situation dans le centre de rétention (CRA) marseillais du Canet, dans le XIVe arrondissement, le vocabulaire employé prend une tournure sans ambages. Si certains associatifs locaux n’hésitent pas à qualifier le centre de « camp de rétention », la Cimade, elle, va plus loin en parlant d’« usine à reconduire de haute sécurité ». Toujours selon le collectif, 2007 a été l’année du passage de l’ère « du bricolage et de l’artisanat » à celle de « l’industrialisation »
Environ 9 % de l’ensemble des étrangers passés par un centre de rétention en France l’an dernier, ont goûté la promiscuité à Marseille. Soit 3 132 personnes, contre 2 367 en 2006. Le centre comptant 136 places, et la durée moyenne de rétention au Canet avoisinant les 11 jours, l’on comprend que « les lits n’ont pas le temps de refroidir » et que la machine « fonctionne à flux tendu ». D’ailleurs, « pour la première fois, des familles ont été placées en rétention » dans notre ville. En tout, au niveau national, les centres ont « accueilli » 232 enfants en 2007. Doit-on envisager d’y implanter des crèches ?
Une majorité des clandestins interrogés par l’antenne marseillaise de la Cimade a été interpellée sur la voie publique. Mais d’autres l’ont été à leur domicile, dans le cadre de démarches effectuées à la préfecture, ou encore sur dénonciation pour treize d’entre eux. Le rapport parle même de vingt-quatre sans-papiers « raflés ». Ce qui déconcerte n’est pas tant l’interpellation de migrants illégaux, conséquence d’une politique de gestion des flux migratoires ouvertement affichée par le gouvernement en place et plébiscitée démocratiquement lors de la dernière élection présidentielle. Mais plutôt « les placements en rétention répétés » plusieurs fois dans l’année, alors qu’un arrêté d’expulsion n’en autorise « que » deux. La difficulté pour les « retenus » d’accéder et d’exercer leurs droits, ou de faire valoir un droit d’asile. Ou encore de trouver au sein du CRA du Canet des personnes qui ont à leur actif des dizaines d’années de présence sur le territoire : comme S.M., 43 ans, en France depuis 38 ans, ou B.C. qui, à 38 ans, vit ici depuis l’âge de 7 ans.
A Marseille néanmoins, et contrairement à d’autres centres dans le pays, le mouvement de la Cimade a constaté l’absence de personnes d’origine roumaine, depuis l’entrée de l’Etat dans l’Union européenne.
L’un des seuls pour l’instant à avoir répondu aux critiques émises dans le rapport annuel est le préfet de Loire-Atlantique, dans un entretien donné au journal Presse Océan. Arnaud Jaffré y défend la politique menée dans sa région : « la priorité, c’est l’intégration et la non-acceptation de situations d’irrégularité, dans lesquelles les gens sont exploités. Je n’ai aucune hésitation : il faut faire les deux ». Avant de poursuivre « la politique ne va pas changer. Elle avait déjà pour effet de réduire de manière assez significative le nombre de personnes en situation irrégulière. C’est un objectif qui ne sera pas abandonné demain, c’est clair. Mais il ne s’agit pas pour autant de faire du chiffre pour faire du chiffre ». Selon les premiers éléments recueillis par la Cimade pour 2008, aucuns changements ne semblent à prévoir.

Vous pouvez détailler l’intégralité du Rapport 2007 de l’organisation sur son site internet : www.cimade.org.

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard