Articles

Accueil > Actualités > Renouvellement urbain : le Vallon de Malpassé en chantier

 

Renouvellement urbain : le Vallon de Malpassé en chantier

19 octobre 2010

Le Vallon de Malpassé, dans le 13e arrondissement est l’un des 14 projets de renouvellement urbain de Marseille, pilotés par le Grand Projet de Ville (GPV), en lien étroit avec l’ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine). L’opération, conduite par la société Amétis intègre en particulier un Centre de petites entreprises, un pôle médical (centre de dialyse, laboratoire, Résidence pour séniors,…), un pôle Solidarité pour le Conseil Général. Visite de chantier le 18 octobre avec Valérie Boyer, adjointe au maire déléguée au GPV et Politique de la Ville…sur fond de mécontentement des riverains.


 

JPEG - 183.7 ko

Les travaux ont démarré cet été dans la section Nord du Vallon de Malpassé. Valérie Boyer se dit étonnée par la rapidité d’exécution de ce chantier spectaculaire. La convention pour le projet de rénovation urbaine a été signée par l’ANRU et ses partenaires en juin dernier. Le dossier comprend un chapitre conséquent sur les réhabilitations, les démolitions et les reconstructions de logements, mené par Habitat Marseille Provence. Des aménagements sont prévus pour les espaces publics, la voirie et les équipements. Ce programme est coordonné par le Groupement d’Intérêt Public (GIP) du GPV. Sa priorité est de faciliter la requalification urbaine, le désenclavement et le développement économique dans les quartiers les plus défavorisés de Marseille.

JPEG - 195.9 ko

«  Le Vallon était un no man’s land  »

L’avancée jugée rapide des travaux fait peu à peu oublier l’image du Vallon de Malpassé. « C’était un no man’s land. Demain, il y aura une rue, des entreprises, une maison pour personnes âgées,… » s’exclame la députée marseillaise. « Avant, ce site était un dépotoir, un terrain vague depuis les années 60 » renchérit Michel Tamisier, directeur d’Amétis. Cinq hectares, laissés à l’abandon pendant 40 ans, en pleine ville ! Surprenant !

L’une de ses caractéristiques principales : le projet se construit autour de l’activité économique. Des PME sont attendues, à l’image de start-up venues de la pépinière de la technopôle de Château-Gombert. Elles ont atteint une taille critique les amenant vers une autonomie. Ce secteur classé en zone urbaine sensible (ZUS) bénéficie du dispositif Zone Franche Urbaine (ZFU). Ce processus est du ressort de la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole –partenaire donc du GIP GPV. Marie-Josée Garcia Bienvenu, chef de projet sur les ZFU précise que la MPM travaille sur la prolongation de cinq années de ce dispositif. Les ZFU avaient été reconduites jusqu’à fin 2011.

JPEG - 165.8 ko

Des clauses d’insertion professionnelle

Volet économique toujours avec l’insertion par l’économique. Conventionné par l’ANRU, le programme prévoit des clauses d’insertion, courant sur la durée du chantier. Ce dispositif d’insertion professionnelle laisse une priorité sur les emplois inhérents au chantier aux publics, issus du quartier ou de secteurs ZUS de la ville. Plus tard, les entreprises présentes sur le site seront « à forte main d’œuvre ajoutée. Par exemple, la résidence de personnes âgées a besoin de personnel qualifié mais aussi d’ASH (agent de service hospitalier), de personnel de restauration, de secrétaires. La diversité des emplois est importante » fait observer Mme Boyer.

Plus globalement, l’ANRU participe du désenclavement géographique (création de voiries) mais aussi humain, « l’objectif est de faire traverser cette zone. De faire venir les gens. Eviter que les gens s’enferment dans leur quartier », aborde l’adjointe au maire. Le principe est qu’au travers de la rénovation d’un quartier sensible, « c’est l’ensemble de Marseille qui s’améliore ». Ce n’est pas peu dire.

Le futur Vallon de Malpassé s’inscrit dans la ZUS Malpassé/Saint-Jérôme à l’extrémité Est de l’ex-ZUP N° 1. Le secteur est voisin de pôles d’enseignement, de recherche et d’activités à vocation régionale et nationale tels l’hôpital militaire de Lavéran, le lycée technique Denis Diderot, la Faculté des Sciences de St-Jérôme, la technopôle de Château-Gombert. Une partie des lieux avait été exploitée pour l’édification de grands ensembles HLM, la plupart vétustes aujourd’hui. Les lieux ne disposent que d’une seule grande voie d’accès, l’avenue Saint-Paul.

JPEG - 226.5 ko

Vallon de Malpassé, bientôt relié à Marseille

Le Vallon de Malpassé, isolé du monde a pourtant une position géostratégique. « Il y avait une séparation, une absence de communication. On a voulu recoudre le quartier entre le collège Rostand et l’autre partie (immeubles existants de la cité des Cèdres) » explique l’élue. Le chantier de la nouvelle voie de desserte du Vallon va être lancé d’ici novembre, avec la création de la placette publique du collège (fin des travaux décembre 2011). La future voie U104 rejoindra le rond-point du Père Wresinski, avec un accès intéressant au nœud autoroutier Nord et Est via la future Rocade L2.

Le futur Vallon s’organise autour de l’habitat, des aménagements dont la création de la U104 et de la place des Cèdres, d’équipements et de locaux associatifs. Ce dernier volet comprend la construction d’un équipement Petite enfance, d’un centre social (déjà réalisé en 2008) et la reconstitution de locaux associatifs pour « Massabielle ». Ces derniers locaux et terrains de jeux –au Nord du chantier, près du rond-point précité- seront achevés en décembre prochain.

Amétis : pôles médical et de solidarité, un centre « entreprises »

Partie intégrante de la requalification urbaine de l’ANRU et du GIP GPV, l’opération d’Amétis PACA représente l’aspect économique du site. La cession des 18 000 m² par la Ville, propriétaire à Amétis devrait modifier profondément le paysage à terme. Un pôle médical s’organise autour de la Maison Médicale, la Résidence pour Seniors (70 logements) et le Centre de Dialyse/Cabinet médical. Les premiers bureaux, d’une surface globale de 5 000m² accueilleront des activités sanitaires (laboratoire d’analyses, médecins spécialisés) et sociales. La maison pour personnes âgées prévoit selon les besoins des seniors, un accueil temporaire, un accueil de jour ou permanent. Elle se situe à l’entrée du site depuis l’avenue St-Paul. La maison des Solidarités, bâtiment acquis par le Conseil général des Bouches-du-Rhône a pour vocation de gérer les affaires sociales et la PMI (Protection Maternelle Infantile) de quartier. L’un des immeubles hébergera en particulier une crèche. Cette partie sera achevée courant été 2011.

M. Tamisier, d’Ametis indique qu’ « un projet commercial se fera plus bas (vers le centre social), il n’y a pas de commerces ici ».

Côté habitat, l’ANRU a retenu la démolition de 469 logements sociaux d’Habitat Marseille Provence. 201 logements sociaux seront reconstruits sur site et 268 hors site. 686 logements seront réhabilités aux Genêts, Lauriers, Cèdres Sud et Cyprès. 96 logements privés neufs en accession à la propriété et 60 logements neufs en locatif libre sont programmés. A partir d’avril 2011 sera démoli le premier bâtiment des barres HLM dites « Cèdres Sud ». Les destructions se feront au fur et à mesure des opérations de relogement. Un système à tiroirs qui devrait durer trois ans. Sur la partie à hauteur de l’avenue St-Paul/boulevard Bouge (vers le centre social), rien n’est encore déterminé sur les démolitions d’immeubles. La réhabilitation de certains immeubles est dépendante des résultats d’analyse « on n’est pas trop inquiets sur les diagnostics d’amiante. On attend », nous dit Jean-Luc Flavigny, chef de projet du GPV. On attend donc.

Et les habitants ? Déficit de concertation ?

Quant aux riverains, ils n’attendent plus pour exprimer leur colère face à M. Flavigny et Nicolas Binet, directeur du GPV. Si Valérie Boyer et les partenaires n’ont pas caché leur satisfaction devant le projet de renouvellement urbain, les habitants de la cité des Cèdres ne partagent pas du tout leur enthousiasme. La concertation -relevant des services de la Ville et notamment Habitat Marseille Provence- fait cruellement défaut à les entendre. Ils étaient une bonne vingtaine à manifester leur inquiétude quant à la finalité du beau projet. Les deux responsables du GPV tenteront vainement de s’expliquer. L’un des habitants n’avait de cesse de répéter «  ce que vous dites, je le veux par écrit. Parce que les paroles s’envolent et les écrits restent ». Une dame s’écrie « vous avez signé un accord. Vous avez besoin du terrain ». Un jeune habitant dit fermement, « demain, on bloque tout (le chantier, ce mardi 19 octobre). Il n’y aura pas de travail ». L’habitante renchérit, « nous quitterons nos logements lorsque les nouveaux logements seront faits. Alors vous pourrez bien tout casser ». Certains dénoncent « il n’y a pas de réunions pour nous informer ». « On n’est pas avertis » ajoute une autre. « On nous propose des quartiers plus sales que les nôtres alors nous, on n’est pas d’accord » poursuit-elle. « Du jour au lendemain, on nous chasse. On n’est pas des sauvages »…La phase de concertation publique est semble-t-il à revoir.

Grand Projet de Ville (GPV)

Les 14 projets de renouvellement urbains (dont le Vallon de Malpassé) sont pilotés par le GPV de Marseille-Septèmes. Ils représentent un investissement de plus d’un milliard d’€ dont 300 millions de subventions de l’ANRU. Le GIP-GPV est une instance partenariale, réunissant l’Etat (ANRU), la Ville de Marseille, MPM, les Conseils régional et général, la ville de Septèmes les Vallons, l’association régionale des organismes HLM, la Caisse des Dépôts et Consignations.

Zone Franche Urbaine (ZFU)

Mis en place en 1997 avec le Pacte de relance pour la ville, le dispositif compte actuellement 100 zones franches urbaines dont deux à Marseille. La loi sur l’égalité des chances de 2006 a reconduit le dispositif jusqu’au 31 décembre 2011. Le principe : des exonérations fiscales et sociales sont octroyées à des entreprises de moins de 50 salariés (sous conditions) présentes ou qui s’implantent sur le territoire des ZFU pendant cinq ans à taux plein.

Financement du Vallon de Malpassé : coût global de 158.5 millions d’€

(dont les « PRU » -prêt renouvellement urbain- de la Caisse des dépôts 35.7 M€)

ANRU 43.2 M€. Ville de Marseille 16 M€. Communauté urbaine MPM 1.5 M€. Conseil Général 1.2 M€. Conseil Régional 4.3 M€. Bailleurs 73.7 M€. Caisse des dépôts 0.3 M€. Autres 18.3 M€

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard