Articles

Accueil > Actualités > Réinvestissement du champ de la cohésion sociale

 

Réinvestissement du champ de la cohésion sociale

21 juin 2012 - Dernier ajout 22 juin 2012

Étendre les liens entre les savoirs et les institutions publiques qui opèrent au sein du champ social, c’est la volonté qu’a démontré la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale en Paca (DRJSCS), en partenariat avec le Dispositif régional d’observation sociale en Paca (DROS) et la CAF des Bouches-du-Rhône, en récompensant trois doctorants pour la pertinence de leur thèse en sciences humaines et sociales. Des chercheurs qui, par leurs observations et leurs analyses, impulsent une nouvelle dynamique aux institutions et actions publiques quant à la recherche et la construction de la cohésion sociale en région Paca. Au-delà de la remise de prix s’est déroulée la consécration d’un cycle de sept séminaires, destinés aux professionnels et leurs territoires d’interventions, qui a permis d’analyser, de réévaluer et définir les visées et les ressources des politiques locales d’aujourd’hui pour la cohésion sociale de demain. Direction le CREPS d’aix-en-Provence.


 

Un prix régional de la recherche sur la cohésion sociale d’une valeur de 1 400 euros a été attribué à des chercheurs de la région Paca qui ont tous obtenu la mention très honorable. Sur dix thèses réceptionnées, toutes en adéquation avec les champs de la cohésion sociale (- intégration des populations immigrées, - jeunesse, politiques éducatives formelles et non formelles, - inégalités sociales, santé et cohésion sociale, - prise en charge des sans abri, accès au logement...), trois ont été retenues. La DRJSCS, qui œuvre quotidiennement au renforcement du lien social, souhaite encourager, par ce biais, les jeunes chercheurs « à aborder les nouveaux enjeux et les nouvelles politiques de cohésion sociale, valoriser les recherches qui peuvent nourrir ces politiques et ainsi créer une dynamique d’échanges entre les professionnels de l’intervention sociale et les chercheurs ». Trois jeunes chercheurs satisfaits que leur long travail universitaire ait pu servir et enrichir l’action publique.

Présente pour l’évènement, Caroline Bachschmidt, responsable de la sous-direction des professions sociales de l’emploi et des territoires au ministère des Affaires sociales et de la Santé ( adjointe de Sabine Fourcade, directrice générale de la cohésion sociale, ministère des Affaires sociales et de la Santé qui se rapporte à la Direction générale de la cohésion sociale DGCS) a tenu à saluer l’alliance portée par la recherche et l’action. Une union qui s’est, par le passé, déjà transformée « en initiative locale très concrète et en outils d’ingénierie qui, aujourd’hui se sont répandus, notamment la charte de cohésion sociale » instaurée depuis 2004.

Résumé des thèses récompensées

- L’« immigré-é travailleur-se ». La construction et les usages sociaux des catégories de l’action publique en France et en Italie. Annalisa Lendaro

Cette thèse questionne la catégorie d’« immigré-e », dont la signification ne se réduit pas à une définition juridique incontestable : il s’agit de montrer qu’elle fait l’objet d’interprétations, de redéfinition et d’usages sociaux diversifiés de la part des acteurs en charge la mise en œuvre des politiques publiques et/ ou intervenants sur le marché du travail La thèse examine la construction et les usages des catégories de l’immigration à différents niveaux (européen, national, régional et local) en effectuant une comparaison entre : deux pays, la France et l’Italie ; deux régions, la région Provence Alpes Côte-d’Azur et la Ligurie ; et de secteurs d’activité, le bâtiment et l’aide à domicile. La thèse questionne notamment les décalages entre catégories « officielles » et catégories « indigènes », en montrant que l’action publique a un impact réel sur les parcours individuels des migrants (salariés et demandeurs d’emploi) ainsi que sur la cohésion sociale du territoire régional.

- Le traitement de la question des « femmes de l’immigration » dans le champ de l’action sociale. Marion Manier

Cette thèse explore le traitement social contemporain de la question des « femmes de l’immigration » dans le champ de l’action sociale, en saisissant les rapports sociaux dans leurs diversités et leurs articulations. Après une analyse préalable de la construction de la question des « femmes de l’immigration » comme priorité de l’action publique, cette recherche s’attache à rendre compte des modalités concrètes de prise en charge de publics de femmes migrantes dans l’action sociale et associative. Elle s’appuie sur les résultats d’une enquête qualitative, ethnographique et comparative menée au sein des différents dispositifs d’intervention sociale de la ville de Nice. D’une part, sont analysées les modalités selon lesquelles émergent, s’élaborent, se combinent les catégories de la différence ethnique, de genre et de statut social en usage dans la « problématisation » de cette question dans l’action publique, sociale et associative. D’autres parts, sont décrits les effets sociaux de ce traitement social sur les dynamiques internes de l’intervention sociale et sur les femmes qui font l’objet de ces catégorisations, qu’elle soit usagères ou elles-mêmes intervenantes au sein des dispositifs d’action sociale et associative. De fait, les frontières qui se réalisent entre des « nous » et des « elles » produisent des effets, tant sur la place symbolique et matérielle que ce dernières occupent, que sur les « stratégies identitaires intersectionnelles » et les résistances qu’elle s’opposent.

- « Grandir à Belsunce : les catégories ordinaires de l’expérience enfantine dans un quartier de Marseille ». Elsa Zotian

« Notre thèse porte sur la vie quotidienne d’enfants âgés de 8 à 12 ans, issus de familles migrantes pour la plupart et grandissant à Belsunce, quartier populaire du centre-ville de Marseille. Elle propose de rendre compte de leur point de vue sur leur environnement, dans ses dimensions urbaine, économique, sociale, institutionnelle et de reconstituer à partir de là leur vision de la société. Il s’agit donc de comprendre comment ces enfants sont construits par le monde dans lequel ils grandissent, mais aussi, quelles visions ils en ont et de quelles manières ils en sont les acteurs. En restituant ainsi le monde social « à hauteur d’enfants », notre thèse offre aux professionnels de l’enfance et plus généralement aux pouvoirs publics des clefs pour mieux accompagner leur insertion sociale et citoyenne.

Les thèses seront prochainement accessibles.

Penser global, agir local

Depuis la réforme territoriale de l’Etat en 2010 et la mise en place notamment des DRJSCS et des DGCS, les plans d’actions en faveur de la cohésion sociale ont été repensés. En 2011, une nouvelle action a été entreprise visant à mieux appréhender les problématiques sociales en élargissant les réflexions d’interventions traditionnelles. Pour cela, la DRJSCS et les directions départementales de la cohésion sociale et de la protection des populations, en collaboration avec de nombreux partenaires, ont imaginé organiser pour un public ouvert (services de l’Etat, des collectivités, des entreprises et des associations) des ateliers territoriaux qui se sont déclinés sous la forme de sept cycles en région Paca. En parallèle de la remise de prix, cette plénière visait également à clore la séquence de ces ateliers territoriaux par une journée de synthèse. Cette initiative a été pilotée par la DGCS qui a lancé un appel à projet auprès de l’ensemble des DRJSCS et DDJSCS (départemental) afin « de les accompagner dans leurs fonctions d’analyses, de développements stratégiques et de prospectives sur le territoire régional » a indiqué Caroline Bachschmidt. Pour en présenter les grandes lignes, Jacques Cartiaux, directeur de la DRJSCS Paca et Caroline Bachschmidt .

Venu pour témoigner des nouvelles pratiques territoriales par de nouveaux concepts, Caroline Bachschmidt a exposé : « au-delà d’une réorganisation administrative et structurelle, il était réellement question de concevoir et de piloter nos politiques avec une nouvelle approche, plus transversale qui ne serait plus que centrée sur les publics en difficulté, mais qui intègrerait les politiques de lutte contre les discriminations, les politiques de promotion de l’égalité et de prévention ». Concrètement, la DGCS en partenariat avec le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC) a déjà mis en place, en 2011, un baromètre de la cohésion sociale et dont « la première vague d’enquête a été menée l’année dernière présente t-elle. Il s’agit de mettre en place une exploration régulière de l’opinion publique sur cette notion [de cohésion] ». De cette enquête sont remontées, selon la responsable au ministère des Affaires sociales et de la Santé, deux notions « intéressantes : elle démontre que pour l’opinion publique, la cohésion sociale repose à la fois sur les efforts de chacun et sur l’action des pouvoirs publiques ». Dans 46% des réponses qui ont été données, les aspects relationnels, du vivre-ensemble, de la solidarité et du lien social font figure de priorité. Pour Caroline Bachschmidt, « c’est au cœur des territoires que se noue cette articulation entre efforts individuels et actions des pouvoirs publics ». C’est pourquoi la DGCS a tenu à s’associer fin 2010 à la démarche territoriale des ateliers proposée par la DRJSCS Paca afin d’en dégager de « nouvelles méthodes d’ingénierie sociale en région qui permettent de mieux capitaliser sur cette interaction propre à la démarche de cohésion sociale ».

Pour agir de manière avisée et productive, une adaptation aux mutations économiques et sociales est nécessaire. Par ces actions, les acteurs de terrain mettent un point d’honneur à dépasser les approches traditionnelles, à penser les problèmes de manière plus globale et sociétale, à intégrer les habitants comme acteurs et non comme simples « usagers », à faire émerger de nouveaux modes de réflexions, de perceptions, de méthodes et d’outils. Ces ateliers, qui ont réuni près de 500 personnes, ont pu aborder différentes problématiques : l’égalité homme/femme, l’articulation rénovation urbaine et cohésion sociale, le devenir des métiers face aux nouveaux besoins, la synergie des acteurs, la participation des usagers, les sources de l’innovation sociale et le sport comme outils de la cohésion sociale.

Quelques mots de Jacques Cartiaux, directeur de la direction régionale de la jeunesse, des sports, et de la cohésion sociale PACA.

Site de la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale en Paca http://www.paca.drjscs.gouv.fr

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard