Articles

Accueil > Actualités > Région d’Istres : Des ouvriers agricoles maghrébins frappés et humiliés par (...)

 

Région d’Istres : Des ouvriers agricoles maghrébins frappés et humiliés par leur employeur

29 juin 2010

L’esclavage est aussi le fait de nos sociétés modernes. En effet, 18 salariés saisonniers agricoles marocains travaillant au Mas de la Melonière à Entressen (région d’Istres) et introduits en France par l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (O.F.I.I) sont en grève depuis jeudi. Ils protestent contre la violente agression physique dont avait été victime l’un des leurs de la part de leur employeur. Pour faire valoir leurs droits ils ont fait appel à l’Union Locale CGT de Fos sur Mer et d’Istres dont une délégation est allée dénoncer hier à la sous-préfecture d’Istres, les conditions de vie imposées à ces travailleurs immigrés, victimes d’un « traitement indigne ».


 

JPEG - 81 ko

La colère et l’incompréhension régnaient encore hier à la Maison des Syndicats à Istres où les 18 travailleurs saisonniers marocains s’étaient donnés rendez vous à 13h30. Ensemble ils se sont dirigés vers la sous-préfecture où une délégation CGT est allée dénoncer les conditions de travail et les traitements infligés à ces ouvriers agricoles marocains par un employeur qui n’en est pas à sa première agression. Le salarié qui a subi ces violences a porté plainte. Son employeur l’aurait agressé parce qu’il était entré dans le logement après que le patron le lui ait interdit. Outre ce fait, les travailleurs immigrés ont rapporté certaines irrégularités dans le respect du code du travail. « Les durées légales du travail (151,67 heures par mois) ne sont pas respectées. Ils travaillent tous les jours même le dimanche. Les heures supplémentaires, parfois le double de ce qui est prescrit dans leur contrat de travail, n’ont pas été rémunérées » souligne une cégétiste. Les témoignages ne manquent pas. Selon les ouvriers agricoles les conditions d’hébergement ne correspondent pas aux normes légales. Alors qu’ils paient un loyer mensuel de 70 euros, ils n’ont même pas accès à l’eau potable (seul un puits, visité par les rats) et sont souvent pris au dépourvu lorsque leur employeur coupe l’électricité tous les soirs, à 21h, ne leur laissant pas la possibilité de préparer leur repas du lendemain.

JPEG - 73.2 ko
Adil Fajry militant NPA

« Des travailleurs exploités, terrorisés, humiliés… »

« Je pense qu’on a à faire à un individu patron [...] c’est du harcèlement, une humiliation. Quand il reçoit des amis ou de la famille, il est très gentil avec les salariés mais dés qu’ils sont partis, ils se vengent. Et ils sont tellement terrorisés qu’ils ne savent plus quoi répondre à leur employeur au quotidien. Ça fait six ans que ces gens prient pour défendre leur dignité. Aujourd’hui ils n’en peuvent plus. On est vraiment dans des situations similaires, voire plus, que France Télécom. On est vraiment dans des situations d’humiliations d’individus et de notion de supériorité » s’indigne Adil Fajry, militant NPA.

Serge Bolutti, responsable de la Fédération agroalimentaire CGT souligne quant à lui le non respect des lois par les exploitants qui n’hésitent pas à se servir de leurs moyens de pression. En effet, « sur les 8000 contrats O.F.I.I plus de la moitié sont dans les Bouches du Rhône. C’est donc un moyen de pression pour les patrons » insiste Serge Bolutti qui invite les pouvoirs publics à faire respecter les lois. « Ces travailleurs doivent être considérés comme des travailleurs français. Il y a eu des décisions ; notamment celle de la Halde et du conseil d’Etat qui considèrent qu’il y a des abus » a-t-il poursuivi.

JPEG - 79.6 ko
Serge Bolutti responsable de la fédération agrocalimentaire CGT

Des milices qui pratiquent des ratonnades et des agressions en toute impunité ?

Face à toutes ces infractions, une délégation CGT a accompagné le lendemain, les 18 salariés devant l’exploitation pour tenter de négocier. Mais l’accueil fût de taille. L’exploitant, sourd aux revendications, a fait appel aux exploitants du voisinage munis de masses, de bâtons et de galets puis s’en sont pris à deux délégués de la CGT dont Serge Bolutti, responsable de la Fédération agroalimentaire CGT qui garde encore sur le visage les stigmates de cette bagarre qui s’est d’ailleurs soldée par deux salariés gisant au sol. Les salariés et les cégétistes attendaient notamment la Direction Départementale du Travail et la Sous-préfecture d’Istres. Selon les témoins présents, la police n’a procédé à aucune interpellation bien que des « armes » aient été utilisées.

Craignant pour leur sécurité, les ouvriers ont fait le choix de ne pas demeurer sur place. Ils sont désormais pris en charge par l’Union Locale CGT d’Istres en association avec les Unions Locales de Fos et de Port St Louis notamment. « Nous demandons à ce que la législation du travail soit respectée ainsi que notre dignité » a souligné un des ouvriers agricoles qui a également témoigné des nombreuses humiliations qu’ils subissent au quotidien.

Aujourd’hui, au cours d’une réunion pilotée par la Direction Départementale du Travail, l’employeur et une délégation de la CGT accompagnée de quelques travailleurs immigrés, tenteront de négocier leur retour.

Nous attendons d’en savoir plus.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard