Articles

Accueil > Actualités > « Regards croisés de femmes dans un quartier urbain »

 

« Regards croisés de femmes dans un quartier urbain »

10 mars 2010

La mobilisation n’a pas faibli pour cette 100ème journée consacrée à la femme. A Aix les associations ont réuni une centaine de femmes et d’hommes qui ont assisté à un plateau télé organisé par la télévision participative salonaise : O2zone. L’objectif était de permettre à ces femmes de croiser leurs regards sur les thèmes « Exister/ Résister/ Se projeter » dans les quartiers urbains. Les associations du Jas de Bouffan ont quant à elle fêter la femme autour d’expositions, de stands informatifs et d’ateliers. Retour sur cette journée particulière.


 

JPEG - 56.8 ko

Il s’y passe des choses intéressantes au Jas de Bouffan et les associations ont une fois de plus été à la hauteur de l’évènement. La télévision participative O2zone TV a souhaité mettre en avant les femmes des quartiers des différentes villes de la région et des différents centres sociaux. Elles sont venues de Port de Bouc, d’Istres, de Marseille ou de Salon pour exprimer leurs ressentis, leurs difficultés, leurs espoirs. Des femmes qui résistent au quotidien et qui sont souvent considérées « plus courageuses que les hommes » mais aussi plus discriminées. Alors comment résister ? La réponse ne s’est pas fait attendre. « Résister c’est être épanouie dans son travail et lutter contre les inégalités et les préjugés » qui cantonnent la femme dans un rôle prédéterminé. « La résistance c’est aussi refuser les rôles et la place qu’on nous impose. On peut être mère et exercer un autre métier » souligne l’une d’entre elles.

« Résister, c’est avoir un projet personnel »

Pour une autre, il faut être capable de relever certains défis et « créer quelque chose de nouveaux ». C’est-à-dire « oser ou tenter le changement en poursuivant des formations » et en choisissant « un autre métier que celui de femme de ménage ». Une façon selon elle, de trouver sa place en tant qu’individu. Un membre du public a un tout autre avis sur la question. « Pour pouvoir changer les choses, il ne faut pas regarder le bout de son nez et éviter l’égoïsme ». Pour une jeune femme du public, le combat à mener est « le combat contre l’ignorance. L’idée est de s’émanciper en allant découvrir tout ce qui peut nous enrichir. Le théâtre, le cinéma ... ça peut rapporter gros » soutient-elle. C’est aussi une manière de mieux se projeter vers l’avenir. Car le savoir est une arme qui permet de résister à la pensée unique qui « cantonne souvent la femme dans les carcans familiaux traditionnels ». Pour contrecarrer les préjugés, les femmes ne manquent pas de courage. Ce courage consiste à « imposer ce qu’on a envie de faire » lance une femme issue d’un centre Social de Port-de-Bouc. Et nombreuses sont celles qui ont choisi d’exercer des métiers d’hommes. Un courage qui leur fait honneur.

JPEG - 63.9 ko

La société aide-t-elle les femmes à se projeter ?

« Oui et non » répond une jeune femme, insistant sur les préjugés tenaces qui cantonnent la femme à la maison, la privant ainsi de formations et donc d’exercer un métier. « Il est difficile de se projeter. Il faut être diplômé pour travailler » souligne l’une d’entre-elles. Certaines préfèrent attendre que leurs enfants deviennent adultes pour oser se projeter dans la société. D’autres affirment que la réussite de ses enfants est une manière de se projeter vers l’avenir. « Car une fois qu’ils ont réussi, après c’est la belle vie pour nous » lance une vieille dame.

L’association Jabir organisait à son tour, une journée instructive en partenariat avec une dizaine d’associations, toutes présentes pour renseigner le public sur les difficultés rencontrées par les femmes en France et dans les pays du tiers-monde. Si certaines d’entre elles approuvent cette journée consacrée à la femme d’autres, regrettent qu’il faille une journée pour dire que la femme à sa place dans la société. Leila Allouche, fondatrice de l’association JABIR, considère cette journée comme un moyen d’informer et de dénoncer les inégalités dont est victime la gente féminine. « Après ça dépend du sens qu’on veut lui donner. Si certaines femmes voient cela comme un « défilé de mode », alors je ne suis pas d’accord ». Saleha Moulin, présidente du comité de quartier du Jas, approuve également cette journée qui permet de « fêter le courage des femmes qui ont passé leur vie à se battre pour avoir le droit de vote, le droit à la contraception et le droit de travailler ». Une sorte d’hommage qu’elles ont mérité !

JPEG - 77.7 ko

« La maternité n’empêche pas l’émancipation »

Si l’on évoque souvent les inégalités dans les pays occidentaux, l’on évoque moins celles qui affaiblissent les femmes dans les pays du Sud. L’UNICEF a souhaité mettre en lumière les difficultés des femmes issues des pays en sous développement victimes du poids des traditions. « Même si il y a des progrès, il y en tellement encore à faire » souligne un membre de l’UNICEF « Nombreuses sont les femmes qui n’ont aucun droit et qui sont sous la domination des hommes pour lesquels elles ne valent que le mariage et la procréation ». Mais cette dernière affirme tout de même la nécessité de faire attention à « ne pas ôter à la femme la chance qu’elle a de pouvoir procréer notamment dans les sociétés occidentales. Les hommes nous envient cette maternité. La maternité n’empêche pas l’émancipation. Si on n’en parle de cette manière c’est quelque de chose de régressif. La société ne peut donc pas avancer » explique-t-elle.

JPEG - 75.5 ko

La journée de la femme aura 101 ans l’année prochaine. La lutte pour l’égalité des sexes se poursuit.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard