Articles

Accueil > Actualités > Réformes de l’Etat : touchez pas à ma culture !

 

Réformes de l’Etat : touchez pas à ma culture !

5 juillet 2010

Le monde culturel subit brutalement les effets de la réforme des collectivités territoriales et de la révision générale des politiques publiques. Le Conseil de la création artistique, présidé par Nicolas Sarkozy ajoute de nouvelles difficultés. Après les journées d’actions en mars et en mai, d’autres mobilisations sont prévues à Avignon, ce mois-ci. Explications d’Agnès Loudes, déléguée PACA du Syndicat national des Scènes Publiques (SNSP), membre du bureau national SNSP.


 

JPEG - 78 ko

La semaine prochaine, des professionnels du spectacle seront présents au festival d’Avignon. On les retrouvera non sur les planches mais dans la rue. Le 12 juillet, un débat sur la réforme des collectivités territoriales et ses conséquences aura lieu dans la cour du Cloître Saint-Louis. Des élus du PS, du Modem et du Front de Gauche sont invités à s’exprimer sur la question. Le lendemain, la CGT Spectacle propose une Assemble générale au « Village Off ». Et le 15 juillet, une manifestation est prévue place du Palais des Papes.

Un collectif pour l’art et la culture représentatif

Le mois dernier, lors de la conférence de presse du Festival de Marseille, un texte de revendications avait été lu par des représentants syndicaux régionaux du spectacle. Le 6 mai, Marseille avait poursuivi le mouvement d’actions du 29 mars à Paris pour défendre l’art et la culture contre les réformes étatiques. En mai, la plupart des secteurs culturels étaient engagés dans cette journée d’actions. Suite à ces mouvements contestataires, une demande d’audition avait été sollicitée auprès de la Commission nationale Culture.

La question de la réforme des collectivités territoriales

La réforme des collectivités territoriales pénalise à plus d’un titre le monde de l’art et de la culture. La suppression de la clause de compétence générale enlève aux Conseils général et régional leur capacité à intervenir librement. Les deux institutions seront cantonnées à financer les compétences obligatoires, en l’occurrence les priorités dites d’Etat. Or la culture est largement subventionnée, à hauteur de « 70 % par les collectivités territoriales », signale Agnès Loudes, par ailleurs secrétaire générale du Théâtre Antoine Vitez à Aix-en-Provence. « Nous avons d’autant plus un doute que les Conseils général et régional vont fusionner (NDLR : à partir de 2014) » insiste-t-elle. Le collectif de syndicats, regroupant entre autres le SYNDEAC (Syndicat National des Entreprises Artistiques et Culturelles), le SNSP, la CGT Culture et Spectacle, le SYNAVI (Syndicat national des Arts Vivants), le SMA (Syndicat des Musiques Actuelles) défend deux positions. « On demande l’abrogation, donc de garder la clause de compétence générale et la possibilité pour les élus d’avoir des choix politiques locaux » explique Mme Loudes.

Le collectif a été moyennement entendu puisque le projet de loi a été modifié. Le nouveau texte amendé, actuellement en navette parlementaire prévoit une clause dérogatoire. Ainsi une exception sera faite aux domaines du Sport, de la Culture et du Patrimoine, permettant aux collectivités locales de dégager des financements. Pourtant, tout n’est pas réglé. Le milieu culturel fonctionne beaucoup avec le tissu associatif et socioculturel local, « nous sommes très interdépendants. Ces secteurs sont touchés de plein fouet », explique Agnès. Ce contexte rend bien difficile la concrétisation de projets.

Situation aggravée par la Révision générale des politiques publiques

La réforme pose une autre problématique, aggravée par le gel budgétaire et le plan d’austérité annoncé, celle de la suppression de la taxe professionnelle. Si la clause Sport/Culture/Patrimoine est appliquée, les collectivités locales financeront avec quels moyens ? Selon la militante, la Contribution économique territoriale (CET), qui remplace la taxe professionnelle présente moins de marge de manœuvre, « elle représente 30 % de réduction de ressources pour les collectivités ».

La Révision générale des politiques publiques accentue les conséquences de la première réforme. Le ministère de la Culture en sort amoindri, ses principales missions de service public étant remises en cause selon le collectif. Ainsi le ministère des Finances prévoit d’ores et déjà le retrait de 30 millions d’€ au secteur de la création dès l’an prochain. « Cette politique est très régressive, il ne restera que les grandes scènes nationales » commente Agnès. D’où la nécessité d’une complémentarité sur le territoire. Le but est d’éviter des situations problématiques en cas d’unique partenaire. « Les financements croisés garantissent l’indépendance, on est aussi plus attentif à un projet politique de territoire » souligne-t-elle.

Parallèlement, le Conseil de la création artistique, placé sous l’égide du président de la République et animé par M. Karmitz viendrait enfoncer le clou. Ce comité ad hoc se réunit à huis clos et rendra dans les prochaines semaines un rapport qui ne satisfera forcément pas les intéressés. A terme, ses préconisations conforteront le désengagement du ministère de tutelle dans le soutien aux créateurs selon Agnès.

« Marseille Provence 2013 » ne convainc pas

Localement, le collectif s’efforce de rencontrer les parlementaires. Il a déjà alerté le nouveau vice-président à la Culture de la Région, Patrick Mennucci. « Tout le monde est concerné. Les petits suivent difficilement, on observe un épuisement chez les gens. Et les gros ne sont pas si protégés » par les futures politiques.

Le projet de capitale européenne de la culture, « Marseille Provence 2013 » pourrait servir de catalyseur au milieu artistique. Or l’opportunité n’est pas franchement perçue comme tel. « Je n’y crois pas trop. Rien n’avance, Marseille Provence 2013 met une gouvernance en place. Mais c’est flou, on ne comprend pas les règles de cette association », avoue Agnès. « Rien ne démarre, rien n’est visible » déplore-t-elle. Le collectif a déjà alerté la Ville, le Département et la Région, « attention ne prenez pas sur les budgets de la culture actuelle ». On leur a répondu, « Marseille Provence 2013 a un budget à part ». La profession n’est pas totalement rassurée.

Manifestations en Avignon en juillet

Lundi 12 juillet à 16h, dans la cour du Cloître St-Louis : débat sur la réforme des collectivités territoriales et ses conséquences, co-organisés par le SNSP et le SYNDEAC

Mardi 13 juillet à 15h, assemblée générale de la CGT Spectacle au village Off

Jeudi 15 juillet à 14h30, manifestation devant le Conservatoire, place du Palais des Papes

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard