Articles

Accueil > Actualités > Quid de la Méditerranée en 2030

 

Quid de la Méditerranée en 2030

12 décembre 2011

Alors que la crise économique gagne le nord et les révolutions le sud, la Méditerranée se retrouve prise en étau entre deux menaces hypothéquant sérieusement son avenir. Convergence, régionalisation, intégration, quel scénario l’emportera dans cette zone en 2030 ? L’IPEMED, l’Institut de Prospective Économique Méditerranéen a tenté d’y répondre à travers un ouvrage initié en 2009 et réalisé par le consortium « Méditerranée 2030 » : « Demain, la Méditerranée. Scénarios et projections à 2030 ». Cent chercheurs des trois rives de la Méditerranée ont pu se pencher sur les futurs possibles qui se dessineront dans cette zone à l’horizon 2030. Le think-tank présentait le résultat de ses recherches, vendredi à la Caisse des Dépôts, à Paris.


 

JPEG - 75.5 ko

Si le concept à la mode en ce moment en Méditerranée semble être « divergence », l’intégration euro-méditerranéenne étant en ce moment soumise à rude épreuve, un autre destin est néanmoins possible, résume le consortium Méditerranée 2030. La convergence peut en effet l’emporter à quelques conditions cependant, au premier rang desquelles : une action politique forte, volontariste et partagée par tous les pays riverains. « On peut encore croire au rapprochement des trois rives, le projet d’union des pays de la Méditerranéen est encore d’actualité », lance Jean-Louis Guigou, délégué général d’IPEMED. Ce dernier identifie différents signes favorables à cette convergence méditerranéenne. Il prend notamment l’exemple de la montée en puissance de l’Alena ou de l’Asean, qui marquent le retour de la prééminence des grands ensembles régionaux et met aussi en avant le phénomène de démocratisation en marche dans les pays arabes. Pour le patron d’IPEMED, l’idée de convergence fait son chemin. En outre, de nombreux défis tels que les changements climatiques, les crises alimentaires, ou les migrations ne pourront pas être surmontés de façon individuelle, à l’échelle d’un seul pays. Plus qu’une idée, la convergence est bel et bien une nécessité.

Malgré l’optimisme affiché du président de l’IPEMED, cette option ne représente pourtant qu’un futur possible parmi d’autres... Le consortium a en effet imaginé différents scénarios pour 2030 : celui des divergences et de la dislocation de la Méditerranée, sur fond de crise ; celui de la crise aiguë minant l’Europe et provoquant la marginalisation de tous les pays du bassin méditerranéen et enfin, celui de la convergence des deux rives, encouragé notamment par l’IPEMED, un scénario volontariste appelant à plus de redistribution entre le nord et le sud. Neuf actions prioritaires ont été identifiées pour assurer cette convergence et construire une région plus intégrée. Elles concernent notamment le capital humain, l’énergie, l’eau, les transports, le secteur bancaire et la santé. Le scénario le plus probable, se situant finalement aux confluences de ces trois options.

JPEG - 42 ko

Pas de prospective économique sans prospective culturelle et volonté politique

Que faire alors pour que le scénario de la convergence soit rendu possible ?« Ne pas oublier le volet culturel », préconise Yadh Ben Achour, ancien président de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution en Tunisie : «  Il existe une complémentarité évidente : un tempérament méditerranéen, un fond commun de savoirs et de philosophies à prendre en compte. Or sur ce plan culturel, la Méditerranée vit en ce moment une crise nord-sud, mais aussi sud-sud : une crise des confrontations entre une culture sécularisée au niveau des élites et une culture confessionnalisée au niveau du peuple ». Il souligne ainsi l’importance de lutter contre la xénophobie et de défendre une culture islamique de la modernité : « les forces progressistes en Europe doivent travailler de concert pour favoriser un Islam libéral », prône le juriste qui exhorte par ailleurs la presse européenne à sortir du modèle économique libéral et concurrentiel et à proposer une autre ligne éditoriale.

L’ancien ministre espagnol, Miguel Angel Moratinos, va dans le même sens, préférant émettre des recommandations politiques plutôt qu’économiques. Celui-ci s’étonne d’ailleurs qu’aucun chef d’État ou de gouvernement européen n’ait fait de réelle déclaration sur les bouleversements se déroulant sur l’autre rive. « Il faut s’engager le plus possible politiquement avec les révolutions arabes, en profiter pour mettre fin au conflit au Sahara et au Proche-Orient et pour favoriser une intégration sud-sud entre les pays du Maghreb. Il faut travailler sur l’humain et l’immigration et redonner des visas aux intellectuels et étudiants : on a des instruments, on a un secrétariat à Barcelone, avec de la volonté politique on pourra réussir », défend l’homme politique. L’ancienne ministre Élisabeth Guigou parle, de son côté, d’ « occasion historique » pour assurer cette convergence : « Il y a un intérêt stratégique pour les pays d’Europe et du sud à être ensemble dans la globalisation, sinon on ne fera pas le poids, pointe la femme politique. Il est essentiel aussi de remédier à un déséquilibre dans nos sociétés : la connaissance parfaite des pays du sud de ce qui se passe en Europe et l’ ignorance de nos sociétés vis à vis des pays de l’autre rive, d’où des amalgames et préjugés ; il faut donc intensifier les contacts et échanges de tous ordres, économiques, culturels et sociaux, que les sociétés civiles se connaissent davantage » . Autre défi commun pour l’ancienne ministre : éviter un recul de la croissance dans les pays du sud. Une double recette pour y parvenir : l’ Europe doit sortir de la crise et les pays du sud doivent développer leur coopération entre eux. « Il faut une forme d’union politique entre les pays du sud et l’ensemble de l’Europe », ajoute cette dernière.

JPEG - 45.6 ko

Pas de convergence sans accès à l’eau

Soutenir les transitions démocratiques, aider les investisseurs, créer une nouvelle confiance, s’appuyer sur l’axe turc, encourager une coopération entre pays du sud, tels sont les défis à relever pour parvenir au scénario de convergence euro-méditerrannéenne, défendu par l’IPEMED. Selon les projections du consortium, cette convergence devra se baser sur la variolisation des complémentarités entre les deux régions, sur une plus grande redistribution des richesses et sur un renforcement de la compétitivité dans un système régionalement intégré.

Un scénario dont les contours sont encore loin d’être dessinés, nuance cependant Abderrahmane Hadj Nacer, ancien gouverneur de la Banque d’Algérie : « on est dans une période courtermiste et l’Europe considère toujours la partie sud de la Méditerranée comme une chasse gardée ». Autre facteur de désenchantement : le problème de l’eau. Jean-Louis Chaussade, le directeur général de Suez Environnement s’interroge : « comment construire une convergence sans résoudre cette question ? La problématique centrale du développement économique en Méditerranée sera l’eau. Les pays riverains de la Méditerranéen ne disposent que de 3 % des ressources mondiales en eau et on sait qu’en 2030, les besoins vont augmenter de 25 à 30 % .Il faut définir une véritable politique commune de l’eau qui doit passer par une agence méditerranéenne de l’eau ».

Cette question de l’eau n’est d’ailleurs pas le seul défi à relever dans cette zone. Celle-ci est imbriquée dans la question plus globale de l’accès aux ressources, sujet majeur dans une région où plusieurs pays sont dans une situation de stress hydrique et où les changements climatiques vont renforcer les déséquilibres et multiplier les situations de crise : « une convergence ne verra pas le jour si ces trois questions centrales ne sont pas réglées : l’accès à l’eau, à l’énergie et à l’alimentation », met en garde Gérard Mestrallet, PDG de GDF SUEZ. « Au cours du 21ème siècle, l’Europe n’aura plus ni pétrole, ni gaz, ni charbon, la complémentarité avec les pays du sud est fondamentale dans ce sens. Cette énergie, potentiellement bon marché, que le sud de la Méditerranée peut produire, certes ces pays peuvent nous la vendre, mais ils doivent d’abord l’utiliser pour eux mêmes, pour leur propre compétitivité, car à l’horizon 2030, la compétition entre les régions du monde sera plus forte et les pays du sud de la Méditerranée ont un avantage : l’accès à une énergie bon marché. L’UPM est en panne, les entreprises sont prêtes à s’engager pour tisser des ponts : leur rôle est d’avancer sans attendre les vœux du politique. On l’a vu, l’Europe s’est d’abord bâtie économiquement, avec la naissance de la CECA et aujourd’hui, le politique est encore loin derrière, les entreprises ne doivent pas tout attendre du politique. », recommande le PDG.

JPEG - 36 ko

Le diagnostic n’est donc pas d’emblée favorable à une intégration, pourtant des complémentarités régionales existent et se multiplient. Cette convergence entre les deux rives s’est manifestée notamment par une défiance des pays méditerranéens à l’égard de leurs institutions, par des taux de natalité proches de ceux que l’on retrouve en Europe et par des aspirations dans ces pays à la liberté et au bien-être. L’intégration semble donc devoir se faire par étape : d’abord autour de l’eau puis de l’énergie...une préconisation qui n’est pas sans rappeler la méthode des petits pas initiée par Robert Schuman pour construire l’Europe : d’abord la mise en place d’une gestion commune entre plusieurs pays dans des secteurs limités et stratégiques. « L’importance de la dimension politique a aussi été rappelée ici, pointe Radhi Meddeb, président d’IPEMED. La Méditerranée n’ira pas vers la convergence sans la levée des hypothèques de ces fractures occidentales et orientales. Le processus euroméditerranéen doit être revisité, il doit devenir le projet des populations et non plus seulement celui de certaines élites. Je rêve que ces pays s’engagent à adopter, à l’ image de la Turquie, l’ ensemble de l’acquis communautaire européen. Le rôle de la Turquie a été souvent évoqué : en 2006, un rapport de la CIA indiquait que l’avenir du monde arabe est l’empire ottoman, c’est une phrase à méditer », conclut le président de l’institut.

Pour découvrir les propositions du consortium :

Demain, la Méditerranée. Scénarios et projections à 2030. Coordonné par Cécile Jolly . Réalisé avec le consortium "Méditerranée 2030

http://www.ipemed.coop

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard