Articles

Accueil > Actualités > Quatre experts posent leur regard sur les sociétés interculturelles

 

Quatre experts posent leur regard sur les sociétés interculturelles

27 novembre 2011

Quelle est la place du multiculturalisme dans nos sociétés ? Quelles formes prennent les relations interculturelles en France, quelle est la réalité des sociétés interculturelles ? A l’occasion des premières Assises de la Diversité organisées à Paris par l’hebdomadaire « Témoignage chrétien » et le mensuel « Salam news », quatre sociologues sont venus livrer leur vision d’une société interculturelle. Multiculturalisme radical, laïcité, cultures minoritaires, communautarisme, Alain Touraine, Esther Benbassa, Jean Baubérot, et Dounia Bouzar ont passé au crible toutes les facettes du multiculturalisme à la française, tentant de faire émerger une troisième voie.


 

« Il faut arriver à combiner la reconnaissance des différences culturelles avec l’appartenance à une même citoyenneté » , Alain Touraine

JPEG - 95.6 ko

« Il ne faut pas confondre l’interculturel, le multiculturel et le communautaire qui se traduit par la guerre de tous contre tous, au nom d’une identité », clame Alain Touraine, sociologue, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Pour le chercheur les limites des sociétés interculturelles reposent dans le concept d’identités nationales, créées artificiellement et qui entraînent la suppression des minorités. « La France est l’un des deux premiers états nationaux à se créer tôt une conscience nationale et l’Etat a réduit la société à un monde qu’il doit contrôler. Ensuite l’état et la société se sont pénétrés et aujourd’hui le monde de la culture pénètre à son tour l’État », analyse Alain Touraine. « Ce que nous devons rejeter, c’est cette idée que l’universel, le spirituel s’identifie à un type particulier de société. Il n’y a pas de société bonne ou mauvaise, ni même parfaite. Les deux dangers sont d’avoir d’un côté, un état totalisateur et de l’autre, une société identitaire calquée sur ce modèle d’identité. »

Dans cette perspective, l’État doit être un instrument de respect des différentes cultures, un instrument de reconnaissance et d’activation des activités culturelles plutôt que des identités culturelles. « Nous sommes parvenus à un monde où la culture n’est plus locale mais pénètre l’état. L’État doit devenir un instrument de respect et de communication entre des cultures différentes. » Il faut ainsi combiner la reconnaissance des différences culturelles avec l’appartenance égale à la même citoyenneté et à un champ universel de référence. « Il ne faut pas non plus demander aux Français de renoncer à une identité nationale. Il faut avoir un état capable et volontaire pour faire communiquer les citoyens et les rassembler », conclut le chercheur.

JPEG - 39 ko

« Les cultures minoritaires, si elles ne dominent pas, irriguent les cultures dominantes et les assouplissent », Esther Benbassa

« Il n’y a pas de société bonne ou mauvaise et celle que décrit Alain Touraine n’est pas parfaite non plus ! », répond avec humour au début de son exposé, Esther Benbassa, historienne à l’ Ecole Pratique des Hautes Etudes et sénatrice. « On pense qu’un universalisme de référence va permettre la naissance de l’interculturalité, mais c’est faux, souligne l’historienne. L’universalisme de référence à la française est synonyme d’un mâle, chrétien et blanc, qui n’est pas toujours ouvert aux cultures minoritaires ! », estime la sénatrice. Esther Benbassa soulève la question de la place des cultures minoritaires en France, un concept qu’elle juge en soi erroné, car pour elle, « il n’y a pas de culture minoritaire possible, au risque d’une culture minorée ». « On perçoit les minorités comme des citoyens de seconde zone et si on pense que la citoyenneté se limite à la nationalité, on ne va pas avancer ! », regrette l’historienne. Les minorités en France sont présentes et ne remettent pas en cause la république , plaide l’historienne.

Idem du côté des religions : l’Islam est perçu comme un envahisseur, or il ne remet pas en cause les fondements du pays, défend Esther Benbassa : « Il existe une peur des états nations qui ont perdu panache et puissance et se sentent fragilisés par ces groupes minoritaires, arrivés pendant les trente Glorieuses et qui sont aujourd’hui installés », dénonce par ailleurs cette dernière. Malgré le refus de l’état, le multiculturalisme s’introduit dans une société française de plus en plus poreuse, et c’est dans cette interpénétration, que la société se dynamise, défend l’historienne : « Les identités modernes sont désormais multiples, elles s’interpénètrent : on peut être femme, noire et française. La diversité des identités n’empêche d’être une bonne française, la francité n’existe pas ! », reprend l’historienne. Dépourvue de toute identité figée, la société semble ainsi vivre au rythme d’un perpétuel devenir : « Les cultures minoritaires, si elles ne dominent pas, irriguent les cultures dominantes et les assouplissent, même si elles n’arrivent pas à changer les élites », analyse Esther Benbassa. Autre point abordé par l’historienne : la question des repères. Tout citoyen a en effet besoin de repères et loin de représenter un danger, ces cultures minoritaires, au contraire, permettent au citoyen de trouver quelque référence, juge cette dernière.

Revenant enfin sur l’annonce de l’échec de modèles multiculturels en Europe, Esther Benbassa souligne que ces modèles ont aussi des résultats positifs : « Aux États-Unis, les minorités sont reconnues, on voit qu’il y a par exemple 40 % d’Asiatiques dans les universités. Bien sur il y a aussi eu des dérives. En France, le problème est que la société ne veut plus intégrer, elle a du mal. Croire que les gens sont arrivés, en oubliant leur culture, c’est se tromper. La diversité n’a jamais empêché d’être un bon Français. La société est en perpétuel devenir, et sans identité mouvante, il ne peut y avoir ni avenir, ni avancement. »

JPEG - 37.4 ko

Accommoder la laïcité comme clé du succès d’une société interculturelle, Jean Baubérot :

« Le Discours dominant veut opposer « laïcité » et « multiculturalisme », en faisant de ce dernier terme le synonyme de « communautarisme », or la laïcité interculturelle est possible ! », affirme Jean Baubérot au début de son exposé. Décortiquant en guise d’introduction la phrase mainte fois répétée : « la religion est assimilée à la sphère privée », l’historien et sociologue déclare que cette affirmation peut être entendue de deux façons : dans la perspective d’un état laïque qui serait garant d’un choix personnel et privé ou sous l’angle d’une religion qui serait cantonnée à la sphère privée, voire intime, et qui serait synonyme de sécularisation. «  Nicolas Sarkozy a exfiltré les catholiques de la sécularisation, en en faisant un objet identitaire, avec l’invocation de racines communes, au nom de la laïcité. Cette laïcité a été détournée par les hommes politiques, François Barouin, théorisant « une nouvelle laïcité » en 2003 . Les enjeux liés à la laïcité se sont alors déplacés de la sphère religieuse à la sphère culturelle et identitaire », décrypte le sociologue.

Pour le chercheur, le succès d’une laïcité interculturelle est à chercher outre-Atlantique, à travers l’idée d’ « accommodement raisonnable » (AR) développée au Canada. « Ce concept fonctionne pour tout le Canada et pour tous : il intervient pour régir les relations hommes / femmes, pour faciliter le quotidien des handicapés et de toutes les minorités. Les accommodements raisonnables permettent de sortir d’une discrimination indirecte en acceptant le constat suivant : la société est fondée sur une culture majoritaire et l’égalité complète n’existe pas », explique Jean Baubérot. L’ AR est un instrument utilisé dans le but de corriger les discriminations indirectes. Il permet d’augmenter les droits d’un individu dans une situation donnée. Il s’agit d’accommoder de manière raisonnable ! Il existe en effet des balises : les AR sont toujours accordés à un individu et non à un groupe, ils ne doivent pas désorganiser la société, ni porter atteinte au droit d’autrui et doivent respecter la Charte des droits et libertés du Canada. Ce concept doit être appliqué de façon raisonnable et non automatique. « En France aussi, on a eu recours à cette pratique, souligne le sociologue : lorsque l’on a enlevé les cruxifix à l’école dans toute la France, dans les Flandres, on les a enlevés progressivement car il y avait un fort attachement des immigrés à ces signes, on leur a ainsi permis d’évoluer à leur rythme » . Les avantages ? Avec les AR, on avance dans la laïcisation, mais de façon non-autoritaire, on ne réprime pas et on permet à l’ individu d’être multi-identitaire. « Avec cette méthode, on reconnaît, qu’il y a des frottements culturels et le but est de faire en sorte qu’il n’y ait pas de conflit », défend le chercheur.

JPEG - 73.8 ko

« Élargir la norme commune, pour incorporer en son sein toute la diversité », Dounia Bouzar

« La diversité culturelle ne mène pas au communautarisme, mais une mauvaise gestion de la diversité religieuse peut faire naître du communautarisme », met en garde Dounia Bouzar, anthropologue du fait religieux et directrice du Cabinet Cultes et Cultures. « Je peux être croyante et laïque, si je n’impose pas mes convictions à mon voisin et je peux être athée et non laïque si je pars de l’idée que tous les croyants sont des attardés mentaux », lance l’anthropologue. Celle-ci perçoit la laïcité non pas comme une idéologie, mais comme un système juridique permettant à chacun de dépasser sa conviction personnelle. Pour cette dernière, il ne s’agit pas d’accommoder, comme le défend Jean Baubérot, mais d’agrandir la laïcité et de l’appliquer à tous de la même façon, en faisant en sorte que chacun y trouve un avantage. Pour cette dernière, si les normes sont le produit de l’histoire et ont un objectif universel, elles ne le sont pas toujours !

JPEG - 90.2 ko

« L’interculturalité est encore liée à l’étrangéité en France, l’Islam est encore considérée comme étranger. En France, l’idée qu’on peut être de culture française et de confession musulmane n’est pas encore acquise. Cette présomption d’altérité mène à un laxisme qui fait qu’on ne va pas demander autant à Mohamed qu’à Pierre », regrette la jeune femme qui met en avant la notion de « plus petit dénominateur commun ». Loin d’impliquer une exception à la règle, ce concept permet de construire un système neutre , pour qu’aucune vision ne s’impose aux autres . Prenant l’exemple des cantines, où parfois jusque 30 % d’enfants musulmans se sont désinscrits, Dounia Bouzar s’est beaucoup interrogée sur la façon de gérer la liberté de conscience au travail et dans les écoles. L’anthropologue illustre cette notion de « plus petit dénominateur commun », à travers une métaphore : « quand on a voulu prendre en compte les handicapés, on a d’abord construit des portes spéciales pour eux, puis après, on a simplement construit systématiquement des portes plus grandes, que tout le monde peut désormais emprunter », une manière de démontrer qu’en élargissant la norme commune, on peut incorporer en son sein toute la diversité. Entrer les plus petites différences dans la règle universelle et regrouper tous les citoyens dans cette norme qui s’appliquera à tous de la même façon, telle est le parti-pris de la chercheuse. « Construire une voie à côté des normaux n’est pas la solution », conclut-elle.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard