Articles

Accueil > Med’in France > Quand la politique de la ville se préoccupe du sort de Marseille avec (...)

 

Quand la politique de la ville se préoccupe du sort de Marseille avec François Lamy

9 octobre 2012

Après une première venue discrète courant du mois de juillet, le ministre délégué à la politique de la Ville, François Lamy, était en visite dans la cité phocéenne ce lundi. Une journée, qui n’était pas de tout repos avec, au programme notamment, la rencontre avec les habitants de la Savine et les acteurs sociaux du quartier d’Air-Bel ainsi que la découverte de la zone franche urbaine de la Station Alexandre. L’heure était également à la présentation de nouveaux visages comme la présidente de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ACSE), Naïma Charaï, et la préfète déléguée à l’égalité des chances, Marie Lajus, ancienne commissaire divisionnaire de police qui ne devrait pas se sentir trop dépaysée.


 

« J’aimerais faire passer ce message à l’ensemble des élus, je crois qu’il peut y avoir un minimum de sens productif pour faire qu’on attende pas les échéances politiques pour prendre des décisions qui sont majeures pour l’ensemble de la ville » a relevé le ministre délégué à la politique de la Ville. C’est dans cet esprit qu’il a opéré son déplacement, lundi 8 octobre. Dossier sensible et qui perdure au grand dam des habitants, le projet de rénovation urbaine de la Savine a introduit cette matinée de repérage car l’heure n’était pas à la mise en place d’actions mais à la compréhension et prise de notes des difficultés de la cité : «  si je ne suis pas venu avec des drapeaux, c’est parce que ce n’est pas ma méthode de travail. Comme nous sommes sur des dossiers lourds et complexes, ça serait ridicule de prendre des décisions avant de vous entendre ». En présence du préfet de Région, Hugues Parant, des élus locaux, Rebia Benarioua, Gaëlle Lenfant, Henri Jibrayel et Samia Ghali, les habitants ont fait part de leurs craintes et de leurs doutes car si 48% des personnes de cette cité souhaitent la quitter, avec quand même des inquiétudes quand au lieu de relogement, il y a les autres, qui restent attachés mais qui veulent enfin connaître leur destin : «  il faut qu’un calendrier précis des démolitions et de la reconstruction soit établi ». Car depuis 2010 et la découverte de l’amiante dans des joints de cloison, le dossier traîne des pieds.

JPEG - 53.2 ko
Au centre social de la Savine. De g. à d. Gaëlle Lenfant, Henri Jibrayel, Hugues Parant, le ministre François Lamy, Samia Ghali et Marie Lajus

L’une des nombreuses préoccupations des habitants repose dans la répartition de la reconstruction. Depuis peu, le terrain du bâtiment A a pour vocation à devenir une zone naturelle protégée : «  le projet prévoit ne pas reconstruire de logements à l’emplacement du bâtiment A récemment démoli alors que la Logirem et le Grand projet de ville (GPV) s’étaient engagés à reconstruire dès la fin de la démolition » s’inquiète Rachida, au même titre que la concentration des logements prévue dans le bas de la cité. Le projet de rénovation urbaine a prévu d’ici à 2017, un grand nombre de logements dans le bas de la cité au Vallon des Tuves mais que les habitants se rassurent, « il n’est pas question de faire une opération qui soit juteuse financièrement. On ne va pas faire descendre les habitants de la Savine plus bas et mettre les gens plus riches ici (ndlr : en haut) » assure le ministre. Pour cela, il met également un point d’honneur à reconstruire de la mixité sociale : «  il faut qu’on regarde avec les équipes de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) quelle est la proportion de logements sociaux que l’on va faire car 80, 90% ce n’est plus de la mixité ».

Pour ce dossier, le ministre a assuré rendre compte des perspectives d’ici à la fin de l’année avec comme priorités, « le relogement des familles et un nouveau travail du dossier ».

Air Bel, vers un désenclavement

Souvent oublié des visites officielles, le quartier d’Air-Bel (11e) n’a pas été en reste. Après avoir rencontré les acteurs du Centre social, le ministre délégué à la politique de la Ville a tenu à visiter une partie du quartier. Après l’annonce des Zones de sécurité prioritaires (ZSP) lors du comité interministériel de la rentrée, le sénateur-maire de Marseille avait crié au scandale, estimant que les Hauts de Mazargues (9e) et la cité Air-Bel dans la vallée de l’Huveaune devaient elles-aussi être intégrées. Message reçu, le ministre est allé par son propre-chef se rendre compte de la réalité du quartier. « Ici, il y a une très forte demande sociale sur l’emploi, la qualification des jeunes, sur l’éducation et le suivi scolaire, et en même temps, il y a une très forte richesse associative » évalue t-il. Une opération de désenclavement des quartiers devrait être opérée avec le quartier de Saint-Marcel (11e). « Je demanderai à l’ANRU de lancer des études sur deux cités, Air-Bel et La Castellane, de façon à ce que les crédits qui sont disponibles à l’ANRU soient directement réinjectés sur la ville de Marseille ».

JPEG - 61.9 ko
En visite dans le quartier d’Air Bel avec la députée UMP Valérie Boyer

Emplois francs et ZFU

L’annonce a été faite il y a quelques semaines, la promesse de François Hollande autour du dispositif des emplois francs commence à prendre forme mais elle ne met pas tout le monde d’accord. Pour parler du sujet, c’est au Pôle emploi de Charles Moretti, à la Station Alexandre (14e), l’une des deux ZFU de Marseille, que le ministre s’est rendu. Les zones franches urbaines (ZFU), qui ont été intégrées en 1997 par Jean-Claude Gaudin et qui doivent prendre fin en 2014, permettent à des zones dites sensibles ou défavorisées de se développer par le biais d’exonérations fiscales attribuées aux entreprises implantées dans ces lieux. Aujourd’hui, le gouvernement veut inverser la tendance en ne mettant plus l’accent sur une zone mais sur une personne. Cela veut-il dire que les cents ZFU existantes vont-elles disparaître ? «  Ici, les ZFU fonctionnent mais j’ai pu en voir beaucoup qui n’ont pas fonctionné et qui ont créé des effets pervers. Aujourd’hui, le but est d’évaluer de la manière la plus objective possible ces ZFU. Parallèlement à cela, on va tester les emplois francs ». Les emplois francs ont pour ambition d’octroyer un système d’exonération à tout chef d’entreprise qui recruterait, sur un contrat à durée indéterminée, un jeune issu des quartiers en difficulté. «  C’est un outil anti-discrimination plutôt qu’un remplacement des ZFU » juge le ministre. Ce projet répond à une première expérience lancée dans quatre villes dont Amiens, Grenoble et Clichy-sous-Bois. Selon les acteurs, le bilan des ZFU à Marseille paraît positif : « on est attentif à ce que vous allez nous proposer mais je voudrais vous dire que les ZFU, ici, on eu un effet très positif. Avant dans ces quartiers, il n’y avait que des friches, des décharges, aujourd’hui, c’est une zone qui est en parfait état avec des voies de communication » estime Jacques Rocca-Serra, adjoint au maire délégué au Plan Marseille Métropole Emploi. Dispositif que s’attèlera également à défendre Eugène Caselli, président de Marseille Provence Métropole et Sylvie Caulet, directrice du projet de la Station Alexandre : « je me bats pour que ces zones franches perdurent. Le territoire, c’est ce qui permet le développement économique sinon on crée des ghettos » juge t-elle mais estimant que «  les emplois francs, c’est une super idée mais ce doit être complémentaire aux ZFU ».

JPEG - 46.7 ko
Alain Bos, le directeur territorial du Pôle emploi des Bouches-du-Rhône

Le ministre délégué à la politique de la Ville ne veut fermer aucune porte c’est pourquoi des évaluateurs viennent d’être nommés afin d’examiner un éventuel maintien des ZFU. A Marseille, c’est Henri Jibrayel, député de la 7e circonscription, qui a été chargé de mission parlementaire.

En parallèle, le directeur territorial du Pôle emploi des Bouches-du-Rhône, Alain Bos, a présenté un dispositif, le Club ambition, qui a permis à des jeunes demandeurs d’emplois des quartiers prioritaires de la politique de la ville (ZUS) de sortir de la spirale infernale de la non-activité. Stella, 24 ans, qui a intégré ce dispositif dès le début de l’année sur une période d’un mois, a pu «  apprendre beaucoup sur moi-même, mes connaissances, mes compétences. Aujourd’hui, j’ai un emploi qui me correspond totalement et dans lequel je m’épanouis réellement ». Les quatorze clubs qui ont fleuri sur le département, grâce à l’Acsé, permettent de redonner la confiance et les moyens aux jeunes, notamment lors les entretiens d’embauche. Depuis le début de l’année, 659 personnes ont adhéré aux clubs ambition et 358 en sont ressorties avec un emploi.

La visite du ministre a été dans la continuité du comité interministériel du 6 septembre 2012. Si ce déplacement était attendu, beaucoup espèrent ne plus être déçus. L’heure est à l’urgence mais le ministre a su, selon les habitants et institutionnels, redynamiser les troupes et redonner espoirs. Dans les quartiers, le changement aurait-il pris la route du présent !?

 



 

 

Autres articles Med’in France

 

Brèves Med’in France

  • Septembre 2015

     

    Un migrant somalien décide de rentrer chez lui en découvrant Tourcoing ! (C’est de l’humour)

    Il s’appelle Kévin* (nom modifié pour l’article), il a 27 ans. Il met en garde tous ses compatriotes qui veulent venir dans le Nord de la France, et en particulier à Tourcoing. Il s’est installé dans la cité tourquennoise il y a trois jours, aux abords du Parc Clémenceau. Il y a installé une petite hutte faite de toile et de quelques panneaux de bois récupérés aux alentours. « J’avais lu des brochures sur internet qui disaient que c’était une ville très jolie. Elle a quatre fleurs au classement des villes et villages fleuris, ça compte quand même » raconte Kévin, accroupi sur le sol. « Je voulais fuir la Somalie et je me suis dit : c’est là-bas qu’il faut aller ! Bah on s’est bien foutu de ma gueule.« (...)

     

  • Août 2015

     

    Coup de gueule du Président de l’ADRA

    Dans un communiqué de Presse, le Président de l’ADRA "Algériens des deux rives et leurs amis" M.Yougourthen Ayad, condamne l’article paru le 16 août dans le quotidien algérien El Shourouk et qui qualifie les algériens issus de l’immigration d’irrespectueux envers les lois leur pays d’origine. Ayad Yougourthen Président de l’ADRA Cet article haineux publié par le quotidien "Echourouk" et qui généralise d’une manière légère le comportement des visiteurs algériens est inadmissible. La communauté nationale établie à l’étranger voue un amour sans condition pour son pays d’origine. Ceci n’est absolument plus à prouver et ce n’est pas une presse diffamatoire, donneuse de leçons en patriotisme qui peut s’octroyer (...)

     

  • Juillet 2015

     

    La Fête de l’AÏD Al-FITR est fixée pour vendredi

    Selon le site de la Grande mosquée de Paris Ce jeudi 16 juillet 2015 – correspondant au 29 Ramadhan de l’année 1436/H, « Nuit du Doute », réunie à la Grande Mosquée de Paris, la Commission théologique de l’Institut Musulman de la Mosquée de Paris présidée par son Recteur, le Docteur Dalil Boubakeur, en présence d’imams, de personnalités musulmanes, de responsables associatifs de mosquées et des membres du Bureau exécutif du Conseil français du culte musulman (CFCM), informe les musulmans de France que : La Fête de l’AÏD Al-FITR est fixée au Vendredi 1er CHAWWAL 1436 de l’Hégire, correspondant au VENDREDI 17 JUILLET 2015. Pour cette occasion l’équipe de Med in Marseille présente ses voeux à la communauté (...)

     

  • Juillet 2015

     

    Vas-y Marion, c’est Bon

    Dans la chaleur de l’été la belle Marion Maréchal nous voilà Le Pen a lancé mais pas trop fort sa campagne des régionales. Elle a fait cela en territoire blanc en évitant les réserves aux autochtones halés qui peut-être n’auraient pas aimé son discours inaugural. Elle a parlé du Pontet, personne ne sais où cela se trouve, elle peut y cultiver son côté maquisarde, ici Marion, les français parlent aux français, ta gueule Mohamed. Parce que la walkyrie est vache et pas qui rit. A côté son grand-père est un gauchiste pur jus d’orange, le Pontet étant pas loin de là, il y a soixante dix ans elle aurait pu être souris grise, la jolie gretchen, une charlotte Martel sans peur et sans reproche pataugeant dans de la (...)

     

  • Juillet 2015

     

    Une larme dans le pastis

    Le grand Charles s’en est allé. Pas le général s’est fait depuis longtemps, mais le Pasqua, le SAC à affaires des Hauts de Seine, celui que grugea le jeune Sarkozy en lui fauchant la mairie de Neuilly. Le terrorisateur des terroristes, l’exterminateur d’Oussekine. Même le président y est allé de sa pleurniche protocolaire comme Vals d’ailleurs. Enfin messieurs un peu de retenue. Ce grand Charles là n’était pas avec le FN l’adepte du ni-ni mais plutôt du oui-oui. Après des années de barbouzeries au service du gaulois où il s’occupa de l’OAS, puis des communistes de toutes obédiences enfin du racket, d’extorsions de fonds, et d’attaques à main armée. Il quitta prudemment le SAC de peur s’y retrouver enfermé en (...)

     

  • Juin 2015

     

    Youpi ! C’est la reprise

    1,2% l’Insee dit Youpi ! C’est la reprise. Hollande c’est maintenant....maintenant...enfin il a Gayet...! Gagné je veux dire au débarquement. Et les ménages consomment.... du Nutella. Pour boucler la boucle, les armes à feu sont toujours en libre circulation ?! "Ça tue !" dit Obalbasse (Obama). "Ah bon ?!" Répondent en cœur les Yankees. Sarko le reconnaît : "C’est une grosse fuite d’eau" les migrants....Moi je dis c’est pour compenser la grosse fuite de pétrole...demandez par exemple à Total et de matières premières...demandez à Areva. C’est pour compenser l’APD liée....C’est pour compenser ce que perdent ces territoires...je n’ai pas dit pays....ces territoires STRATEGIQUES de la France. Allez ! Prenez leur (...)

     

  • Juin 2015

     

    Pierre Stambul co-président de l’Union Juive Française pour la paix réveillé à 1h30 par le Raid

    Le RAID essaie de tuer RAID les opposants au sionisme ou comment le co-président de l’Union Juive Française pour la Paix finit en slip capturé par notre unité d’élite comme un terroriste retranché et armé tout cela dans le quartier difficile du Bd d’Haïfa dans le 8ème arrondissement de Marseille. Voilà comment s’est retrouvé un pionnier de la lutte pour le boycott des produits israéliens à 1h30 ce matin, payant sa solidarité avec le peuple palestinien. Pierre Stambul, professeur de son métier, homme de paix et de dialogue est-il la nouvelle victime de l’activiste Grégory Chelli, alias Ulcan, mercenaire farceur peut-être à la solde du Mossad ou de quelques officines peut catholiques qui joue au zorro pour (...)

     

  • Septembre 2014

     

    Traque aux chômeurs par François Rebsamen : la solution pour faire baisser le chômage vue par le gouvernement !

    Le ministre du travail François Rebsamen vient d’inventer une solution pour faire baisser le chômage. ! Eliminez les faux chômeurs…. C’est beaucoup plus facile que de faire baisser le chômage. Ce matin, mardi 3 septembre 2013 sur Itélé, il déclare : « En France, 350 000 emplois ne trouvent pas preneurs ». Et poursuit : « Je demande à Pôle Emploi de renforcer les contrôles pour être sûr que les gens cherchent bien un emploi », Et si ce n’est pas le cas, « il faut qu’il y ait, à un moment, une sanction », « c’est négatif, pour ceux qui recherchent des emplois, d’être à côté de personnes qui ne cherchent pas d’emploi ». Cette mission de contrôle nécessite un « état d’esprit différent, des convocations et des (...)

     

  • Mai 2014

     

    La rentrée scolaire est prévue pour le 2 Septembre 2014

    Le ministre de l’Education, Benoît Hamon, a précisé ce vendredi le calendrier de la prochaine rentrée scolaire. Les élèves ne débuteront pas leur année le 1er septembre mais le mardi 2 septembre. Ce qui évitera aux enseignants de faire leur pré-rentrée en fin août.

     

  • Avril 2014

     

    Lettre ouverte à mon collègue Manuel Valls par Fréderique Dutoit

    Cher Manuel, Tu nous refais le coup de la dette publique. Mais saches qu’« Une rengaine, c’est un air qui commence par vous entrer par une oreille et qui finit par vous sortir par les yeux », Raymond DEVOS. Tu nous dis que « Nous ne pouvons pas vivre au-dessus de nos moyens. Il faut casser la logique de la dette qui nous lie les mains ». Et tu veux réduire celle-ci de 50 milliards par des économies d’ici 2017 en diminuant les dépenses de 18 milliards pour l’Etat, 11 milliards pour les collectivités locales et 21 milliards pour la protection sociale dont 10 milliards d’euros sur les dépenses de l’assurance-maladie et 11 milliards sur la gestion du système social. Conséquences, presque toutes les (...)

     

Articles récents

Articles au hasard