Articles

Accueil > Actualités > Quand l’anti-sexisme devient raciste

 

Quand l’anti-sexisme devient raciste

25 juillet 2011

Les Universités d’Eté Euro-méditerranéennes des Homosexualités (UEEH) ont pris leur quartier d’été à Luminy jusqu’au 27 juillet. L’occasion pour les lesbiennes, gays, bisexuels, transexuels, queer et intersexes( LGBTQI) originaires d’une vingtaine de pays d’échanger et de débattre. Des discussions qui se placent cette année sous le prisme du féminisme. Vendredi se tenait sur la Canebière un des points d’orgue de ces rencontres : le colloque des UEEH. Rencontre avec une des figures de ces débats : la sociologue Nacira Guénif-Souilamas


 

JPEG - 112.1 ko

Pour ce seul moment d’échanges avec le public, les UEEH ont décidé cette année d’examiner la question de la mixité. Un parti pris né d’un constat : le peu de mixité « raciale » en France dans les milieux féministes et LGBTQI. Une thématique d’autant plus actuelle que la France connait « une déferlante raciste et islamophobe assez impressionnante » mettent en avant les UEEH. Le colloque a ainsi choisi de se pencher sur la question des luttes et oppressions autour de la Race et du Genre. Au centre des réflexions : des interrogations sur le concept de « blanchitude » et de « norme blanche », un retour sur l’histoire afin de mieux comprendre l’ intériorisation de ces normes et la mise en exergue de l’instrumentalisation faite de la cause des femmes ou LGBT. « Combien d’offensives racistes sous couvert de féminisme en France ? », s’interrogent les UEEH. Une référence utilisée afin de stigmatiser et de discriminer les hommes « racisés », des hommes qui seraient par nature sexistes, dénoncent les participants. Le rapport entre anti-sexisme, féminisme et racisme est scruté à la loupe, toutes les combinaisons possibles disséquées, afin de mettre en lumière tous les mécanismes qui entrent en jeu dans la construction du racisme.

Parmi les participants à ce colloque, Nacira Guénif-Souilamas, sociologue et auteur du livre, écrit en collaboration avec Eric Macé, « Les féministes et le garçon arabe », un ouvrage dans lequel l’auteur dénonce « le féminisme républicain », tendance dominante en France. Un mouvement qui repose sur deux interprétations simplistes : la fille voilée aliénée, qu’il faudrait émanciper et le garçon arabe sexiste et violent qu’il faudrait mater. Un féminisme qui, selon les auteurs, entretiendrait finalement le racisme.

Med’In Marseille : Les concepts de « racisme » et « féminisme » semblent plutôt antinomiques, comment le féminisme peut amener au racisme ?

Nacira Guénif-Souilamas : En prétendant parler pour les femmes, sous couvert de féminisme, les courants féministes rendent vertueux des positions racistes à l’encontre des noirs et musulmans. Cet anti-sexisme devient raciste car on stigmatise une culture ou une catégorie de personnes sous couvert de féminisme (loi sur le niqab...). On parle, en plus, au nom de femmes à qui on ne demande pas leur avis. Or ces positions ne sont pas du féminisme, ni de l’anti-sexisme, ça en a la couleur, la rhétorique, mais c’est tout.

Med’In Marseille : Vous mettez en garde contre un féminisme que vous nommez « républicain », ou « féminisme égalitariste » ? Pouvez-vous définir ce concept ?

Nacira Guénif-Souilamas : Ce « féminisme républicain » est un simulacre de féminisme, il est déformé car s’allie avec le républicanisme. Il veut défendre différentes causes relatives aux femmes, mais l’inconvénient est qu’il souhaite gommer les différences au nom de l’égalité. Il n’est donc pas le mieux placé pour admettre qu’un certaine nombre de revendications existant dans le courant féministe puissent venir d’un segment de population qui ne fait pas partie en quelque sorte de l’espace républicain pour l’instant. Ça devient particulièrement crucial dés lors qu’on parle de revendications minoritaires. Ce féminisme républicain est en fait prêt à céder sur tout, pourvue qu’on lui concède le minimum syndical ou le SMIC du féminisme : beaucoup de compassion et de considération et peu de droits, finalement.

Med’In Marseille : Quelles sont les alternatives possibles face à ce féminisme ?

Nacira Guénif-Souilamas : Face à ce « féminisme républicain », il existe un « féminisme radical », minoritaire qui, lui, considère qu’il faut dépasser ce débat et questionner les cadres mêmes dans lesquels s’exercent les droits. Dans ce « féminisme radical », le problème est posé dans toute sa complexité : raciale, ethnique, économique, sociale, religieuse... Or le « féminisme républicain » explique que tous les individus deviennent précisément égaux quand ils sont purifiés, libérés de leur différence, ce qui est une fiction totale car les différences ne sont pas un facteur d’oppression, elles le deviennent quand il y a un travail de disqualification de ces différences.

Dans le discours du « féminisme républicain », il existe une forme de docilité. Ce féminisme admet toutes les désignations d’ennemis qui lui sont proposées : les noirs polygames, le garçons arabe, les filles voilées...

JPEG - 119.2 ko

Med’In Marseille : Le « féminisme républicain » est -il particulier à la France ?

Nacira Guénif-Souilamas : C’est une curiosité anthropologique française. Mais il existe aussi en parallèle, un féminisme « loyal », à la botte du pouvoir en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Italie,et aux Pays bas, tout particulièrement.

Par exemple en Allemagne, on retrouve des femmes turcs qui ont porté le discours de l’intégration. C’est un féminisme « intégrationniste » qui correspondrait en France à ce qu’on nomme le « féminisme républicain ». Aux Pays-Bas, le féminisme a pris une tournure de défense très claire des homosexuels et de lutte contre l’homophobie par exemple. Le féminisme est toujours politique, après le problème est de savoir s’il est contestataire ou pas. Là, on a affaire à un féminisme qui s’est rangé du côté des institutions du pouvoir et qui sert le pouvoir.

Med’In Marseille : Le mouvement féministe prend pour référence et intègre de plus en plus dans son discours l’exemple de femmes immigrées actives, engagées pour leur communauté. Quel regard portez-vous sur ces nouvelles « féministes » ?

Nacira Guénif-Souilamas : Il est important de dissocier ce que ces femmes font pour leur famille, pour leur communauté et le discours qu’on tient sur leurs actions. A travers ces discours, on revient à la situation de la femme dominée car ces femmes immigrées n’auraient pas d’autre but que de s’investir dans un travail et de s’émanciper de la domination patriarcale. Mais ensuite, ça s’arrête là, comme si elles ne pouvaient pas aller plus loin. On leur demande de se conformer, mais pas question de les interroger sur leur perception des conventions sexuelles par exemple. Le féminisme doit avoir une charge subversive, il ne doit pas aborder cette dimension sur un mode convenu. A travers ce type de discours sur la femme qui peut être entrepreneur, ce n’est pas de l’émancipation que l’on retrouve mais juste du conformisme. Il faut analyser, s’intéresser à leurs aspirations et voir à côté ce qu’on leur concède.

JPEG - 131.6 ko

Med’In Marseille : Quel est pour les femmes, aujourd’hui, la plus importante forme de discrimination à combattre ?

Nacira Guénif-Souilamas : La plus grande discrimination faite aux femmes est de leur fixer comme objectif et grand horizon de devenir l’égal de l’homme. C’est un horizon finalement assez aliénant car l’égalité homme/femme n’est plus un argument féministe. Il existe des féminismes radicaux qui veulent dépasser le problème de l’égalité homme/ femme pour parler, à la place, de l’égal accès au droit et de la capacité à se définir dans ses orientations sexuelles et dans ses identités multiples, ce qui fait que finalement l’égalité homme/femme n’est pas la priorité.

C’est l’hégémonie masculine blanche hétérosexuelle qui détermine que le but doit être d’atteindre l’égalité avec l’homme. On peut finalement minimiser, dissoudre cet enjeu, considérer qu’il est mineur, voire qu’il est fallacieux de surmonter tous les obstacles pour devenir l’égal de l’homme. C’est cela la plus grande discrimination : assigner aux femmes un objet et vouloir qu’elles intériorisent une aspiration qui finalement ne leur sert à rien. Les femmes ne sont plus l’objet central du féminisme, on est passé à un objet plus inclusif, pluriel, plus ouvert, qui redéfinit l’espace des luttes.

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard