Articles

Accueil > Actualités > Quand l’anti-sexisme devient raciste

 

Quand l’anti-sexisme devient raciste

25 juillet 2011

Les Universités d’Eté Euro-méditerranéennes des Homosexualités (UEEH) ont pris leur quartier d’été à Luminy jusqu’au 27 juillet. L’occasion pour les lesbiennes, gays, bisexuels, transexuels, queer et intersexes( LGBTQI) originaires d’une vingtaine de pays d’échanger et de débattre. Des discussions qui se placent cette année sous le prisme du féminisme. Vendredi se tenait sur la Canebière un des points d’orgue de ces rencontres : le colloque des UEEH. Rencontre avec une des figures de ces débats : la sociologue Nacira Guénif-Souilamas


 

JPEG - 112.1 ko

Pour ce seul moment d’échanges avec le public, les UEEH ont décidé cette année d’examiner la question de la mixité. Un parti pris né d’un constat : le peu de mixité « raciale » en France dans les milieux féministes et LGBTQI. Une thématique d’autant plus actuelle que la France connait « une déferlante raciste et islamophobe assez impressionnante » mettent en avant les UEEH. Le colloque a ainsi choisi de se pencher sur la question des luttes et oppressions autour de la Race et du Genre. Au centre des réflexions : des interrogations sur le concept de « blanchitude » et de « norme blanche », un retour sur l’histoire afin de mieux comprendre l’ intériorisation de ces normes et la mise en exergue de l’instrumentalisation faite de la cause des femmes ou LGBT. « Combien d’offensives racistes sous couvert de féminisme en France ? », s’interrogent les UEEH. Une référence utilisée afin de stigmatiser et de discriminer les hommes « racisés », des hommes qui seraient par nature sexistes, dénoncent les participants. Le rapport entre anti-sexisme, féminisme et racisme est scruté à la loupe, toutes les combinaisons possibles disséquées, afin de mettre en lumière tous les mécanismes qui entrent en jeu dans la construction du racisme.

Parmi les participants à ce colloque, Nacira Guénif-Souilamas, sociologue et auteur du livre, écrit en collaboration avec Eric Macé, « Les féministes et le garçon arabe », un ouvrage dans lequel l’auteur dénonce « le féminisme républicain », tendance dominante en France. Un mouvement qui repose sur deux interprétations simplistes : la fille voilée aliénée, qu’il faudrait émanciper et le garçon arabe sexiste et violent qu’il faudrait mater. Un féminisme qui, selon les auteurs, entretiendrait finalement le racisme.

Med’In Marseille : Les concepts de « racisme » et « féminisme » semblent plutôt antinomiques, comment le féminisme peut amener au racisme ?

Nacira Guénif-Souilamas : En prétendant parler pour les femmes, sous couvert de féminisme, les courants féministes rendent vertueux des positions racistes à l’encontre des noirs et musulmans. Cet anti-sexisme devient raciste car on stigmatise une culture ou une catégorie de personnes sous couvert de féminisme (loi sur le niqab...). On parle, en plus, au nom de femmes à qui on ne demande pas leur avis. Or ces positions ne sont pas du féminisme, ni de l’anti-sexisme, ça en a la couleur, la rhétorique, mais c’est tout.

Med’In Marseille : Vous mettez en garde contre un féminisme que vous nommez « républicain », ou « féminisme égalitariste » ? Pouvez-vous définir ce concept ?

Nacira Guénif-Souilamas : Ce « féminisme républicain » est un simulacre de féminisme, il est déformé car s’allie avec le républicanisme. Il veut défendre différentes causes relatives aux femmes, mais l’inconvénient est qu’il souhaite gommer les différences au nom de l’égalité. Il n’est donc pas le mieux placé pour admettre qu’un certaine nombre de revendications existant dans le courant féministe puissent venir d’un segment de population qui ne fait pas partie en quelque sorte de l’espace républicain pour l’instant. Ça devient particulièrement crucial dés lors qu’on parle de revendications minoritaires. Ce féminisme républicain est en fait prêt à céder sur tout, pourvue qu’on lui concède le minimum syndical ou le SMIC du féminisme : beaucoup de compassion et de considération et peu de droits, finalement.

Med’In Marseille : Quelles sont les alternatives possibles face à ce féminisme ?

Nacira Guénif-Souilamas : Face à ce « féminisme républicain », il existe un « féminisme radical », minoritaire qui, lui, considère qu’il faut dépasser ce débat et questionner les cadres mêmes dans lesquels s’exercent les droits. Dans ce « féminisme radical », le problème est posé dans toute sa complexité : raciale, ethnique, économique, sociale, religieuse... Or le « féminisme républicain » explique que tous les individus deviennent précisément égaux quand ils sont purifiés, libérés de leur différence, ce qui est une fiction totale car les différences ne sont pas un facteur d’oppression, elles le deviennent quand il y a un travail de disqualification de ces différences.

Dans le discours du « féminisme républicain », il existe une forme de docilité. Ce féminisme admet toutes les désignations d’ennemis qui lui sont proposées : les noirs polygames, le garçons arabe, les filles voilées...

JPEG - 119.2 ko

Med’In Marseille : Le « féminisme républicain » est -il particulier à la France ?

Nacira Guénif-Souilamas : C’est une curiosité anthropologique française. Mais il existe aussi en parallèle, un féminisme « loyal », à la botte du pouvoir en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Italie,et aux Pays bas, tout particulièrement.

Par exemple en Allemagne, on retrouve des femmes turcs qui ont porté le discours de l’intégration. C’est un féminisme « intégrationniste » qui correspondrait en France à ce qu’on nomme le « féminisme républicain ». Aux Pays-Bas, le féminisme a pris une tournure de défense très claire des homosexuels et de lutte contre l’homophobie par exemple. Le féminisme est toujours politique, après le problème est de savoir s’il est contestataire ou pas. Là, on a affaire à un féminisme qui s’est rangé du côté des institutions du pouvoir et qui sert le pouvoir.

Med’In Marseille : Le mouvement féministe prend pour référence et intègre de plus en plus dans son discours l’exemple de femmes immigrées actives, engagées pour leur communauté. Quel regard portez-vous sur ces nouvelles « féministes » ?

Nacira Guénif-Souilamas : Il est important de dissocier ce que ces femmes font pour leur famille, pour leur communauté et le discours qu’on tient sur leurs actions. A travers ces discours, on revient à la situation de la femme dominée car ces femmes immigrées n’auraient pas d’autre but que de s’investir dans un travail et de s’émanciper de la domination patriarcale. Mais ensuite, ça s’arrête là, comme si elles ne pouvaient pas aller plus loin. On leur demande de se conformer, mais pas question de les interroger sur leur perception des conventions sexuelles par exemple. Le féminisme doit avoir une charge subversive, il ne doit pas aborder cette dimension sur un mode convenu. A travers ce type de discours sur la femme qui peut être entrepreneur, ce n’est pas de l’émancipation que l’on retrouve mais juste du conformisme. Il faut analyser, s’intéresser à leurs aspirations et voir à côté ce qu’on leur concède.

JPEG - 131.6 ko

Med’In Marseille : Quel est pour les femmes, aujourd’hui, la plus importante forme de discrimination à combattre ?

Nacira Guénif-Souilamas : La plus grande discrimination faite aux femmes est de leur fixer comme objectif et grand horizon de devenir l’égal de l’homme. C’est un horizon finalement assez aliénant car l’égalité homme/femme n’est plus un argument féministe. Il existe des féminismes radicaux qui veulent dépasser le problème de l’égalité homme/ femme pour parler, à la place, de l’égal accès au droit et de la capacité à se définir dans ses orientations sexuelles et dans ses identités multiples, ce qui fait que finalement l’égalité homme/femme n’est pas la priorité.

C’est l’hégémonie masculine blanche hétérosexuelle qui détermine que le but doit être d’atteindre l’égalité avec l’homme. On peut finalement minimiser, dissoudre cet enjeu, considérer qu’il est mineur, voire qu’il est fallacieux de surmonter tous les obstacles pour devenir l’égal de l’homme. C’est cela la plus grande discrimination : assigner aux femmes un objet et vouloir qu’elles intériorisent une aspiration qui finalement ne leur sert à rien. Les femmes ne sont plus l’objet central du féminisme, on est passé à un objet plus inclusif, pluriel, plus ouvert, qui redéfinit l’espace des luttes.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard