Articles

Accueil > Actualités > Quand développement durable et économique font bon ménage

 

Quand développement durable et économique font bon ménage

11 septembre 2012

Si les regards se sont braqués sur la venue, ce début de semaine, du Premier ministre, celui qui incarne la voix des écologistes au gouvernement, avec la ministre du Logement, était également tout attendu. Vendredi, c’est donc Pascal Canfin, ministre délégué des Affaires Etrangères chargé du Développement qui a investi la cité phocéenne. Après avoir pris le pouls à l’Institut de recherche pour le développement et au Centre de Marseille pour l’Intégration en Méditerranée, le ministre a présenté ses principaux axes de travail autour des problématiques de co-développement et de solidarité internationale avec les ONG françaises présentes.


 

C’est à l’Ecomotive, vendredi, que l’ancien député européen spécialiste de la régulation financière, Pascal Canfin, a présenté les grandes lignes qui définiront la politique de son ministère, avec les acteurs du développement et de la solidarité internationale travaillant notamment sur le monde méditerranéen et la coopération entre les deux rives. Intégré au ministère du Développement, anciennement ministère de la Coopération, le jeune ministre écologiste a tablé sur plusieurs chantiers prioritaires établis dans trois directions :

- La soutenabilité : « le défi auquel nous sommes tous confrontés, quelque soit notre nationalité, c’est de continuer à sortir 1,3 milliard de personnes de l’extrême pauvreté dans laquelle elles sont ». Faire en sorte de les sortir de la pauvreté tout en considérant l’émergence de la classe moyenne mondiale désireuse de consommer, « c’est la feuille de route d’un ministre écologiste du développement » a précisé Pascal Canfin seulement, « on a un petit problème, c’est que nous n’avons qu’une seule planète dont les ressources, d’après les scientifiques, sont arrivées à un point de non-retour a t-il déploré. Il y a une forme d’irréversibilité qui s’engage sur la description des écosystèmes et sur les capacités de la planète à renouveler son capital naturel ». Sans grande surprise, « nous sommes dans un système capitaliste qui ne compte pas le capital naturel » a t-il regretté. Ce défi de soutenabilité est de plus en plus partagé a remarqué le ministre : «  la Banque africaine de développement (BAD), qui n’est pas un organisme rattaché à la banque mondiale, dit elle-même que la croissance de l’Afrique sur des modalités d’économie de rentes minières, forestières, pétrolières, rizières est quelque chose d’insoutenable ». L’Afrique, première victime des bouleversements climatiques, constate la destruction de l’économie locale et des ressources qui génère donc de la pauvreté.

Le ministre a étayé ses propos par un exemple concret. Récemment, il a rencontré le nouveau président du Sénégal, Macky Sall, avec lequel il a évoqué les grands enjeux de développement pour le pays et, en particulier, les problématiques énergétiques auxquelles est confronté le pays. « Macky Sall a hérité d’un projet de son prédécesseur qui avait signé avec la Chine et la Corée du sud, pour faire deux énormes centrales de charbon à côté de Dakar, avec du charbon importé de Chine, et ensuite le faire brûler à Dakar sans aucun filtre ». Ce choix de centrale électrique au charbon pour le Sénégal s’est évidemment porté sur les coûts, celui-ci restant l’énergie la moins onéreuse. « On doit pouvoir faire mieux que ça » a estimé le ministre. Le projet au Sénégal étant engagé mais pas bouclé, Macky Sall est bien évidemment prêt à revenir en arrière si une autre alternative lui est proposée pour le même prix. « Notre responsabilité ce n’est pas de dire le charbon ce n’est pas bon je ne vous parle plus, c’est concrètement de réfléchir et savoir comment on peut leur offrir une alternative qui soit bien meilleure sur le plan énergétique et environnemental ».

- La transparence : «  en tant que ministre, j’ai essayé de trouver sur internet tous les projets que l’on finance en matière de développement. Même moi, je ne sais pas ce que l’on fait de manière précise en matière d’aide publique au développement (APD) ». Le ministre au Développement met un point d’honneur à rendre transparentes les actions mises en place de façon « à ce que citoyens du nord et du sud impactés par nos démarches puissent savoir ce que l’on fait » et, par de la même façon, casser les pratiques de la « France Afrique ». Hormis la transparence des flux financiers, il s’agit d’être en mesure d’étudier l’impact en s’imprégnant de l’aphorisme d’Hippocrate « primum non nocere » (d’abord ne pas nuire). Se pose ici la question du respect de la recommandation de l’ONU qui conseillait de consacrer 0,7% du PIB à l’APD. Globalement, c’est un objectif qui n’a pas été respecté par les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). De plus, il y a dans cette part de 0,7% des « choses contreproductives a soutenu le ministre. Vous avez par exemple la facture de chauffage des centres de rétention des réfugiés. Si je l’enlève, ça fait baisser le 0,7%. Je pense que la sortir de l’APD, c’est plus transparent et plus cohérent ».

- L’innovation : «  on a en France, avec la Cirad et l’Institut de recherche pour le développement, deux des plus beaux outils de recherches sur le développement. Je suis frappé par le fait que, ce qui ressort de cette fonction de recherche et développement, c’est qu’elle ne diffuse pas de politique publique. Je crois qu’il y a un vrai travail et c’est une mission prioritaire pour moi ». Une meilleure coopération en terme d’innovation technique semble être nécessaire pour le ministre. Cela implique que lorsque l’AFD définit sa doctrine d’intervention pour les trois prochaines années dans le cadre, par exemple, de l’agriculture, qu’il y ait une synergie avec les chercheurs qui travaillent sur les écosystèmes, agroécologie..., « pleins de choses qui, aujourd’hui, ne sont pas passées dans la politique mainstream de l’AFD et d’autres » a remarqué Pascal Canfin. La synergie des compétences passe également par l’Europe : « souvent, on dit que la France n’est pas visible mais quand on est tout petit dans un pays aussi grand que l’Ethiopie, qu’est-ce que l’on va faire, tout seul, avec notre drapeau bleu blanc rouge » a évalué le ministre. Il mise donc sur la dimension de l’Europe pour être un acteur comparable à de grands pays. L’innovation financière a, elle aussi, toute sa place dans ce nouveau décor. Cela passe par de nouveaux modèles de financement qui « mixent le privé et le public, les dons et les prêts, du bilatéral et du multilatéral » a défini le ministre.

« Les indicateurs de la planète sont au mieux, à l’orange, au pire, au rouge » Pascal Canfin


JPEG - 75.4 ko
Pascal Canfin au côté de Joëlle Faguer, conseillère Régionale, Déléguée à la solidarité internationale. La Région PACA a décidé de cadrer ses actions sur le pourtour méditerranéen. Un partenariat avec la région la plus défavorisée de Tunisie vient d’ailleurs d’être engagé.


Mesures assurées

La part de l’aide bilatérale qui passe par les ONG va être doublée, voilà une mesure qui a reçu la ferveur de la salle. Annoncé par le président de la République, le ministre au Développement a assuré que cet engagement serait tenu dès le mois de Septembre : «  ça va être fait puisque c’est acté dans le projet de loi des finances ». La France, qui était plutôt en retard sur ses engagements internationaux par rapport à ses partenaires, devrait donc le « faire dans le cadre de l’Agence française de développement (AFD) à hauteur de 90 millions d’euros » a précisé le ministre. Ce dispositif a pour but de renforcer la coopération des ONG françaises avec les sociétés civiles du Sud pour agir au plus près des besoins des populations vulnérables par le biais de projets de développement. Autre point sur lequel François Hollande s’était engagé concerne les dons proposés aux pays. Un récent rapport de la Cour des comptes sur la politique de développement a démontré que la France avait tendance à avoir recours à des prêts au grand dam des dons, crise oblige. Une interversion qui a engrangé la dette des pays du Sud et les a donc enfoncés dans cette situation de sous-développement : « la France se caractérise par une structure où le prêt est extrêmement permanent » a avoué Pascal Canfin. Désormais, les projets de développement devraient être conduits sur une meilleure alternance entre dons et prêts. Les prêts ne sont pas automatiques mais dans une logique économique : « quand on est l’AFD, qui est une banque, vous prêtez naturellement à ceux dont vous savez qu’ils vont pouvoir rembourser. Et elle ne doit sûrement pas avoir le droit de prêter à des pays surendettés ou qui sont dans des situations telles, des secteurs tels que ça n’a pas de logique économique de faire de prêt. L’éducation par exemple, on ne peut pas faire de prêt, la rentabilité n’existe pas » a détaillé le ministre. Donc aujourd’hui, il y a ce grand débat, « à savoir s’il faut plutôt faire des dons que des prêts » mais l’engagement présidentiel veut que la part des dons soit remontée.


Entre le mois d’octobre 2012 et mars 2013, des assises, rassemblant l’ensemble des acteurs du développement en France et des pays du Sud, se réuniront pour débattre ensemble de la politique de développement à tenir : « nous allons essayer que ce soit des assises plus ouvertes sur le monde avec, entre autres, la question « qu’est-ce que l’on intègre dans l’APD, est-ce que l’on met la facture de chauffage des centres de rétention des réfugiés ? » Il s’agit là de définir les déclinaisons de l’APD et «  il y a une vraie démarche de progression » a estimé le ministre. Si l’APD a su jouer, comme en Asie, un rôle positif, l’Afrique sub-saharienne, où les inégalités se sont accrues, ne peut se réjouir du même effet. Aujourd’hui, pour renverser et réorienter ces tendances, l’exécutif redéfinit sa politique d’aide publique, et le ministre au Développement compte bien se référer à son expérience d’écologiste. Il n’est pas novice en la matière. A l’initiative en 2011 de l’ONG Finance Watch, bête noire des lobbys financiers, il avait déjà mis un point d’honneur à opérer, par cette structure, via des règles strictes et transparentes.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard