Articles

Accueil > Actualités > Projection/débat : Violences policières et continuum colonial par « Mémoires, (...)

 

Projection/débat : Violences policières et continuum colonial par « Mémoires, Luttes, Justice, Egalité »

13 décembre 2012 - Dernier ajout 14 décembre 2012

Les violences policières et les injustices institutionnelles sont monnaies courantes dans le « pays des droits de l’Homme ». Les victimes de violences policières se ressemblent et se succèdent. Houari Ben Mohamed (1980), Théodore Daye, (1980), Zinne Zeguine (1984), Malik Oussekine (1986), Thomas Claudio (1990), (…) Karim Aouad (2004), Abou Bakari Tandia (2005), Lamine Dieng (2007), hakim Ajimi (2008), Rabah Bouadma (2009), Mohamed Boukrourou (2009), Ali Ziri (2009), Jamal Ghermaoui (2011) Wissam El Yamni (2012). Les victimes ont toutes pour point commun, celui d’être issues de la colonisation. C’est dans cette optique que l’association « Mémoire, Luttes, Justice Egalité » (MLJE) organise le 15 décembre prochain, une conférence sur le thème : « Déni de l’histoire, Justice nulle part : Halte aux violences policières ». L’idée est de montrer que les violences policières s’inscrivent dans un continuum colonial. Et que les dénis de l’Histoire vont à l’encontre d’une construction d’une mémoire partagée et d’un bien vivre ensemble. Dans notre région (PACA), on compte un certain nombre d’affaires liées aux violences policières et aux injustices institutionnelles. Voici en vidéo, un résumé des dernières affaires qui ont secoué les villes de Marignane, Aix-en-Provence et Grasse.


 

Le système colonial et le racisme sont bien ancrés dans les mentalités et dans la société française. Il n’y a qu’à observer la façon dont on parle des quartiers populaires et des personnes issues de l’immigration pour comprendre l’ampleur du phénomène. Les médias et les politiques n’y sont pas pour rien. Phrases assassines, pétris de préjugés démagogues et populistes … Il n’est donc pas étonnant de voir certains agents de police se permettre certaines pratiques : conditions d’interpellations discutables, arrestations injustifiées, contrôles au faciès, humiliations et provocations gratuites… Une impunité totale que la justice traduit le plus souvent par des non-lieux. Une pratique qui ne date pas d’aujourd’hui. Il n’y a qu’à observer la façon dont la France se positionne face à son histoire coloniale.

L’Etat français n’éprouve pas la moindre repentance concernant les massacres du 17 octobre 1961 au cours desquels des milliers d’Algériens ont été torturés et noyés dans la Seine sous ordre du Préfet de Police de l’époque Maurice Papon. « Une véritable omerta sur un meurtre public ! » Comment donc cet Etat peut-il être critique face aux meurtres policiers ?

Les manuels d’Histoire n’évoquent pas cette période de l’Histoire car l’Etat Français a toujours pratiqué la censure. Les dénis de l’Histoire ont des conséquences sur le bien vivre ensemble et sur la possibilité de construire une mémoire partagée.

Samedi 15 décembre l’association « Mémoires, Luttes, Justice, Egalité » choisira de mettre en lumière un pan de l’Histoire oubliée en projetant : « Et ma Mémoire… Bordel ?, un reportage effectué à Toulon, invitant le public à découvrir les monuments à la gloire de l’Algérie française. En effet, le but est pour l’association MLJE de « témoigner des effets d’une mémoire sélective qui coupe la parole à toute une part de la population : ceux qui ont cru en une Algérie libre, qui se sont battus pour l’indépendance du peuple algérien mais aussi eux qui ont connu la misère du bidonville de l’Eygouttier et la dureté de la vie dans la cite de transit du Fort Rouge. Ce documentaire se veut être un rempart au trou dans la mémoire… » explique Soraya Chekkat, de l’association MLJE..

La MLJE projettera également le film de Jacques Panijel « Octobre à Paris ». Un film qui évoque les massacres du 17 octobre 1961. « Un film hautement symbolique d’abord parce qu’il a été censuré pendant 5 ans et que son réalisateur est mort dans l’anonymat. Mais aussi parce que ce film a été tourné en direct dans les bidonvilles de Nanterre dans les années 60. Plus qu’un documentaire il est toute une part de mémoire vive de l’immigration... » poursuit Soraya Chekkat.

Une série de débats permettra d’analyser l’impact de ces non-dits sur notre société avec notamment la présence de Martine Timsit (Neuro-psychiatre). L’analyse ira jusqu’à évoquer les violences policières en présence du sociologue Mathieu Rigouste qui présentera également son livre : "La domination policière. Une violence industrielle". Cet ouvrage offre en effet un éclairage nouveau sur un mécanisme essentiel du pouvoir d’État en France.

« Lumière sur ceux qui ont dit non à la hogra policière »

Ces violences policières ont longtemps été pointées du doigt par des militants au sein de collectifs. Les luttes qu’ils ont menées ont permis de mettre la lumière sur les crimes racistes ou sécuritaires, longtemps passés inaperçus. Mogniss Abdallah, réalisateur et journaliste indépendant est l’un de ceux qui ont travaillé sur ces questions. Il présentera son livre : « Rengainez, on arrive » une « Chroniques des luttes contre les crimes racistes ou sécuritaires, contre la hagra policière et judiciaire (des années 1970 à aujourd’hui) ». Le public aura également l’occasion de voir son documentaire « Abdel pour mémoire » du nom d’Abdel Benyahia abattue par un policier à Pantin en 1986.

On notera également la présence de Tarek Kawtari, militant depuis des années contre les violences policières au sein du « Mouvement Immigration, Banlieues (MIB), ainsi que Hamza du MIB 34. Dorsaf Briki du collectif « Justice et vérité Hakim Ajimi ». Ensemble, ils essaieront de déconstruire « le mythe de l’ennemi intérieur ». La police d’Etat fabrique le continuum colonial, et transmet des représentations tronquées de façon à créer un ennemi de l’intérieur. Ils essaieront donc avec le public, de faire des propositions d’actions.

Violences policières dans la région PACA

La région PACA compte aussi de nombreuses bavures policières ou injustices institutionnelles. Ces dernières années ont été violentes. Le nombre de victimes et de collectifs n’ont cessé de s’accroitre. On compte parmi ces affaires de violences policières, celle de Karim Aouad à Marignane, de Hakim Ajimi ou encore de Sofiane Ouggad. . (voir vidéo)

Informations :

Projection/Débat le 15 décembre 2012 à partir de 13h au Théâtre de la mer, 53 rue de la Joliette, 13002 Marseille

Entrée libre - Organisation : Mémoires, Justice, Luttes, Egalité / Med In Marseille Productions / FRACHI en partenariat avec Radio Galère, l’Agence IM’MEDIA, La LDH 15-16, le Cercle Manouchian et le MIB.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard