Articles

Accueil > Actualités > Premiers ateliers d’été : Espoir à gauche ?

 

Premiers ateliers d’été : Espoir à gauche ?

22 août 2009 - Dernier ajout 23 août 2009

Nombreux s’interrogeaient sur le manque de cohérence et les méfaits de ces premiers ateliers d’été de « l’espoir à gauche » -courant du PS- à la veille de l’université d’été de La Rochelle (du 28 au 30 août). Il n’en est rien, rassure son chef de file Vincent Peillon et les responsables socialistes présents. Personnalités de tous bords –de la gauche au MoDem-, intellectuels, militants de base –ils étaient plus de 1 000 ce 21 août- sont venus apporter leur contribution à ce rendez-vous marseillais très rassembleur.


 

« Je suis convaincu que dans les difficultés de la Gauche, on peut vaincre et redonner une perspective » au pays, annonce le député européen PS, Vincent Peillon à l’ouverture du débat « passer un nouveau pacte entre la République et l’école ». Son souhait est « cette capacité à vaincre les inégalités ». Alors que « Sarkozy a repris (la thématique) de l’identité nationale en la centrant sur l’immigration », le patron de « l’espoir à gauche » place l’Education en question centrale.

JPEG - 42.3 ko

La République se construit autour de l’école

Dénonçant un diagnostic désastreux, « programme trop lourd, déconnecté de la réalité », Vincent Peillon veut « se donner une très grande ambition pour l’école, la diffusion des savoirs dans une société profondément en crise ». L’école est au cœur du débat de son livre, qui paraîtra à la rentrée (co-écrit avec Xavier Darcos, ancien ministre de l’Education nationale jusqu’au remaniement ministériel de juin dernier)- intitulé Peut-on améliorer l’école sans dépenser plus ? Le chef de file était entouré pour cet atelier « scolaire » de plusieurs spécialistes, Jean-Paul Delahaye, professeur associé, auteur de « Le collège unique, pour quoi faire ? », Claude Lelièvre, professeur émérite d’Histoire de l’Education à l’université Paris-Descartes, François Vatin, professeur de sociologie à l’université de Paris X-Nanterre, Constance Blanchard, étudiante, ex-présidente de l’Union nationale lycéenne, benjamine du Conseil national du PS et Malek Boutih, ancien président de SOS Racisme. « Comment va notre école ? Elle fabrique des crétins ? » aborde Jean-Paul Delahaye. « Le système est bloqué scolairement, socialement depuis 1995 » affirme-t-il, « la démocratisation de la réussite scolaire n’est pas achevée. Notre société est de plus en plus schizophrène, on demande de plus en plus à l’école de jouer un rôle social et non plus que de la transmission de connaissances ». Il faut se pencher sur la question des écarts entre les territoires et la prise en charge des populations défavorisées, car « l’Education nationale ne doit pas être la loterie nationale ». Pour sa part, François Vatin explique que « la question (de l’école) est contaminée par le besoin social » tout en mettant en exergue le blocage que connaît l’institution, notamment « la révolte du camp enseignant-chercheur est unique dans notre Histoire ».

JPEG - 34.4 ko

Réussite scolaire, y’a pas photo

De son côté, Malek Boutih prend le contre-pied des précédents discours, « il y a infiniment plus de réussite (scolaire) qu’avant. Dans le milieu populaire, pas un ne pense que c’était mieux qu’avant. Y’a pas photo ». Et de remettre le débat autour de la question politique, « il faut partir de choses simples, de notre responsabilité. C’est une crise politique, le PS doit évoluer. On a besoin d’une gauche dans l’école pas que l’école soit de gauche » tout en constatant que « les français aiment leur école publique ». Claude Lelièvre intervient « si la droite aimait l’école publique, ça se saurait ». Des constats fort intéressants, une capacité d’analyse et de synthèse irréprochables mais bien peu de propositions. Dommage. Des militants de base se disent déçus.

La presse a mauvaise presse

D’autres thématiques ont été explorées durant ces ateliers marseillais comme l’avenir des retraites, la crise de la social-démocratie, la culture, la démocratie et les collectivités locales, la nécessité des primaires pour « gagner en 2012 ». On peut relever également un débat fort intéressant autour de la presse avec « les enjeux de l’information et de la communication ». La presse trimballe sa mauvaise réputation, de la salle les critiques ont afflué. Autour du modérateur, David Assouline, sénateur de Paris, secrétaire national chargé de la Communication, les intervenants s’accordent à dire que la priorité économique est au centre de la problématique : précarisation des journalistes, autocensure, manque d’approfondissement des sujets traités,… Le problème démocratique a été soulevé : comment la PQR (presse quotidienne régionale) peut-elle contourner le lien de dépendance avec les élus ? Pour Edwy Plenel, président fondateur de Mediapart, « il faut plus de moyens, de journalistes pour la recherche », renouer avec l’investigation. Le modèle payant (par abonnement) de Mediapart, si décrié au départ ou le projet de licence globale pour la presse de Libération, présenté par Laurent Joffrin, son directeur sont-ils des solutions viables ?

JPEG - 36.1 ko

Le « Vivre ensemble », une utopie ?

Le candidat déçu MoDem aux élections européennes et ex-patron de presse de Marianne, Jean-François Kahn refuse de commenter l’alliance attendue, pour le moins espérée avec le PS et son possible retour à Marianne –annoncé dans les médias nationaux. « L’espoir à gauche » a voulu associer à ses premiers ateliers le MoDem, le PC, les Verts. Notamment Daniel Cohn-Bendit, Marielle de Sarnez, Christiane Taubira et Robert Hue ont fait le déplacement à Marseille. Il préfère davantage nous clarifier les objectifs de son nouveau club, le CREA (centre de réflexion et de recherche pour l’élaboration d’alternatives). « La nécessité est extrêmement forte de penser un nouveau modèle. On assiste à un écroulement du système, l’Etat est au centre de tout. On est confronté à deux faillites, crise économique et financière » explique Jean-François Kahn. « Qu’est-ce qu’on peut faire ? En tout cas, un petit groupe ne peut pas le faire » d’où son ouverture à un rassemblement plus large préconisé par « L’espoir à gauche ». Le débat est une affaire démocratique, « il faut tout réinventer » en arguant du fait que « le retour à la social-démocratie est totalement dépassé ». « Vivre ensemble, sans ghettos sociaux, ethniques » est-il réalisable ? » « Il ne faut pas se raconter de blagues. Si on n’élabore pas une alternative, le danger est très grave. Je suis cohérent avec moi ».

JPEG - 33.4 ko

Pour Patrick Mennucci, maire du 1er secteur de Marseille, vice-président du Conseil régional PACA, « ces ateliers sont un espoir, on voudrait mettre la pression au PS (dans l’expectative du rendez-vous de La Rochelle). Il faut savoir que L’Espoir à gauche, c’est 30 % du parti ». Concernant les alliances, l’objectif est de « faire un bloc progressiste contre Sarkozy ». Il s’agit aujourd’hui de discuter avec le MoDem, le PC, les écologistes et…le PS sur des orientations, ce n’était pas le cas il y a deux ans, « Ségolène a ouvert la voie entre les deux tours de la Présidentielle, c’était une attitude moderne, courageuse ». Plus localement, Patrick Mennucci évoque les Régionales, « le travail est prévu dès la rentrée avec Michel Vauzelle ». De son côté, Malek Boutih joue les trublions, « personne ne s’écoute au PS, tout le monde veut du collectif…mais derrière lui » sourit-il. Il est clair pour lui qu’ « avec les (élections) Européennes, Martine Aubry a perdu son autorité. Le jour de la défaite, on se pose au moins la question : stop ou encore ». Les résultats de Vincent Peillon ne lui inspirent pas du tout la même analyse. Aujourd’hui, il souhaite que les propositions émergentes des ateliers d’été seront débattues la semaine prochaine, « Marseille met la pression ». Réponse à La Rochelle.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • Novembre 2017

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • Novembre 2017

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • Octobre 2017

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • Octobre 2017

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • Octobre 2017

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • Septembre 2017

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard