Articles

Accueil > Actualités > Préavis de désordre artistique sur la ville

 

Préavis de désordre artistique sur la ville

18 septembre 2011

Oyé, oyé, citoyens marseillais, un préavis de désordre urbain est lancé sur la ville jusqu’au 24 septembre. N’hésitez pas cette semaine à dévier de votre trajectoire et à vous laisser happer au détour d’une rue par quelques artistes énigmatiques. Art, poésie et création envahissent de concert les rues de la cité phocéenne, proposant aux Marseillais, passants et touristes des expériences inattendues et déroutantes. Un festival international de performance qui permet de faire du désordre marseillais un art et de se réapproprier l’espace public, au moins pour quelques jours....


 

JPEG - 103.6 ko

Festival unique en son genre, « Préavis de désordre urbain » entend instaurer un dialogue entre l’art et la ville, en insérant « au cœur de son tissu urbain, des expériences artistiques inédites ». Durant une semaine, une quarantaine de performeurs investissent la ville, proposant des « micro-trottoirs » d’expériences artistiques. C’est ainsi au détour d’un coin de rue, dans un commerce ou sur un trottoir que vous pourrez découvrir ces scénettes exploratoires. Une façon originale de découvrir ou de redécouvrir le sens du mot «  performance » : « un acte qui se nourrit du contexte, tout en le modifiant », rappelle Christine Bouvier, directrice artistique. Ici les objets sont détournés, instrumentalisées par les artistes qui utilisent « l’espace public comme support et le tissu social de la ville comme matière première ». Chaque quartier a été méticuleusement étudié et pour chaque lieu, une proposition des artistes, réunis en binômes, a été retenue. Ici, une expérience en rencontre une autre, le résultat est inconnu et sur chaque place, la performance évolue au grès des intuitions.

Marseille, scène naturelle du désordre

Si le concept a égrainé à Paris depuis trois ans, le modèle reste inimitable, à l’image de sa ville inspiratrice, Marseille. Quoi de mieux en effet pour faire écho à ce désordre que la cité phocéenne, où la pagaille règne en maître ? « On a des choses très formelles, comme le silo pour 2013, mais on a besoin que ce type de prestations, que cet art gratuit émerge aussi dans cette ville. Ça permet de se réapproprier l’espace urbain qui est très délaissé par les pouvoirs publics. On est à Marseille dans un désordre permanent organisé, il y a un vrai lien entre ce festival et l’état de cette ville. Certains sont interrogatifs sur ce festival, ça plait ou pas, mais ça interpelle en tous cas », plaide Patrick Menucci, maire du 1-7, secteur où se déroulera en bonne partie le festival.

JPEG - 92.1 ko

Vous pourrez croiser ces performeurs toute la semaine dans les arrondissements du centre-ville. Et à travers un circuit allant de Castellane à la gare Saint Charles, les artistes suivront, mercredi après-midi, un itinéraire ponctué de spectacles à ciel ouvert. Samedi, c’est du côté des Réformés et des allées Gambetta que vous pourrez tomber sur ces interprètes. Nouveauté de cette année, un laboratoire urbain, accueillant sept artistes en résidence, a élu domicile dans le secteur du théâtre des Bernardines, où les performeurs proposeront des actions plastiques.

Quid des notions de respect de l’espace de chacun

Cette cinquième édition est placée sous le thème du respect de l’espace de chacun dans la sphère publique. Le festival dissèque la cartographie urbaine et sociale de la ville et explore « ses délaissés urbains et flux de populations ». Le festival s’interroge sur les notions de précarisation en milieu urbain et sur d’autres manières de vivre ensemble. « Ce n’est pas un festival d’art de rue, il n’y a pas de rues coupées, de barrières, ce serait un non sens. Ce festival s’immisce au contraire dans la vie quotidienne de chacun », explique Christine Bouvier.

JPEG - 86.3 ko

Et pour éviter de reproduire l’épisode des Cinq avenues qui avait défrayé la chronique l’an dernier, avec l’ annulation brutale de l’une des manifestations, suite à des rumeurs de faux braquage et au déplacement de la BAC, des médiateurs accompagneront les artistes afin d’aider à la lecture des performances. Une médiation qui évitera peut être les «  Eh bien, il y en a des fadas dans cette ville », déjà entendus quai du port, vendredi ! Et en attendant les temps forts de mercredi et samedi prochain, vous retrouverez déjà M. Serano et son bureau d’investigation tous les matins devant la mairie du 1-7. Vous pourrez peut être l’aider à mener son enquête sur les dangers qui menacent la ville, en répondant à son interrogatoire. Premiers indices et premières confidences recueillies : il semblerait que l’insalubrité, l’insécurité et la gentryfication figurent parmi le top 3 des menaces. Des concepts qui, somme toute ,semblent bien faire écho à ce désordre marseillais !

Retrouvez tout le programme sur http://www.redplexus.org

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • Novembre 2017

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • Novembre 2017

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • Octobre 2017

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • Octobre 2017

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • Octobre 2017

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • Septembre 2017

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard