Articles

Accueil > Agenda > Plus qu’un mois pour voir Basquiat

 

Plus qu’un mois pour voir Basquiat

30 décembre 2010

Pour ceux qui envisageraient un détour par la capitale, nous ne pouvons que trop vous conseiller de vous rendre à la rétrospective consacrée au fulgurant Jean-Michel Basquiat. Visible au Musée d’Art Moderne de Paris, l’exposition qui présente une centaine d’œuvres majeures de l’artiste court jusqu’au 30 janvier prochain.


 

Il a brûlé sa vie par les deux bouts. Mort d’une overdose officiellement médicamenteuse à la mi-88, Jean-Michel Basquiat laisse derrière lui une œuvre abondante, avant-gardiste, urgente, violente, flippante parfois. Le Musée d’Art Moderne (MAM) de Paris a choisi de présenter, depuis le 15 octobre dernier et jusqu’au 30 janvier prochain, une rétrospective de quelques-unes de ses œuvres les plus significatives. En cette année 2010 finissante, J.-M. B. aurait eu cinquante ans.

JPEG - 109.8 ko
Jean-Michel Basquiat, un artiste hors norme qui a brûlé sa vie par les deux bouts.

De la rue à la toile, du graffiti à la peinture, de l’adolescence au jeune âge adulte, il sera au début des années 80 l’un des précurseurs de cette vision nouvelle et pressante de l’art, comme expiatoire d’un mode de vie insolent, d’une existence borderline. On peut percevoir dans son œuvre des gribouillages enfantins ; il n’en est rien, Basquiat maîtrise parfaitement le dessin. L’anatomie notamment, résurgence de l’enfance lorsque hospitalisé, sa mère – férue d’art et qui l’aura mené dans tous les plus grands musées new-yorkais – lui offre le Gray’s Anatomy (Henry Gray’s Anatomy of the Human Body ; Gray sera aussi le nom du groupe jazz qu’il co-fondera en 1979). Ses premières représentations de corps transparents, de squelettes vivants aux poumons offerts à la vue, aux entrailles et au sexe apparents traduisent cette influence du cadeau maternel.
Mais ce qui caractérise les débuts de Jean-Michel Basquiat,
ce sont avant tout les murs de Soho et Manhattan qu’il recouvre d’écritures avec son acolyte Al Diaz, signant Samo (Same Old Shit) et d’une couronne. De cette époque il conserve ce dernier élément qui surmontera longtemps ses personnages. Le passage à la toile se fait quasi instantanément. Basquiat dira d’ailleurs : « Mon travail n’a rien à voir avec les graffiti. C’est de la peinture, ça l’a toujours été ».

JPEG - 40 ko
"Untitled", 1981. Acrylique et pastel gras sur toile, 207 x 176 cm. The Eli and Edythe L. Broad Collection, Los Angeles. Photo : Douglas M. Parker Studio, Los Angeles. © The Estate of Jean-Michel Basquiat. © ADAGP, Paris 2010.

Très vite, avec l’exposition commune « New York/New Wave » il se fait un nom, impressionne, donne le ton à toute une génération. Il est repéré par la galeriste Annina Nosei, qui lui met à disposition un atelier sous sa galerie. Son art explose, sa cote aussi. Rares sont les artistes ayant de leur jeune vécu connu telle gloire. Basquiat est considéré par ses pairs, par la critique et par le public comme un génie, dont le travail sera impactant, influant de nombreux autres artistes.
L’agitateur et héraut de l’art à une haute conscience de son environnement, prend connaissance de sa négritude en même temps qu’il la peint, reproduit ses héros chanteurs, boxeurs, Noirs qui peuvent en ces seuls endroits rivaliser à égalité avec les Blancs, écrit en espagnol (il faut dire qu’il est de père haïtien et de mère portoricaine)…

JPEG - 15.4 ko
Le ring : le seul espace où Noirs et Blancs combattent à armes égales, avec les mêmes règles. "Cassius Clay", 1982. Acrylique et pastel gras sur toile sur palette de bois, 106 x 104 cm. Collection Bischofberger, Suisse. © The Estate of Jean-Michel Basquiat. © ADAGP, Paris 2010.

La période précédant sa mort paraît plus éteinte. Lui qui a recouvert tous supports – frigo, taule, portes, fenêtres, palettes de bois – a expérimenté différentes techniques, depuis l’acrylique et le pastel gras qui ont ses faveurs, jusqu’au papier collé, aux clous plantés, ne peint quasiment plus que sur toile. L’exercice est plus lisse, même si l’excellence émerge encore. On lui propose de collaborer avec son ami Andy Warhol : en résultent plusieurs tableaux cosignés, qui lors de leur exposition s’attireront des critiques peu élégantes. Basquiat en prend ombrage et perd de vue Warhol juste avant la mort de celui-ci en 1987.
Lui-même obsédé par la mortalité de l’homme, Jean-Michel Basquiat s’éteint dans son loft de Great Jone’s Street en août de l’année suivante, d’avoir trop abusé de substances qui ont d’autre part très certainement influencé son art.

 



 

 

Autres articles Agenda

 

Brèves Agenda

  • 1er août

     

    Fête du 4 août, à la belle de Mai, pour fêter la fin des privilèges

    Pour fêter l’abolition des privilèges, le collectif " Fête du 4 août " propose des rencontres avec les acteurs sociaux de terrain ( Eau Bien Commun, Médecins du Monde, Meus, Usagers. Des Transports), des syndicats et des collectifs de lutte ( Solidaires, Front Social 13) et les habitants de ce quartier de Marseille (entre autres, La Fédération des Associations Comoriennes de Marseille ) dans le cadre d’une fête populaire (groupes musicaux, balletti et paella géante). Le vendredi 4 août, la fête sera animée par le groupe Kilimandjaro, et ses rythmes africains, Susie, chanteuse de genre et le Dj. Pour célébrer l’abolition des privilèges de 1789 et appeler à l’abolition des nouveaux privilèges, un (...)

     

  • 30 juin

     

    2017 ça rime avec Africa Fête ! Du 30 juin au 8 juillet...

    Le Festival Africa Fête de Marseille aura lieu du 30 juin au 8 juillet 2017 pour cette édition 2017 (la numéro13) un menu copieux vous attend. Et ce, tant pour l’esprit que pour la fête, c’est ça Africa Fête ! Le programme complet est ici : L’Edito de notre Ami Victor Faye, histoire d’en comprendre les enjeux. En septembre 1956 se tenait à la Sorbonne le premier congrès des écrivains et artistes noirs qui avait comme but essentiel de rehausser aux yeux du monde entier le statut des civilisations noires au même titre que celles des autres cultures. À l’époque, cet événement était considéré comme un tournant décisif pour les peuples de cultures noires du monde entier. Qu’en est-il soixante ans après ce (...)

     

  • 10 mai

     

    HIP HOP : un âge d’or 1970-1995...Exposition MAC Marseille

    HIP HOP : un âge d’or 1970-1995... 13 mai 2017 – 14 janvier 2018 La culture Hip Hop ouvre les portes du musée d’Art contemporain à ceux qui aux États-Unis, en Europe et à Marseille incarnent un phénomène planétaire. Depuis les premières block parties du Bronx jusqu’à l’âge d’or marseillais retrouvez la fièvre qui s’est emparée du monde en trois temps et quatre mouvements : DJing, MCing, Graffiti & Bboying. La formidable énergie et l’inventivité des DJ, des maîtres de cérémonie, des graffeurs et writters, des break dancers et de leurs crews a pris la rue, les clubs et la jeunesse du monde. Émergeant dans le quartier du Bronx, qui connaît les pires conditions économiques, une jeunesse qui rêve d’exister (...)

     

  • 10 mai

     

    "La Belle fête de Mai", 19-20-21 Mai

    Depuis seize ans, « La Belle Fête de Mai » fédère et mobilise tout un quartier. A travers elle la Belle de Mai, devant l’absence de projets structurants, manifeste clairement sa détermination, revendique et affirme son droit à exister dans une ville en pleine mutation.Soutenu par l’histoire emblématique d’un quartier légendaire et le dynamisme affirmé du collectif fondateur, ce temps festif met en œuvre la participation des habitants. Le quartier de la Belle de Mai est résolument porté par les valeurs de solidarité et d’accueil qui caractérisent l’identité marseillaise. La rencontre, l’échange et le respect de l ‘autre doivent être à la disposition de cet avenir qui permettra aux anciens et nouveaux (...)

     

  • 4 mai

     

    Faites de la fraternité ! Théâtre Toursky

    Les 5 et 6 mai sera organisée la « Faites de la Fraternité ». Artistes, intellectuel(le)s, associations, fondations engagées et citoyens sont appelés à se rassembler au Théâtre Toursky pour échanger, se rencontrer, dialoguer, et faire connaissance. Au fil de ces deux journées consacrées au partage interculturel et intergénérationnel, se tiendront des concerts, des débats, des expositions, des animations, des projections, des rencontres, de la poésie, et des actes de fraternité. Il s’agit là de faire de l’Art notre ferment d’unité et le socle fondateur d’une humanité fraternelle combattant tout obscurantisme. La solidarité fraternelle est universelle. Le soutien au droit de tous les peuples de disposer (...)

     

  • 4 mai

     

    « Derrière les fronts : Résistance et Résilience en Palestine » film de Alexandra Dols

    Projection-débat du film Derrière les fronts : Résistance et Résilience en Palestine » film de Alexandra Dols Soirée en présence de la réalisatrice, du docteur Samah Jabr et d’une partie de l’équipe du film « Derrière les fronts, propose un cheminement dans nos esprits et sur les routes de Palestine, en compagnie de la psychiatre psychothérapeute et écrivaine palestinienne Dr. Samah Jabr. Dans l’héritage du Dr. Frantz Fanon, psychiatre anticolonialiste, elle témoigne des stratégies et conséquences psychologiques de l’occupation et des outils des palestinien-nes pour y faire face.Dans ce film à plusieurs voix, des extraits de chroniques, d’interviews et d’échappées poétiques dansent aux corps-à-corps (...)

     

  • 1er mai

     

    Carrières de Lumières, Baux-de-Provence

    Exposition multimédia consacrée aux grands peintres du XVIe siècle. Réalisation : Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi Carrières de Lumières Du 4 mars au 7 janv. : Tlj 10h-18h (Novembre >mars) / 9h30-19h (avril>juin et septembre-octobre), 9h30-19h30 (juillet-août) 10/12 € (10/13 € en juillet-août) www.carrieres-lumieres.com Route de Maillane 13520 Les Baux-de-Provence 04 90 54 55 56 06 89 82 83 89

     

  • 25 avril

     

    Expo Beautiful Africa aux Galeries Lafayettes

    – BEAUTIFUL AFRICA – EXPOSITION DU 8 AVRIL AU 10 JUIN 2017 Visuel : Otobong Edet Nkanga, Alterscape : Alterscape I, 2005. C-print sur papier photographique, 50 x 67 cm. © D.R. Collection FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur Beautiful Africa à La Galerie du 5em Avec les artistes Sammy Baloji, Yona Friedman et Denise Charvein, Eddy Kamuanga Ilunga, Kapwani Kiwanga, Abdoulayé Konaté, Namsa Leuba, Toufik Medjamia, Otobong Nkanga D’avril à juin, l’Afrique se révèle à la Galerie du 5e avec les œuvres de 9 artistes qui vivent et travaillent entre l’Europe, les Etats-Unis et l’Afrique. L’exposition « Beautiful Africa » traverse les paysages du Nigéria, du Mali ou du Maghreb, raconte les bouleversements (...)

     

  • 24 avril

     

    Peut-on parler calmement de laïcité ?

    Table ronde avec Maïssa Falha et Marc Rosmini (professeurs de philosophie, membres du collectif Les Philosophes Publics) et Richard Martin (directeur du Toursky) La laïcité désigne un type d’organisation politique censé permettre la coexistence pacifique de tous les citoyens, quelles que soient leurs options spirituelles. Ce terme fait pourtant rapidement dégénérer les débats en vaines, et parfois violentes, polémiques. Nous tenterons donc, en croisant les approches historique, juridique et philosophique, de comprendre ce glissement, et de participer à une reconstruction collective du concept de laïcité. Sans détours ni tabous, il s’agira au moins de dissiper les malentendus, et de démasquer les (...)

     

  • 24 avril

     

    7èmes Rencontres Nationales des Luttes de l’Immigration et des Quartiers Populaires

    29-30 avril 2017 7èmes Rencontres Nationales des Luttes de l’Immigration et des Quartiers Populaires Ces 7èmes rencontres nationales organisées à Marseille par le FUIQP offre des opportunités d’échanges : tables rondes, débats, retours d’expériences de militant-e-s issu-e-s de l’immigration et des quartiers populaires et paroles des familles dans leur combat quotidien pour la vérité et la justice. Ces 7èmes rencontres se concluront à la fois par une manifestation publique le dimanche 30 avril a 15 heures dans les rues de marseille pour dénoncer encore et toujours les violences policières, mais aussi par une invitation à nous rejoindre le 1er mai dans notre cortège revendiquant l’égal l’accès à (...)

     

Articles récents

Articles au hasard