Articles

Accueil > Actualités > Place nette au squat de la Capelette

 

Place nette au squat de la Capelette

30 juin 2011

Le Secours Catholique a de nouveau initié, hier, une opération de nettoiement d’un campement rrom, situé au bout d’une impasse, dans le Xe arrondissement de Marseille. Avec le concours des habitants, une dizaine de bennes a été remplie de déchets. Un émissaire de Veolia, propriétaire du terrain, était également présent.


 

Ils n’ont pas ménagé leur peine. En quatre heures hier matin, la centaine de Rroms installée depuis un an environ sur un vaste terrain du quartier de la Capelette a dégagé plusieurs tonnes de déchets, remplissant à l’aide d’un tractopelle réquisitionné pour l’occasion une dizaine de bennes. A l’origine de cette opération de nettoyage de grande ampleur, le Secours Catholique, agissant dans le cadre d’une action associative collective. L’idée : rendre à l’endroit un aspect plus hygiénique, à l’arrivée des grosses chaleurs.

Aéré, avec ses cabanes bien alignées et dont la propreté intérieure est remarquable, le campement affiche des allures de village. Bien sûr, l’organisation reste à la hauteur du peu de moyens et de commodités disponibles. Philippe Catinot, qui représente Veolia - propriétaire de cette friche industrielle actuellement mise en vente - convient que pour l’heure, ce qui pose problème n’est pas le volet « habitat », mais «  l’activité économique » qui est menée sur le terrain. Loin de l’image d’Epinal du propriétaire véhément et insensible, il «  connaît la situation » et les personnes, qui le décrivent comme « gentil ». Venu à leur rencontre à plusieurs reprises, il concède que ce terrain « dont on ne fait rien » (un projet de la Ville emmené par Marseille Aménagement aurait finalement été abandonné) peut continuer d’accueillir au moins temporairement des personnes dont la situation humaine semble le préoccuper. Néanmoins, il ne « transige pas » concernant la dimension retraitement des déchets électroménagers, à laquelle s’emploient nombre de Rroms à la recherche de métaux qu’ils pourraient revendre. Evidemment, à défaut de comprendre, il « entend » qu’il s’agit là de l’une des seules sources de subsistance sur lesquelles peuvent compter nos hôtes. Mais craint pour l’image de sa société, qui pourrait être mise en cause si un accident survenait.

L’expulsion : pas une solution

Philippe Catinot évoque un partenariat qui devait être engagé sous peu avec MPM, afin de retraiter les ordures. Il s’étonne de la « situation médiatique » orchestrée par le Secours Catholique et affirme n’avoir pas été mis au courant. « Il n’a pas été donné suite à nos sollicitations », réfutent les bénévoles de l’organisation. Quoi qu’il en soit, une décision de justice plane comme une épée de Damoclès sur le squat : l’évacuation pourrait être ordonnée dès les premiers jours de septembre.

Début juin, le campement de la rue Guigou, à la Belle-de-Mai, avait bénéficié d’une action de nettoiement semblable à celle-ci. Quinze jours après, ses occupants en étaient expulsés à coups de bulldozer. Etienne Noël, animateur au Secours Catholique confie ses craintes à ce sujet, et développe ce que le collectif souhaite mettre en place, pour venir en aide aux habitants de ce campement :

 

 

Pour lui, il serait bien d’établir ici un centre d’hébergement d’urgence dédié, à l’image de celui qui doit voir le jour dans le IIIe arrondissement. Cela permettrait de «  répartir » l’effort fourni, en évitant de se focaliser sur des projets dans des quartiers déjà en difficulté, dans le nord et le centre de la municipalité.

L’émissaire de Veolia ne semble pas contre, puisque de toute façon le terrain doit être cédé. Sans présumer de la capacité du collectif d’associations à acquérir l’endroit - s’étendant sur près de trois hectares - peut-être serait-il simplement possible de le louer ? A moins que la ville ne le préempte à ces fins ?

JPEG - 116.8 ko

Etienne Noël se désole encore une fois de l’inaction des institutions publiques sur cette question. Il souhaite qu’une réunion entre le maire de Marseille, le préfet de région et les partenaires associatifs ait lieu de toute urgence. Le collectif a d’ailleurs lancé une pétition - consistant en l’envoi à Jean-Claude Gaudin d’une carte postale* appelant à la « primauté de la dignité humaine » :

 

 

L’accès à l’emploi, et d’abord l’obtention de papiers en règle, apparaissent être la base d’une intégration réussie. « On me demande souvent pourquoi je ne travaille pas, explique Christian qui est installé sur le campement depuis plusieurs mois. Or la question est politique. C’est à l’Europe de la régler ». En effet, en France, la liste des métiers ouverts aux citoyens roumains s’avère extrêmement restreinte. Pourtant, ce polyglotte (comme plusieurs membres de la communauté, il a notamment appris le français dans sa jeunesse passée à Timisoara) est plus que qualifié dans le secteur du bâtiment, et ne demande qu’à exercer ses talents. Idem pour Aurel, qui présente fièrement son permis de chauffeur routier. Tous deux se disent désappointés.

La matinée tire déjà à sa fin. Des tables sont dressées sous la carcasse métallique qui abrite une partie des maisonnettes. Depuis la veille, Monica - aidée de quelques complices - a préparé des centaines de Sarmales, plat typiquement roumain. Des musiciens entament l’hymne Rrom Gelem Gelem. Les soucis s’envolent, le temps d’un repas.

* Vous pouvez télécharger la carte ici :

PDF - 731.1 ko

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • Novembre 2017

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • Novembre 2017

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • Octobre 2017

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • Octobre 2017

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • Octobre 2017

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • Septembre 2017

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard