Articles

Accueil > Actualités > Paysage médiatique durant le Printemps arabe

 

Paysage médiatique durant le Printemps arabe

9 janvier 2012

Voici plus d’une année qu’une onde de choc a envahi les esprits et soulevé les espoirs des populations du Maghreb et du Moyen-Orient, aspirant à l’universelle démocratie. En parallèle, les médias ont vu ce soulèvement percé, l’ont couvert et même renommé « Printemps arabe ». Mais entre des pays tributaires de la censure médiatique imposée par des régimes, des rédactions peu réactives à l’amorce de ces contestations, et très vite submergées par un flot d’informations, la question du traitement des révoltes arabes se pose. Durant la semaine de diffusion du prix international du documentaire et du reportage Méditerranéen (PriMed), une conférence a été organisée en présence de témoins, d’experts et d’acteurs de l’audiovisuel méditerranéen, pour en débattre.


 

« Cette conférence-débat, c’est témoigner de l’actualité en faisant un retour en arrière sur les évènements qui ont bouleversé la Méditerranée et ainsi voir comment le paysage audiovisuel méditerranéen a réagi à cette actualité » a présenté Jean Réveillon, président du CMCA, en ouverture de cette matinée, sous les couleurs des révolutions arabes. Retour en arrière.

Bien avant le 17 décembre 2010, jour où Mohamed Bouazizi - jeune vendeur ambulant qui s’est immolé par le feu devant le siège du gouvernement de Sidi Bouzid - a déclenché l’étincelle qui a mis le feu au foyer de la « révolution du jasmin », les Tunisiens étaient déjà mis à mal par une démocratie de façade et un gouvernement friand du clientélisme et des passe-droits. Des procédés pourtant bien connus au vu et au su de tous ! Un document américain, rapporté par Amnesty International, avait même fait état de la « corruption généralisée, des rackets de la police et des très nombreux détournements d’argent du clan Ben Ali ». Et pourtant, à la lumière de cette étincelle qui a déclenché cet embrasement, peu de médias ont répondu présents dès le début du conflit. Le traitement de ces révoltes, de la rive nord à la rive sud, a donné lieu à des couvertures bien distinctes. En témoignent notamment les intervenants de ces tables rondes, pour la plupart journalistes et rédacteurs en chef.

Un début de soulèvement largement ignoré

Alors qu’un black-out médiatique a été imposé par les autorités tunisiennes, très peu d’informations du début de ces évènements ont circulé. France 2 et France 3, qui appartiennent au même groupe France Télévisions, n’ont pas traité le sujet au même rythme. Si France 3 a envoyé des équipes couvrir les manifestations « quasiment de suite » a informé Magali Forestier, Gilles Jacquier de France 2 a admis ne pas avoir été assez réactif à la situation « il y a eu un retard des médias », retranscrit chez les voisins européens « concrètement, les équipes d’Europe sont arrivées très en retard. D’ailleurs, il existe peu d’images professionnelles du début des révolutions ». L’obscurité médiatique et le mutisme politique dont s’est accommodé, pendant des décennies, le président tunisien déchu Ben Ali, ont donc été palpables dès la bataille. Peu de médias se sont penchés, dès le mois de décembre, sur une révolte au son de la démocratie. Un son qui n’était pas assez audible pour être traité, pas assez convaincant pour être écouté ou pas assez croustillant pour être annoncé ? La réponse de l’ex-ministre des Affaires étrangères en avait été révélatrice, lorsqu’au désespoir d’une population asservie par un despotisme et une main mise économique du pays, « nos forces de sécurité » furent la solution de coopération !

JPEG - 84 ko
De g. à d. : Soumaya Derhouri, Kayan Karaca, Alberto Romanioli (RAI-Italie), Magali Forestier et Gilles Jacquier

Le détachement ne s’est pas cantonné à l’hexagone puisqu’au-delà de l’Europe, la couverture médiatique ne s’est pas emballée trop rapidement. Kayan Karaca, journaliste au sein de la chaîne NBC en Turquie a reconnu « que les médias turcs avaient négligé depuis longtemps le monde arabe avec peu de spécialistes sur le Maghreb ». C’est ainsi que « pour la Tunisie, on a été influencé par les commentaires de la BBC, CNN et Al-Jazeera. D’ailleurs, on ne faisait que montrer et répéter ce que fournissaient ces chaînes, on était dépendant des images transmises par ces médias ! ». Une dépendance qui s’est faite ressentir jusqu’au Maghreb. En témoigne Soumaya Derhouri de la chaîne 2M au Maroc, pour qui il y avait une certaine « méfiance » à traiter ces sujets à chaud. « Les chaînes marocaines ne savaient pas comment cela allait évoluer, ce sont alors des chaînes généralistes qui ont traité la situation. Puis, lorsque les choses ont évolué, on a commencé à couvrir les évènements en travaillant avec les images d’agences de presse tout en gardant un regard neutre et prudent sur les sujets traités ». Si les chaînes du Maghreb n’ont pas pu assurer la couverture escomptée par la population, quel canal a été disposé à cela ? « Lorsque les émeutes ont commencé en Tunisie, les marocains l’ont découvert sur les chaînes du satellite et principalement Al-Jazeera. On ne peut pas lutter contre les mastodontes comme Al-Jazeera ! » a convenu Soumaya Derhouri. Cette chaîne de télévision qatarie a été un acteur majeur de la diffusion quotidienne des évènements, elle, qui a tenu et assumé un parti pris pour les manifestants et ouvrant les voix de l’opposition. « Avant la manifestation, on avait l’interdiction de filmer en Tunisie » a rappelé Lotfi Hajji, journaliste au sein de la chaîne du Qatar. Une revanche quant à son éviction ? La chaîne a notamment vu son audience bondir à l’échelle mondiale. « C’était la seule chaîne à lever le voile de la liberté d’expression par rapport aux chaînes nationales » en a déduit Lotfi Hajji.

JPEG - 42.9 ko
De g. à d. : Mohammed Kaci (TV5), Joakim Afoutni (Agence Afrik Tv), Ali Oudjana, Lotfi Hajji et Kmar Bendana (Université de la Manouba)

A peine les médias investis dans le traitement de « l’actu chaude » que ce soulèvement populaire a eu un effet domino et s’est propagé dans les pays du monde arabe - Maroc, Égypte, Yémen, Bahreïn, Syrie, Libye -, à des degrés dissemblables. La machine s’est alors lancée et les médias se sont mis au pas, lorsqu’ils le pouvaient. Trop peu d’images professionnelles avaient été capturées en Tunisie pour que l’expérience soit renouvelée ! Sur l’écran, ce sont les grandes chaînes internationales, France 24, TV5 Monde, CNN international et Al-Jazeera qui ont eu une place privilégiée auprès des populations et qui se sont substituées aux chaînes locales. Évidemment, le choix entre une télévision d’Etat, d’où passe toute la propagande, et une télévision de service public a dû être spontané ! « La population ne fait pas confiance aux médias locaux. Elle considère qu’il y a toujours un lien avec le pouvoir » a indiqué Ali Oudjana de France 24. Pour l’Egypte, Al-Jazeera et CNN ont offert une couverture des évènements en temps réel. Il reste un léger détail qui a dû avoir une certaine incidence sur l’audimat puisque ces chaînes proposent une diffusion en arabe.

La toile dans tous ses états

L’émergence de ces premières manifestations s’est notamment caractérisée par l’accessibilité et l’essor du web 2.0, qui a ainsi rassemblé les troupes, informé le monde et, de la même manière, comblé le manque d’informations professionnelles. A défaut de présence, ce sont des petits messages et des vidéos amateurs, laissés sur la toile, qui ont été repris par les médias. « Selon une étude, 60 à 70 % des informations viennent de la presse » a exposé Sylvie Depierre, qui a animé le débat. La véracité imposée par la déontologie professionnelle pourrait faire débat. La BBC a d’ailleurs ouvert une enquête visant à évaluer l’impartialité et le professionnalisme de ses journalistes durant les évènements. Face au chemin biaisé engagé par beaucoup de médias, les populations ont fait de ces réseaux leurs armes de combats, dénonçant les exactions de leurs dictateurs. « Au Maroc, il y a eu une véritable explosion des blogs surtout lorsque Al-Jazeera a commencé à être trop présent au goût de certains a affirmé Soumaya Derhouri, et puis les bloggeurs détenaient beaucoup d’informations ». Un torrent d’actualité repris au quotidien et des images inédites comme la capture de Kadhafi. Ces bloggeurs sont ainsi devenus complémentaires aux rédactions mais fallait-il encore que les réseaux ne soient pas coupés ! Chaque régime a développé une stratégie de censure, de la toile aux chaînes satellites et des journaux aux professionnels de l’information : « la télévision égyptienne était en dessous de tout. Elle a perdu toute crédibilité en essayant de discréditer la révolution pendant les 18 jours a déploré Nabil Choubachy, rédacteur en chef du service français de la chaîne Nile TV. Désormais, il faut restaurer l’image et qu’elle retrouve son crédit auprès des téléspectateurs ».

JPEG - 63.7 ko
De g. à d. : Samar Al Gamal, Nabil el Choubachy, Mélika Jebberi, Yves Bruneau (CFI), Xavier Gouyou-Beauchamps et Mokhtar Rassaa

Le vent a t-il tourné dans les médias ?

Présent dans les rues, le vent des révoltes populaires s’est propagé dans les rédactions. Après des décennies de régime totalitaire, la machine devait prendre un tout autre chemin. Il s’agissait de réorganiser une profession dont le mot liberté avait été banni, d’établir un cadre législatif pour plus de transparence et de redorer une image trop longtemps ternie. Chaque pays a avancé à son rythme, dépendant de la conjoncture politique et économique. Parmi les invités interrogés (Télévision Tunisienne, la chaîne Nile Tv, le quotidien égyptien Al-Shorouk et Al-Ahram Hebdo), les avis ont été divergents. A l’image de la Télévision Tunisienne, un nouveau souffle a été donné aux médias : « avant, on ne parlait que de Ben Ali, après la révolution, on a découvert une Tunisie pleine de misère dont on a jamais pu parler puisque c’était interdit ! » a comparé Mélika Jebberi, journaliste récemment promue. Désormais, documentaires animaliers, feuilletons arabes et discours de propagande ont fait place à plus de débats politiques et d’actualité sociale. Les programmes s’enrichissent et les thèmes s’élargissent. Par étape, l’organisation se met en place comme l’a laissé entendre Mélika Jebberi : « on a élu un comité de rédaction et on a désigné une rédactrice en chef indépendante ». Des soutiens financiers, matériels et humains (formation) ont été déployés, notamment par France Télévisons, France 24, RFI, TV5 Monde et CFI, afin d’accompagner les chaînes dans cette mutation audiovisuelle : « l’esprit de cette action, c’est d’aider la Tunisie à faire avancer cette démocratisation, à se rapprocher de l’idéal de la télévision publique » a défini Xavier Gouyou-Beauchamps, ancien président de France Télévisions et grand spécialiste de l’audiovisuel. Le nouveau président-directeur général de la Télévision Tunisienne, Mokhtar Rassaa, a confirmé cette nouvelle ambition et va tendre à « développer l’information régionale et faire de la 2e chaîne tunisienne une chaîne des régions. » D’autant que « l’étincelle de cette révolution est partie du centre de la Tunisie » a t-il souligné. Si le discours des médias tunisiens a vibré à l’unisson, celui des égyptiens a présenté des désaccords.

Nabil El Choubachy, de la chaîne Nile TV a admis que, lorsque la chaîne audiovisuelle a été créée en 1993, « c’était une chaîne de propagande mais aujourd’hui, le message a changé avec l’espace de liberté que l’on a maintenant [...] On a pu présenter ce qui se passe réellement en Égypte sans censure ». Une liberté qui n’a pas semblé être de mise pour tous, notamment dans la presse écrite, qualifiée d’un état de « catastrophe » par Samar Al Gamal, grand reporter pour le quotidien égyptien Al-Shorouk, et directrice adjointe de la rédaction de Al-Ahram Hebdo. Si elle a consenti à quelques changements « au sein des télévisions publiques et des médias pro-gouvernementaux […], la couverture reste celle d’un anti-mouvement populaire. Dans la presse gouvernementale, qui a été nationalisée depuis peu, les rédacteurs en chef sont nommés par le gouvernement. Le nouveau président directeur général qui vient d’être nommé à la tête du plus grand groupe de presse est un ancien du parti au pouvoir, un proche de l’un des fils de Moubarak ! ».

Après des décennies d’asservissement médiatique, les médias des pays arabes tentent de se reconstruire une image en pleine période d’apprentissage démocratique. Même si le marasme médiatique n’a pas été totalement abrogé, une nouvelle culture journalistique arabe a émergé. Charge maintenant aux assemblées constituantes de répondre aux besoins législatifs des médias.

JPEG - 123.4 ko
Les réalisateurs primés © Anaïs Ginoux
Et le prix PriMed ?

A l’issue de cette journée de débats s’est déroulée la cérémonie de remise des prix PriMed 2011. Sur une sélection de 31 productions audiovisuelles retenues, 12 ont été récompensées. Parmi les prix décernés, le Grand prix France Télévisions du documentaire, catégorie « Enjeux Méditerranéens » a été remis à Suha Arraf pour « Women of Hamas ». Ce documentaire de 56 minutes reprend la vie de quatre femmes palestiniennes membres du Hamas. La productrice, réalisatrice et scénariste se « définit comme une Palestinienne greffée. Tout le monde pensait que si je faisais un film sur le Hamas, ce serait sur le terrorisme mais tout n’est pas blanc ou noir » a t-elle exposé.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard