Articles

Accueil > Représentativité en politique > Municipales 2008 > Pas d’effet Bayrou à Marseille

 

Pas d’effet Bayrou à Marseille

10 mars 2008 - Dernier ajout 11 mars 2008

Le chef de file du MoDem et candidat en ballottage à la mairie de Pau a beau avoir apporté son soutien, sur place, au néo-Marseillais Jean-Luc Bennahmias, le Mouvement Démocrate n’a pas convaincu les électeurs. Ignorée des votants pour ce premier tour des municipales, l’alliance orange et verte se cherche un partenaire pour le second, « pour une nouvelle majorité ».


 

Il y a une dizaine de jours, François Bayrou était en déplacement à Marseille, pour soutenir la candidature de l’ex-Vert Jean-Luc Bennahmias. « Quand les Marseillais ont su que François Bayrou venait, a dit en substance le prétendant MoDem à la mairie phocéenne, les sondages ont augmenté ». Crédités jusqu’alors d’environ 5 % des intentions de vote, les candidats écolos et démocrates des huit secteurs de la ville récolteraient – à la veille de la visite éclair de François Bayrou –, entre 7 et 9 % des voix selon la presse locale.

Déception donc, au sortir du premier tour hier soir. Jean-Luc Bennahmias, à qui les premières estimations accordaient entre 5,5 et 6,5 % des votes exprimés dans les 6e et 8e arrondissements (secteur où se présentait le maire sortant Jean-Claude Gaudin, d’ailleurs réélu dès le premier tour), attendait toujours, à près de 22 heures, les résultats définitifs de l’ensemble de ses têtes de listes sur marseille. Et espérait encore que certains fassent « plus de 5 % ». (Lui-même fera finalement 7,75 %).

JPEG - 33.3 ko
François Bayrou, entouré de Saïd Ahamada (g.), tête de liste MoDem dans le 8e secteur, et de Jean-Luc Bennahmias, candidat déçu à la mairie de Marseille

Jean-Luc Bennahmias et ses équipes ont peut-être payé un manque de visibilité et de lisibilité, ainsi qu’une « fuite » vers les deux poids lourds de la campagne de quelques-unes de ses personnalités marquantes. Jacques Rocca-Serra – qui n’avait pas obtenu l’investiture officielle du MoDem – a rejoint le camp de Jean-Claude Gaudin sous la bannière UDF ; Miloud Boualem, ex-candidat aux législatives, celui du socialiste Jean-Noël Guérini. Entre autres. Le MoDem marseillais serait victime selon Bennahmias – comme au niveau national – de l’« existence et la persistance d’une opposition bloc contre bloc […] largement confirmée ».

Pas en position d’arbitrer le second tour, le Mouvement Démocrate ? Pas vraiment, sauf que ses électeurs reporteront, au moins partiellement, leurs voix sur l’un ou l’autre des candidats restant. Et les tractations risquent d’être mouvementées. Jean-Luc Bennahmias, le 27 février, avait prédit : « au soir du premier tour, nous serons en mesure de discuter avec MM. Gaudin et Guérini pour une nouvelle majorité sur Marseille ». Et Christophe Madrolle (candidat dans le très chaud secteur de Muselier et Guérini) de confirmer, dimanche 9 mars au soir, qu’au vu des résultats il y aura bien « fusion ». Seule condition non négociable pour Bennahmias : qu’un moratoire soit décrété sur l’incinérateur de Fos. Qui sera le premier à tendre une main verte ? Karim Zeribi, porte-parole du socialiste Jean-Noël Guérini, semble avoir dégainé le premier ce matin sur France Info, en appelant le MoDem et l’extrême gauche à l’union, autour de son candidat.

Voir la vidéo de la venue de François Bayrou, mercredi 27 février, à Marseille, précédée des interventions de Mohamed Laqhila et Saïd Ahamada. Orientée, forcément, sur les questions de diversité.

 

 

 

Autres articles Représentativité en politiqueMunicipales 2008

 

Articles récents

Articles au hasard