Articles

Accueil > Med’in France > « On ne peut pas abandonner le Mali », par le Dr Adamo Doumbia,

 

« On ne peut pas abandonner le Mali », par le Dr Adamo Doumbia,

30 mai 2012

Face à la tragédie que vit aujourd’hui le Mali avec l’occupation des deux tiers de son territoire par les rebelles Touaregs appuyés par Al-Qaeda au Maghreb Islamique ( Aqmi ), le docteur Adamo Doumbia, d’origine malienne et président fondateur de l’Amicale des Français d’origine africaine a confié à Med’ in Marseille son indignation face à la mollesse des réactions internationales. Il revient sur les circonstances du coup d’Etat de mars dernier et pointe notamment le désintérêt de l’Europe devant l’urgence de la situation et en appelle à la mobilisation européenne et française. « Ce n’est pas parce que le diamant ou le pétrole n’est pas exploitable, ce n’est pas parce qu’il n’y pas d’intérêt précis qu’il faut abandonner le Mali. C’est un pays qui a beaucoup donné à la France ».


 

JPEG - 149.7 ko
Le Dr Adamo Doumbia, Photo : Yllies Mokhtari Copyright Med’in Marseille.

Le 22 mars 2012, un putsch militaire a eu lieu au Mali contre le président Amadou Toumani Touré, élu démocratiquement. Depuis, sur l’insistance notamment de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), une organisation intergouvernementale ouest-africaine, un président de transition a été donné : Dioncounda Traoré qui vient d’être agressé la semaine dernière par des manifestants. Le Mali est un Etat laïc. Au nord, en janvier dernier les rebelles Touareg, avec l’aide d’Al-Qaeda ont envahi la région, et ils occupent actuellement deux tiers du territoire du pays en imposant la charia. Aujourd’hui, d’après l’AFP, dans un article publié, lundi 28 mai, dans le journal Libération, la rébellion touareg qui a investi le nord du pays s’est alliée au mouvement Ansar ed-Dine et a proclamé un Etat islamique dans la région nord, l’Azawad. Le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) était au début des années 1990, laïc. Puis avec l’invasion du Nord, il a été appuyé par Ansar ed-Dine qui prône l’établissement de la charia et qui est soutenu par al-Qaeda au Maghreb Islamique (Aqmi)

Que se passe-t-il aujourd’hui au Mali ?

Adamo Doumbia : Aujourd’hui nous assistons au Mali à une instabilité constitutionnelle liée à un coup d’Etat qui est survenu à un mois et demi de la fin du mandat d’un président démocratiquement élu. Sur les faits, nul démocrate, nulle personne attachée aux valeurs des droits de l’homme, de la liberté d’expression, de la démocratie, de la fraternité et de l’entraide ne peut cautionner de tels actes. Le coup d’Etat a été condamné de façon unanime, de façon internationale et avec l’aide de la CEDEAO, l’Union Africaine, l’Union Européenne, la France, les Etats-Unis qui ont demandé la démission immédiate de la junte. Les putschistes ont également été isolés par la Banque mondiale, et la Bank of Africa. La CEDEAO a procédé à un embargo et ceci a mené une concertation avec les putschistes pour trouver une porte de sortie.

JPEG - 10.1 ko

Quelles sont les raisons du coup d’Etat ?

AD : Le Mali, et les Soudanais (le Mali correspondait à l’ancien Soudan français) ont été très vaillants pendant les première et deuxième guerres mondiales. Mais aujourd’hui les valeurs qu’incarnait ce peuple ont disparu. Aujourd’hui, les démocrates du Mali sont dans l’impuissance, dans la frayeur du coup d’Etat militaire. Ce coup d’Etat a, d’après les putschistes, été fondé sur le prétexte que les militaires manquaient de moyens pour faire face à l’occupation du territoire malien par les Touaregs et Al-Qaeda. Dans les faits, les militaires ont fui le combat, le front au Nord, pour venir faire un coup d’Etat dans la capitale et se cantonner à un soi-disant « redressement de la démocratie ». Mais les putschistes n’ont pas pu s’organiser pour essayer de délivrer les deux tiers du pays qui sont occupés.

Pour vous ce gouvernement est totalement illégitime ?

AD : En tant que Malien et démocrate, même si c’est une cause que je peux comprendre, il est totalement illégitime, pour moi. Je le condamne. Depuis le premier jour du coup d’Etat, les deux tiers du pays ont été occupés par les envahisseurs. Avant le coup d’Etat, le Mali était entier, c’était un seul peuple. Quelque soit la situation désastreuse d’une armée d’un pays démocratique, ce n’est pas légitime de faire un coup d’Etat qui peut mettre le pays dans le chaos, ce qui est le cas aujourd’hui. Et quand on regarde les faits présents, le chef des putschistes est cantonné à Bamako. Or, si c’est pour défendre le Nord, sa place n’est pas à Bamako, sa place est au Nord pour libérer le peuple malien et de la souffrance qu’occasionne cette occupation qui a imposé la charia dans des villes où la démocratie était la règle.

Y-a-t-il eu une sortie de crise politique ?

AD : Sous la pression de la CEDEAO, les putschistes ont procédé à un accord cadre pour une sortie de crise, il y a eu un semblant de retour à l’ordre constitutionnel avec la nomination d’un premier ministre et d’un président par intérim, Dioncounda Traoré, qui avait 40 jours en temps normal pour organiser des élections, comme le prévoit la constitution du Mali. Mais à la suite d’un putsch, il est impossible d’organiser de nouvelles élections en si peu de temps. La CEDEAO a donc estimé qu’il fallait prolonger à 12 mois le mandat du président en intérim. Mais le 21 mai 2012, ce dernier a été agressé dans son bureau, à la suite d’un soulèvement de foule, des badauds, de petits voyous. On se demande comment la foule a pu arriver jusqu’à la personne physique de celui qui est le chef de l’Etat. Comment le président a pu être agressé par la foule et pourquoi n’y avaient-il aucuns renforts pour le protéger ? Je pose la question : qui est derrière ? Je pressent qu’il y a eu des forces politiques anarchiques, ou des opportunistes qui pensaient qu’ils pouvaient avoir des postes aux côtés des putschistes, et des médias qui ont prôné la haine et le soulèvement contre le nouveau président. Les putschistes ont été amnistiés dans la négociation avec la CEDEAO, je ne sais pas si c’est bien. Pour moi, ils ne méritaient pas l’amnistie, parce qu’un coup d’Etat reste un coup d’Etat, on fait régresser la démocratie et la crédibilité du pays.

Vous avez commencé par nous confier que vous aviez honte de certains Maliens, pouvez-vous nous en dire plus ?

AD : Le pays était une grande puissance. Je reproche aux Maliens de manquer de sagesse, avant la force et la vaillance était la sagesse du Malien. Quand on parle des tirailleurs Sénégalais, c’étaient aussi les Maliens. La fierté, le courage n’a jamais manqué, par contre, nous savions aussi le respect, nos ancêtres nous avaient laissé cette fierté d’être des hommes qui connaissent le respect des autres, l’intérêt de la défense du pays, le respect des voisins. Je pense que derrière les putschistes, il y a aussi quelques politiques anarchistes. Quand on peut soulever le peuple pour aller agresser un président légalement nommé, c’est déjà être anarchiste, ce sont des personnes qui ne reconnaissent aucun droit et aucune loi. Ce n’est pas seulement les militaires, ce sont aussi certaines personnalités politiques qui sont derrière qui pensaient accéder à des postes. J’ai honte du Mali aujourd’hui, il était, certes un pays pauvre, mais un pays fier, par son honnêteté et sa combativité. La honte pour moi, c’est que dans ce grand pays, les putschistes nous ont discrédités à l’international.

Comment la vie politique est-elle dans la zone non occupée actuellement ?

AD : La vie des droits de l’homme me semble menacée. Malgré la nomination d’un président par intérim, les putschistes se donnaient le droit de procéder à des arrestations arbitraires, même si les personnes ont été aujourd’hui libérées. Ce n’étaient même pas des opposants, les putschistes arrêtaient les personnes au motif parce qu’ils leur reprochaient telle ou telle chose, or ce sont les juges qui doivent mettre les personnes en examen. Aujourd’hui, la population a peur, d’autant plus que le président par intérim vient d’être agressé dans son bureau. Ce qui est curieux, c’est que le Mali avait déjà fait son printemps arabe en 1991, il y a eu depuis quatre élections présidentielles démocratiques, en 20 ans. On ne peut pas remettre en cause la démocratie par l’ambition de quelques prétendus opportunistes ou anarchistes. Le Mali était un exemple dans l’Afrique de l’Ouest. Avec ce coup d’Etat, nous sommes retournés en arrière. Le rôle des militaires est de sécuriser le pays et non pas de prendre le pouvoir. On doit tout mettre en œuvre pour que l’armée malienne ait les moyens pour faire sécuriser le territoire, les biens et les personnes, c’est cela qu’on attend de notre armée.

Avez-vous des nouvelles des personnes au Nord du Mali ?

La population subit toutes sorte de misère, alimentaire, en eau, en habitation. Et la condition des femmes est terrible. Comment peut-on leur imposer la burqa, la charia ? Le problème du Nord est crucial. Le vrai problème malien est comment peut-on aider nos frères du Nord qui sont dans la détresse, qui ne pourront en sortir que lorsqu’ils seront libérés du joug des islamistes et d’Al-Qaeda.

Que pensez-vous des réactions internationales sur le Mali ?

AD : Ce coup d’Etat est la conséquence de ce que l’OTAN a mené en Lybie. Pour moi, l’OTAN n’a pas achevé son travail, car le problème s’est déplacé d’un point à un autre. Le problème n’est pas qu’un problème purement malien. C’est un problème africain, puisque tout l’Ouest africain est menacé par Al-Qaeda, et un problème mondial et notamment européen.
J’en appelle à François Hollande, le Mali a suffisamment donné à la France pour qu’il ne soit pas oublié. J’en appelle aussi à l’UE, pour endiguer toute menace qui peut gagner la Méditerranée. On le sait, la Mauritanie est à côté du Maroc, lui-même à côté de la Tunisie, elle-même à côté de la Lybie. Tout ce qui peut menacer cette zone menace l’Europe et le monde. Mon appel va en direction des responsables, ceux qui connaissent les droits de l’homme et la démocratie. Je suis pour la liberté des femmes qui doivent pouvoir s’habiller comme elles veulent. Le Mali n’est pas le lieu de la charia, le Mali est un pays laïc. En effet, si la majorité des Maliens est musulmane, ce n’est pas le cas de tous les Maliens, il y a des chrétiens, des catholiques, des protestants etc. et nous vivons en harmonie totale. Laisser ce pays à Al-Qaeda qui impose la charia et profane les monuments classés par l’UNESCO, ce n’est pas un fait seulement malien, c’est un fait international. Mon appel va vers la France qui n’a pas le droit d’abandonner le Mali. Ce n’est pas parce que le diamant ou le pétrole n’est pas exploitable qu’on peut l’abandonner, ce n’est pas parce qu’il n’y pas d’intérêt précis qu’il faut l’abandonner. C’est un pays qui a servi la France.

Que demandez-vous concrètement à la France et à la communauté internationale ?

AD : Les responsables français n’ont pas le droit de laisser le Mali se désintégrer. Je pense qu’il faut une logistique donnée à l’armée malienne avec des instructeurs et du matériel à leurs côtés pour permettre de récupérer l’intégrité du territoire.

Quel est le problème des touaregs ?

AD : Ce sont les combattants de Kadhafi, certains qui étaient du Niger, d’autres du Nord du Mali. Dès le décès de Kadhafi, ils sont rentrés avec plus de 400 camions blindés et toute sorte de matériels sophistiqués. L’armée malienne n’a pas de matériel équivalent. Je dirais que c’est pour cela que l’armée malienne a du rebrousser chemin au Nord. Ces camions, ni la France, ni les Etats-Unis, ni l’Otan, ne pouvaient ignorer leur passage, on parle ici de 400 camions, leur déplacement ne pouvait être caché.

L’invasion du Mali arrangeait-elle certains intérêts internationaux ?

Je ne pourrais pas dire non, ni oui. Mais le oui pourrait l’emporter. Parce qu’il est reconnu qu’il y a 6 km de diamètres, entre l’Algérie et le nord du Mali, qui sont le lieu de passage d’importants trafics. Le trafic de la drogue n’est pas pour l’Afrique, mais l’Europe. On peut évoquer des hypothèses, mais on ne peut pas en être certain.

 

 

Autres articles Med’in France

 

Brèves Med’in France

  • Septembre 2015

     

    Un migrant somalien décide de rentrer chez lui en découvrant Tourcoing ! (C’est de l’humour)

    Il s’appelle Kévin* (nom modifié pour l’article), il a 27 ans. Il met en garde tous ses compatriotes qui veulent venir dans le Nord de la France, et en particulier à Tourcoing. Il s’est installé dans la cité tourquennoise il y a trois jours, aux abords du Parc Clémenceau. Il y a installé une petite hutte faite de toile et de quelques panneaux de bois récupérés aux alentours. « J’avais lu des brochures sur internet qui disaient que c’était une ville très jolie. Elle a quatre fleurs au classement des villes et villages fleuris, ça compte quand même » raconte Kévin, accroupi sur le sol. « Je voulais fuir la Somalie et je me suis dit : c’est là-bas qu’il faut aller ! Bah on s’est bien foutu de ma gueule.« (...)

     

  • Août 2015

     

    Coup de gueule du Président de l’ADRA

    Dans un communiqué de Presse, le Président de l’ADRA "Algériens des deux rives et leurs amis" M.Yougourthen Ayad, condamne l’article paru le 16 août dans le quotidien algérien El Shourouk et qui qualifie les algériens issus de l’immigration d’irrespectueux envers les lois leur pays d’origine. Ayad Yougourthen Président de l’ADRA Cet article haineux publié par le quotidien "Echourouk" et qui généralise d’une manière légère le comportement des visiteurs algériens est inadmissible. La communauté nationale établie à l’étranger voue un amour sans condition pour son pays d’origine. Ceci n’est absolument plus à prouver et ce n’est pas une presse diffamatoire, donneuse de leçons en patriotisme qui peut s’octroyer (...)

     

  • Juillet 2015

     

    La Fête de l’AÏD Al-FITR est fixée pour vendredi

    Selon le site de la Grande mosquée de Paris Ce jeudi 16 juillet 2015 – correspondant au 29 Ramadhan de l’année 1436/H, « Nuit du Doute », réunie à la Grande Mosquée de Paris, la Commission théologique de l’Institut Musulman de la Mosquée de Paris présidée par son Recteur, le Docteur Dalil Boubakeur, en présence d’imams, de personnalités musulmanes, de responsables associatifs de mosquées et des membres du Bureau exécutif du Conseil français du culte musulman (CFCM), informe les musulmans de France que : La Fête de l’AÏD Al-FITR est fixée au Vendredi 1er CHAWWAL 1436 de l’Hégire, correspondant au VENDREDI 17 JUILLET 2015. Pour cette occasion l’équipe de Med in Marseille présente ses voeux à la communauté (...)

     

  • Juillet 2015

     

    Vas-y Marion, c’est Bon

    Dans la chaleur de l’été la belle Marion Maréchal nous voilà Le Pen a lancé mais pas trop fort sa campagne des régionales. Elle a fait cela en territoire blanc en évitant les réserves aux autochtones halés qui peut-être n’auraient pas aimé son discours inaugural. Elle a parlé du Pontet, personne ne sais où cela se trouve, elle peut y cultiver son côté maquisarde, ici Marion, les français parlent aux français, ta gueule Mohamed. Parce que la walkyrie est vache et pas qui rit. A côté son grand-père est un gauchiste pur jus d’orange, le Pontet étant pas loin de là, il y a soixante dix ans elle aurait pu être souris grise, la jolie gretchen, une charlotte Martel sans peur et sans reproche pataugeant dans de la (...)

     

  • Juillet 2015

     

    Une larme dans le pastis

    Le grand Charles s’en est allé. Pas le général s’est fait depuis longtemps, mais le Pasqua, le SAC à affaires des Hauts de Seine, celui que grugea le jeune Sarkozy en lui fauchant la mairie de Neuilly. Le terrorisateur des terroristes, l’exterminateur d’Oussekine. Même le président y est allé de sa pleurniche protocolaire comme Vals d’ailleurs. Enfin messieurs un peu de retenue. Ce grand Charles là n’était pas avec le FN l’adepte du ni-ni mais plutôt du oui-oui. Après des années de barbouzeries au service du gaulois où il s’occupa de l’OAS, puis des communistes de toutes obédiences enfin du racket, d’extorsions de fonds, et d’attaques à main armée. Il quitta prudemment le SAC de peur s’y retrouver enfermé en (...)

     

  • Juin 2015

     

    Youpi ! C’est la reprise

    1,2% l’Insee dit Youpi ! C’est la reprise. Hollande c’est maintenant....maintenant...enfin il a Gayet...! Gagné je veux dire au débarquement. Et les ménages consomment.... du Nutella. Pour boucler la boucle, les armes à feu sont toujours en libre circulation ?! "Ça tue !" dit Obalbasse (Obama). "Ah bon ?!" Répondent en cœur les Yankees. Sarko le reconnaît : "C’est une grosse fuite d’eau" les migrants....Moi je dis c’est pour compenser la grosse fuite de pétrole...demandez par exemple à Total et de matières premières...demandez à Areva. C’est pour compenser l’APD liée....C’est pour compenser ce que perdent ces territoires...je n’ai pas dit pays....ces territoires STRATEGIQUES de la France. Allez ! Prenez leur (...)

     

  • Juin 2015

     

    Pierre Stambul co-président de l’Union Juive Française pour la paix réveillé à 1h30 par le Raid

    Le RAID essaie de tuer RAID les opposants au sionisme ou comment le co-président de l’Union Juive Française pour la Paix finit en slip capturé par notre unité d’élite comme un terroriste retranché et armé tout cela dans le quartier difficile du Bd d’Haïfa dans le 8ème arrondissement de Marseille. Voilà comment s’est retrouvé un pionnier de la lutte pour le boycott des produits israéliens à 1h30 ce matin, payant sa solidarité avec le peuple palestinien. Pierre Stambul, professeur de son métier, homme de paix et de dialogue est-il la nouvelle victime de l’activiste Grégory Chelli, alias Ulcan, mercenaire farceur peut-être à la solde du Mossad ou de quelques officines peut catholiques qui joue au zorro pour (...)

     

  • Septembre 2014

     

    Traque aux chômeurs par François Rebsamen : la solution pour faire baisser le chômage vue par le gouvernement !

    Le ministre du travail François Rebsamen vient d’inventer une solution pour faire baisser le chômage. ! Eliminez les faux chômeurs…. C’est beaucoup plus facile que de faire baisser le chômage. Ce matin, mardi 3 septembre 2013 sur Itélé, il déclare : « En France, 350 000 emplois ne trouvent pas preneurs ». Et poursuit : « Je demande à Pôle Emploi de renforcer les contrôles pour être sûr que les gens cherchent bien un emploi », Et si ce n’est pas le cas, « il faut qu’il y ait, à un moment, une sanction », « c’est négatif, pour ceux qui recherchent des emplois, d’être à côté de personnes qui ne cherchent pas d’emploi ». Cette mission de contrôle nécessite un « état d’esprit différent, des convocations et des (...)

     

  • Mai 2014

     

    La rentrée scolaire est prévue pour le 2 Septembre 2014

    Le ministre de l’Education, Benoît Hamon, a précisé ce vendredi le calendrier de la prochaine rentrée scolaire. Les élèves ne débuteront pas leur année le 1er septembre mais le mardi 2 septembre. Ce qui évitera aux enseignants de faire leur pré-rentrée en fin août.

     

  • Avril 2014

     

    Lettre ouverte à mon collègue Manuel Valls par Fréderique Dutoit

    Cher Manuel, Tu nous refais le coup de la dette publique. Mais saches qu’« Une rengaine, c’est un air qui commence par vous entrer par une oreille et qui finit par vous sortir par les yeux », Raymond DEVOS. Tu nous dis que « Nous ne pouvons pas vivre au-dessus de nos moyens. Il faut casser la logique de la dette qui nous lie les mains ». Et tu veux réduire celle-ci de 50 milliards par des économies d’ici 2017 en diminuant les dépenses de 18 milliards pour l’Etat, 11 milliards pour les collectivités locales et 21 milliards pour la protection sociale dont 10 milliards d’euros sur les dépenses de l’assurance-maladie et 11 milliards sur la gestion du système social. Conséquences, presque toutes les (...)

     

Articles récents

Articles au hasard