Articles

Accueil > Actualités > Observatoire de la pratique médicale de ville, un outil de travail (...)

 

Observatoire de la pratique médicale de ville, un outil de travail intelligent

8 septembre 2010

L’Union Régionale des Médecins Libéraux (URML) et l’Observatoire Régional de la Santé (ORS) ont communiqué ce 7 septembre les résultats du panel PACA. Cet Observatoire des pratiques et des conditions d’exercice des médecins généralistes en PACA permet avec précision d’établir un état des lieux et de suivre les évolutions de la médecine de ville. Cette présentation était précédée par la remise du prix de thèse 2009 à deux jeunes Docteurs en Médecine, les Dr Coralie Cauchois et Luc Benezech (voir encadré).


 

JPEG - 67.3 ko
Les deux jeunes lauréats du Prix de thèse, les Dr CAUCHOIS et BENEZECH, entourés de responsables de l’URML

Une réelle collaboration s’est instaurée entre l’ORS et l’URML pour réaliser ces panels selon le président de l’URML PACA, Dr Jean-Claude Regi. La particularité réside dans l’adhésion forte des médecins à ce dispositif. En amont, les généralistes contribuent à l’élaboration des questionnaires, en parallèle des groupes d’experts du monde médical, scientifique –en particulier les chercheurs de l’unité Inserm 912 de Marseille- et de l’observation du champ sanitaire. Depuis la création de cet observatoire de la pratique médicale de ville en 2002, les médecins libéraux sont partie prenante du processus.

Le panel PACA, devenu national

En 2007, cette dynamique de groupe a essaimé dans quatre autres régions, Bourgogne, Bretagne, Basse-Normandie et Pays de la Loire. Depuis cette année, l’initiative locale est devenue nationale. Le panel réunit actuellement plus de 2 000 généralistes et permet, par conséquent, d’obtenir des conclusions fiables. Provence-Alpes-Côte d’Azur repose sur un panel représentatif de 600 praticiens libéraux. En aval, les panélistes sont plutôt demandeurs au vu de leur taux de réponse et de fidélité. Sollicités à cinq reprises (entre le printemps 2007/printemps 2009), les 1 900 médecins, présents lors de la première vague d’enquête sont près de 1 600, deux ans et demi plus tard pour répondre à la cinquième vague. La région enregistre le taux le plus faible de refus (36.5 %).

En PACA, les médecins exercent principalement en milieu urbain (82.5 %) et en secteur 1 (89.5 %) selon Alain Paraponaris, chargé d’études à l’Inserm et à l’ORS, Maître de Conférences à l’Université de la Méditerranée.

Trois volets –en PACA- ont été discutés : le réseau professionnel des médecins généralistes, la prise en charge des personnes âgées en perte d’autonomie, la santé physique et psychique des praticiens.

Réseau professionnel des médecins assez cohérent

La première enquête révèle tout logiquement que les premiers professionnels de santé en contact avec les généralistes sont les pharmaciens (85.4 %) et les spécialistes libéraux (85 %). Plus de 80 % des généralistes travaillent avec les mêmes spécialistes et prennent en considération la certitude d’être informés par ces derniers, des résultats de leurs patients. La réputation du spécialiste et la proximité géographique pour le patient sont des critères importants. Les adhésions à un réseau de santé sont de l’ordre seulement de 27 %. Néanmoins, les généralistes reconnaissent la pertinence de ces réseaux : amélioration de la connaissance des problèmes de santé des patients, renforcement de la collaboration avec les secteurs médico-social et hospitalier, les spécialistes libéraux. A contrario, près de la moitié n’identifient pas clairement les missions des réseaux.

JPEG - 66 ko
Le président de l’URML PACA, Dr Jean-Claude REGI (au centre) avec à sa droite, Alain PARAPONARIS, de l’Inserm et de l’ORS

Coordination de la prise en charge des personnes âgées à améliorer

Concernant la prise en charge, les panélistes adressent les personnes âgées en perte d’autonomie majoritairement à des infirmiers libéraux (73.1 %). Les services de soins infirmiers à domicile (51 %) et les consultations mémoire (33.7 %) sont moins demandés. Un facteur doit jouer sensiblement dans cette répartition : la densité en infirmiers libéraux en PACA est très forte. Des professionnels hors champ sanitaire sont bien repérés par les médecins tels les assistants sociaux (25.4 %) et les services d’aides et d’accompagnement à domicile (43.9 %). Selon près de 75 % des généralistes, la mission des intervenants est bien définie pour la prise en charge des personnes âgées dépendantes à domicile. En revanche, une réponse est préoccupante, à peine 30 % admettent que les professionnels ont suffisamment de temps pour se coordonner. Il semble qu’il manque donc un coordinateur d’ensemble.

La santé des généralistes sous surveillance

Enfin, la santé physique et psychique des généralistes a souvent été évoquée ces dernières années au travers d’un sentiment d’épuisement professionnel, de leur « burn out ». L’état de santé général est plutôt bon pour quatre médecins sur cinq. 3 à 4 % le jugent mauvais. Par contre, on observe une grande diversité des situations. L’évaluation d’une bonne santé tend à diminuer avec l’âge. Les jeunes médecins (moins de 45 ans) et les femmes médecins (45-54 ans) sont une population plus fragilisée. Chez l’ensemble des généralistes, on retrouve des phénomènes constants tels les troubles du sommeil, la fatigue et le stress. L’enquête portait également sur les comportements dits à risques comme la consommation de tabac, d’alcool ou de psychotropes (antidépresseur, anxiolytique, hypnotique). Les fumeurs sont moins nombreux chez les médecins que chez les autres actifs. Par contre, la tendance s’inverse pour les femmes médecins de plus de 55 ans, fumeuses régulières dans 20 % des cas. La consommation d’alcool à risque est globalement moins répandue en PACA que dans les autres régions du panel. A l’inverse, les jeunes médecins hommes consomment plus de psychotropes qu’ailleurs (27 %).

Un mal-être bien réel

Le mal-être des médecins reste d’actualité, 13 % dans la région se disent en détresse psychologique. Une proportion qui devient préoccupante chez les jeunes médecins (22/23 %). Pourtant, « les chiffres semblent rassurants » constate le Dr Yves Léopold, même s’ils confirment un malaise. La profession reste consciente du mal-être des généralistes. La vigilance est de mise. Car « on a besoin de médecins en bonne santé pour faire de la bonne médecine ». D’ailleurs, l’AAPML (Association d’Aide Professionnelle aux Médecins Libéraux) tente de remédier à cette problématique. En France, quatre centres d’accueil (région parisienne, Poitou-Charentes, Sud-Ouest, Sud-Est) pour médecins malades ont été ouverts. « Nous voulons maintenir leur amélioration (sanitaire) dans le temps. Nous essayons de mettre en place des contrats thérapeutiques » explique le Dr Léopold. « Nous respectons l’anonymat de ces médecins, hospitalisés dans d’autres régions que la leur » précise-t-il. « Nous faisons face déjà à une pénurie, nous en avons besoin de nos médecins ».

Un nouveau panel a été lancé sur cette question en juin dernier. Les vagues d’enquête auront lieu tous les six mois jusqu’à fin 2012.

Deux lauréats du prix de thèse 2009 de l’URML PACA

Le Dr Coralie Cauchois (faculté de Nice) a défendu une thèse sur « Les déterminants des consultations sans prescription médicamenteuse et des prescriptions contre le gré des médecins généralistes en France. Etude auprès de 631 médecins généralistes et de 162 patients français ».

Le Dr Luc Benezech (faculté de Marseille) a présenté sa thèse sur « Etudes médicales et critères d’implantations géographiques ».

Le Prix de thèse part d’un constat. 9% des Docteurs en Médecine, ayant soutenu récemment leur thèse ont l’intention d’exercer leur art dans le système libéral. La commission EPP/FMC/FMI (Evaluation des pratiques professionnelles/Formation médicale continue) de l’URML PACA entend ainsi valoriser le travail de recherche de deux étudiants en médecine. L’idée est de mettre en valeur la médecine libérale, sa place dans le système de santé.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard