Articles

Accueil > Actualités > Nice : Un contre sommet « Françafrique » mené par les sans-papiers

 

Nice : Un contre sommet « Françafrique » mené par les sans-papiers

1er juin 2010

A l’appel de syndicats, de partis de Gauche et d’un collectif d’associations, plus d’un millier de manifestants ont défilé lundi en fin de journée dans la ville de Nice en marge du 25ème sommet Afrique-France afin de dénoncer la politique africaine de la France. Un contre sommet mené par l’association Survie, la Cimade, RESF, Attac, la CGT, Greenpeace, Europe Ecologie, les Indigènes de la République, le NPA le PCF, mais le gros du cortège était composé d’un peu plus de 90 marcheurs sans-papiers issus « ministère de la Régularisation de tous les sans-papiers » (MRTSP), qui au bout d’un mois a rejoint Nice à pied depuis Paris, s’invitant ainsi à la clôture du sommet pour réclamer leur régularisation.


 

JPEG - 99.7 ko

Lundi les rues de Nice ont tremblé. Un collectif d’associations ainsi que des partis politiques d’extrême gauche ont battu le pavé avec détermination dans l’espoir de se faire entendre des 38 chefs d’Etats africains invités par Nicolas Sarkozy à l’occasion de ce 25ème sommet Afrique-France. Un sommet qui accorde une place importante à l’économie et qui est notamment marqué par la participation des représentants de plusieurs entreprises et organisations syndicales.

Dans une ambiance festive et carnavalesque, les manifestants partis de la gare de Nice vers 18h30, ont brandi des pancartes dénonciatrices où l’on pouvait lire : « Touche pas à mon despote », « libérez-nous de 50 ans de Françafrique », « la Françafrique tue l’Afrique » ou encore « Ceux qui veulent exploiter l’Afrique sont les mêmes qui exploitent l’Europe ». Nicolas Sarkozy, lui fût dépeint en « roi de la Françafrique », organisant non pas un sommet officiel mais un carnaval de Nice entouré des chefs d’Etats Africains.

JPEG - 90.3 ko

« L’indépendance des pays africains est fictive »

Ce sommet Afrique-France se tenait en parallèle de la commémoration du cinquantième anniversaire des indépendances des pays africains. Un anniversaire qui n’a pas été fêté par les manifestants qui considèrent que « l’indépendance n’est pas totale en Afrique. C’est la France qui dirige beaucoup de choses dans ces pays. Pour exemple, le franc CFA, monnaie de nombreux pays africains, est imprimé en France à Clermont-Ferrand, ce qui signifie qu’il n’y a pas eu d’indépendance concrète de ces pays africains » explique une militante du Parti des Indigènes de la République. Et un autre de poursuivre : « l’indépendance est fictive, l’heure est plutôt au néocolonialisme car des entreprises sont illégalement implantées en Afrique ». Robert Ingey conseiller municipal communiste de Nice est quant à lui, « solidaire d’une autre conception entre l’Afrique et la France autour de véritables relations internationales entre partenaires et non pas de natures néocoloniales ».

Les militants scandaient ainsi leur volonté de rupture face à cette « Françafrique dévastatrice », « Sarko, la rupture, c’est pour quand ? » criaient-ils. Emmanuel Semanou de l’association Survie 13 insiste : « C’est une fausse indépendance. La France contrôle toujours le système des colonies, encourage le pillage des ressources naturelles et humaines et soutient les dictateurs africains. La France est le premier pays à reconnaitre les élections frauduleuses. Et elle est responsable de la misère sur le contient africain » s’insurge-t-il.

En effet, nombreux sont les manifestants qui ont dénoncé la politique extérieure de la France. « Une politique économique Françafricaine, prédatrice, destructrice de l’environnement et contraire à l’intérêt des peuples africains et français ». Philippe Ardisson militant au groupe local de Greenpeace Nice tire quant à lui la sonnette d’alarme. « De nombreux problèmes sont dus aux pillages. La république démocratique du Congo est victime de la déforestation, les mines d’uranium du Niger sont exploitées par les grandes entreprises. Il y a également des problèmes de surpêche sur les côtes africaines. La surexploitation de l’Afrique engendre pauvreté puis migration » résume-t-il.

JPEG - 81.4 ko

Les sans-papiers s’invitent au sommet pour demander leur régularisation

Ce contre sommet fût l’occasion de remettre sur le devant de la scène la lutte pour la régularisation de tous les sans-papiers. En effet, ce contre sommet a été marqué par la présence d’un collectif de sans-papiers ayant effectué le trajet Paris-Nice à pied depuis le 1er mai dernier soit un périple de 1150 km, organisé par le Ministère de la Régularisation de tous les sans-papiers (MRTSP). Une marche symbolique qui avait pour objectif d’aller à la rencontre des chefs d’Etat africains et de les appeler à ne pas conclure avec la France d’accord sur la gestion des flux migratoires. La France a en effet signé des accords sur l’immigration avec plusieurs pays : Cameroun, Congo-Brazzaville, Gabon, Sénégal....

Chateigne, membre du « Ministère de la régularisation de tous les sans-papiers » a parcouru plus de 1000 km à pied afin d’exiger que « les gouvernements africains ne collaborent pas avec les néocolonialistes » et à appeler les autorités françaises à « régulariser les sans-papiers, à fermer les centres de rétention et à arrêter les expulsions ».

« Hier colonisés, aujourd’hui exploités, demain régularisés » scandaient les sans-papiers ayant obtenu de nombreux soutiens. Marie Christiane Vergiart, député européenne Front de Gauche, présente dans le cortège fait partie des politiques qui sont « pour la régularisation de tous le sans papiers qui travaillent en France et qui paient leurs impôts. Au niveau européen, on parle beaucoup des droits de l’homme mais quand il s’agit de les mettre en pratique, on voit ce qu’il en est des sans-papiers » a-t-elle souligné.

JPEG - 75.3 ko

« Nous disons aux responsables français que nous cotisons, nous travaillons, nous payons des impôts. Nous sommes utiles à l’économie française. Nous disons aux dirigeants africains, que les routes, les dispensaires, les écoles, ce n’est pas la Françafrique qui les a construits, mais c’est nous, les immigrés » lançait en tête du cortège, Anzoumane Sissoko, porte-parole du « ministère de la régularisation de tous les sans-papiers ». Dans un même registre, un militant du parti des Indigènes de la République insiste à son tour sur les discriminations dont sont victimes les sans papiers. « La France aime bien prendre leurs impôts mais n’aime pas leur donner les papiers. Le français de souche ne sera jamais d’accord pour faire le boulot des sans papiers mais par contre, il est d’accord pour le taxer ».

A la fin de la manifestation, le cortège a rejoint la Place Charles de Gaulle où les organisateurs de la manifestation ont installé des stands. L’accès aux rues conduisant au Palais Acropolis où se tient le sommet Afrique-France a été interdit.

Beaucoup de bruits pour faire entendre ces messages teintés de détresse et de souffrance. Malgré la fatigue, la satisfaction pouvait se lire sur les visages des manifestants, « fiers d’avoir fait cette marche » jusqu’à Nice.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard