Articles

Accueil > Actualités > NIGER : L’école devient peu à peu une priorité

 

NIGER : L’école devient peu à peu une priorité

25 mars 2010

Kanazi, à proximité de la capitale Niamey est niché sur le fleuve Niger. Six cents âmes vivent dans cette île minuscule. Une école existe depuis une dizaine d’années. L’association marseillaise Raoul Kanazi en avait fait une priorité dans ses missions, menées depuis 1994 dans ce village. Ils sont 52 élèves dont 31 filles. Aujourd’hui, de plus en plus, l’éducation n’est pas réservée qu’aux garçons principalement, dans un pays où le taux de scolarisation ne dépasse pas 50 % (source Unicef). Rencontre avec le directeur de l’école, Issoufou Haya.


 

JPEG - 76.6 ko
L’une des trois classes de l’école Kanazi

« J’ai la chance de suivre les enfants jusqu’au CM2 », nous dit Issoufou Haya, très investi dans son métier. Son affectation récente –rentrée septembre 2009- par l’Inspection pédagogique de Karma durera six ans. A l’issue de cette période, le directeur de l’école peut demander une mutation. L’homme s’entoure de trois enseignants, Oumarou Amadou Abdou, Mmes Kimba Gambi Sadou et Oumarou Ramatou Seydou.

L’organisation territoriale scolaire semble cohérente et permet à des enfants de suivre une scolarité, sans trop de heurts. En effet, à Kanazi, le cycle s’étend sur six années : le cours d’instruction, le cours primaire (équivalence, CP en France), le cours élémentaire (CE1/CE2), le cours moyen (CM1/CM2). Muni de son diplôme de certificat de fin d’études du 1er degré, l’écolier peut rejoindre le collège de Sagafundo, une île sur l’autre rive du Niger,…en pirogue. Puis il a la possibilité de se diriger vers un lycée à Niamey. Kanazi a cette opportunité de posséder une école comme la moitié seulement des villages du Niger. Seule une école sur quatre propose un cursus complet -6 ans- de niveau élémentaire. Et l’éducation reste un privilège notamment pour les filles dans le pays. A l’école de Kanazi, elles tentent leur chance et les résultats scolaires suivent, « elles travaillent plus, elles ont plus de récompenses » observe Issoufou Haya. Sa première année de direction lui apporte beaucoup de satisfactions.

JPEG - 110 ko
Les élèves de Oumarou Amadou Abdou

Pas de sureffectif scolaire à Kanazi

Cependant, le métier est un sacerdoce. Son salaire mensuel s’élève à 73 500 FCFA (soit environ 110 €), celui d’un instituteur à 63 000 FCFA (soit environ 95 €). Si les locaux demeurent vétustes, l’école compte trois classes et ne souffre pas, par conséquent, de sureffectif scolaire. Le programme pour chacun des niveaux s’articule autour des matières suivantes : Morale (comportement citoyen), Activité pratique et productive (travaux manuels), Histoire, Géographie et Sciences physiques. Néanmoins, la base de l’enseignement demeure l’apprentissage de la langue française. « Nous respectons les bases, données par l’Education nationale. L’instituteur a une liberté d’expression dans son enseignement ». Toutefois, le sujet du Coup d’Etat du 18 février dernier n’a pas été abordé en classe.

JPEG - 89.2 ko
La classe de Issoufou Haya

De bons nouveaux programmes

Issoufou Haya considère que le nouveau programme « fait davantage participer les enfants. La priorité est vraiment donnée aux élèves ». Quant aux aides, le ministère de l’Education nationale attribue une dotation de livres du programme scolaire, mais « en quantité insuffisante » reconnaît-il. Parallèlement, l’association Raoul Kanazi tente de répondre aux besoins de l’école, notamment dans le domaine des fournitures scolaires. « Nous avons par exemple des poids et mesures. En réunissant ce type de matériel, nous pouvons dispenser des cours de meilleure qualité. C’est du concret pour l’apprentissage de l’enfant » explique le directeur.

Le suivi scolaire est également une tâche importante dans ses fonctions. Lorsque des difficultés scolaires apparaissent chez l’écolier, « on sensibilise les parents pour que les enfants soient mieux surveillés ». Régulièrement, des réunions ont lieu avec les familles et les enseignants, « nous exprimons les problèmes rencontrés et faisons des suggestions pour que la situation puisse s’améliorer », souligne le directeur. Par contre, si les difficultés relèvent de l’état de santé, l’enfant handicapé n’a pas sa place en milieu scolaire, « il reste dans sa famille, les parents ne l’emmènent pas à l’école ». Des maisons spécialisées existent dans la capitale, mais « la famille va être très réticente pour l’envoyer à Niamey, elle préfère le garder ».

JPEG - 79.5 ko
Lors de la cérémonie des récompenses aux élèves, en présence de l’association Raoul Kanazi

Une nouvelle salle de classe, une bibliothèque d’école

Au-delà de son fonctionnement quotidien, l’école nourrit un double projet. Le directeur évoque la création future d’une bibliothèque de taille modeste, constituée d’ouvrages de littérature africaine et française. « Des élèves de collège et de lycée (Sagafundo et Gorou-Banda) pourraient alimenter en livres notre école et nous aider à créer un fonds ».

JPEG - 57.1 ko
Issoufou Haya, directeur d’école, enseignant en Cours moyen

Et un investissement devrait intervenir d’ici l’an prochain avec le soutien financier de « Raoul Kanazi ». L’école projette une salle de classe supplémentaire. Les travaux d’agrandissement seront achevés début 2011. Une demande de recrutement d’instituteur est en cours auprès de l’inspection pédagogique. Ce projet devrait répondre à l’augmentation de la population locale. En effet, en quelques années, Kanazi a connu une croissance démographique importante, passant de 490 personnes à 600. Une forte évolution dans les 10 ans est attendue, selon le Premier conseiller du village, Soumana Imma. Le représentant de Kanazi ne cache d’ailleurs pas la priorité donnée à l’éducation. Soumana Imma a toujours incité ses enfants « à aller à l’école car je n’ai pas pu le faire. L’éducation est une chance, un moteur ».

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard