Articles

Accueil > Actualités > Municipales : Fazia Hammiche se lance dans une première bataille électorale (...)

 

Municipales : Fazia Hammiche se lance dans une première bataille électorale sur la liste d’Arlette Fructus

13 mars 2014

Issue de la société civile, Fazia Hammiche se présente sur la liste UMP-UDI, conduite par Arlette Fructus, dans le 15-16ème, en troisième position. Chef d’entreprise, elle connaît les problématiques de son quartier où elle possède et gère un restaurant, depuis 2006, avenue Roger Salengro dans le 15ème. Si elle partage depuis toujours les idées de droite, notamment sur l’économie, c’est une première, pour elle, de se lancer dans la bataille politique. Cette marseillaise charismatique d’origine Algérienne (kabyle), a grandi dans les quartiers Nord et voudrait améliorer le quotidien de ses habitants. Se refusant à être la caution diversité de la liste, elle estime représenter tous les Français. Son réalisme, sa connaissance du territoire, son dynamisme et sa bonne humeur, lui confèrent des atouts qui pourraient peser à l’heure du choix électoral.


 

Comment en êtes-vous venue à vous présenter aux élections ? Aviez-vous déjà un parcours politique ?

Fazia Hammiche : Non. Mais, en travaillant dans ce restaurant, je côtoie beaucoup de monde, et je connais les envies et les attentes de chacun. Je me suis toujours intéressée à la politique, mais de l’extérieur, et faute de temps et de moyen, je n’avais pas pu m’engager jusque là. Mais, j’ai baigné dans la politique très jeune, car j’ai eu un père maquisard, qui faisait partie du FLN. Tous les membres de ma famille ont toujours participé activement à la résistance. C’est une histoire de cœur. On a connu toutes les histoires de chacun, qui nous racontait leur parcours, leur souffrance, ce pourquoi ils se sont battus, quelle était l’histoire de l’Algérie. Je suis issue d’une fratrie de 6 enfants. Mon père tenait à ce que nous connaissions l’histoire de notre pays d’origine, même si tous ses enfants étaient nés en France. En famille, je participais activement à des débats, j’étais au courant de beaucoup de choses, comme la position de la France, le sort réservé aux immigrés ici…. Pour nos parents, il était important que nous fassions des études. En tant que Kabyle, chez nous la priorité c’est l’impartialité et la discrétion, nous sommes éduqués pour cela.

Avez-vous ressenti le racisme ?

F.H : Je n’ai pas senti un quelconque racisme pendant toute ma scolarité et mon cursus universitaire, ni lors de mes premières années d’activité professionnelle. J’ai commencé à le ressentir dès que j’ai été chef d’entreprise auprès des partenaires, comme les financiers, les fournisseurs…. Ceci d’autant plus que j’étais une femme. Il n’est pas facile de monter une entreprise quand on est une femme et d’origine maghrébine.

Comment avez-vous rencontré Arlette Fructus ?

F.H : Arlette est venue un jour déjeuner dans mon restaurant avec l’association Rosa. J’ai pu participer à leurs conversations et échanger avec Arlette et je pense que j’ai attiré son attention et qu’elle a entendu que je voulais que les choses changent dans le secteur. A cette occasion, je me suis faite un peu le porte-parole des commerçants que je côtoie au quotidien. J’ai parlé de la saleté dans le quartier, de l’insécurité, de la mairesse qui est ici, que nous n’avons jamais rencontrée, qui ne se soucie pas du bien-être de ces commerçants qui créent de l’emploi. Arlette Fructus m’a recontactée par la suite et a réussi à me persuader à me présenter sur les listes.

Etes-vous l’alibi diversité de la droite dans le secteur ?

F.H : Non, je ne suis pas l’alibi diversité de la droite dans le secteur. Arlette Fructus a été très claire dans sa position, dès le départ, elle ne souhaite pas du tout que je sois mise en avant ou affichée comme fille d’immigrés.
Mais, vous sentez-vous porteuse de quelque chose de différent des autres candidats, du fait d’être fille d’immigrés ?
F.H : J’ai envie d’apporter des idées nouvelles, de par mon parcours. Mais, je ne vais pas parler de communauté, je pense qu’il faut parler des Français, nous sommes tous concernés. Nous, enfants d’immigrés, nous sommes français, même si nous avons une culture qu’il ne faut pas renier, ce sont nos origines. Je parlerai toujours de mes origines, je ne vais pas les renier, même si je ne m’en servirai jamais.

Pourriez-vous, par exemple faire remonter des revendications sur les lieux de culte musulman, qui manquent à Marseille ?

F.H : Je ne suis pas fermée à la discussion, mais je ne me sens pas investie plus que cela. Cependant, je pense que les lieux de cultes décents ont leur importance, qu’on le veuille ou pas et qu’il en faut aussi.

La lutte politique dans le 15-16 est-elle difficile ?

Il est certain que pour moi mener une campagne, c’est une nouveauté ! Et c’est aussi un travail qui nous permet de rencontrer du monde, d’être à l’écoute, il est important d’écouter et d’échanger. Il est vrai qu’il n’est pas toujours facile d’arriver sur le terrain dans ce secteur, en portant l’étiquette UMP-UDI. Ici, la droite est diabolisée, est associée au fascisme. Au départ, il y a de l’appréhension, mais une fois qu’il y a discussion et échange, on en ressort grandi. Je trouve cette campagne de plus en plus intéressante, surtout que la situation est alarmante ici. Les gens ont un ras-le-bol et attendent vraiment un changement. On sent énormément de déceptions. Je souhaite participer au changement. Si je suis élue, je compte me battre sur le logement, l’insécurité et la fiscalité pour toutes les entreprises

Vous vous présentez sur une liste de droite, pour quelles raisons ?

La droite représente des valeurs que je partage, j’ai toujours voté à droite. Selon moi, la droite combat l’assistanat social et c’est important. Car à force d’avoir un peuple d’assistés et de l’entretenir, les retombées que nous avons, sont négatives, et notamment sur l’éducation des enfants. Pour moi, la politique actuelle encourage les personnes à passer par le dispositif social avant de chercher du travail. Je pense que tout démarre de l’éducation. Je voudrais qu’on installe à nouveau des structures dans les quartiers, comme les centres sociaux en leur apportant une structure plus décente. Les jeunes ne sont pas assez entourés, ils sont complètement abandonnés, on leur donne des subventions, mais on les laisse gérer, on ne leur apporte pas les structures qu’il faut pour évoluer et attirer cette jeunesse qui est en perdition, qui se cherche. Car qu’on le veuille ou pas, les jeunes n’ont plus de repères dans les quartiers. Il est plus facile pour eux d’aller travailler pour un dealer que de s’intéresser à n’importe quelle activité, d’intégrer un système scolaire ou d’essayer de s’en sortir. Dans un second temps, il est nécessaire d’apporter un logement digne aux personnes qui vivent dans les cages à poule. Un travail sur la sécurité est également primordial Je ne prône pas la répression pour la répression. On se doit aussi apporter une réponse à travers tous les acteurs du milieu associatif ou éducatif présents, c’est avec eux qu’on doit travailler, car c’est eux qui sont en contact avec les habitants des cités. On a besoin de police de proximité. Sur l’aspect économique, j’en appelle à une baisse de la TVA et des charges, beaucoup trop lourdes pour les entreprises. A titre d’exemple, en tant que gérante d’un restaurant, je suis moi-même frappée par la crise depuis 2010, c’est très dur de pouvoir boucler ses fins de mois, les charges augmentent d’années en années. Avec le gouvernement de M. Hollande, nous n’avons vu aucune amélioration, bien au contraire. Sous Sarkozy, nous avons eu une baisse de la TVA, malheureusement que pendant 13 mois.

Quelle est la personnalité de droite que vous admirez ?

J’ai aimé Chirac pour son charisme et pour la politique qu’il a menée, le fait d’avoir affronté les Etats-Unis et d’avoir refusé catégoriquement d’intervenir en Irak. J’admire aussi François Baroin, et Rama Yade.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • Novembre 2017

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • Novembre 2017

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • Octobre 2017

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • Octobre 2017

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • Octobre 2017

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • Septembre 2017

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard