Articles

Accueil > Actualités > Mouvement des Indignés : à Marseille l’aïoli ne prend pas

 

Mouvement des Indignés : à Marseille l’aïoli ne prend pas

17 juillet 2011

Timide, voire poussif, le mouvement des Indignés marseillais semble être sur la pente descendante. Pourtant premiers à se fédérer, à se solidariser et à savoir pousser des coups de gueule sur le front social, les Marseillais n’ont pas répondu présents à l’appel lancé par le collectif, en ce 14 juillet. Dans la cité phocéenne, le mouvement peine à trouver un écho significatif auprès du public comme dans la presse. Manque de clarté du mouvement, des citoyens déjà engagés sur d’autres fronts ? Retour sur une action qui ne séduit pas.


 

JPEG - 135.8 ko

Être mobilisé sur les réseaux sociaux ne suffit pas toujours. La preuve : une page Facebook, un blog, un site, un compte Twitter, mais rien à faire, à Marseille l’indignation reste cantonnée au niveau du chuchotement. Actifs, étudiants, jeunes et moins jeunes, les Indignés marseillais s’étaient donnés rendez-vous au Prado le 14 juillet dernier. Sur le terrain, quelques âmes seulement avaient fait le déplacement, une trentaine au total, originaires de Marseille mais aussi d’Aix, d’Avignon et de Nîmes. Installés du côté du Bateau Ivre, au menu de cet après-midi pour ces inconditionnels : pique nique, ateliers récréatifs, groupes de réflexion.

Mais le constat est sans appel : le navire tangue. Les plus cyniques diront que les Marseillais ont préféré aller à la plage, les plus moraux ou utopistes, c’est selon, diront que l’appel patriote du défilé du 14 juillet sur le Vieux-Port aura eu raison de leur engagement. L’intention de départ était pourtant on ne peut plus louable : apporter un soutien aux Indignados espagnols de la Puerta Del Sol, rassemblés dans le mouvement "Démocratie réelle". Dès le mois de mai à Marseille, une poignée de jeunes s’est ainsi mobilisée régulièrement devant la préfecture, sensibilisant les passants à la situation espagnole. Mais petit à petit le mouvement s’est essoufflé : d’un rassemblement quotidien au Cours Estienne d’Orves, les Indignés en sont désormais à une rencontre hebdomadaire sur le Plateau.

JPEG - 161.7 ko

Un mouvement par intermittence, la faute à qui ?

Si au niveau national, on invoque globalement une organisation insuffisante, une situation économique moins grave que dans le reste de l’Europe et une pression policière, à Marseille, les raisons de cette désaffection sont bien différentes. Marseille est assimilée à une ville pauvre, où les gens ont d’autres préoccupations et priorités, soulignent certains ; en cause aussi : un fort tissu associatif mobilisant déjà beaucoup de bonnes volontés. Pour d’autres enfin, à l’image de Baptiste, jeune indigné, la faute revient à un mouvement « sans dogme, sans clarté et sans règle ». Thomas, impliqué depuis la première heure, ajoute : « Les gens sont prêts à se mobiliser pour quelque chose de tangible, mais une mobilisation pour clamer son indignation épisodiquement, c’est pas évident.... A Marseille, on est de plus face à un public à l’écoute difficile ».

Mais alors, qu’est-ce qui anime encore ces irréductibles rassemblés en ce 14 juillet ? « Le 14 juillet, ce n’est pas juste un défilé, c’est aussi une fête citoyenne non marchandisable, où on promeut la démocratie. Ce qu’on réclame, c’est que les citoyens soient associés aux décisions qui les concernent et pas que les élus prennent les décisions à leur place. L’indignation est la base de la réflexion, répond Frédéric, puis on voit ensuite comment les citoyens peuvent se réapproprier le processus de décision ». Les Indignés réclameraient-ils alors la fin de la démocratie représentative, pencheraient-ils plutôt vers l’instauration de jurys populaires comme le souhaitait Ségolène Royal, ou encore prôneraient-ils la démocratie directe par le net, à l’instar des blogueurs tunisiens ? Rien de tout cela ! Les revendications sont floues, la ligne directrice difficile à suivre.

JPEG - 168 ko

Une journée « test » et l’heure du bilan

Frédéric explique que « le système a été dévoyé de ses aspirations initiales ». Pour celui-ci, « il faut une réappropriation de la volonté politique ». Baptiste, de son côté, résume : «  il faut instaurer une prise de décision par le citoyen », une des seules revendications qui semble faire l’unanimité sur toutes les lèvres. Plus concret, Thomas remet en cause, lui, le mode d’élection. Il souhaite notamment la prise en compte des votes blancs et l’entrée en vigueur du référendum d’initiative populaire.

Invité par les Indignés, difficile cependant de saisir la présence du collectif anti-nucléaire 13, bien loin de ces revendications électives. Christine Guérin, représentant ce collectif, tente une explication : « Nous sommes une des régions les plus nucléarisées du monde, avec les centrales de Tricastin, Marcoule et Cadarache, qu’on appelle le ’triangle de la mort’. Il y a une omerta en France sur le nucléaire, notre parole est détournée par les écologistes. Et ce mouvement des Indignés permet de redonner la parole à ceux qui ne sont pas bien écoutés. La lutte anti-nucléaire est indissociable d’un nouveau projet de société qui peut être construit par les Indignés ».

JPEG - 122.5 ko

Cette journée était davantage l’occasion pour les militants de se réunir afin de mieux se connaître et de prendre des contacts. « Cela permet de faire un recensement, de se mettre au courant, de se retrouver à côtoyer des gens qu’on n’a pas l’habitude de côtoyer et de construire une réflexion », explique Thomas. « On souhaiterait d’ailleurs que le mouvement devienne plus hétéroclite, avoir des points de vue culturels ou religieux plus différents », conclut ce dernier. Un vœu pour l’instant resté pieux, l’essentiel étant encore pour ce mouvement d’arriver à mieux s’organiser et à mobiliser massivement. Si le découragement n’a pas encore entaché leur motivation, ces inconditionnels restent cependant lucides sur la suite du mouvement. Mais qu’importe, l’essentiel demeure pour eux d’échanger, de philosopher et d’essayer de proposer un meilleur système de gouvernance et n’est-ce pas là après tout la forme la plus aboutie pour l’instant de démocratie réelle ? Réponse, le 15 octobre prochain, prochaine date de rassemblement des Indignés.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

  • 4 mai

     

    Les trois grandes autorités juive, protestante et musulmane appellent ensemble au vote Macron, pas les catholiques

    Les trois grandes autorités juive, protestante et musulmane appellent ensemble au vote Macron. Aucun responsable catholique ne s’est joint à cette initiative inter-religieuse. Les trois principales autorités juive, protestante et musulmane, le grand rabbin de France Haïm Korsia, le pasteur François Clavairoly et le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Anouar Kbibech appellent jeudi 4 mai "au vote républicain pour Emmanuel Macron" pour le second tour de l’élection présidentielle, dans une déclaration "d’une même voix". (...)

     

  • 24 avril

     

    #SansMoiLe7Mai

    le Hashtag #SansMoiLe7Mai, Décider de ne pas voter au second tour Avec #SansMoiLe7Mai, de nombreux internautes ont décidé de ne pas voter le 7 mai prochain. Pour des raisons diverses. Comme cet internaute, "on nous demande de choisir entre la haine des étrangers ou la haine des pauvres. Ou un autre "Ce score de Macron marque l’immaturité politique des Français totalement manipulés par les médias", ou d’autres mécontents/"Certains semblent répondre à Jean-Luc Mélenchon, qui a déclaré dimanche soir, qu’il demanderait l’avis de ses militants par vote électronique en vue du second (...)

     

  • 24 avril

     

    Le PS appelle à voter Emmanuel Macron au 2ème tour

    Le Parti socialiste appelle "à battre l’extrême droite" et donc "à voter" pour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, a déclaré lundi Jean-Christophe Cambadélis. "Nous appelons à battre l’extrême droite, Marine Le Pen, et donc nous appelons à voter Macron. Cette prise de position a été unanime au sein du bureau national du PS et c’est suffisamment rare pour que ce soit souligné", a déclaré le premier secrétaire du PS au micro de BFMTV.

     

  • 24 avril

     

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix "La candidate du Front national a réalisé un score historique avec plus de 7,5 millions de voix. Mais Marine Le Pen n’est pas pour autant populaire dans toutes les villes de France. Il existe même 56 communes où le Front national n’a obtenu strictement aucune voix. Il s’agit de petits villages avec moins de 100 inscrits sur les listes électorales. La majorité de ces bourgs se situe dans le sud-ouest de la France." http://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/carte-ces-56-communes-ou-marine-le-pen-n-a-fait-aucune-voix_2159674.html#xtor=CS1-746

     

  • 4 avril

     

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms Le 8 avril symbolise l’union des Roms, qui se sont choisis en 1971 un hymne, un drapeau, une fête internationale : le « Romano Dives ». Pour sa 10ème édition, Latcho Divano célèbre cette journée phare à la Friche Belle-de-Mai, en proposant au public de découvrir l’action de terrain de chaque association militante et culturelle oeuvrant pour les Roms à Marseille, des activités pour tous, et un grand concert gratuit. Friche La Belle de Mai 41 rue Jobin - 13003 Marseille

     

Articles récents

Articles au hasard