Articles

Accueil > Agenda > Mode : le vêtement maghrébin sous toutes ses coutures

 

Mode : le vêtement maghrébin sous toutes ses coutures

6 mai 2009 - Dernier ajout 13 mai 2009

Grâce au travail de quatre étudiants inscrits en master 2 Communication des organisations à la fac d’Aix, l’exposition « Histoire et symboliques du vêtement maghrébin » fera chatoyer la deuxième édition de la Fête de la Méditerranée. Entre tradition et modernité, rendez-vous sur le Vieux Port avec le projet « Maghreb sous toutes ses coutures », vendredi 8 mai.


 

L’aventure est portée par trois filles et un garçon, tous en master 2 Communication des organisations à la faculté de lettres d’Aix-en-Provence. Nora Moujtahid, Audrey Moine, Yiwei Hu et Abdoulahi Kane verront bientôt se concrétiser toute une année d’efforts, lors de la deuxième Fête de la Méditerranée, qui aura lieu dès vendredi prochain, sur la place Bargemon jouxtant la mairie centrale de Marseille. Leur projet ? « Faire connaître au plus grand nombre la culture maghrébine, à travers l’une de ses facettes les plus symboliques : le vêtement », résume Nora, en charge de la coordination de l’événement, organisé sous le nom de « Magheb sous toutes ses coutures ». Pour cela, les quatre amis ont décidé de monter une exposition en plein air. Elle s’articulera autour de panneaux informatifs, essentiellement tournés vers l’histoire vestimentaire des trois pays du Maghreb, et de mannequins parés des plus beaux atours, qui déambuleront parmi la foule.

JPEG - 25.5 ko

L’idée est née du constat que la mixité de la ville de Marseille, qui compte une forte population ressortissant du Maghreb ou originaire de ces pays frontaliers de la Méditerranée, n’entraîne pas forcément une mixité sociale ou culturelle, ni une meilleure connaissance de l’autre : « il y a énormément d’événements organisés par les Maghrébins de Marseille, mais ils restent assez communautaires, fréquentés à 90 % par les populations concernées, remarque l’étudiante. Avec cette exposition, devant laquelle tout le monde passera sans forcément prendre garde à l’origine de la personne, nous voulons rendre accessible l’un des aspects de la culture maghrébine à tous ». N’est-ce pas sa « dimension euroméditerranéenne, qui a permis à Marseille de remporter le titre » de Capitale européenne de la culture en 2013 ?

JPEG - 35.9 ko
© Safâa Queuniet

A la base, après qu’ils eussent convaincu leur professeur de sa pertinence, le projet emmené par les quatre jeunes gens dans le vent était bien plus ambitieux encore. Trois volets devaient le composer : un accompagnement à la création pour des stylistes de l’autre rive de la Grande Bleue, un défilé et, donc, une exposition. Seulement faute de financements, ils n’ont pu réaliser l’entièreté de leurs desseins. Trois créatrices de mode ont toutefois répondu par la positive à leur demande de collaboration. Une quatrième se greffera peut-être au dernier moment. Safâa Queuniet la marocaine, Howayda pour la Tunisie et Halima pour l’Algérie : les stylistes ont accepté de faire le déplacement à leurs frais. « Fines connaisseuses du vêtement maghrébin et très engagées sur ce point », elles seront vendredi au contact de la population marseillaise, répondront à toutes les interrogations.

JPEG - 36 ko
© Safâa Queuniet

Un moyen également de démanteler quelques idées reçues. « Le vêtement, mine de rien, incarne une partie de la culture maghrébine, voire de l’Islam. Il est ample, coloré, brillant, à l’opposé de l’imaginaire qu’on en a, de sobriété, d’austérité », explique Nora. Safâa par exemple est l’une des stylistes les plus renommées du caftan nouvelle génération, les croisant volontiers à des formes « bustiers, ou à de grands décolletés ». Elle « mixe les influences et les cultures » à la perfection.

JPEG - 27.3 ko
© Safâa Queuniet

La mode vestimentaire en provenance du Maghreb connaît par ailleurs un réel engouement en Occident. Les tuniques djellaba squattent depuis plusieurs années les rayons de nos boutiques. « La fondation Yves Saint Laurent-Pierre Berger a consacré une exposition au caftan l’été dernier. Le couturier avait trois maisons à Marrakech et disait volontiers s’inspirer des couleurs du Maroc pour ses créations ». Des podiums à la rue, de la haute couture à nos placards, la mode maghrébine a franchi le pas.

 



 

 

Autres articles Agenda

 

Brèves Agenda

  • 21 novembre

     

    On l’appelait « Chocolat »

    Cette exposition rend hommage au premier artiste noir ayant connu la célébrité sur une scène française. Jeune esclave cubain, vendu à un marchand espagnol, il arrive à paris en 1886, comme domestique d’un clown anglais. Foottit et Chocolat ont joué vingt ans ensemble. Ils ont inventé la comédie clownesque, le duo associant le clown blanc et l’auguste. Ils ont été aussi les premiers acteurs du cinéma muet. Haute figure de la vie parisienne à la Belle Epoque, lié à Toulouse-Lautrec, Debussy, Alphonse Allais, Firmin Gémier et bien d’autres, le clown Chocolat est tombé dans un injuste oubli après sa mort en 1917. A travers l’histoire de cet artiste, l’exposition aborde la question des discriminations et du (...)

     

  • 8 novembre

     

    La Palestine en Résistance, les 24 et 25 Nov. 2017 au Canopé Marseille 1er.

    C’est au 31 boulevard d’Athène, en bas des escaliers de la gare Saint-Charles, qu’auront lieu ces deux journées de réflexion, de connaissance et d’échanges en faveur de la Palestine, ce pays si injustement colonisé et martyrisé. Au menu, de copieux plats de "Résistance" vous seront servis. Et cela débutera vendredi 24 à 19 heurs avec la diffusion de l’excellent film de Maryse Gargour "La terre parle Arabe" un film d’histoire devenu historique et essentiel pour ceux qui veulent comprendre la tragédie de ce peuple. L’épuration ethnique que subissent les Palestiniens depuis des dizaines d’années ne sont pas sanctionné de façon coercitive par les nations unis, et les grande puissances. Pire, aujourd’hui des (...)

     

  • 8 novembre

     

    Financement participatif pour le film, Les Herbes Folles de Lucie Thierry, sur l’école bricabracs, une école créée par des parents à Marseille

    Le financement participatif du documentaire "Les Herbes Folles" de Lucie Thierry s’achève le 8 novembre. Ce documentaire suit l’aventure de la nouvelle école Bricabracs, dans les quartiers Nord de Marseille, école qui a été montée par des parents et un instituteur désireux de proposer à leurs enfants un autre système scolaire. Une aventure en constant mouvement et interrogation. « Raconter l’école, c’est raconter la société telle qu’elle est. Filmer l’école Bricabracs, c’est oser rêver à d’autres possibles », explique Lucie Thierry. La documentariste est également auteure du documentaire "Poussières de Femmes," diffusé sur la chaîne Arte qui relate le quotidien de trois femmes balayant les rues de (...)

     

  • 6 novembre

     

    Festival Les Instants Vidéo

    30e Festival Les Instants Vidéo Le Festival Les Instants Vidéo est une manifestation dédiée à l’art vidéo et la poésie électronique, sous toutes ses formes, monobandes, installations, performances, multimédias... "30 ans que nos désirs font désordre 30 ans que nous forçons les barrages culturels, sociaux et économiques 30 ans que nous dessinons avec les artistes des plans d’évasion 30 ans que nous tissons des réseaux de complicités internationales poétiques et politiques. Nous célébrons donc en 2017, 30 années d’agitations vidéo poélitiques intercontinentales en 30 événements sans frontières (Tunisie, Maroc, Palestine, Kirghizistan, Egypte, Argentine, Italie, France...) et de manière totalement (...)

     

  • 30 octobre

     

    L’Europe devient-elle fasciste ? "Mise en veille", la dernière création de la Compagnie Mémoires Vives

    La compagnie Mémoires Vives présente sa nouvelle création : MISE EN VEILLE. Le Jeudi 2 novembre 2017 à 20h00 et Vendredi 3 novembre 2017 à 14h30 et 20h00 Au Théâtre de l’Œuvre (1 rue Mission de France, 13001 Marseille) L’Europe devient-elle fasciste ? Elle qui s’était drapée des principes d’unité, de démocratie, de solidarité, d’harmonie et de paix entre les peuples… Elle qui, désincarnée, bafoue ces mêmes principes par des actes froids, technocratiquement pensés et exécutés…Dans quelle impasse est-elle en train de s’engouffrer ? Cette Europe qui devait se construire de nos rêves et qui finalement alimente nos peurs et se nourrit de nos cauchemars… Par des fragments de vie d’individus, ordonnés par la peur, (...)

     

  • 27 octobre

     

    Expo MUCEM : nous sommes foot

    En laissant entrer un ballon rond dans son enceinte, le Mucem rend hommage aux peuples et aux civilisations du football ainsi qu’aux pratiques culturelles et sociales qui l’accompagnent, en Méditerranée comme à Marseille. Défendue par son effectif de 300 œuvres, objets, photos et installations, « Nous sommes foot » met en jeu 11 séquences et, comme les règles sportives l’imposent, se visite en 90 minutes ! Mucem Nous sommes foot. Jusqu’au 4 fév 2018

     

  • 25 octobre

     

    Festival O.Q.P (Opération Quartiers Populaires)

    Festival O.Q.P (Opération Quartiers Populaires) Du 23 Octobre au 04 Novembre 2017, le Festival O.Q.P occupe le Théâtre de l’Œuvre, implanté en plein quartier de Belsunce, à la lisière de La Canebière et de Noailles… Les Lieux • C’est à partir du Théâtre de l’Œuvre, lieu passerelle participatif, endroit de rencontres et d’échanges artistiques, maison de théâtre ouverte sur son environnement et ses habitants que le Festival va essaimer sur d’autres lieux emblématiques du territoire… • Le Polygone Etoilé, nom du Cinéma International de Quartier, géré par le collectif Film Flamme au Quartier de la Joliette, une Maison d’Artistes au cœur du public où l’on rencontre un public sans quartier. • Le Cinéma Les (...)

     

  • 24 octobre

     

    Mercredi 25 octobre Journée Associative Crottes/Cabucelle à la rencontre des habitants chez Amazigh au marché aux puces

     

  • 17 octobre

     

    Festival Film Femmes Méditerranée

    Fictions / Documentaires / Courts métrages / Web séries / Débats / Leçon de cinéma / Expo photos ​ Si l’objectif premier reste prioritaire : la mise à l’honneur du cinéma des réalisatrices méditerranéennes, les Rencontres 2017 empruntent aussi résolument des pistes nouvelles. La jeunesse et l’énergie en sont les maîtres mots. Au cœur de la programmation, l’offre de découverte de jeunes talents issus de 20 pays de la Méditerranée et au-delà, récompensés souvent dans de prestigieux festivals. 40 films : longs et courts métrages, fictions et documentaires, des inédits, des avant-premières, échos de l’âpreté de notre époque, mais aussi porteurs d’espoir, de courage et d’humanité. Toujours à l’affiche, (...)

     

  • 28 septembre

     

    Week-en soutien aux réfugiés, Librairie La Réserve à Bulles

    A la librairie spécialisée dans la Bande dessinée, La Réserve à Bulles, auteurs-trices et illustrateurs-trices se mobilisent et proposent un weekend festif au profit de Osiris, association de soutien thérapeutique aux personnes exilées. Au programme : Vendredi 29 septembre à partir de 18h : Lancement du weekend par Reem Mansour, présidente de Osiris suivi de : Amour Paix et Révolution, un concert de Catherine Vincent et Mohamed Al Rashi. Un répertoire de chansons pop-rock en français, arabe et espagnol. À 19H Vente des originaux, sérigraphies et autres belles choses offerts par les auteurs et les illustrateurs. Petits prix de 10 à 100€ max. Samedi 30 septembre à partir de 10h : (...)

     

Articles récents

Articles au hasard