Articles

Accueil > Actualités > Mixité hommes/femmes : « l’intérim est un des moyens les plus efficaces pour (...)

 

Mixité hommes/femmes : « l’intérim est un des moyens les plus efficaces pour faire passer le message aux chefs d’entreprises »

18 octobre 2010

Le Pavillon Noir accueillait jeudi soir un public nombreux parmi lequel, des dirigeantes et chefs d’entreprises venus assister à la première édition du Forum Whomen 2010 organisée par l’association Entrepreneurielles et le CJD (Centre des Jeunes Dirigeants d’entreprises). L’objectif ? Aborder la question de la mixité dans les entreprises comme le fait depuis six ans, le « Women’s Forum for the Economy & Society » qui se tient chaque année à Deauville. Les entreprises françaises accusent un retard significatif contrairement à certains pays européens tels que la Suède. Les femmes sont encore trop peu nombreuses dans les postes à responsabilités car confrontées au fameux « plafond de verre ». Si les statistiques françaises ne penchent pas encore vers la mixité et l’égalité professionnelle, les efforts convergent pour changer les mentalités. C’était aussi l’un des objectifs de ce forum au cours duquel des spécialistes ont apporté un éclairage sur la situation actuelle des femmes.


 

JPEG - 72.8 ko
Katia Michieletto, Dominique Anxo, Johanna Durand et Olivier Lieutaud

« On parle d’un groupe mixte quand la catégorie sous-représentée constitue au moins 30% des effectifs » précise d’emblée Johanna Durand, Économiste du travail social à l’Institut de Promotion de l’Égalité Professionnelle. Un taux de pourcentage qu’il est rare d’observer au sein des entreprises françaises. La mixité et la parité étant des conditions nécessaires pour aboutir à l’égalité professionnelle. Or, il n’en est rien aujourd’hui. Rien de tels que les chiffres pour dresser le constat de « l’inégalité professionnelle » hommes/femmes. Aujourd’hui, « les femmes représentent plus de 82 % des personnes employées à temps partiel » souligne l’économiste qui affirme également que l’inégalité salariale est bien ancrée dans le système actuel. Une femme touche entre 17 et 25% de moins qu’un homme. Des inégalités qui s’accumulent aux difficultés rencontrées pour accéder à des postes à responsabilités. Malgré leur place croissante dans le monde du travail, les femmes sont encore largement minoritaires aux postes de décision. Le « plafond de verre », qui désigne l’ensemble des obstacles que rencontrent les femmes pour accéder à des postes élevés dans les hiérarchies professionnelles, constitue une réalité indéniable. Au final, ce sont seulement « 42% de femmes retraitées de 75 à 79 ans qui valident une carrière complète contre 89% pour les hommes ».

La Suède : le parfait modèle ?

La Suède est un pays qui n’a rien à envier à la France. Selon Dominique Anxo, Professeur d’économie politique à l’Université Linné en Suède et Directeur du Centre de recherche sur la politique de l’emploi, la Suède enregistre l’un des taux d’emploi féminin des plus élevés d’Europe. Cette entrée massive des femmes dans le marché du travail s’explique par l’instauration d’un congé parentale dés 1973, à la place d’un congé maternité. 90 % des pères suédois prennent leur congé paternité contre seulement 20% chez les pères français qui ont le souci d’optimiser leurs cotisations retraite. Puis, en suède la garantie de retour à l’emploi est totale, en France elle ne l’est pas forcément. Quand aux salaires, la discrimination est quasi nulle. Seul point négatif. La ségrégation de l’emploi est prégnante. En Suède, les femmes sont plutôt orientées vers les « services », les hommes vers l’industrie. Or, est-il nécessaire de rappeler que « la mixité ce n’est pas seulement des femmes dans des milieux d’hommes, c’est aussi des hommes dans des milieux de femmes ».

JPEG - 60.5 ko
Un premier forum animé par Julia Santi et Guillaume Eouzan

L’intérim : un moyen efficace pour faire passer le message ?

Olivier Lieutaud Président d’Ergos Interim, PME de 25 salariés, accès sur les métiers du bâtiment et des transports, note que « les femmes sont de plus en plus nombreuses à pratiquer des métiers qui ne leur étaient pas accessibles il y a quelques années. Nous avons par exemple, embauché une grutière. On voit que les choses bougent car on prend conscience des inégalités » précise-t-il. Selon Olivier Lieutaud l’intérim est un des moyens les plus efficaces pour faire passer le message aux chefs d’entreprises qu’il « faut attirer sur le domaine de la compétence ». Les chefs d’entreprises ont trop tendance à embaucher des hommes plutôt que des femmes, pourtant plus diplômées. En effet, la maternité reste un frein à l’accession des femmes à des postes à responsabilités. Or, c’est un système de pensée qui tend à être périmé. En effet, « de plus en plus d’hommes veulent s’occuper de leurs enfants. L’égalité professionnelle ce n’est pas un truc de femmes. C’est pour les hommes et les femmes » poursuit ce professionnel de l’intérim.

Certaines entreprises françaises n’hésitent pas aujourd’hui à franchir le cap. A l’image du cabinet d’expertise comptable Deloitte, une PME de plus 150 000 salariés répartis dans le monde et qui comptabilise 15% de femmes dans les postes de direction. Détenteur du Label Egalité depuis novembre 2005, décerné par le ministère de la Cohésion sociale et de la Parité pour l’exemplarité de son engagement sur la voie de l’égalité professionnelle femmes-hommes, signataire de la Charte de la diversité dans l’entreprise en octobre 2004, Deloitte poursuit son engagement en faveur du pluralisme et de la diversité.

Un fond qui mise sur les Valeurs Féminines
Le fonds Valeurs Féminines lancé en 2005 par les gérants de la société Conseil Plus Gestion a également permis de favoriser l’accession des femmes au sein des grandes entreprises. Caroline Grinda, cogérante du fonds Valeurs féminines, au sein de cette société, investit dans des entreprises dirigées par des femmes ou des sociétés qui comptent au moins 20 % de femmes au sein de leurs instances de direction. L’objectif est d’imposer les femmes dans toutes les sphères de l’économie. Interviewée par l’équipe du Forum Whomen, Caroline Grinda a affirmé qu’il existait une corrélation positive entre la présence de femmes au sein des instances de direction et la performance des entreprises. Le public partageait la même analyse. « Les femmes sont plus organisée et ont plus de tact pour sortir des situations délicates » soulignait un chef d’entreprise.

Ces politiques d’ouvertures permettent à ces femmes de mettre en avant leurs compétences. A l’image de Katia Michieletto dont le parcours est riche d’expérience. Depuis 15 ans, elle accompagne le développement des ressources humaines au sein de grands groupes tels que Danone France ou Valeo. Elle est aujourd’hui responsable RSE et Développement Durable au sein de l’Occitane accès sur la vente de produits cosmétiques. « Une entreprise dans laquelle 75% des cadres sont des femmes ».

JPEG - 56.2 ko
Jacky Gaffari et Caroline Sesia

« La mixité devient une évidence » a notamment souligne Jacky Gaffari, présidente de l’association Entrepreneurielles mais « il reste toute une génération à former ». Pour Caroline Sesia, Présidente du Centre des Jeunes Dirigeants section d’Aix-en-Provence, il faut repenser la dimension sociétale de nos entreprises car « pour beaucoup de chefs d’entreprises, la mixité est considérée comme marginale ». Sans doute que les stéréotypes sont toujours fortement ancrés dans les mentalités. Peut-être faut-il que « les femmes cessent de véhiculer autant les stéréotypes sur elles-mêmes » soumet Johanna Durand. Comme cela est déjà visible par la façon dont elle gère leur statut de parents ou leur congé maternité. Rappelons que « 80% de la sphère domestique est toujours gérée par les femmes ».

JPEG - 44.6 ko
Le Groupe Urbain d’Intervention Dansée du Centre Chorégraphique National d’Aix-en-Provence Ballet Preljocaj a crée l’ambiance autour de performances largement saluées par le public.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard