Articles

Accueil > Tribunes > Tribunes populaires > Michel Bonelli VS Valls II : "Nous continuons dans le déni de démocratie et (...)

 

Michel Bonelli VS Valls II : "Nous continuons dans le déni de démocratie et dans la parodie du régime républicain"

27 août 2014

Le Billet satirique de michel Bonelli, notre éternel républicain révolté...

Le marchandage en cours va amener à des postes de responsabilités des individus venant de partis politiques largement minoritaires. Nous allons peut-être avoir M. Placé vert affairiste, "ex-compagnon" en trahisons de Mme Duflot dont la formation vaut moins de 2% aux élections présidentielles et qui ne doit son poste de sénateur qu’aux magouilles avec les socialistes pour se créer un allié fictif. Les radicaux de gauche et quelques personnalités choisies par le monarque républicain vont conduire les affaires du pays sans titre ni mandat de la représentation politique et souvent en opposition avec la majorité sortie des urnes et choisis par les français.


 

Nous continuons dans le déni de démocratie et dans la parodie du régime républicain.

Le poisson commence à pourrir par la tête disent les chinois, notre président et ses cheveux clairsemés teints sont l’image du mensonge, de la décadence des moeurs et des pratiques de cette pauvre Vème république. Celle qui est née en instrumentalisant le drame algérien se meurt dans les sombres combinaisons d’un président qui en son temps a failli conduire la Corrèze et la ville de Tulle sous tutelle du préfet et qui se pense mécanicien d’une France qu’il sauvera grâce à sa boîte à outils. Surtout ne pas le comparer pas à Louis XVI, qui rendons lui justice fut un grand roi, horloger à ses mains moments perdus qui n’avait pas cru que la pendule France allée sonner l’heure de son calvaire. Nous sommes dans un chenil ou les chiens proches du régime se ruent et se tuent pour arracher un lambeau de pouvoir d’une nation en putréfaction. A côté de cela on nous vend à la corbeille et cette crapule qui dirige le Medef de père en fils prépare la mise en coupe réglée du pays et le démantèlement de nos services sociaux. Lui et ses sbires allumeront leurs cheminées à Noël avec le code du travail et les conventions collectives. Il est temps d’en finir avec ces élites corrompues qui après des élections truquées de mensonges confisquent le pouvoir au peuple pour faire leur politique et celle des puissants. Il est temps de caillasser leurs permanences, de refuser le diktat, il est temps par exemple de refuser de payer les impôts, tous les impôts et les taxes temps qu’ils n’ont pas dégager quitte à s’organiser conseils populaires pour faire fonctionner nos services publics. Sans marxisme, sans trotskysme, sans fascisme, avec comme seule devise celle inscrite au-dessus de la porte de nos mairies : liberté, égalité, fraternité, reconstruisons la nation. N’oublions pas qu’un peuple uni est invincible et si des millions de manifestants marchent vers les centres de pouvoirs, les couards quitteront leurs confortables bureaux.

Il nous faut aller vers une assemblée constituante pour préparer les fondements d’un nouveau régime.

Nous sommes encore un grand pays, une puissance économique et militaire qui compte, nos universités, nos écoles, nos usines, nos foyers regorgent de jeunes filles et jeunes garçons de talents qui peuvent prendre la place des politiques et de toutes la haute administration en partie corrompue et affairistes. Il faut en finir avec les médias et les communicants qui nous serinent tous les jours la parole vraie des pourris qui nous exploitent, un "fils de pub" comme Séguéla est aussi nocif pour le pays que les marchands de mort qui envahissent nos quartiers vendant leurs drogues à nos enfants.

JPEG - 13.7 ko

Si le changement ce n’est pas maintenant pourriture élyséenne, c’est la révolution et son cortège de répression qui arriveront te permettant de jouer avec l’immonde Valls les protecteurs de l’ordre et de la république. Vive la France...

 



 

 

Autres articles TribunesTribunes populaires

 

Articles récents

Articles au hasard