Articles

Accueil > Actualités > Mexique : terre de migrations Barcelonnettes

 

Mexique : terre de migrations Barcelonnettes

24 août 2010

L’Association des Cultures Franco-Mexicaines, présidée par le Consul Honoraire du Mexique, Yvan Romero Foucaud prépare activement à Marseille son festival « Mexico Magico » à l’occasion de l’année du Mexique en France en 2011. Alors que le Mexique commémore cette année le centenaire de la révolution mexicaine –guerre civile de 1910- et le bicentenaire de l’Indépendance –guerre contre le Royaume d’Espagne-, Barcelonnette et Jausiers, loties dans la vallée de l’Ubaye tisse à l’aube du XIXe siècle une longue histoire d’émigration.


 

JPEG - 91.2 ko
CREDIT PHOTO : Photographie de Communauté de Communes Vallée de l’Ubaye

Du 9 au 15 août, Barcelonnette a vibré sur les rythmes latinos. Depuis plus de vingt ans, « Les fêtes mexicaines » animent les rues de la cité, au cœur de la vallée de l’Ubaye. Le festival immortalise la mémoire des Barcelonnettes, ces migrants à destination du Mexique dans les années 1800. Une soif des grands espaces, la découverte de terres inconnues ont attisé la curiosité de ces aventuriers dans l’âme.

La vallée de l’Ubaye est depuis la nuit des temps tournée vers le commerce et les échanges. L’activité a longtemps gravité autour du secteur du textile, reliant manufacture de laine et filature de soie. Les habitants étaient des marchands. Ils s’en allaient vendre leur production de draps et de soieries dans les provinces avoisinantes telles la Provence. Puis, l’émigration définitive succède aux migrations saisonnières.

Le périple des frères Arnaud

Les entrepreneurs découvrent les Amériques, d’abord la Louisiane, puis le Mexique. Jacques Arnaud, originaire du village de Jausiers part pour la Louisiane en 1805, dans le canton de La Fayette. Il fonde une bourgade, Arnaudville, jumelée avec Jausiers depuis 1995. Ses frères Marc-Antoine et Dominique le rejoignent, tous trois ne rentreront jamais au pays. Ils vendent principalement des produits textiles par la technique du colportage. En 1821, les frères Arnaud exportent leur savoir-faire commercial vers le Mexique. Ainsi naît l’aventure des barcelonnettes. Ils ouvrent un magasin de tissus. Destination prioritaire depuis le Second Empire, le Mexique va rassembler la plus importante communauté d’émigrants originaires de l’Ubaye, baptisés les barcelonnettes. Les premiers commerces de tissus –ils sont 46 en 1846 à Mexico- sont légion 40 ans plus tard. On en répertorie alors plus de 110, installés dans les principaux centres urbains, Puebla, Morélia, Guadalajara, Durango, Tampico.

Ils donneront vie à plusieurs générations d’industriels, de négociants et de banquiers. Ils deviendront des interlocuteurs de choix de la jeune république du Mexique entre 1870 et 1910. En effet sous la longue présidence de Porfirio Diaz, les entrepreneurs de l’Ubaye s’impliquent activement dans l’industrialisation et la modernisation du pays. Les nouveaux établissements, bâtis par des architectes français évoquent l’ère post-haussmannienne et ressemblent aux originaux parisiens du Bon Marché et de la Samaritaine.

JPEG - 123.1 ko
CREDIT PHOTO : Photographie de Communauté de Communes Vallée de l’Ubaye

Réussite économique des barcelonnettes

Les négociants barcelonnettes, désireux de maîtriser également la production fondent de grandes compagnies industrielles comme celles d’Orizaba ou de Veracruzanna. Toutes les manufactures entre 1890 et 1910 comptent des barcelonnettes au sein de leur conseil d’administration. Ils diversifient leur activité. Hormis les tissus, on les retrouve investis dans la fabrication de papier, de cigarettes, de bières, dans les conserveries ou dans les fonderies de fer et d’acier. Ils n’hésitent pas à prendre des participations conséquentes dans les banques mexicaines et détiennent le monopole de l’émission des billets.

La réussite économique n’est plus la même après la révolution de 1910. En 1914, les barcelonnettes se mobilisent pour la première guerre mondiale. Les années post-révolution marquent un coup d’arrêt à leur bel essor. Les règlementations ne sont plus aussi favorables pour les investisseurs étrangers. Une dernière vague d’émigrants arrive au Mexique dans les années 1950, ils ne sont plus qu’une dizaine dans les années 1960. Les barcelonnettes sont de plus en plus intégrés, et les retours au pays se font plus rares. Aujourd’hui, le nombre de descendants barcelonnettes dépasse largement le nombre des habitants de la vallée de l’Ubaye : 7 500.

JPEG - 102 ko
CREDIT PHOTO : Photographie de Communauté de Communes Vallée de l’Ubaye

Des liens franco-mexicains forts

Dans la vallée française, sur un demi-siècle (1880-1930), des villas, accompagnées de leurs tombeaux –signe de réussite du migrant au Mexique- se sont construites à Barcelonnette et à Jausiers. On recense une cinquantaine d’édifices avec la particularité propre à l’urbanisme des villes d’eau contemporaines : les parcs et jardins l’emportent sur le bâti. Les commanditaires, enfants du pays, après de longues années vécues outre-Atlantique passaient l’été ici avant de retourner au Mexique, en période hivernale. L’une de ses somptueuses villas, « la Sapinière » a trouvé une nouvelle affectation aujourd’hui : elle est le musée de la Vallée, fondé en 1988. Au Mexique, un musée existe depuis 2001, il s’appelle le Museo Comunitario à Ciudad Mendoza. Les deux musées sont le trait d’union avec l’histoire de ces émigrants.

La communauté franco-mexicaine, issue du mouvement ubayen rassemble plusieurs milliers de descendants. L’association « Racines françaises au Mexique » réunit bon nombre d’entre eux. Cette dernière, créée à Mexico en 2003 est reconnue par l’ambassade de France au Mexique. Depuis 2004, Barcelonnette est jumelée avec Valle de Bravo, situé dans l’Etat de Mexico, à une centaine de km de la capitale. Les échanges sont perpétuels. Les frères Arnaud et les ascendants ubayens sont tombés sous les charmes de la culture mexicaine. Une belle histoire d’émigration… à méditer.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard