Articles

Accueil > Actualités > « Mères-enfants PACA » : recréer un lien malgré l’hospitalisation

 

« Mères-enfants PACA » : recréer un lien malgré l’hospitalisation

12 janvier 2011

L’association Mères-Enfants PACA rassemble des parents, majoritairement issus des quartiers Nord de Marseille. Leur préoccupation : maintenir absolument un lien familial avec leurs enfants hospitalisés en établissement de pneumologie pédiatrique dans les Hautes-Alpes notamment dans la région de Briançon. Comment vaincre la distance qui les sépare ? L’objectif est de faciliter l’implication des familles dans l’éducation thérapeutique de leurs jeunes patients : déplacement, hébergement, suivi de la scolarité,…


 

JPEG - 87.4 ko

Courant janvier, une convention sera signée entre l’association et la mairie de Briançon pour la mise à disposition d’un appartement. Une collaboration optimiste s’était engagée entre Salina Gasmi, présidente de « Mères-Enfants PACA » et Marie Marchello, élue, animatrice du Pôle Affaires Sociales. Cet appartement dont la gestion est confiée à l’association permettra aux familles de dormir avec leurs enfants hors cadre hospitalier. Le logement est très bien situé, à proximité des structures de soins de suite. Deux à trois familles peuvent cohabiter. A charge de l’association de programmer le planning des visites des proches. A l’annonce de ce premier appartement disponible, « on a pleuré de joie » nous dit Salina Gasmi, émue.

JPEG - 75.2 ko

« Une déchirure, une longue hospitalisation »

Des souvenirs l’assaillent. Salina Gasmi est alors bouleversée, son fils est atteint d’asthme sévère. Il est suivi par un pneumologue. Idriss a 4 ans. « Du jour au lendemain, Idriss est absent. C’est une déchirure, l’hospitalisation est longue. Elle peut durer plusieurs mois, plusieurs années selon la gravité de la maladie » raconte la maman d’Idriss. Le milieu hospitalier oriente alors les familles vers des maisons de soins de suite dans le Briançonnais. Très vite, Salina Gasmi observe que le lien affectif est quasiment rompu, mis fortement en danger. En 2007, elle décide de fonder une association. Des familles refusaient parfois de confier leurs minots malades à ces établissements de santé trop lointains. D’autres franchissaient le pas, mais rien n’est organisé sur place « on pose notre enfant et on s’en va. Les parents ne se connaissaient pas entre eux. Il n’y avait pas de lieu d’accueil », se remémore Salina. L’association devient le chaînon manquant de solidarité. Le principe est que la maladie ne soit pas ressentie comme une punition.

JPEG - 93.3 ko

Des établissements de soins à Briançon

Ces enfants hospitalisés ont des pathologies pulmonaires diverses : asthme sévère, dilatation des bronches, syndrome dermo-respiratoire, dysplasie broncho-pulmonaire, voire plus grave, des formes de mucoviscidose. De longs traitements sont donc nécessaires, les empêchant de vivre en ville. Quatre établissements de soins de suite et de réadaptation les accueillent : La Guisane, Les Hirondelles, La Grand’Maye, Les Jeunes Pousses. Ils ont entre 4 et 16 ans, les plus jeunes restent fragiles psychologiquement. Ils sont environ 200 enfants à vivre cette situation, 40 % viennent de Marseille, 40 % de l’Ile-de-France et 20 % du reste de la France.

Hébergement et une « maison des parents »

Lors des visites sur Briançon, « nous étions obligés de sortir de l’établissement. Nous errions dans Briançon sous la neige tels des SDF » se rappelle la présidente. En 2010, une première étape est franchie avec la mise à disposition gratuite d’une salle à la MJC pour la journée. La solution n’est que provisoire, le fond du problème demeure l’hébergement. « L’idéal serait de passer par un office HLM et de pouvoir bénéficier d’un 2e, voire d’un 3e appartement » espère Salina Gasmi, qui permettrait de répondre aux besoins de toutes les familles d’enfants hospitalisés. L’objectif à long terme reste la création d’une « maison des parents » à Briançon. « On continue de se battre » s’enthousiasme la présidente. Cette future maison des parents permettrait de renforcer le lien familial, de « recréer une ambiance comme à la maison » afin que la situation des proches ne soit plus anxiogène. Ce lieu d’hébergement et de soutien aux familles est le vœu le plus cher de « Mères-enfants PACA ».

JPEG - 79.7 ko

Des « mères et enfants » motivés

En à peine quatre ans d’existence, « Mères-Enfants PACA » a tissé un réseau important sur place avec la collectivité, des associations dont la Hase à Villard St-Pancrace. Des réunions ont lieu entre les directeurs des structures de soins, les responsables des établissements scolaires et des associations, des élus de Briançon. Ici à Marseille, la structure a su construire des relations solides avec de nombreuses associations comme le Secours Populaire ou le quartier du Castellas (secteur de « Mères-Enfants PACA »). La mairie du 15e/16e et Acadel (Association pour la concertation et les actions de développement local) ont apporté un soutien précieux à l’association. Il y a tout juste un an, Acadel avait remis la médaille du mérite à Salina Gasmi. Acadel assure la logistique des déplacements Marseille/Briançon avec la mise à disposition d’un minibus lors des visites dans les Hautes-Alpes. Le Conseil général des Bouches-du-Rhône et le Conseil régional PACA sont les principaux partenaires.

Les 21, 22 et 23 janvier, Acadel organise son traditionnel séjour neige, destiné aux familles défavorisées. Les protégés de « Mères-Enfants PACA » sont récupérés à Briançon et participeront à ce week-end pour tous dans la station Ancelle. Les enfants hospitalisés goûtent ainsi aux joies de la montagne et de la neige avec leurs petits camarades des villes.

Janvier sera aussi le mois du premier appartement de « Mères-Enfants PACA »…en attendant une « maison des parents ».

Association « Mères-Enfants PACA », 4 place de la Dauphine, Le Castellas, 13015 Marseille, tél 06 24 36 90 91, amec.05@hotmail.fr , page Facebook http://www.facebook.com

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard