Articles

Accueil > Actualités > Mémoire de l’esclavage : « ce passé douloureux ne doit pas occulter le présent (...)

 

Mémoire de l’esclavage : « ce passé douloureux ne doit pas occulter le présent »

12 mai 2011

La loi Taubira a dix ans. L’Etat a décidé pour cet anniversaire de célébrer officiellement la commémoration de l’esclavage, des traites négrières et de leurs abolitions. Vieux Port, Quai d’Honneur ce 10 mai avait drainé un public plus nombreux, aux côtés des personnalités institutionnelles. Jusqu’au 15 mai, le Collectif PACA pour la Mémoire de l’Esclavage (CPPME) épingle comme chaque année une série de manifestations culturelles.


 

JPEG - 104.6 ko

« Frères, un son a retenti, deux sons ont retenti, trois sons ont retenti. Frères, quatre sons, son de la liberté » tel est le refrain, repris en chœur par la chorale Les Flamboyants, les groupes Massilia Ka et Kalbass.

La cérémonie s’ouvre par la lecture des articles de la loi Taubira par des enfants. Article 1 : La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan Indien d’une part, et l’esclavage d’autre part, perpétrés à partir du xve siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l’humanité.

Article 2 : Les programmes scolaires et les programmes de recherche en histoire et en sciences humaines accorderont à la traite négrière et à l’esclavage la place conséquente qu’ils méritent...

JPEG - 73.2 ko

« Sa famille ne lui appartient pas »

Des élèves du lycée St-Exupéry viennent à leur tour faire la lecture de textes, inhérents à l’Histoire des traites négrières. « Les blancs s’installent très vite en Afrique. Ils sont venus chercher des hommes pour en faire des esclaves. Ils réclament, aux Amériques, de plus en plus de main d’œuvre bon marché/L’esclave est là pour travailler. Il n’a aucun droit, aucune liberté. Ses enfants, sa famille ne lui appartiennent pas » rappellent les jeunes de l’établissement marseillais.

Dans une lettre destinée aux résistants noirs, un homme témoigne de la difficulté « d’oublier les souffrances de mon ancêtre noir/Avec amour et détermination, je répare au fil des âges/L’esclave exploité, humilié, torturé pendant 400 ans/Ce qui est faux est de dire que l’homme noir n’est jamais entré dans l’Histoire » déclare-t-il.

JPEG - 63.1 ko

« Première mondialisation, celle de la traite »

Le président du CPPME, Jean-Marc Ega se souvient de ce 10 mai 2001 où le Parlement adoptait à l’unanimité la loi Taubira, « la France est le premier pays à reconnaître l’esclavage ». Personne ne veut oublier ce crime odieux, cette première mise en relation avec le monde. « Marseille n’a pas échappé à cet abject trafic humain, ce commerce honteux. La première mondialisation est celle de la traite négrière » fait constater le président. Le chemin est encore long, de nombreux efforts restent à accomplir. Ainsi, « ce passé douloureux ne doit pas occulter le présent ». Pour sa part, Michel Bourgat, adjoint au maire à la lutte contre l’exclusion de la Ville de Marseille s’est dit fier de cette journée de « lutte contre la banalisation du mal ». Il rendra un hommage appuyé à Victor Schoelcher, l’homme de l’abolition. Notons que nommé sous-secrétaire d’Etat à la Marine et aux colonies dans le gouvernement provisoire de 1848 par le ministre François Arago, il contribue à faire adopter le décret sur l’abolition de l’esclavage dans les Colonies.

Jean-François Noyes, conseiller général évoque l’article 4 de la Déclaration des droits de l’homme, stipulant « nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes ». Néanmoins, la vigilance est de mise ; selon l’ONU, on estime aujourd’hui à plus de 20 millions le nombre d’esclaves, des femmes et des enfants essentiellement. La déclaration de Raphaël Le Méhauté, préfet délégué de la région PACA à l’Egalité des chances rejoint les propos des deux politiques. « Le travail forcé subsiste dans le monde, c’est aussi pour cela qu’il ne faut pas oublier » souligne M. Le Méhauté. Il rendra également hommage à d’autres grands hommes courageux, à l’image de Schoelcher, Toussaint Louverture ou les révoltés de Surinam.

JPEG - 105.5 ko

« Descendant des résistants à la traite négrière »

Autour de cette commémoration du 10 mai, le CPPME propose toute la semaine, des rencontres à Marseille. Plusieurs expositions sont visibles salle Senac. Samedi, même lieu, Louis Sala-Molins, professeur émérite de philosophie politique à l’Université de Paris I et de Toulouse II donnera une conférence sur « le poids du Code Noir sur les sociétés post-esclavagistes ». Jeudi, Aude Désiré, co-auteure de l’ouvrage « Enseigner l’histoire des traites négrières et de l’esclavage » animera un atelier pour des classes de CM2. Enfin, dimanche aura lieu la traditionnelle journée culturelle au parc du 26e centenaire.

Le président du CPPME est plutôt ravi de cette édition 2011, en particulier de l’appropriation par les autorités publiques « de la commémoration qui n’est pas (importante) que pour nous (diaspora) ». On ne doit pas oublier son histoire, « je suis un descendant des résistants à la traite négrière et à l’esclavage. Sinon je ne serai pas là aujourd’hui » nous dit Jean-Marc Ega.

Et de continuer « lorsqu’on enfouit les choses, il faut que la parole puisse être libérée ». De plus en plus de jeunes participent à ces rendez-vous du souvenir. Le président Ega souhaite faciliter ces rencontres entre les générations, Gilbert Buti, historien à l’Université d’Aix-Marseille se dit favorable à cette collaboration… « pour réconcilier les mémoires ».

JPEG - 115.6 ko

CPPME, programme à voir sur le site http://www.esclavage-paca.com

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard