Articles

Accueil > S’Coupe de France > Actualités > Marseille : les parents ne veulent pas de fini parti pour leurs (...)

 

Marseille : les parents ne veulent pas de fini parti pour leurs enfants

8 septembre 2014

Suite à la manifestation spontanée de vendredi 5, de parents en colère et désemparés devant la mairie, l’adjointe municipale à l’éducation, Danièle Casanova a reçu une fédération de parents d’élèves et annoncé des « mesurettes » face à l’urgence du chaos. Elle propose une mise en place d’une garderie gratuite pour 85% des écoles le vendredi 12 septembre et table sur l’embauche de « référents municipaux » censés faire le pont entre l’école et les temps périscolaires qui seront assurés par les Fédérations d’éducation populaire. En attendant, les parents d’élèves, mal coordonnés, sont dans le flou et les mères, (car ce sont surtout elles), jonglent comme elles peuvent avec leur emploi du temps. La ville annonce qu’elle recherche 3500 animateurs, sans BAFA, pour des contrats de 3 à 10 heures de travail par semaine. La fédération de parents d’élèves PME appelle à une nouvelle manifestation vendredi prochain. Des collectifs de parents se mobilisent pour occuper des locaux et protester. Bref la confusion règne et la mairie s’enlise…


 


Pour le premier vendredi d’application des rythmes scolaires, la mairie avait laissé les parents se débrouiller comme ils le pouvaient. La veille, jeudi 4 spetmebre, Danièle Casanova avait annoncé, dans l’urgence que des garderies seraient prévues dans les écoles jusqu’à 16h30 mais avait tout de même enjoint les parents, à récupérer leurs enfants, s’ils le pouvaient. Résultat, les parents sont descendus dans la rue et ont protesté devant la mairie vendredi après-midi. L’adjointe à l’éducation a reçu une délégation de parents dans l’après-midi ; mais pour l’heure, le flou reste grand. La municipalité entend mettre progressivement en place des rustines jusqu’aux vacances de Toussaint (« période d’aménagement progressif des activités périscolaires », selon l’expression de la municipalité).

Vendredi, la manifestation a rassemblé nombreux parents d’élèves et d’enfants du 5-6-7-8ème arrondissement et du centre-ville, mais peu des quartiers Nord. Malgré une ambiance bon enfant, l’inquiétude des parents était palpable. Les mères interrogées ont toutes des difficultés à jongler avec ces nouveaux horaires, le pire est évidemment pour les mères seules en recherche d’emploi.
Ce que l’on peut annoncer pour cette semaine est que pour le mercredi midi, la ville laisse aux écoles le soin de s’organiser, « Un accueil qui peut être assuré soit par un enseignant volontaire, soit par une association des parents d’élèves, après passation d’une convention d’occupation des locaux scolaires ». La restauration ne sera pas assurée. La municipalité requiert le volontariat des instituteurs pour assurer la permanence de 11h30 à 12h30, en proposant 15 euros de l’heure, alors que l’Etat voulait les payer 11 euros. Pour l’instant, les instituteurs ne se pressent pas sur cette offre de travail...

Pour le vendredi après-midi, la municipalité a fait savoir que c’est aux parents de se renseigner, au cas par cas, auprès de leur école. A partir de cette semaine, la ville assure qu’un système de garderie provisoire avec des « référents municipaux » sera mis en place. Ces « référents municipaux » seront présents dans les écoles pour assurer le relais entre l’éducation nationale et les TAP. Ils sont en voie de recrutement pour être prétendument opérationnels vendredi 12 septembre... Mystère sur les salaires proposés. Pour les activités TAP, le flou demeure, ce seront soit les fédérations d’Education Populaire soit les associations de parents d’élèves qui mettront la main à la pâte (« en fonction des conventions qui sont passées avec l’administration municipale »). Danièle Casanova a précisé que : "Ces garderies seront prises en charge par les associations d’éducation populaire, qui organiseront ensuite les activités périscolaires, dans la grande majorité des écoles."

Pour vendredi après-midi prochain, Danièle Casanova a assuré à la délégation, reçue vendredi 5, que 85% des écoles seraient ouvertes et organiseraient une garderie gratuite, pour les 15 % restantes, la ville est à la recherche des parents « volontaires » et non rémunérés. Pour les prochains moins, les animations prendront fin à 17h30. L’heure d’étude de 17h30 à 18h30 est supprimée. Reste l’épineux problème de la mise à la disposition des locaux des écoles, des conventions entre école et municipalité sont en train d’être signées.
Pour MPE13, ces déclarations ne suffisent pas. La Fédération de parents dénonce le fait que Mme Casanova ait refusé de les recevoir, ainsi que les collectifs de parents. MPE13 veut reconduire le mouvement, avec occupation des établissements scolaires vendredi 12 septembre dès 11h30 et manifestation devant la mairie à 14h30 « pour exiger de nouveau la mise en place d’activités périscolaires de qualité et une véritable ambition éducative sur cette ville. »

 

 

Autres articles S’Coupe de FranceActualités

 

Articles récents

Articles au hasard