Articles

Accueil > Actualités > Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat (...)

 

Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

2 juillet 2010

Depuis deux ans, un vaste plan d’éradication de l’habitat indigne (EHI) est mis en œuvre par la Ville de Marseille. Le dispositif, courant jusqu’en 2014 vise comme objectif le renouvellement du parc immobilier obsolète grâce au recyclage de 150 immeubles les plus vétustes. A terme, 1 000 logements neufs ou réhabilités seront vraisemblablement produits. La première opération sera livrée d’ici le printemps 2011. Des affiches « Habiter autrement. La Ville s’engage » fleuriront sur les bâtiments en cours de rénovation.


 

JPEG - 70.6 ko
Mme Fructus, entourée de MM. Gil (à gauche) et Natali (à droite)

Aux Crottes, dans le 15e arrondissement, l’immeuble du 18 rue Edgar Quinet, propriété unique de la Ville est revendu à un bailleur social, Logirem. Cinq logements PLAI (prêt locatif aidé d’intégration) seront créés dans cette surface globale habitable de 230 m². Dans le 16e, la résidence George Braque, l’ancien hôtel Philipon comprendra à l’issue des travaux, quatre logements, qui seront vendus en accession sociale à la propriété via le dispositif municipal, « Chèque Premier Logement ».

Diversité des opérations

Sur le même arrondissement, au 5 rue de la Rascasse, une maison, suite à arrêté préfectoral fait l’objet de travaux d’office. Trois tonnes de déchets ont été évacuées. L’intervention s’est déroulée en lien avec la police municipale et le Samu social. Ces chantiers sont confiés à Urbanis Aménagement, opérateur chargé de la mise en œuvre du dispositif EHI. Au 6 rue Canonge dans le 1er arrondissement, un hôtel insalubre -comprenant 6 chambres, 6 T1- après un arrêté d’interdiction d’occupation de locaux sera réhabilité sous la conduite d’un autre opérateur, Marseille Habitat. Celui-ci est une société d’économie mixte de la Ville, présidée par Arlette Fructus, Adjointe au maire de Marseille déléguée à l’Engagement municipal pour le logement, chargée de l’habitat, du logement et des relations avec les organismes HLM.

L’EHI est une opération transversale de la Ville dans le secteur du logement. « On agit en profondeur, conjointement avec l’Etat » souligne Arlette Fructus. Le protocole, signé en 2002 est d’ailleurs renouvelé pour la période 2008/2013. Il est prévu le recyclage de 150 immeubles les plus dégradés. L’élue rappelle que le redressement du parc obsolète n’est pas un dispositif anodin. Il représente 0.2 % des 400 000 logements, peuplant Marseille, « c’est une politique forte pour vivre dans un habitat digne ». Dans la cité phocéenne, plus de 700 immeubles sont répertoriés comme habitat indigne. Les quartiers les plus atteints sont sans surprise le centre-ville, les 3e et 15e arrondissements. Pour l’instant, 500 immeubles ont été identifiés, 350 seront réhabilités dans le cadre d’une OAHD (Opération d’amélioration de l’habitat dégradé).

1 000 logements réhabilités

Les 150 restants, les plus abîmés –à terme création de 1 000 logements-connaîtront une restructuration en profondeur voire une démolition-reconstruction. Dans cette entreprise, la Ville intervient sur deux volets. Le premier est incitatif, le propriétaire est accompagné via l’OAHD, de façon significative en l’occurrence de l’ordre de 80 % du montant des travaux, sous forme de subventions de la Ville ou de d’autres collectivités. Le deuxième volet est coercitif. L’intervention des deux opérateurs précités, concessionnaires d’aménagement EHI est plus rigoureuse. Le bien très abîmé est acheté via une concession d’aménagement, par voie amiable, préemption ou expropriation. L’acquisition et la requalification s’effectuent dans un but d’utilité publique. Les appartements produits sont au moins pour 30 % des logements sociaux.

Propriétaires en centre-ville, « 40 % de marchands de sommeil »

Christian Gil, directeur de Marseille Habitat distingue deux catégories de propriétaires. Les premiers sont honnêtes, le coût des travaux n’est pas supportable pour eux. Le prix de la rénovation est plus cher que le prix du foncier. Les seconds sont plutôt des tricheurs, et ont « des comportements anormaux, ce sont les marchands de sommeil. Ils n’ont aucune volonté de refaire leur immeuble. On intervient alors avec force ». Sur le périmètre d’intervention du centre-ville, « nous avons beaucoup plus de marchands de sommeil, de l’ordre de 40 % » qu’ailleurs, précise-t-il !

Jusqu’en 2014, environ 1 000 logements neufs ou restructurés seront réalisés. Sur 7 ans, le montant prévisionnel des dépenses est évalué à 136.2 millions d’€, la participation de la Ville est estimée à 18 millions d’€. Marseille Habitat intervient sur le centre principalement et le sud de la commune, Urbanis Aménagement sur le nord. Leur rôle consiste en l’acquisition des immeubles, la préparation des relogements et l’accompagnement social des ménages, la procédure des travaux de démolition, de restructuration et de reconstruction. Marseille Habitat est capable d’exécuter le pilotage de grandes réhabilitations dans les ensembles immobiliers. Dans le cadre de l’EHI, la SEM s’occupe davantage de petites unités à l’instar de la SAS Urbanis Aménagement, présidée par Jean-Marc Natali. Le métier d’Urbanis Aménagement est tourné vers des opérations de taille plus modeste. « On réalise une requalification qu’on veut durable. Les logements sont de qualité : isolation thermique, phonique, ou eau chaude sanitaire solaire » précise M. Natali.

Marseille Habitat et Urbanis Aménagement, attentifs au relogement

Les deux opérateurs concessionnaires disent attacher de l’importance au relogement des locataires. Plusieurs propositions leur sont soumises. « Nous préférons leur présenter un appartement à vocation définitive au lieu de gérer des relogements successifs provisoires » explique le directeur Gil. « Le but n’est pas de mettre les gens sur le trottoir. On essaie de trouver une solution définitive pour éviter les traumatismes » ajoute-t-il. Arlette Fructus évoque ainsi l’existence du parc relais de logement, comprenant 130 appartements. 80 sont gérés par le CCAS (centre communal d’action sociale), 50 par Adoma (SEM anciennement la Sonacotra). Plus de 300 ménages ont depuis 2004 été hébergés par le parc relais. La durée d’occupation est fixée à six mois. Néanmoins, selon elle, la mairie essaie de proposer à ces occupants des logements dans le même quartier, le même arrondissement. En revanche, ce dispositif échappe aux migrants, « il faut que les gens soient en situation régulière pour en bénéficier. Nous ne pouvons rien pour eux. Ce dossier est de la compétence de Michel Bourgat (Adjoint au maire délégué à la lutte contre l’exclusion, intégration) ».

Objectif de valorisation de l’EHI

Dans moins d’un an, quatre chantiers seront achevés. Dès 2011, Christian Gil indique qu’ « il sera plus facile de faire du relogement car des appartements seront déjà réhabilités ». Après rénovation, la destination des logements peut varier : locatif, locatif aidé, vente libre ou aidée. Dans cette dernière hypothèse, existe une possibilité de soutien financier pour le locataire, sous réserve d’éligibilité. Le primo-accédant potentiel peut alors bénéficier d’une aide de la Ville, le Chèque Premier Logement (montant moyen de 4 000 €). D’autres aides incitatives sont disponibles telles le Pass Foncier, dispositif national complémentaire au Chèque Premier Logement en faveur des ménages achetant un logement neuf. Le Chèque Premier Logement, instauré l’an dernier a profité à 1 300 familles sur Marseille.

Pour Arlette Fructus, le lancement officiel de l’EHI a pour objectif de valoriser l’opération, insuffisamment identifiée. Dorénavant, une affiche « Habiter autrement. La ville s’engage » sera apposée sur tous les immeubles en cours de rénovation, concernés par ce dispositif. Hormis cette communication jugée nécessaire, la première priorité est somme toute de lutter contre l’habitat indigne, d’avoir un toit digne de ce nom sur la tête.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard