Articles

Accueil > Tribunes (archives) > Tribunes populaires > Marseille : indignés par l’attitude des CRS

 

Marseille : indignés par l’attitude des CRS

12 décembre 2011

L’ambiance était belle, festive ce 10 décembre au cours Julien, au campement des « Indignés ». Soudain, vers 21h, la situation tourne mal. Les CRS chargent des « Indignés », refusant de partir de leur campement. Ils sont alors évacués avec brutalité, un à un sous les cris de mécontentement des militants et sympathisants. Une opération policière choquante ! Tribune de Myriam Mounier.


 

Abasourdis, certains témoignent. Révoltés, d’autres ont envie de forcer le passage pour rejoindre la fontaine, lieu de campement. Peu auparavant, à 21h, la rumeur circule dans les rangs, les CRS vont charger. Quelques affaires sont réunies à la hâte pour anticiper l’attaque des forces de l’ordre. Ils sont là, encerclant l’entrée de la fontaine. Flanqués de leurs casques, boucliers, matraques et bombes lacrymogènes, ils sont menaçants. La musique cesse dans l’enceinte, le silence tombe dans la nuit.
Les CRS en force bloquent les issues, empêchant la foule d’accéder à la fontaine. Et là sous nos yeux se déroule un spectacle affligeant. Ils sortiront un à un les « Indignés » de leur logis à peine installé et les balancent sans ménagement hors de la « fosse ». Quelques « Indignés » prennent quelques coups de matraque au passage. C’est la consternation dans le public. On entend des cris de colère. Des gens restent immobiles, stupéfaits. Difficile de croire à cette violence face à un mouvement soudé et pacifique. On entend hurler, « c’est la journée internationale des Droits de l’Homme, c’est scandaleux ». En effet, tout un symbole. Des CRS nous tutoient pour nous faire reculer, une jeune femme hausse le ton « on n’est pas des merdes, vous ne nous tutoyez pas ».

Intervention musclée des CRS

Rien ne justifiait une intervention aussi musclée. A peine, les « Indignés » délogés, les CRS font le ménage et débarrassent les affaires du camp dans une benne à ordure à proximité : banderoles, pancartes, nourriture, couvertures disparaissent ainsi sous nos yeux. On assiste impuissants à cette agressivité inutile.
Ironie du sort, les policiers se retrouvent alors encerclés par les militants, qui chantent, dansent, jouent de la musique. On parle d’une nouvelle assemblée populaire chez les « Indignés » pour décider de nouvelles actions immédiates. Autour de 23h, nouvelle charge des CRS pour bloquer l’accès au cours Julien devant la station de métro « Notre Dame du Mont » et les ruelles adjacentes. Ils commencent alors à utiliser les bombes lacrymogènes.
Un véhicule des pompiers stationne tout près puis démarre. Un témoin nous dit, « il y a un blessé ». Un homme était inconscient à terre, une jeune femme a été gazée dans la bouche. En marge du mouvement, une étudiante est là, elle boit un verre tranquillement. Ce déferlement de violence la choque. Pas du tout concernée par la manifestation, elle confie avoir trouvé une bonne raison de rejoindre les « Indignés ».

« Ils nous ont pris pour des Roms »

Le mouvement s’éparpille. Mais des « Indignés » poursuivent leur résistance et décident d’un nouveau point de ralliement à la Plaine. L’un des militants nous glisse sur un ton sarcastique, « ils (les CRS) nous ont pris pour des Roms ». Eh oui, la situation n’était pas sans rappeler quelques expulsions spectaculaires de Roms, du côté de la Porte d’Aix récemment. Ces derniers mois, la répression policière à Marseille a pris de l’ampleur suite à des faits divers tragiques.
Triste soirée. Nous n’avons pas aimé les comportements des CRS. La démocratie a été mise à mal. Signes d’un malaise social profond. Qu’as-tu fait de ta liberté d’expression, pauvre France !

Dimanche 11 décembre, des « Indignés » ont été arrêtés et conduits au commissariat de Noailles.
« Les Indignés » de Marseille, actualité sur Facebook : http://fr-fr.facebook.com/pages/Les-Indign%C3%A9s-Marseille/163886277038330

 

 

Autres articles Tribunes (archives)Tribunes populaires

 

Articles récents

Articles au hasard