Articles

Accueil > Actualités > Marseille : conditions d’hygiène à revoir !

 

Marseille : conditions d’hygiène à revoir !

5 mars 2014

A Marseille, ceux qui sont les plus démunis ne peuvent se laver décemment, ni trouver de toilettes adéquats. Avec seulement 10 douches publiques pour tout Marseille ! Les associations ont alerté les pouvoirs publics sur la situation marseillaise catastrophique en termes de possibilité d’hygiène décente et gratuite pour les moins chanceux d’entre nous. Et même si l’obligation des maires à veiller à la salubrité publique est reconnue par la loi française, elle n’est pas appliquée dans notre cité. Pour faire changer les choses, Médecins du Monde, La Fondation Abbé Pierre et la FNARS (Fédération Nationale des associations d’Accueil et de Réinsertion Sociale) ont interpelé les candidats aux municipales, jeudi 27 février devant la mairie. Le but : demander l’accès à l’eau pour les populations les plus précaires de Marseille et faire signer une charte d’engagement aux candidats sur ce point.


 

Marseille compte de nombreux sans abri, en 2011, ils étaient 12 648. Mais pour eux, la galère pour rester dignes et propres, est abyssal dans notre ville. Devant la totale absence de volonté politique, le secteur associatif assume seul la mission de service public du droit à l’eau pour tous.
Car le bilan à Marseille est calamiteux, le nouvel aménagement urbain a fait disparaître les toilettes publiques, les bancs, et les abris. Il existe une demi-douzaine de sanitaires publics souvent hors d’usage, désaffectés et peu ou mal entretenus. Les 10 espaces de douche de la ville sont tenus par des associations. La plupart des bornes fontaines, sont généralement non potables, non fonctionnelles, et utilisables. Les autres sont fermées ou situées dans les parcs clos à 19h. Et souvent, l’état défectueux des fontaines rend l’eau impropre à la consommation. Une dizaine de douches en accès libre et gratuit fonctionnent sous la responsabilité des associations et sont réparties entre la Boutique Solidarité 3, l’ADJ Béthanie du secours catholique (2), l’ADJ Marceau (4). Encore plus absurde : l’hébergement d’urgence de la Madrague, comptait 4 douches pour 350 personnes en sept 2013. Et cette situation a des effets néfastes en termes de santé publique. La restriction à l’accès à l’eau, augmente, entre autres, l’incidence des dermatoses, maladies infectieuses et participe aux intoxications au plomb. Ainsi, entre le 1er novembre 2012 et le 30 juin 2013, 60 cas d’hépatite A ont été déclarées en PACA, dont 22 à Marseille. 15 personnes sur les 22 cas marseillais vivaient dans des conditions d’hygiène précaire.

JPEG - 88.1 ko
Forum Alternatif de l’Eau de Marseille

Droit universel à l’eau

Or en 2011, à l’occasion du 6ème forum mondial de l’eau, à Marseille, 130 pays se sont engagés à accélérer la mise en œuvre du droit universel de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, droit reconnu par l’ONU en 2010. En France, la loi impose au maire de veiller à la salubrité publique. Dans son rapport de février 2010 sur l’eau et son droit, le Conseil d’Etat, de son côté, recommande d’obliger les communes à rouvrir des points d’eau collectifs aux sans abri. Et la loi du 7 février 2011 renforce la solidarité des communes dans le domaine de l’alimentation en eau et l’assainissement des personnes en situation de précarité sans discrimination des usagers qu’ils soient abonnés direct ou non des services de l’eau et de l’assainissement.
En 2012, les associations obligées, faute de volonté politique, de prendre en charge cette salubrité, ont interpelé la ville de Marseille et la direction de la santé publique, sans succès. Eté 2013 : même tentative sans résultat pour exiger l’accès à l’eau auprès de la ville de Marseille, l’Agence Régionale de la Santé, la direction départementale de la cohésion sociale, la préfecture, et la communauté urbaine qui a la compétence eau sur l’ensemble du territoire. A la même époque, la nouvelle délégation de SP a été confiée à la SEM, société des eaux de Marseille. Cette dernière ne prévoit pas la mise en place de toilettes publiques. Seule la construction de deux fontaines par an est au programme. Bref, les autorités compétentes font la sourde oreille !
Les associations en charge des plus précaires à Marseille ont donc décidé d’agir et proposent un plan complet pour pallier à cette insuffisance. Elles recommandent d’ouvrir ou rouvrir les fontaines publiques à proximité des bâtiments administratifs et culturels, des marchés, dans les parcs et jardins. Elles proposent également de construire des points d’eau accessibles, fonctionnels et gratuits et des toilettes dignes et gratuites sur l’ensemble du territoire. La création de douches municipales gratuites « en nombre suffisant et en bon état » est également requise. Enfin, elles souhaitent permettre le raccordement temporaire des bidonvilles et des squats ainsi que d’assurer partout l’évacuation des déchets.

A titre de comparaison et pour alerter sur cette situation marseillaise intenable, les organisateurs citent en exemple d’autres villes, telles que Hyères, qui compte une soixantaine de bornes fontaine pour une population de 55000 habitants. Paris, a mis en application le droit à l’eau pour les squatteurs avec 1200 points d’eau potable gratuits. Et la ville de Lyon possède 31 cabines de douche pour 480 000 habitants.
Les associations ont donc invité les candidats aux municipales à signer une charte d’engagement pour « un accès à l’eau des populations les plus précaires. »

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard