Articles

 

Marseille capitale de la couture

8 septembre 2008 - Dernier ajout 18 septembre 2008

Quand il s’agit de mode point n’est besoin d’attendre 2013 pour se faire sacrer capitale. En matière de fil et d’aiguille la citée phocéenne, avec, par exemple, Tata Zize, Madame Zaza of Marseille ou encore Casablanca, prouve qu’elle n’a pas grand-chose à craindre de ses éventuelles rivales. Et pour s’assurer du titre, il reste encore dans la manche de la Bonne Mère, un atout de taille. Elle s’appelle Inari et tient la boutique du même nom, rue Fontange dans le VIe arrondissement. Jeune créatrice, inventive et originale, elle a choisi Marseille pour y développer sa griffe et son talent.


 

« Inari, c’est magnifique ! J’adore ! » Il ne s’agit pas là d’un slogan imprimé sur des tracts publicitaires, mais du cri enthousiaste d’une jeune cliente venue avec ses sœurs chercher son bonheur dans la boutique. Au vu des restes de la collection, une fois les soldes d’été passés, on se doute que la jeune fille n’est pas la seule en ville à être séduite par les talents de la couturière.

Ici, comme l’explique Inari, l’on trouve « des vêtements urbains très féminins », c’est-à-dire des habits conçus pour la vie citadine mais qui mettent la femme qui les porte en valeur. « Se faire plaisir et être différente » pourrait être sa devise. Elle s’applique aussi bien aux clientes, furetant dans la boutique, qu’à elle-même lors de la création des modèles. La ligne est pure sans être austère, parfois inspirée rétro, permettant à chaque pièce de s’adapter au caractère de sa future propriétaire. L’exigence de qualité qui transparaît dans chaque vêtement, du choix de la matière, noble, comme le coton, la laine ou le feutre, les finitions, la sobriété générale de l’ensemble font honneur à ses origines finlandaises. La rigueur nordique s’arrête là, Inari est née dans le Vaucluse et la gaîté du midi se retrouve aussi bien dans son sourire que dans les fleurs délicatement sérigraphiées de la collection été ou dans la légèreté d’un volant en tulle sur une jupe couleur pastel. Le Japon, terre de minimalisme, la passionne, mais les années 1920-30 l’inspirent aussi.

Son style à part, vraiment original, a très vite été remarqué. En 2001 elle commence une formation en alternance, chez « Casablanca ». Elle abandonnera vite le côté scolaire, ayant peu d’accointance avec l’école en général, mais restera chez le couturier car « c’est un vrai magasin de créateur avec l’atelier derrière ». En 2004 elle dépose sa marque « Inari » et se retrouve, en 2006, lauréate de la « Charte des créateurs », qui distingue tous les deux ans trois créateurs de la région. « C’est un atout, il n’y a qu’à Marseille qu’il existe une telle institution, qui aide vraiment les jeunes qui démarrent dans le métier ». Passée par l’A.D.I.J.E, une « pouponnière d’entreprise », La jeune femme aussi talentueuse qu’entreprenante, tient maintenant et depuis deux ans la fameuse boutique, à la façade fraîchement repeinte, de la rue Fontange.

JPEG - 36.8 ko
Le magasin Inari

Au final c’est le plaisir de porter un vêtement à nul autre pareil avec, comme le confient bien des clientes, un retour très flatteur, du style : « Comme tu es belle dans cette robe ! » au lieu du simple et plus commun : « Tu as une super robe ! »

Boutique Inari : 16, rue Fontange 13006 Marseille
Contact : 04.91.33.61.02., ou inari@inari.fr
Internet : www.inari.fr ou encore http://www.myspace.com/inari13

 

 

Autres articles Marseille Provence, capitale européenne de la culture 2013Les artistes

 

Articles récents

Articles au hasard