Articles

Accueil > Actualités > Margarita Zapata : « nous sommes dans une société en crise, nous n’avons pas (...)

 

Margarita Zapata : « nous sommes dans une société en crise, nous n’avons pas de projet » au Mexique

16 septembre 2010

Margarita Zapata de Choiseul, petite-fille du Général Emiliano Zapata est l’invitée de choix de l’ACFM (Association des Cultures Franco-Mexicaines) à l’occasion du festival « México Mágico » (lire notre article du 15 septembre). Elle donnera une série de conférences entre Marseille, Aix-en-Provence, Avignon et probablement Lyon. Sa présence s’imposait au vu de la thématique de cette 6e édition : la Révolution mexicaine dont l’un des héros fut justement son aïeul. Si le festival célèbre le Centenaire de la Révolution de 1910 et simultanément le Bicentenaire de l’Indépendance, Mme Zapata rectifie « il n’y a rien à fêter, seulement à commémorer ». Point de vue sur le Mexique, d’hier et d’aujourd’hui par cette spécialiste des Droits de l’Homme.


 

JPEG - 67.2 ko
Margarita Zapata de Choiseul, petite-fille du chef révolutionnaire mexicain à Marseille.

L’Indépendance ? Elle ressent un sentiment de rage, d’impuissance. Le pays a cessé d’être une colonie de l’Espagne pour devenir une nouvelle colonie, les Etats-Unis du Mexique. « C’est une perte d’identité » toujours actuellement, « nous vivons le néocolonialisme, le Mexique est une colonie des Etats-Unis ». Charismatique, Margarita Zapata séduit son auditoire à n’en point douter. Perspicace, téméraire, le combat pour un Nouveau Monde, empreint de liberté, d’égalité ne l’effraie pas. Une liberté de ton que peu doivent apprécier. A l’image des célébrations du 5e centenaire de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. Elle avait alors déclaré que les Espagnols « ont arraché notre pays, coupé nos branches,… ». En esquissant un sourire, elle ajoute, « ils ont du regretter de m’avoir invité ». Ces mexicains cherchent encore à renaître des racines de leurs ancêtres, meurtries. Ils n’ont jamais cessé de lutter pendant ces deux cents ans –guerre de l’Indépendance contre le Royaume d’Espagne en 1810.

Indépendance (1810) : « on a remplacé une élite par une autre élite »

Elle n’en démord pas, l’Indépendance n’est pas survenue au bon moment. Le Mexique est resté sur une position conservatrice hispanique. « On a remplacé une élite par une nouvelle élite, les espagnols par les créoles (espagnols nés au Mexique) » fait observer la descendante du chef révolutionnaire. Un siècle plus tard, se déclenche la Révolution mexicaine (1910-1920) qui provoquera le départ en exil du président Porfirio Diaz. Cette fois, le mouvement est populaire. C’est la première révolution sociale sur le continent américain, la deuxième révolution politique après la France, précédant la révolution russe de 1917. L’image d’Emiliano Zapata reste très vivace « il est toujours présent dans le cœur des mexicains » confie-t-elle. En revanche, elle déplore que certains exploitent sa légende « par opportunisme électoral. Zapata est un homme qui fait vendre », exprime sa petite-fille.

Quels bénéfices pour la Révolution mexicaine ?

Pour quels changements ? Margarita Zapata s’interroge. « Pour la population : plus de pauvreté, plus de misère. Pour le pays : plus d’inégalité, plus d’injustice ». Le Mexique représente une terre de paradoxes : 60 % de la population vit dans la pauvreté alors que le pays se classe 13e puissance économique mondiale. Le constat est amer, très critique. Selon elle, le gouvernement n’agit pas et maintient le peuple dans cette situation. « Il y a une fracture sociale : trop-plein de richesse, trop-plein de pauvreté » s’insurge-t-elle. 5 millions de mexicains ont tenté leur chance aux Etats-Unis. Dans les campagnes, la situation est pire. Contraints de vendre leurs parcelles, les paysans abandonnent les terres pour survivre dans les grandes villes du pays. Leurs enfants sont devenus de potentiels délinquants. La colère gronde en Margarita Zapata.

Une problématique conséquente est à considérer : le Mexique est un lieu de passage. Les émigrants d’Amérique latine sont refoulés aux frontières des Etats-Unis et restent par dépit au Mexique. Le peuple est victime de crimes organisés, des autorités publiques selon elle. « On peut parler de génocide avec les 72 cadavres trouvés dans une ferme » (NDLR : un charnier de migrants clandestins, découvert près de San Fernando le 25 août dernier, conséquence tragique de la guerre des cartels de la drogue qui sévit notamment dans cette région).

JPEG - 45.5 ko

Un gouvernement très critiqué

Le discours est aussi politisé. Le gouvernement de Felipe Calderon n’est pas de son camp politique. Certes la situation est complexe, difficile à comprendre. Pourtant, elle affirme que « comme en Amérique latine, nous vivons une dictature, pas militaire mais civile. On revient à l’époque de l’insurrection ». En s’appuyant sur des exemples, elle critique ouvertement la politique menée dans plusieurs états du Mexique. Des lois pénalisent les femmes, des droits ne sont pas respectés comme le principe de l’avortement. Elles peuvent être condamnées pour homicide volontaire, s’accompagnant de peines de prison lourdes –jusqu’à 30 ans. Ou encore, des prêtres depuis leurs chaires n’hésitent pas à faire de la propagande pour des hommes politiques selon Mme Zapata.

Le panorama n’est pas très glorieux. Le Mexique est une société en crise, « une crise de valeurs » déclare-t-elle. Elle ne concerne pas ce seul pays mais le monde entier. « On ne peut pas dire que la situation soit meilleure dans d’autres pays de l’Amérique latine » relativise Margarita Zapata. Or, son inquiétude est perceptible « nous n’avons pas de projet, nous sommes tombés dans un individualisme très dangereux » avoue cette rebelle dans l’âme.

Des solutions peuvent se profiler en explorant le domaine de l’éducation et l’engagement individuel. Margarita Zapata préfère garder confiance, « il ne faut pas renier notre passé pour avoir conscience de notre présent, et dessiner notre futur ».

ACFM, tél 04 91 90 10 95, e-mail contact@acfm.net, site http://www.acfm.net Conférences de Margarita Zapata

Jeudi 16 septembre à Marseille : lycée Thiers à 14h ; Euromed à 17h 30 ; Equitable café, se renseigner. Samedi 18 septembre à Marseille : théâtre Toursky à 17h. Lundi 20 septembre à Aix-en-Provence : IUFM à 16h

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard