Articles

Accueil > Actualités > Mal-logement : l’appel de la Fondation Abbé Pierre

 

Mal-logement : l’appel de la Fondation Abbé Pierre

11 mars 2011

A Marseille, la Fondation Abbé Pierre présentait ce 8 mars un rapport alarmant sur l’état du mal-logement en France. Un véritable livre noir du logement qui montre une situation dramatique croissante. Actuellement, dans notre pays, 3 600 000 personnes dont 600 000 enfants sont mal logées.


 

JPEG - 90.5 ko

« Carton rouge au mal logement » : la campagne de la Fondation Abbé Pierre interpelle les pouvoirs publics. Comment réagir face à ce contexte d’aggravation ? Le logement doit faire l’objet de nouvelles politiques, doit être au centre des priorités dans les années à venir pour éviter les écueils, exposés dans les deux films et de vivre ces existences indignes.

Des extraits de ces documentaires, présentés lors de cette journée ont dévoilé à l’assistance des situations tragiques de ces gens de la rue. L’un, Hope City, écrit et joué par des SDF a été dirigé par la réalisatrice Léa Jamet et le comédien Théo Trifard. Un sans-abri est reçu par une assistante sociale. « On ne peut pas vous aider continuellement. Il faut vous faire aider par un psychologue » lui conseille-t-elle. Agressif, le jeune homme lui rétorque, « je veux des bons alimentaires. Je ne suis pas débile, j’ai faim ».

Roms : mal-logement et racisme

De la fiction réaliste au documentaire, réalisé par Anne-Aurélie Morell, journaliste et Ahmed Nadjar, responsable du magazine web sur les diversités, Med’in Marseille : le but est identique. Il faut alerter les pouvoirs publics, faire bouger les choses. Ce film, financé par la Fondation Abbé Pierre et l’AMPIL (Action Méditerranée d’Insertion sociale et de Logement) traite de la question des Roms à Marseille. Selon Anne-Aurélie, toutes les institutions doivent travailler ensemble sur la question. « Leur spécificité : les Roms sont dans une situation de mal-logement et de racisme extrême », explique-t-elle. Ils sont 2 à 3 000 sur Marseille, le film tend à démontrer qu’ils peuvent tout à fait se fondre dans la société marseillaise. Le logement étant l’un des premiers facteurs d’insertion.

En France, ils sont 700 000 à être privés de domicile personnel, près de 2.8 millions de personnes vivent dans des conditions de logement très difficiles. Près de 90 000 gens du voyage ne peuvent accéder à une place dans les aires d’accueil aménagées. Plus de 5 millions sont en situation de réelle fragilité (locataires en impayé de loyer, logement dans une copropriété en difficulté, personnes en situation de surpeuplement). On estime à plus de 10 millions de personnes, touchées par la crise du logement.

JPEG - 74.8 ko

De nouvelles victimes : classes moyennes et propriétaires

Pas de doute. La récession économique a fini de dévaster le marché immobilier déjà affaibli par l’explosion des prix. Cette crise a aggravé la faiblesse des ménages pauvres et précaires. Pire encore, elle a instauré de nouvelles fragilités, en particulier les classes moyennes, frappées par une expulsion, un licenciement, un drame dans leur situation familiale. Autre catégorie sociale touchée sont les propriétaires. « Des propriétaires se retrouvent sous le seuil de pauvreté. Ils perdent leurs biens car ils n’ont pas d’argent pour l’entretenir » souligne Fathi Bouaroua, directeur régional de la Fondation Abbé Pierre. « La propriété ne met pas à l’abri de la pauvreté. Parfois, les revenus de certains propriétaires ne dépassent pas 8 000 €/an ».

Le rapport national sur le mal-logement ne doit pas masquer les réalités locales. Entre autres, la question des Roms revient très fortement sur Marseille et Aix-en-Provence. Par ailleurs, « la région se veut riche. Mais on compte 20 % de chômeurs en plus entre 2008 et 2009. Et entre 2009 et 2010, 20 % de plus de bénéficiaires du RSA » affirme Fathi Bouaroua. De surcroît, la production de logements est insuffisante. 5 000 sont construits par an, il en faudrait 15 000 (source Fondation Abbé Pierre).

La question de la taxe sur les logements vacants

La commune reste la collectivité la plus compétente en la matière –PLU (plan local d’urbanisme), pouvoir de mise en place de taxe vacance. C’est-à-dire que le propriétaire doit régler une taxe sur logement vacant si celui-ci n’est pas loué.

Parmi les propositions de la Fondation Abbé Pierre, on retrouve l’élargissement de l’obligation de la taxe vacance dans les agglomérations de plus de 50 000 habitants (contre 200 000 aujourd’hui). « On pourrait essayer de remettre sur le marché les logements vacants » précise Joaquim Soarès, directeur national Animation Territoriale de la Fondation Abbé Pierre. On évalue en France, de 1.8 à 2.2 millions de logements vacants. Dans la région, on en dénombre 240 000, chiffre équivalent au nombre de mal logés -80 000 dans les Bouches-du-Rhône, plus de 30 000 à Marseille.

Pour le responsable national, il y a donc nécessité de relancer la machine à production de logements. La Fondation formule le souhait de 500 000 logements/an -340 000 réalisés en 2010 en France. « En-dessous de 500 000, on ne résorbe pas le déficit » fait remarquer M. Soarès. Autre proposition : il faut orienter la production sur la demande sociale. On recense 1.2 millions de demandeurs dans le secteur du logement social ou HLM. Un bémol, la commune ne construit pas forcément dans le « social » selon Joaquim Soarès. Et le tout-propriété, tant désiré par le président Sarkozy n’a pas donné les résultats escomptés –on peut noter l’échec de l’Espagne sur ce point.

JPEG - 52.7 ko

Régulation du marché indispensable

Il lui paraît indispensable de réguler le marché. Le parc privé est devenu très spéculatif, l’investisseur cherchant à louer le plus cher possible. Aujourd’hui, ce système doit être révisé par un encadrement des loyers.

Les loyers ont longtemps été réglementés par la loi de 1948, imposant un calcul scientifique. Ce n’est plus le cas, « on ne peut pas louer une cave à 600 € » s’insurge Fathi Bouaroua, « on doit permettre aux gens d’être logés dignement ». Et de poursuivre « le logement est devenu un objet de spéculation. Il faut donner une valeur au bien »…et retrouver le sens des valeurs. Le mal-logement n’est plus acceptable.

Fondation Abbé Pierre, http://www.fondation-abbe-pierre.fr. Chantier pour une politique du logement, http://www.chantierlogement.com

Une pétition circule dans le cadre de la campagne « Carton rouge au mal-logement »

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard