Articles

Accueil > Actualités > Mal logement : « en fonction de l’engagement des candidats à la (...)

 

Mal logement : « en fonction de l’engagement des candidats à la présidentielle, nous ferons connaître notre choix aux électeurs »

7 février 2011

Il y a une semaine, paraissait le 16e rapport de la Fondation Abbé Pierre sur le mal logement. Le constat, toujours alarmant, fait état cette année d’une précarisation grandissante des classes moyennes, touchant également des propriétaires. Avec ce rapport, noir, l’association adresse un carton rouge au gouvernement et appelle les candidats à la présidentielle à faire des propositions. Dalo, loi SRU, situation en PACA... Fathi Bouaroua directeur régional de la Fondation, fait le point.


 

Le 16e rapport de la Fondation Abbé Pierre sur le mal logement vient de paraitre. Que contient-il ?

Nous avons comme chaque année le 1er février, date anniversaire de l’appel de l’Abbé Pierre en 1954, sorti notre rapport sur le mal logement. Hélas cette année, ce rapport montre les mêmes constats faits précédemment, encore plus aggravés par le fait qu’il y a une précarisation généralisée, que les classes moyennes sont réellement touchées. La grosse particularité de cette année, c’est que même la propriété ne protège plus et l’on dénombre aujourd’hui en France quasiment 20 % des propriétaires qui occupent leur logement, qui vivent sous le seuil de pauvreté. C’est compliqué : il faut entretenir son bien, il faut réparer, il faut payer ses charges. Donc nous avons depuis quelques temps des propriétaires qui se retrouvent en situation de surendettement et quelques fois à la rue du logement qu’ils ont payé parce qu’ils ne sont plus en capacité de s’acquitter des charges de copropriété. Nous sommes rentrés aujourd’hui dans une logique spéculative sur la question du foncier mais aussi d’autres charges : l’électricité qui a encore augmenté, les dépenses liées à l’énergie, aux travaux, aux services... Ne s’en sortent désormais que les classes moyennes supérieures.

Le constat est toujours aussi alarmant, on assiste à un millefeuille de rapports, il y a des lois,... Qu’est ce qui peu encore changer, qu’est ce qui peut encore bouger ?

Le 16e rapport cette année est un rapport noir. Dans ce rapport noir, nous disons que nous donnons un carton rouge au gouvernement. Et nous spécifions qu’à compter de cette date du 1er février, nous nous engageons en tant que Fondation Abbé Pierre à faire un livre blanc pour préparer les prochaines élections. En disant clairement qu’il faut que les futurs candidats à la présidentielle s’engagent réellement sur la question du logement de nos concitoyens. En l’absence de programme, de réponses adéquates, nous ferons connaître à l’ensemble des électeurs les choix que nous aurons faits en fonction des propositions des candidats. En parallèle, nous organisons des grands débats avec tous les acteurs du mal logement et également des campagnes de presse, notamment celle sur le carton rouge. Cantona nous présente dans un film ce qui est un logement à prendre immédiatement. Il va y avoir d’autres personnes qui sont engagées contre le mal logement, des VIP, des sportifs, des intellectuels qui disent que la situation est devenue insupportable. Que la France des propriétaires que l’on nous avait promis, on en est loin. Que les propriétaires qui vivent avec moins que le Smic ou le Smic sont dans la mouise. Que les locataires du secteur privé sont en situation extrêmement difficile. Parce que le budget consacré au loyer, le taux d’effort pour payer son loyer de manière globale est autour de 40 % de leurs ressources hors charge et hors allocations logement, alors que dans le domaine public, c’est entre 20 et 25 %. Voilà pourquoi notre combat aujourd’hui c’est de construire du logement. Du logement social d’abord. Il faut arrêter de faire des cadeaux fiscaux aux investisseurs privés qui font de la spéculation sans contre partie. Quand l’Etat donne 80 000 euros par logement à des investisseurs privés qui fixent des loyers entre 12 et 14 euros du m², alors qu’il ne donne que 30 000 euros pour les logements sociaux dont le loyer représente 5 à 6 euros du m² on se demande à quoi joue ce gouvernement, à quoi jouent nos constructeurs, nos promoteurs, qui profitent encore de la spéculation. Aujourd’hui on sert une minorité contre une grande majorité.

Ne craignez-vous pas qu’en contraignant les politiques à s’engager, cela reste ensuite lettre morte une fois l’élection passée, comme ça a été le cas pour le pacte écologique que Nicolas Hulot avait fait parapher à tous les candidats à la présidentielle en 2007 ?

L’engagement des candidats ne vaut que pour ceux qui les croient. Notre souci dans ce travail c’est de mobiliser tous les Français, de leur faire comprendre que ce qui est important c’est de refuser la précarisation par le logement comme on a accepté la précarisation par l’emploi. Entre les dépenses contraintes, le loyer, l’assurance du logement, les dépenses obligatoires, nécessaires, comme l’électricité, l’eau, le transport, la santé... On s’aperçoit qu’il reste pour les ménages à faible ressources, très peu pour vivre. Il suffit d’une dépense exceptionnelle, une fuite d’eau par exemple, et vous pouvez perdre votre logement, et peut-être votre emploi. Il faut que ce soit pris en compte dans une société où jamais dans le monde on n’a produit autant de richesses, alors qu’on raconte qu’il faut que l’on se sert la ceinture. C’est un problème de répartition des richesses et effectivement le combat de la Fondation est de dire qu’il faut que la solidarité nationale redevienne ou soit une réalité dans ce pays, au moins par rapport au logement. Après, l’emploi est une chose plus complexe mais nous faisons confiance aux syndicats sur cette question.

Concernant le Dalo, est-il effectif, suffisant ?

Le Dalo n’est pas un leurre contrairement à ce que disent certains. C’est la reconnaissance d’un droit au logement sur lequel nous avons enfin un recours. Auparavant pour avoir un logement, certains invitaient à aller à la permanence de l’élu, ou de passer par un ami, ou de donner une enveloppe, ou de quémander son logement. Depuis, avec cette loi, nous avons la capacité du recours, ce qui est nouveau. Ce recours a deux niveaux : un recours amiable, puis au bout de six mois, si vous n’avez pas obtenu de logement, vous êtes en droit d’aller devant les tribunaux et d’attaquer le préfet, et donc l’Etat. Cette loi permet d’acculer les acteurs à trouver des réponses. C’est sûr que ces réponses resteront limitées. Sur tout le territoire, il y a 110 000 ou 120 000 ménages qui ont accepté de déposer un recours, 17 000 au niveau régional, 10 000 dans les Bouches-du-Rhône.

Quelle est la situation du logement social en PACA ?

Au niveau national c’est 1.2 millions de demandeurs de logements sociaux. En PACA c’est 104 000 personnes, et encore ce sont ceux qui osent le demander. Si on devait répondre immédiatement aux besoins, ce serait impossible. Donc il faut construire. Il y a une volonté affichée par l’Etat, mais les actes ne suivent pas, les budgets ne suivent pas. Vous verrez dans le budget 2011 de l’Etat des baisses conséquentes des sommes allouées au logement social : moins 110 millions d’euros. On est sur une volonté de désengagement de l’Etat. Et les réponses quand il y en a ne correspondent pas nécessairement à tous les demandeurs : il y a essentiellement des T3, alors qu’il faudrait des T1 pour les étudiants et des T4 ou 5 sur lesquels il y a peu de turn-over. En PACA il faudrait en réalité 200 000 logements. L’année dernière dans notre région, 8 000 logements sociaux ont été construits, auxquels il faut enlever 2 000 logements qui sont en PLS, c’est à dire des logements intermédiaires en direction des classes moyennes. Il faut aussi soustraire environ un millier de logements qui servent à reloger des personnes qui partent d’immeubles que l’on détruit dans des cités dites en difficulté dans le cadre de la rénovation urbaine. Qu’est-ce qui reste ? 5 000 logements nouveaux en PACA chaque année. Plus 2 ou 3 000 logements qui se libèrent du fait de décès, ou d’accession à du logement privé. Ca vous fait environ 8 000 logements disponibles par an.

Un bilan du respect de la loi SRU par les communes le devant, montre que nombre d’entre elles ne respectent pas l’obligation d’avoir 20 % de leur parc de logement consacré au social. A part leur mettre des amendes, comment les pousser à respecter les dispositions légales ?

L’article 55 de la loi SRU, qui date de 2000, est un texte très important lui aussi. D’abord, il ne concerne qu’un millier de communes sur les 36 000 que compte la France. Sauf que pour se mettre en règle avec la loi, on leur a donné vingt ans. Il se trouve que certaines communes qui n’ont que 500 logements à construire pour atteindre les 20 % n’y sont toujours pas arrivées. Je rappelle que 60 à 70 % de la population française a des ressources qui leur permettraient de solliciter un logement social. Les amendes commencent à être dissuasives. Par exemple Nice l’année dernière a payé 827 340 euros pour non respect de la loi. Et nous avons des maires, qui, malgré la facture qui s’élève pour certains de 32 à 38 euros par habitant, continuent à dire qu’ils ne construiront pas de logements sociaux.

Nous devons donc nous poser la question de savoir si l’amende qui finalement porte sur l’impôt, ne doit pas être accompagnée d’autres modes de pression : notamment faire que les maires n’aient plus le pouvoir sur les sols, que désormais les permis de construire ne soient plus donnés que par l’Etat dans les villes où 50 % de l’objectif qui était fixé n’est pas atteint. Il faut bien trouver des sanctions, et toucher à leur pouvoir ce serait déjà pas mal. Qu’ils soient inéligibles je serais pour mais visiblement les électeurs souhaitent encore les élire puisque justement certains maires ont remporté des élections sur le fait qu’ils ne feraient pas de logements sociaux. Ensuite, il faut que les fantasmes s’arrêtent : les grandes barres, cités concentrationnaires d’étrangers et foyers de délinquance, c’est une idée qui est fausse. Enfin cette loi SRU a au moins le mérite de poser la question de la mixité. Quand on applique la mixité sociale dans les Zus, les zones Anru, et dans les quartiers pauvres c’est un peu facile et c’est encore un moyen d’exclure les plus démunis. Il faudrait également augmenter la part de PIB investie par les politiques publiques sur le logement. Pour nous il serait nécessaire qu’elle soit de 2 % contre 1,7 aujourd’hui.

Dans les années 2006-2007, nous avons assisté à un boom de la construction, il y avait des grues partout. Cette bulle spéculative a explosé. En France on a voulu sauver les banques, et on a également sauvé les constructeurs privés parce que l’Etat à alloué de l’argent aux organismes HLM pour racheter au secteur les VEFA (vente en état futur d’achèvement). Les carnets de commande de Bouygues, de Kaufmann & Broad et consorts ont pu sortir grâce à l’argent de l’Etat, ce qui a permis au secrétaire d’Etat au Logement de dire l’année dernière « regardez on a beaucoup évolué »...

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard