Articles

Accueil > Med’in France > Logement cher : Mélenchon et Joly occupent le terrain

 

Logement cher : Mélenchon et Joly occupent le terrain

12 janvier 2012

Lundi soir, quatre heures durant, le théâtre du Rond-Point s’est transformé en petit village d’irréductibles. A l’appel de l’association Droit au Logement (DAL) et de la Fondation Copernic, la mobilisation contre le logement cher a réuni diverses personnalités politiques, syndicales et associatives. Des collectifs d’habitants et des centaines de citoyens étaient aussi au rendez-vous, dans une salle pleine à craquer. Pour tous, l’urgence de l’accessibilité des logements : « un toit, c’est un droit ».


 

JPEG - 76.9 ko

18h30, lundi soir. La salle du théâtre du rond-point est pleine à craquer. Le marathon contre le logement cher peut commencer. Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du DAL, commence par rappeler que la question du logement est sous-estimée. Et avec elle, la souffrance de ceux qui vivent dans la rue, dans les taudis (3,6 millions de personnes sont pas ou mal logées), les locataires qui ne savent pas s’ils parviendront à payer leur loyer à la fin du mois. C’est le cas d’un français sur cinq. « En dix ans, alors que le coût de la vie augmentait de 20%, les loyers HLM augmentaient de 29%, et les loyers privés de 50% à la relocation », souligne le porte-parole. Et les surprofits sont indécents : « ces dix dernières années, cela correspond à 450 milliards engrangés par les bailleurs ! », s’offusque-t-il.

JPEG - 28.4 ko
Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du DAL

Depuis 20 ans, le DAL lutte contre le logement cher. Aujourd’hui, la plate-forme Logement des mouvements sociaux (regroupant diverses associations, dont ATTAC, le DAL, la Fondation Copernic, le FSU, Halem, Jeudi Noir, le MRAP, RESF, SUD logement social, le Syndicat de la Magistrature, Union Syndicale Solidaires…) propose des solutions. Trois mesures urgentes, d’abord :

1) un moratoire sur les expulsions locatives sans relogement durable et décent. Celles-ci ont doublé en dix ans, pour dépasser les 10 000 par an.

2) Le respect de l’obligation d’accueil inconditionnel de toute personne à la rue. Cet été, 5000 hébergements d’urgence ont été fermés par Sarkozy. Et aujourd’hui, 133 000 personnes sont sans domicile, dont 33 000 sans-abri.

3) L’application et l’amélioration de la loi de réquisition sur les logements et locaux vacants depuis plus de six mois, le triplement de la taxe sur les logements vacants et la mise à disposition des biens vacants publics. En 2010, 2,12 millions de logements vides ont été recensés par l’INSEE en France. Le collectif Jeudi Noir, bien connu pour ses réquisitions ultra-médiatisées, a ironiquement appelé à sa propre disparition, dans les plus brefs délais, si cette loi était appliquée.

La plate-forme propose aussi une série de mesures pour lutter dans la durée contre le logement cher :

4) La baisse et la régulation des loyers dans le privé, avec un objectif de baisse générale de 20%.

5) La baisse immédiate de 20% des charges et des prix de l’énergie, puis le gel des hausses supérieures à l’inflation.

6) La taxation des profits à la revente, l’arrêt immédiat des mesures de défiscalisation de l’investissement locatif non social, la création de réserves foncières publiques.

Enfin, elle dessine une série de propositions pour « un vrai logement social » :

7) Le gel des loyers dans les HLM, afin de revenir au niveau des loyers de 2000, compensé pour les bailleurs sociaux par la hausse des APL.

8) Création nette de 200 000 vrais logements sociaux par an.

9) Maintien intégral de la ressource du livret A, restitution à la Caisse des Dépôts et Consignations de l’épargne détournée par les banques à des fins spéculatives, afin de financer la réalisation des logements sociaux et d’un programme massif de mise aux normes énergétiques.

10) Abrogation de toutes les mesures de marchandisation du logement social depuis 2002, en supprimant les CUS (conventions d’utilité sociale) qui imposent la vente massive des HLM et la dérégulation progressive des loyers HLM, en mettant fin aussi à la privatisation rapide des offices HLM et à la délégation aux promoteurs de la réalisation de logements sociaux.

11) Mise en œuvre et renforcement de la loi SRU : il faut retirer la compétence des permis de construire aux communes qui ne respectent pas l’obligation de 20% de logements sociaux. Il faut aussi, sur 20 ans, élever le taux à 25%.

12) Création d’un service public du logement, mobilisation de budgets publics nécessaires pour mettre en œuvre ces dispositions.

13) Abrogation de la loi Boutin, qui fait des HLM et des locataires une marchandise, accélère les expulsions locatives, précarise les locataires, limite le droit au relogement des habitants des logements indignes, réduit les moyens de financement du logement social, soutient la spéculation et l’exploitation des locataires.

JPEG - 51.9 ko
Eva Joly, candidate d’Europe Ecologie les Verts

Les candidats à la présidentielle ont été invités à se positionner sur la question du logement cher et à exposer leur programme en la matière. Première star de la soirée à s’avancer vers le micro, la candidate d’Europe Ecologie les Verts, Eva Joly. Un peu timide derrière ses lunettes rouges, elle dresse un bilan sombre de la situation : depuis 2006, le nombre de SDF a doublé : « On est loin des promesses de Nicolas Sarkozy, qui assurait au début de son mandat qu’avec lui, plus personne ne dormirait dans la rue ». Alors que la France compte 4 millions de chômeurs, et énormément de temps partiels subis, la hausse vertigineuse des loyers empêche des millions de français de se loger convenablement. Mais la candidate d’Europe-Ecologie Les Verts dessine aussi les contours d’une autre urgence, celle de la précarité énergétique. Alors quelles mesures prendre, face à ce constat ? Eva Joly en avance plusieurs. Tout d’abord, il faut « encadrer les loyers, avec un moratoire d’au moins trois ans ». Deuxième mesure, « interdire aux propriétaires de mettre fin aux baux pour augmenter le loyer d’un nouveau locataire ». Il faut aussi « isoler les logements existants, pour une vraie reconversion écologique. Cela participera à la création de 150 000 emplois dans l’économie verte, dans l’objectif de réhabiliter 300 000 logements par an ». Il faut aussi construire du neuf : « Nous avons un retard de 900 000 logements ! Il faut construire 150 000 logements sociaux par an, et imposer dans les programmes privés au moins 25% de logement social. En région parisienne, le chiffre devra être porté à 30% ».

JPEG - 44.8 ko
Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche

La salle est acquise, mais c’est l’arrivée de Jean Luc Mélenchon qui déchaîne les applaudissements. Le candidat du Front de Gauche est littéralement assailli de journalistes avant même de monter sur scène. Il débute son discours en refusant la fatalité du logement cher : « Le logement cher est une réalité sociale volontairement organisée. Le capitalisme s’enrichit à partir de la rareté ». Locations rares, donc chères, qui participent au rêve d’être propriétaire. Il décrit alors un autre temps, un temps où ce rêve de propriété n’était pas répandu : « Lorsque j’avais 15 ans, on vivait en HLM, on y vivait bien, très peu de gens voulaient quitter le confort de la location pour acheter. Mais l’Etat a laissé les HLM se dégrader. Alors vous pensez à devenir propriétaire, vous croyez que vous achetez un rêve, mais vous ne changez pas de statut, vous devenez locataire de la banque en vous endettant pour 25 ans ». En ligne de mire du candidat : les banques, le capitalisme et sa « cupidité ».

Alors comment sortir de cette situation ? Jean-Luc Mélenchon n’y va pas par quatre chemins : « il faut briser cette rareté. Le rapport de la fondation Abbé Pierre a fait les comptes : la France a besoin d’un million de logements supplémentaires. C’est-à-dire, 200 000 logements sociaux par an, pour qu’au bout du mandat, le compte y soit ». Mais où trouver l’argent pour un tel chantier ? Pour le candidat du Front de Gauche, « l’argent n’est pas un problème. Il y en a partout ». Il propose notamment de redonner au livret A sa vocation d’origine, pour qu’il soit réellement un placement d’épargne qui finance la construction de logements sociaux et qu’il cesse de servir la spéculation bancaire. Il propose également d’élever son plafond (actuellement 15 000€) à 200 000€. Mais il ne s’arrête pas là : « Il faut désobéir aux ordres injustes. Par exemple, cette loi qui permet l’expulsion des gens qui habitent les campings à l’année. Les parlementaires nous font honte : ces gens qui vivent en camping sont là car ils ne peuvent se permettre de vivre nulle part ailleurs ». Le candidat s’annonce donc pour la réquisition des logements vides : « Je ne vis pas bien lorsque je rentre chez moi et que je vois des gens dormir sur le trottoir », explique-t-il. Concernant le niveau des loyers, il n’est pas seulement pour un gel, mais carrément pour une baisse imposée : « Si les loyers diminuent, les gens vont consommer plus et mieux, la consommation, et donc l’activité seront relancées ». CQFD. Il évoque l’exemple allemand : « Là-bas, ils prennent une zone géographique, ils calculent la moyenne des loyers sur cette zone, et rabaissent tous les loyers qui dépassent. Pourquoi ne pas s’en inspirer ? », questionne-t-il, avant de terminer à propos de la loi SRU : « les maires qui ne l’appliquent pas doivent être poursuivis, et le préfet doit pouvoir se substituer à eux pour établir les permis de construire ». Si l’élection présidentielle se déroulait au théâtre du Rond-Point ce soir, nul doute que Mélenchon investirait l’Elysée. Il sort, le poing levé, ovationné par l’assemblée.

JPEG - 33.5 ko
Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS de Paris

Pas de François Hollande ce soir, mais une digne représentante du PS en la personne de Marie-Noëlle Lienemann, ministre déléguée au Logement dans le gouvernement de Pierre Bérégovoy, secrétaire d’État au Logement dans le gouvernement de Lionel Jospin, et aujourd’hui sénatrice PS de Paris. Selon elle, si le logement est cher, c’est la faute de la spéculation immobilière. Elle propose donc une taxe sur les profits immobiliers spéculatifs : « Avec une telle taxe, on aurait les moyens de financer la construction de logements sociaux. Aujourd’hui, la ségrégation sociale est à l’œuvre : les deux tiers des logements construits correspondent au tiers supérieur de la population. Ce n’est pas normal ». Elle aussi est pour un encadrement strict des loyers, et pour une « aide à la pierre » massive dans le budget de l’Etat, pour financer le logement HLM. 

L’UMP, elle, brillait par son absence, même si Christine Boutin était bien présente sur la plupart des banderoles dressées au fond de la salle, dénonçant les dégâts causés par sa loi de mars 2009.

Des interventions d’artistes, de militants ou de citoyens ont ponctué la soirée et amusé, interpellé ou ému le public. Albert Jacquard, soutien indéfectible du DAL, a choisi de citer Jean Giraudoux, dans sa pièce « Electre », comme pour faire écho à la situation actuelle et à la beauté de la lutte : « Comment cela s’appelle-t-il, quand le jour se lève, comme aujourd’hui, et que tout est gâché, que tout est saccagé, et que l’air pourtant se respire et qu’on a tout perdu, que la ville brûle, que les innocents s’entre-tuent, mais que les coupables agonisent, dans un coin du jour qui se lève ? Cela a un très beau nom. Cela s’appelle l’aurore ». Josiane Balasko a elle choisi de lire un texte diablement actuel, bien que daté du 19ème siècle, de Friedrich Engels sur le logement parisien et les enjeux de sa transformation par Haussmann. MissTic, l’artiste graff qui s’accapare les murs de la cité comme des panneaux d’expression libre, a ensuite offert un diaporama, florilège de ses messages muraux en lien avec le logement et les luttes citoyennes.

JPEG - 28.4 ko
l’une des œuvres de MissTic, projetée dans la salle

Les dessinateurs Charb et Faujour se sont pliés au jeu du dessin en temps réel, et on bien singé les intervenants, sous l’œil amusé du public. Les familles expulsées, notamment celles de Saint-Denis, en lutte actuellement, les oubliés de la loi DALO ont pu prendre eux aussi la parole et expliquer leurs combats.

JPEG - 44.1 ko
Willy Pelletier, de la Fondation Copernic

Willy Pelletier, de la Fondation Copernic, a clôturé cette longue et riche soirée. « Que faire après ce soir ? Que faire pour que ça ne soit pas un débat de plus, qui ne change rien ? Nous sommes en train d’organiser une vraie campagne sociale et politique sur la question du logement. La politique est une chose trop sérieuse pour être laissée aux politiques. Seules les luttes paient ». Selon lui, la loi DALO est un effet d’annonce qui n’a pas les moyens de tenir ses promesses. En effet, en décembre 2010, 59% des prioritaires n’étaient toujours pas relogés, et en Ile de France, le chiffre se porte à 70%. Pour lui, « le combat contre le logement cher dépasse la question du logement. C’est un combat pour une meilleure répartition des richesses. C’est une lutte socialiste, du temps où tous les socialistes étaient encore socialistes » ironise-t-il, avant d’évoquer un tour de France pour expulser tous les expulseurs : « Les migrants, les jeunes, les travailleurs précaires sont dans l’insécurité sociale et économique permanente. Cette insécurité doit changer de camp ».

Alors que les applaudissements retentissent et que Christian Paccoud entonne ses hymnes populaires à l’accordéon, on se met à penser aux indignés de Wall Street, de la Puerta del Sol et d’ailleurs. Après tout, nous sommes les 99%. Ce soir au théâtre du Rond-Point, on se prend à rêver qu’ensemble, nous pouvons dire non et faire changer cette société. La crise financière de 2009 n’est-elle pas partie de la crise immobilière des Etats-Unis et des crédits abusifs accordés à une population écrasée par les dettes ? Le logement cher apparait soudain comme le thermomètre des dérives d’un système basé sur la spéculation et le profit. Non, le logement n’est pas un bien comme les autres. C’est un droit fondamental qui nécessite une prise en charge publique. Un toit, c’est un droit.

JPEG - 42 ko
la salle comble du théâtre du Rond-Point, lundi soir

Appel à signer sur contrelelogementcher.org

 

 

Autres articles Med’in France

 

Brèves Med’in France

  • Septembre 2015

     

    Un migrant somalien décide de rentrer chez lui en découvrant Tourcoing ! (C’est de l’humour)

    Il s’appelle Kévin* (nom modifié pour l’article), il a 27 ans. Il met en garde tous ses compatriotes qui veulent venir dans le Nord de la France, et en particulier à Tourcoing. Il s’est installé dans la cité tourquennoise il y a trois jours, aux abords du Parc Clémenceau. Il y a installé une petite hutte faite de toile et de quelques panneaux de bois récupérés aux alentours. « J’avais lu des brochures sur internet qui disaient que c’était une ville très jolie. Elle a quatre fleurs au classement des villes et villages fleuris, ça compte quand même » raconte Kévin, accroupi sur le sol. « Je voulais fuir la Somalie et je me suis dit : c’est là-bas qu’il faut aller ! Bah on s’est bien foutu de ma gueule.« (...)

     

  • Août 2015

     

    Coup de gueule du Président de l’ADRA

    Dans un communiqué de Presse, le Président de l’ADRA "Algériens des deux rives et leurs amis" M.Yougourthen Ayad, condamne l’article paru le 16 août dans le quotidien algérien El Shourouk et qui qualifie les algériens issus de l’immigration d’irrespectueux envers les lois leur pays d’origine. Ayad Yougourthen Président de l’ADRA Cet article haineux publié par le quotidien "Echourouk" et qui généralise d’une manière légère le comportement des visiteurs algériens est inadmissible. La communauté nationale établie à l’étranger voue un amour sans condition pour son pays d’origine. Ceci n’est absolument plus à prouver et ce n’est pas une presse diffamatoire, donneuse de leçons en patriotisme qui peut s’octroyer (...)

     

  • Juillet 2015

     

    La Fête de l’AÏD Al-FITR est fixée pour vendredi

    Selon le site de la Grande mosquée de Paris Ce jeudi 16 juillet 2015 – correspondant au 29 Ramadhan de l’année 1436/H, « Nuit du Doute », réunie à la Grande Mosquée de Paris, la Commission théologique de l’Institut Musulman de la Mosquée de Paris présidée par son Recteur, le Docteur Dalil Boubakeur, en présence d’imams, de personnalités musulmanes, de responsables associatifs de mosquées et des membres du Bureau exécutif du Conseil français du culte musulman (CFCM), informe les musulmans de France que : La Fête de l’AÏD Al-FITR est fixée au Vendredi 1er CHAWWAL 1436 de l’Hégire, correspondant au VENDREDI 17 JUILLET 2015. Pour cette occasion l’équipe de Med in Marseille présente ses voeux à la communauté (...)

     

  • Juillet 2015

     

    Vas-y Marion, c’est Bon

    Dans la chaleur de l’été la belle Marion Maréchal nous voilà Le Pen a lancé mais pas trop fort sa campagne des régionales. Elle a fait cela en territoire blanc en évitant les réserves aux autochtones halés qui peut-être n’auraient pas aimé son discours inaugural. Elle a parlé du Pontet, personne ne sais où cela se trouve, elle peut y cultiver son côté maquisarde, ici Marion, les français parlent aux français, ta gueule Mohamed. Parce que la walkyrie est vache et pas qui rit. A côté son grand-père est un gauchiste pur jus d’orange, le Pontet étant pas loin de là, il y a soixante dix ans elle aurait pu être souris grise, la jolie gretchen, une charlotte Martel sans peur et sans reproche pataugeant dans de la (...)

     

  • Juillet 2015

     

    Une larme dans le pastis

    Le grand Charles s’en est allé. Pas le général s’est fait depuis longtemps, mais le Pasqua, le SAC à affaires des Hauts de Seine, celui que grugea le jeune Sarkozy en lui fauchant la mairie de Neuilly. Le terrorisateur des terroristes, l’exterminateur d’Oussekine. Même le président y est allé de sa pleurniche protocolaire comme Vals d’ailleurs. Enfin messieurs un peu de retenue. Ce grand Charles là n’était pas avec le FN l’adepte du ni-ni mais plutôt du oui-oui. Après des années de barbouzeries au service du gaulois où il s’occupa de l’OAS, puis des communistes de toutes obédiences enfin du racket, d’extorsions de fonds, et d’attaques à main armée. Il quitta prudemment le SAC de peur s’y retrouver enfermé en (...)

     

  • Juin 2015

     

    Youpi ! C’est la reprise

    1,2% l’Insee dit Youpi ! C’est la reprise. Hollande c’est maintenant....maintenant...enfin il a Gayet...! Gagné je veux dire au débarquement. Et les ménages consomment.... du Nutella. Pour boucler la boucle, les armes à feu sont toujours en libre circulation ?! "Ça tue !" dit Obalbasse (Obama). "Ah bon ?!" Répondent en cœur les Yankees. Sarko le reconnaît : "C’est une grosse fuite d’eau" les migrants....Moi je dis c’est pour compenser la grosse fuite de pétrole...demandez par exemple à Total et de matières premières...demandez à Areva. C’est pour compenser l’APD liée....C’est pour compenser ce que perdent ces territoires...je n’ai pas dit pays....ces territoires STRATEGIQUES de la France. Allez ! Prenez leur (...)

     

  • Juin 2015

     

    Pierre Stambul co-président de l’Union Juive Française pour la paix réveillé à 1h30 par le Raid

    Le RAID essaie de tuer RAID les opposants au sionisme ou comment le co-président de l’Union Juive Française pour la Paix finit en slip capturé par notre unité d’élite comme un terroriste retranché et armé tout cela dans le quartier difficile du Bd d’Haïfa dans le 8ème arrondissement de Marseille. Voilà comment s’est retrouvé un pionnier de la lutte pour le boycott des produits israéliens à 1h30 ce matin, payant sa solidarité avec le peuple palestinien. Pierre Stambul, professeur de son métier, homme de paix et de dialogue est-il la nouvelle victime de l’activiste Grégory Chelli, alias Ulcan, mercenaire farceur peut-être à la solde du Mossad ou de quelques officines peut catholiques qui joue au zorro pour (...)

     

  • Septembre 2014

     

    Traque aux chômeurs par François Rebsamen : la solution pour faire baisser le chômage vue par le gouvernement !

    Le ministre du travail François Rebsamen vient d’inventer une solution pour faire baisser le chômage. ! Eliminez les faux chômeurs…. C’est beaucoup plus facile que de faire baisser le chômage. Ce matin, mardi 3 septembre 2013 sur Itélé, il déclare : « En France, 350 000 emplois ne trouvent pas preneurs ». Et poursuit : « Je demande à Pôle Emploi de renforcer les contrôles pour être sûr que les gens cherchent bien un emploi », Et si ce n’est pas le cas, « il faut qu’il y ait, à un moment, une sanction », « c’est négatif, pour ceux qui recherchent des emplois, d’être à côté de personnes qui ne cherchent pas d’emploi ». Cette mission de contrôle nécessite un « état d’esprit différent, des convocations et des (...)

     

  • Mai 2014

     

    La rentrée scolaire est prévue pour le 2 Septembre 2014

    Le ministre de l’Education, Benoît Hamon, a précisé ce vendredi le calendrier de la prochaine rentrée scolaire. Les élèves ne débuteront pas leur année le 1er septembre mais le mardi 2 septembre. Ce qui évitera aux enseignants de faire leur pré-rentrée en fin août.

     

  • Avril 2014

     

    Lettre ouverte à mon collègue Manuel Valls par Fréderique Dutoit

    Cher Manuel, Tu nous refais le coup de la dette publique. Mais saches qu’« Une rengaine, c’est un air qui commence par vous entrer par une oreille et qui finit par vous sortir par les yeux », Raymond DEVOS. Tu nous dis que « Nous ne pouvons pas vivre au-dessus de nos moyens. Il faut casser la logique de la dette qui nous lie les mains ». Et tu veux réduire celle-ci de 50 milliards par des économies d’ici 2017 en diminuant les dépenses de 18 milliards pour l’Etat, 11 milliards pour les collectivités locales et 21 milliards pour la protection sociale dont 10 milliards d’euros sur les dépenses de l’assurance-maladie et 11 milliards sur la gestion du système social. Conséquences, presque toutes les (...)

     

Articles récents

Articles au hasard