Articles

Accueil > Actualités > Les violences faites aux femmes : elles se produisent partout

 

Les violences faites aux femmes : elles se produisent partout

8 novembre 2010

Les violences faites aux femmes restent hélas d’actualité. Déclaré Grande Cause Nationale 2010, le problème de société est pesant, tragique, très sous-estimé. Le 4 novembre, la Maison de la Région à Marseille accueillait la journée de lancement des actions de lutte contre toutes les violences faites aux femmes. Le CIDFF 13 (Centre d’information sur les droits des femmes et des familles des Bouches-du-Rhône) présentait avec ses partenaires institutionnels et associatifs le programme jusqu’à fin novembre dont la manifestation phare le 25 novembre aux Docks des Suds.


 

JPEG - 52.9 ko

Plus d’un million de femmes entre 18 et 60 ans ont été victimes de violences en France, en 2005 et 2006. 2009 : 140 ont été battues à mort par leur conjoint, 232 ont mis fin à leurs jours. 330 000 femmes ont subi des coups de leur conjoint entre 2006 et 2008 (source CODIF, Centre d’orientation, de documentation et d’information des femmes). « Pour les meurtres, on a tous les chiffres mais on est encore loin de la réalité » commente Gaëlle Lenfant, vice-présidente du Conseil régional déléguée aux Droits des Femmes. Concernant les violences au travail, une femme sur six se plaint de pressions psychologiques, 8.5 % d’agressions verbales. Femmes, victimes de viols, de mutilations sexuelles ou de mariages forcés se comptent par milliers. « On le sait tout cela mais il faut continuer de le dire » ajoute Catherine Body, directrice du CIDFF 13. D’autres formes de violences viennent s’ajouter à cette liste noire : violences économiques, sociétales, harcèlements psychologiques dans le cadre de la famille,…

Soirée du 25 novembre au Dock des Suds

Centres sociaux, maisons pour tous, associations, artistes s’impliquent en ce mois de novembre en région PACA et en particulier sur le département, Arles, Aubagne, La Ciotat, Port-de-Bouc et Marseille. Deux démarches se croisent : la campagne Grande Cause Nationale 2010 via une foule d’actions nationales ou locales d’un collectif ad hoc et la journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes du 25 novembre. Ce collectif est constitué de 25 associations, chacune étant engagée dans ce combat. A l’image du CIDFF Phocéen, Femmes Solidaires, Sos Femmes, Amicale du Nid, Collectif 13 Droits des femmes. Les objectifs de cette campagne sont de rendre visibles les violences faites aux femmes, de donner une meilleure visibilité de l’accompagnement des femmes, de conforter le soutien aux associations et de tenter de résoudre les inégalités femmes-hommes.

Le 25 novembre, tout le monde est concerné. Le CIDFF souhaite rassembler largement, toucher des publics différents en utilisant les réseaux sociaux tels Facebook, You Tube. Le rassemblement se passe au Dock des Suds-La Plazza.

Le programme d’initiatives a mobilisé tous les partenaires publics, Etat, Ville, Département, Région. Ils étaient là jeudi à la Maison de la Région pour parler de ces violences faites aux femmes. A l’initiative du Collectif 13, des affiches de la journée du 25 novembre seront placardées sur les bus de la RTM. Ce 4 novembre, était inaugurée également une exposition de réalisations graphiques d’usagères de lieux de proximité, complétée de la présentation d’œuvres d’artistes locaux.

JPEG - 63.5 ko

Les violences faites aux femmes : « à côté de chez nous »

Grande Cause Nationale 2010, la loi du 9 juillet 2010…les efforts ne sont pas vains, l’espoir non plus. Cette nouvelle loi est relative aux violences faites aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants. Prévenir les violences et protéger les victimes sont la priorité. Amnesty International en fait aussi une affaire d’Etat.

Les violences faites aux femmes « se passent à côté de chez nous, la solidarité de proximité est indispensable. Tout un chacun peut être acteur » ou victime, souligne Marie-Françoise Lecaillon, directrice départementale de la Cohésion Sociale. Se pose ainsi immanquablement la question de proximité, cette difficile frontière entre privé et public. Or, autour de la table, elles sont plusieurs responsables à l’affirmer : ce qui relève de la sphère privée peut être du ressort politique. « La politique publique doit s’en emparer. On ne peut pas laisser faire, on vit dans une société » respectant des valeurs, commente Ferten Djendoubi, juriste de Droit international privé au CIDFF. L’adjointe d’arrondissement du 13/14e déléguée aux droits des femmes, à l’égalité poursuit qu’ « il est difficile de faire émerger » les informations, émanant du milieu conjugal. « Il faut que la femme soit déculpabilisée. Lui donner les moyens qu’elle se rende compte de ces violences » pour s’en extraire, analyse Ferten Djendoubi. « On ne pourra changer les choses que par l’éducation. Faire passer le message : on est tous différents » souligne Evelyne Santoru-Joly, conseillère générale déléguée à la Défense des droits de la femme des Bouches-du-Rhône.

Violences faites aux femmes en augmentation…

Gaëlle Lenfant se persuade à juste titre qu’ « il faut déconstruire » une Histoire de France. 1965 correspond à la fin d’autorisation de travailler et d’ouvrir un compte bancaire auprès de son mari ! Sans parler du droit de vote très tardif. Il lui paraît essentiel de « travailler autour de la cellule familiale sur un principe : chacun est différent en ayant les mêmes droits ». Gaëlle Lenfant, par ailleurs secrétaire nationale adjointe aux droits des femmes au Parti socialiste affirme que « les violences faites aux femmes sont en augmentation et ensuite, on nous traite de sexistes ! Je mets en garde contre des propos particulièrement graves comme « vous exagérez » (les chiffres, les situations) ».

Les constats de violences faites aux femmes sont souvent banalisés en particulier dans le milieu socio-économique. Catherine Body renchérit, « il y a des différences économiques, la femme n’a pas la même place dans la société. C’est le résultat » de notre environnement. Ferten Djendoubi renchérit « les femmes ne sont pas en capacité économiquement d’être autonomes car elles subissent le temps partiel pour 80 % d’entre elles. Dans ce cas, vous ne pouvez pas vous échapper » de violences conjugales. La préparation au départ du domicile est incontournable, « il faut une prise en charge économique, psychologique, juridique. Et éducative pour les enfants » analyse la juriste.

JPEG - 73.7 ko

Economie : écarts de salaires inacceptables

Toutes considèrent que les écarts de salaires (moyenne de 20 %) entre les hommes et les femmes traduisent une violence économique. La problématique des retraites vient accentuer leur précarité. Une démarche intégrée dans les grandes entreprises ou les institutions commence à s’effectuer. Mais cette initiative positive échappe encore complètement aux petites entreprises.

Les discriminations sexistes existent depuis la nuit des temps. L’évolution de la société n’a pas changé profondément le cours des choses. C’est pourquoi la campagne Grande Cause nationale 2010 et la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes sont plus que jamais indispensables pour avancer toujours et encore…un peu.

Pour info, plan triennal 2008-2010, « Douze objectifs pour combattre les violences faites aux femmes », www.travail-solidarité.gouv.fr.

Campagne Grande Cause Nationale 2010, http://www.violencesfaitesauxfemmes.com

A Marseille, découvrez le programme des actions à venir et notamment de la soirée du jeudi 25 novembre au Dock des Suds-La Plazza de 18h 30 à 22h 30 sur http://www.infofemmes13.com (entrée sur présentation de la contremarque à télécharger sur le site ou sur Facebook pour le 25 novembre).

Pour info, CIDFF Phocéen/13, 5 rue Moustier, 13001 Marseille, tél 04 96 11 07 99, e-mail phoceen@cidff13.co, site http://www.infofemmes13.com

Des flyers sont diffusés lors de la campagne. Intitulés « Stop aux violences faites aux femmes », ils répertorient tous les N° d’urgence et d’associations d’aide aux femmes :

Numéro national 3919

SOS VIOL 04 91 33 16 60 (aide aux victimes de viol)

CODIF 04 91 33 42 07 (information sur les droits)

AVAD 04 96 11 68 80 (aide aux victimes)

Planning familial 04 91 91 09 39

GAMS 04 91 95 83 55 (mutilations sexuelles)

AMICALE DU NID 04 91 29 77 00 (prostitution)

VOIX DE FEMMES 01 30 31 55 76 (hébergements d’urgence)

NPNS 06 35 47 64 79 (mariages forcés)

CIDFF PHOCEEN 04 96 11 07 99 (information sur les droits)

SOS FEMMES 04 91 24 61 50 (violences conjugales)

BUREAU D’AIDE AUX VICTIMES 04 96 11 68 80 (Police Nationale)

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard