Articles

Accueil > Actualités > Les peuples indigènes d’Amazonie toujours aussi menacés

 

Les peuples indigènes d’Amazonie toujours aussi menacés

16 mai 2009

La Quinzaine du commerce équitable s’achève dimanche 24 mai en France. L’association « Artisan du Monde » s’implique ardemment dans la promotion de ce modèle d’économie solidaire, sociale et éthique. Mardi soir, l’association locale du Pays d’Aix organisait une rencontre-débat sur les droits des peuples indigènes. Marie-France Franqueville, participante au Forum Social de Bélem faisant partie de la délégation Artisan du Monde (de Briançon), à fait part de son expérience et de ses inquiétudes face aux violations des droits de l’homme dont sont victimes les indigènes d’Amérique Latine, 500 ans après la conquête de l’Amérique.


 

JPEG - 18.8 ko
Lors de la Marche : des indiens de l’Inde. Copyright Marie-France Franqueville.

133 000 personnes étaient présentes au 8ème Forum Social Mondial qui avait lieu aux portes de l’Amazonie brésilienne, à Bélem, en janvier dernier, tient à rappeler Marie-France Franqueville. Un succès qui s’explique par un ras-le-bol généralisé des peuples du monde, inquiets de la tournure que prennent les choses. Peuples d’Afrique, d’Occident mais surtout d’Amérique Latine à l’image des peuples indigènes venus en nombre pour dénoncer les atteintes aux droits de l’Homme dont ils sont victimes car les firmes internationales, mues par le profit, « ne respectent pas leurs territoires sacrées et leur mode de vie. »

JPEG - 29.6 ko
Un forum très jeune ! Copyright Marie-France Franqueville.

« Le Forum social Mondial a été crée en 2001 pour dire qu’un autre monde est possible. » Il s’agissait au cours de ce 8ème forum, «  d’interpeller le monde occidentale, de dénoncer les failles du néolibéralisme et de reconnaître que le système capitaliste cause des dégâts » souligne Marie-France Franqueville. Pour cela « il y’avait une forte présence de jeunes et des peuples indigènes de l’Amazonie brésilienne » qui subissent de plein fouet les ravages du capitalisme financier et de l’agriculture intensive voulue par les multinationales. Déforestations massive, extraction minières sont le lot quotidien de ces populations mises sous pression au sein de leurs propres territoires et menacées dans leur intégrité physique. « Nous sommes venus parce que nous avons été massacrées a dit une Guatemaltaise » se souvient Marie-France Franqueville.

JPEG - 20.1 ko
Lors de la grande marche de l’ouverture. Copyright Marie-France Franqueville.

Les indigènes sont toujours victimes de l’intérêt que suscitent les matières premières. Leurs territoires sont pollués, détruits et pillés par des entreprises occidentales. Leur culture souvent interdite et leur langue en voie de disparition. Relégués en marge de la société, et marginalisés, ils font partie aujourd’hui des couches populaires les plus désavantagées du monde. « Ils ont droit à une existence digne et ont le droit de maintenir leurs propres traditions. » C’est dans cette ligne de pensée que le 12 octobre prochain les pays d’Amérique Latine fêteront le jour de la Race (El dia de la Raza). En effet, si le « jour de la Race » célèbre le métissage des cultures indienne et européenne que produisit la conquête des Amériques, cette date est devenue, ces dernières années, le symbole de la reconquête culturelle et politique des peuples indigènes. « Ce sera l’occasion de fêter 500 ans de résistance à l’occupation occidentale. »

JPEG - 25.9 ko
peuples des Andes, peuples de l’Amazonie. Copyright Marie-France Franqueville.

Deux textes défendent les droits des peuples indigènes parmi eux : la convention 169 de l’Organisation International du Travail (OIT) qui établit une protection des indigènes vis-à-vis des exploitations minières et pétrolières. « Les firmes doivent avoir des autorisations pour pouvoir installer des puits. » Un texte qui n’est pas toujours respecté à la lettre. « Une organisation péruvienne a dit que les indigènes n’étaient jamais consultés quand une compagnie minière s’installe » souligne-t-elle.

JPEG - 26.6 ko
Assez de génocide : que nos droits soient respectés. Copyright Marie-France Franqueville.

Lors de la déclaration finale la proposition a été faite de créer une organisation au sein de l’ONU où « les communautés paysannes menacées par les compagnies pétrolières pourraient s’adresser à l’ONU pour porter plainte. »

JPEG - 22.7 ko
D’après le tableau de Delacroix : l’égalité raciale est possible. (groupements noirs du Brésil). Copyright Marie-France Franqueville.

Le but de ce forum était de dénoncer l’exploitation des ressources, « l’exploitation des populations qui atteint parfois l’esclavage » mais aussi la destruction des systèmes écologiques ne leur permettant plus de produire sur leurs terres et de vivre de leurs savoirs faires. Des savoirs faires et des ressources largement exploités par certaines firmes occidentales. « Nous fournissons de l’eau cristalline à ces firmes et nous, nous buvons de l’eau empoisonnée. Il faut lutter pour sauver notre terre et lutter contre la marchandisation de la vie a dit un indigène » souligne Marie-France Franqueville.

JPEG - 23.4 ko
Déclaration finale dans la tente des peuples indigènes. Copyright Marie-France Franqueville.

« Les bienfaits du commerce équitable »

Toutes ces inégalités, inhérentes au processus commercial capitaliste, ont entraîné l’apparition de nouveaux concepts de commerce. Le concept qui a eu le plus de succès est celui du commerce équitable qui est une alternative à l’exploitation honteuse dont sont victimes ces peuples d’Amazonie. « Basé sur le principe de responsabilisation des acheteurs, le phénomène tente de donner un visage plus humain au système commercial capitaliste. Il vise à mieux protéger le producteur tout en assurant des produits de qualité aux consommateurs. » Le concept du commerce équitable se traduit par un engagement de développement, favorise les productions respectant l’environnement, refuse l’esclavage, le travail forcé des enfants et garantit un prix d’achat minimum satisfaisant les besoins élémentaires (formation, santé, protection sociale...).

JPEG - 22.2 ko
Des membres de la délégation Artisans du Monde lors de la marche. Copyright Marie-France Franqueville.

« Artisan du Monde » est l’une de ces associations qui croient aux vertus du commerce équitable. « C’est un outil qui permet de construire une autre société » insiste Marie France Franqueville. L’exemple des Satéré Mawé est significatif. En effet, c’est « grâce à la production de Guarana et au soutien trouvé dans les organisations de commerce équitable que ce peuple indigène d’Amazonie a pu lutter contre les projets d’exploitation minière et forestière initiés sur son territoire et préserver son autonomie dans le respect de ses traditions » explique l’association. Situés en Amazonas, non loin de la ville de Maués, les indiens Satéré Mawé développent depuis des siècles la récolte du guarana, une liane sauvage qu’ils ont domestiquée pour en faire une plante et dont la graine riche en caféine est réputée pour ses propriétés revigorantes et stimulantes. Un trésor que la tribu protège ardemment et plus particulièrement le patrimoine génétique de cette plante qui éveillent les convoitises des multinationales.

La Bolivie : un exemple ?

JPEG - 23.2 ko
le podium des peuples indigènes des Andes. Copyright Marie-France Franqueville.

Malgré les nombreuses difficultés rencontrées par les peuples d’Amazonie, l’espoir est toujours permis, grâce notamment à certains présidents progressistes d’Amérique latine : Hugo Chavez (Vénézuéla), Rafaël Correa (Equateur), Evo Morales (Bolivie) entre autres. Des dirigeants qui répondent particulièrement à leurs attentes : redistribution du patrimoine national au peuple et moins d’inégalités.
« La Bolivie est une image forte de ce qui se passe en Amérique latine : fin du colonialisme, nouvelle Constitution, fin des immenses propriétés, les ressources naturelles ne sont plus à vendre aux enchères, les services de base (eau et énergie) sont publics et non plus privés ».

JPEG - 35.6 ko
L’invité Satéré Mawé d’ADM lors d’un atelier. Copyright Marie-France Franqueville.

Les participants de ce 8ème Forum Social Mondial, ont ainsi soulevé de nombreuses interrogations et ont proposé des remèdes à la crise économique qui secouent la planète depuis prés d’un an. « Les pauvres vont-ils payer cette crise ? ». La seule certitude c’est que « le G20 n’est pas un forum légitime pour apporter une solution à la crise ». Les nombreuses organisations participantes ont alors réaffirmé l’importance d’adopter de nouveaux modèles économique basés sur l’économie solidaire, à l’image du commerce équitable. « Il est une alternative. C’est un outil qui permet de construire une autre société » conclu la représentante d’Artisan du Monde.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • Novembre 2017

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • Novembre 2017

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • Octobre 2017

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • Octobre 2017

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • Octobre 2017

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • Septembre 2017

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard